AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782075191043
352 pages
Gallimard Jeunesse (09/03/2023)
3.89/5   207 notes
Résumé :
Si vous lisez ces lignes, vous faites probablement partie des honnêtes gens -les Marchandeurs. Moi, Robine Larcin, 13 ans, je viens d'une célèbre lignée de cambrioleurs et de brigands en tout genre. Mais pour tout vous avouer, je suis une voleuse pathétique, la honte de la famille ! Mes parents ont décidé de m'envoyer à l'école des voleurs, redoutable pensionnat qui se fait fort de remettre dans le mauvais chemin les enfants comme moi.
Que lire après La Clé des ChampsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (97) Voir plus Ajouter une critique
3,89

sur 207 notes
Pour la plupart des gens, voler, c'est mal. Et bien chez Robine, le chapardage est élevé au rang d'art, de sport, de philosophie. Trimer pour un salaire ridicule, cela ne manque-t-il pas de panache ? Mais voilà : pétrie de scrupules et terrorisée à l'idée de se faire prendre, l'adolescente ne montre aucune appétence pour le vol. Sera-t-elle à la hauteur de la réputation familiale et surtout de la redoutable épreuve de son Initiation ? le plus sûr, du point de vue de ses parents, est encore de l'envoyer dans un établissement qui remet les jeunes récalcitrants – pour ainsi dire – sur le droit chemin…

L'existence de Robine est particulièrement angoissante. On ne voit pas bien comment la jeune fille va pouvoir trouver sa place à l'école des voleurs. Et pourtant, elle y découvre un monde moins monolithique qu'elle ne l'imaginait, traversé par des tensions, des doutes et de nombreux secrets… Qui dit secret, dit enquête. Une investigation où tout pourrait se jouer !

Mon moussaillon de dix ans et moi avons aimé lire à voix haute ce roman lauréat du concours du premier roman jeunesse décerné par Gallimard Jeunesse, RTL et Télérama. le devenir de Robine a piqué notre curiosité et nous nous sommes laissé emporter par la jolie plume d'Audrey Faulot. Son univers est dense, étoffé avec humour et inventivité : les voleurs s'appellent Bonnie ou Arsène, domestiquent des pies, jouent à une version modifiée du Monopoly où il s'agit de braquer un maximum de rues (que mon moussaillon aurait d'ailleurs suggéré d'appeler « Brocoly ») et travaillent durement à leur carrière de cambrioleur, de faussaire ou de conseiller en fraude fiscale. Leurs valeurs morales « inversées » ne manquent pas de piquant.

Cela n'a pas tout à fait suffi pour nous chiper un coup de coeur. Tout va très vite – trop vite – une fois à l'école des voleurs. L'enquête progresse de manière fulgurante et il est très rapidement question de l'Initiation de Robine alors qu'elle est arrivée bien après les autres élèves. En se donnant plus de temps, certains aspects auraient pu être creusés. C'est notamment le cas du rôle des animaux-totems que l'on aurait aimé plus développé. Ou des personnages secondaires dont on peut avoir l'impression qu'une fois « leur » scène respective passée, ils ont tendance à s'effacer à l'arrière-plan.

Cela reste impressionnant pour un premier roman et nous espérons pouvoir lire de nouveau Audrey Faulot dans un futur proche !
Lien : https://ileauxtresors.blog/2..
Commenter  J’apprécie          432
Incontournable Février 2022

Pour reprendre la formule de SophieLit: "Les romans qui remportent le prix Gallimard sont attendus avec impatience parce qu'ils sont vraiment tous de grande qualité." J'aborde en ce sens. Après la saga "Passe-Miroir", la trilogie "Les mystères de Larispem" et "Norman n'a pas de supers-pouvoirs", voici donc le gagnant 2021: "La Clé des Champs!

Robine, 14 ans, est la benjamine d'une famille de voleurs, dont les deux plus vieux sont d'habiles prospects. Sa soeur aînée est même une célébrité, même si elle croupit en prison. Son frère Arsène va bientôt passer son Initiation, qui le fera rentrer dans la communauté des voleurs ou , en cas d'échec, se soldera en exclusion. Pas de pression, surtout. Robine, néanmoins, n'aime pas voler et après avoir offert un cadeau qu'elle a elle-même fabriqué à son frère en guise de présent pour son Initiation, sa famille décide que ce comportement honteux nécessite une solide prise en charge. Robine se retrouve expédiée ( cavalièrement!) dans une école de redressement pour voleurs. Si elle n'excelle nul part, un évènement vient changer la donne. La règle d'or a été bafouée, un voleur a volé un voleur, et pas le plus banal, le directeur lui-même! Afin de sauver l'un de ses camarades, qui s'est lui-même dénoncé pour éviter un sort encore pire, Robine décide de mener l'enquête.


Aux premiers abords de cette histoire, j'ai été légèrement déçu que la prémisse de base soit la même que "Simone la rétro-voyante", mais dans un univers de voleurs. Et certains détails sont similaires aux univers de Harry Potter ( surtout cette grande salle avec un simili-ciel!) et de la Passe-Miroir, mais finalement, après sa lecture complète, il y a de la créativité et de l'originalité à tirer de ce roman.


Cet univers de voleurs a tout le référentiel culturel qui lui est propre, à savoir les prénoms et noms des héros et héroïnes, et ce, de tout horizons. Robine elle-même doit son nom à un voleur célèbre, et on aura aussi celui du très célèbre Arsène Lupin, Phulan ( voleuse indienne), Aladdin, Bonnie ( de Bonnie & Clyde), Coërse ( Nom d'une grande autorité de la Cour des Miracles - repaire de brigands et de gitans popularisé par le roman "Notre-Dame de Paris d'Hugo, notamment), ainsi de suite. Même les expressions, les moeurs et la perceptive sociale est "inversée" pour être adaptés à ces personnages chapardeurs. Les références du cour de Culture étaient d'ailleurs tristement véridiques.


L'École des Voleurs m'a fait quelque peu penser à Poudlard, quand on observe les sanctions punitives, en ce sens où elles sont dangereuses et moralement questionnables ( de quoi faire frémir les parents et la Protection de la Jeunesse!). Cette idée des boîtes était machiavélique et géniale, aussi perturbante physiquement que psychologiquement. Une véritable torture. C'était également très perturbant de savoir que Coërse, épileptique, recevait autant de chocs électrique ( Avez vous idée de l'horreur de "choquer" un cerveau qui se choque déjà tout seul?!). Aussi, cette idée de troquer certains aspects agréables, comme le mardi congé pour remplacer le dimanche ou les deux entrées pour compenser l'absence de desserts, étaient très amusantes et m'auront rappelées le quatrième tome de la Passe-Miroir, avec ses objets inutiles: Désagréable, juste assez. La seule incongruité que je vois est le fait que cette école a vraiment très peu d'élèves!


Côté forme, si on pense pendant un moment flirter avec le Fantastique, ce n'en est pas un. En fait, il est clairement plus près du roman policier.


J'ai été séduite par certains détails de cette histoire et ses thèmes. D'abord, on a aucune romance, malgré un personnage féminin, un détail que j'apprécie parce que trop souvent on colle un béguin à l'héroïne sous prétexte que c'est une fille et ça m'exaspère prodigieusement! Ensuite, nous avons moult représentants de minorités visibles: deux personnages LGBTQ, un épileptique, une fille qui est née sans mains droite nullement complexée à ce sujet, une voleuse issue d'une famille de fins limiers, quelques personnages d'ethnies autres que caucasienne et un personnage principal doté d'un instinct particulier malgré des lacunes dans la plupart des domaines du crime. Bon, l'idée de l'héroïne mouton noir de sa famille n'est pas en soit nouvelle, mais Robine sort des standards avec sa force tranquille, sa capacité à flairer les moments opportuns et son sens moral propre. Et nulle part on ne la décrit comme une beauté, ça c'est une victoire! Elle a aussi un touchant côté vulnérable assez crédible. Trop souvent j'ai croisé des personnages anormalement trop solides psychologiquement, alors voire des héros pleurer, avoir des crises d'angoisse et avoir des "downs" d'humeur, ça fait plaisir à voir.


J'ai été aussi charmé par la prédominance féminine. On a pleins de personnages féminins très diversifiés, fortes à leur manière et réellement mises de l'avant. le genre de roman peuplée de filles qui pourrait faire changer les mentalités des jeunes garçons qui sont encore rebutés par les personnages féminins ( sans doute parce que trop souvent, elles sont trop souvent stupides et en quête d'un copain comme seule préoccupation dans la littérature jeunesse, mon impertinent avis). du côté des gars aussi, il y a du beau travail, surtout avec ce mystérieux amateurs de fleurs que je ne nommerai pas - allez le lire!


Dans les thèmes, on s'en doute vu le sujet, on travaille la différence. Dans cet univers de voleurs, les gens qui aspirent à travailler, comme les "Marchandeurs", c'est très mal vu. Il y a donc une minorité de voleurs malheureux de vivre dans cette communauté, qui produit des préjugés assez tenaces et possède même des stéréotypes parfois à la limite de l'invraisemblance. On va donc toucher à l'ouverture d'esprit, à l'écoute de soi, à l'importance de l'empathie et à la pression sociale ( qu'elle soit sociétaire ou familiale). On naviguera aussi sur les fausses impressions et sur les secrets. Enfin, puisque les voleurs sont dans la vraie vie un groupe réellement ostracisé, on pose des questions sur la Morale. le Vol, bien que criminel par la Loi, n'est pas toujours une question d'objets dérobés. Parfois, c'est plus abstrait, comme le vol de temps.


Donc, pour premier roman, c'est assez réussi. Il y a de beaux messages, des personnages originaux et une trame qui coule très bien. On sera temporairement perplexe quand à la "magie" qui est peut-être présente et on aura de quoi cogiter pour trouver le voleur de la Clé des Champs, ce petit objet qui cause tant de soucis. La plume était agréable, mais sans être renversante. Pour un roman écrit au je, néanmoins, c'est d'une grande qualité!


À mettre dans les mains des Lecteurs amateurs d'enquêtes et d'histoires différentes. Une autre belle trouvaille pour le Prix du Premier Roman!


Pour un lectorat du troisième cycle primaire, 10-12 ans.
Commenter  J’apprécie          40
Une petite aventure jeunesse / ado avec une première moitié prometteuse. L'idée de famille de voleurs et tous les jeux de mots en rapport avec le larcin sont sympathiques. Honnêtement, on plonge volontiers dans cette étrange école de redressement pour apprendre à être vraiment malhonnête. Entre enquête, rencontres, rebondissements et tolérance, il y a de quoi faire. Sympa !
Commenter  J’apprécie          250
C'est l'histoire d'une fille qui s'appelle Robine et qui vient d'une famille de voleurs. Seul problème, Robine n'aime pas voler mais son initiation ne va pas tarder à arriver et Robine n'a aucun talent pour le vol. L'initiation est un évènement important pour les voleurs pour savoir si ils vont devenir voleurs professionnels ou s'ils vont être bannis de la société des voleurs. Mais un jour, on l'envoie dans une école de voleurs où Robine va devoir passer son initiation. Alors qu'elle fait tout son possible pour s'améliorer, une alarme retentit. Elle va découvrir que La Clé des Champs a été volée. Alors qu'elle est chargée de retrouver cette clé, elle va aller, avec son amie, chez les marchandeurs (les humains qui ne volent pas). Mais le temps presse car si elle doit retrouver la clé, elle doit aussi réussir son initiation. Arrivera-t-elle à retrouver la clé tout en réussissant son initiation ?
J'ai aimé ce livre car il parle d'actions. Ce que j'ai moins aimé, par contre, c'est qu'il n'y avait pas beaucoup de mystères.
J'ai bien aimé Robine car elle ne se laisse pas démonter dans les moments difficiles.
Le texte est bien écrit et bien compréhensible.
Je le conseille pour ceux qui commencent à lire ou pour ceux qui aiment les livres d'action.
Commenter  J’apprécie          60
Je vous conseille chaudement ce roman, lauréat du concours du premier roman Gallimard jeunesse après Christelle Dabos ou encore Lucie Pierrat-Pajot.

On y rencontre Robine Larcin, 13 ans, issue du monde des voleurs... Pour qui voler est pourtant loin d'être une vocation. C'est pourquoi ses parents l'envoient contre son gré... À l'école des voleurs !

Pour l'ambiance, imaginez tout simplement Poudlard version cambrioleurs avec un humour à la Mathieu Hidalf et un brin de Pullman (les animaux totems m'y ont fait penser...). Ce roman - un tome unique ! - a la narration fraîche et envolée de ces bonnes séries fantastiques avec une bonne dose de trouvailles amusantes et de bizarreries étonnantes.

J'aurais juste parfois aimé... encore plus ! Je suis sûr qu'en poussant les curseurs plus loin, l'autrice aurait pu y glisser encore plus de délicieuses étrangetés, ce qui aurait donné un roman encore plus original. La narration reste parfois trop sage, un brin explicative, peut-être précipitée.

Mais cela n'enlève rien au plaisir exponentiel que j'ai ressenti à progresser dans un univers très inventif et une histoire qui prenait de plus en plus de détours et chemins inattendus. Avec des personnages très incarnés (plein de défauts et de qualités qui les rendent aussi réalistes qu'attachants) "La Clé des champs" est un roman qui serait un peu comme un doudou bien souvent passé la machine... Il est familier, un peu rugueux à force, mais de cette rugosité qui rend un peu plus vivant, et surtout il nous fait rire et nous rassure.

J'ai donc hâte de voir ce que nous réserve cette primoromancière pour la suite et en attendant, n'hésitez pas à vol... Euh acheter son livre en librairie, petite pépite de fin 2021 !
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (1)
Ricochet
16 mars 2022
Bien écrit sous les émotions de sa narratrice, le roman devient une pépite croustillante de bonnes idées, un délice de fantaisie légère dont on aurait tort de se priver. En un tome ou plusieurs, d’ailleurs, car tout est possible dans le monde de Robine !
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
Soit un tunnel à creuser depuis la cellule d’une prison jusqu’à une forêt. Il y a 320 m entre les deux. Le sujet a le choix entre une pelle pouvant extraire 10 cm3 toutes les 5 s, mais exposée à un frottement ralentissant la tâche d’1/15 tous les 50 m, et une pioche pouvant extraire jusqu’à 17 cm3 toutes les 7 s, mais exposée à un frottement ralentissant la tâche d’1/13 tous les 100 m. Quel outil doit-on privilégier ?
Commenter  J’apprécie          150
Je m’avance vers le bâtiment
A, au milieu des élèves qui forment une haie d’honneur et me
dévisagent avec un mélange de pitié et de curiosité. Ils doivent
se douter que je vais passer un sale quart d’heure à cause de ma
fugue de la veille. « Salut les gars, ravie de vous avoir
rencontrés ! ». je pense au fond de moi. Gavroche
esquisse un signe d’au revoir presque amical. Je reconnais Coësre,
perdu dans un débat intérieur. Il tend la main vers moi comme s’il
voulait venir me sauver ou m’accompagner, mais finalement suspend
son geste et se contente de scruter le sol, gêné. Près de lui,
Main d’or, étreignant ses livres de cours contre sa poitrine,
semble souhaiter « bonne chance, silencieusement. Un peu plus
loin, Sélina et Guilleri me regardent à peine, comme si,
insignifiante, je ne me tenais déjà plus tout à fait devant eux.
Je croise aussi Malandrine, avec ses éternels élastiques muscleurs
de doigts. Elle a l’air ravie que quelqu’un aille défier le
principal Chippe, auquel elle n’a pas pardonné qu’il lui refuse
sa spécialisation en cambriolage. Et enfin, Kappa, qui m’observe
d’un air vaguement hostile. Il n’aime pas trop ceux qui « causent
des problèmes », comme il dit. Moi, je n’ai jamais voulu
causer aucun problème, ce sont plutôt les problèmes qui existaient
déjà dans l’école – les petites haines, les injustices et les
embrouilles – qui m’ont trouvée. Dina, quant à elle, brille par
con absence. Comme hier soir, elle n’a pas dû avoir le cœur à
sortir de la chambre.

Citation
choisie par Shara
Commenter  J’apprécie          30
Les Marchandeurs ont énormément de préjugés sur ceux qui vivent en marge de leur société et qu’ils considèrent de façon abusive comme des voleurs.
- Tout à fait, reprend Miss Maraude. Merci, Main-d’Or. Alors que les voleurs se retrouvent dans toutes les couches de la population, y compris les plus hautes… Pensons aux spécialistes de la fraude fiscale, par exemple.
Commenter  J’apprécie          131
J’ai si peur de voler que je laisse tomber par terre les objets que je suis censée cacher sous mes vêtements, devant le regard navré des vendeuses. Je déclenche toujours les alarmes de sécurité, comme si c’était moi qu’elles détectaient comme intruse. Je rougis et je bafouille dès que je dois inventer le moindre petit mensonge. Autant ma sœur Bonnie et mon frère Arsène ont fait la fierté de nos parents, autant j’ai toujours été la honte de la famille, celle dont on se demande si elle n’a pas été adoptée à la naissance.
Commenter  J’apprécie          80
Tout le monde dit que ce n’est pas bien de voler. Et : Bien mal acquis ne profite jamais. Et : Qui vole un œuf vole un bœuf… Vos parents vous ont sans doute déjà grondé pour avoir attrapé un bonbon sur l’étal du marché. Vous avez peut-être le cœur battant quand vous passez le portique au supermarché, comme si vous vous attendiez à ce que la sonnerie retentisse et qu’un vigile vous saute dessus, l’air furieux.

Si c’est le cas, bravo, vous faites partie des gens honnêtes et, je le dis sincèrement, j’aurais bien aimé être l’une d’entre vous ! Mais ce ne sera jamais le cas, car je viens d’une très célèbre et très ancienne famille de voleurs.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Audrey Faulot (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Audrey Faulot
Dans ce nouvel épisode de notre podcast, Pascale, Mona, Mégane, Marjorie et Jeremy, tous les cinq libraires à Dialogues, partagent leurs derniers coups de coeur en jeunesse. Six livres au format poche, parfaits pour l'été !
Bibliographie :
Une première lecture à partir de 7 ans : Un oiseau dans la classe, de Jo Hoestlandt (éd. Bayard Jeunesse) https://www.lesenfants.fr/livre/22024848-un-oiseau-dans-la-classe-jo-dominique-hoestlandt-bayard-jeunesse
- Une première lecture à partir de 8 ans : Aux douceurs enchantées, les sablés de métamorphose, de Aurélie Gerlach (éd. Gallimard Jeunesse) https://www.lesenfants.fr/livre/20858331-aux-douceurs-enchantees-les-sables-de-metamorp--aurelie-gerlach-gallimard-jeunesse
- Un roman : Les tribulations d'Esther Parmentier, sorcière stagiaire - Cadavre haché, Vampire fâché, de Maëlle Desard (éd. Rageot éditeur) https://www.librairiedialogues.fr/livre/21676443-les-tribulations-d-esther-parmentier-sorciere--maelle-desard-rageot-editeur
- Un manga: Iruma à l'école des démons T.1, de Osamu Nishi (éd. nobi nobi !) https://www.librairiedialogues.fr/livre/17235538-1-iruma-a-l-ecole-des-demons-t-1-osamu-nishi-nobi-nobi
- Un roman : N.É.O - Tome 1 : La chute du soleil de fer, de Michel Bussi (éd. PKJ) https://www.librairiedialogues.fr/livre/22330424-n-e-o-n-e-o--tome-1-la-chute-du-soleil-de-fer-michel-bussi-pocket-jeunesse
- Un roman: La Clé des Champs, de Audrey Faulot (éd. Gallimard Jeunesse) https://www.librairiedialogues.fr/livre/22330424-n-e-o-n-e-o--tome-1-la-chute-du-soleil-de-fer-michel-bussi-pocket-jeunesse
+ Lire la suite
autres livres classés : voleursVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (480) Voir plus



Quiz Voir plus

La clé des champs

Quel est le nom du personnage principal ?

Robin
Robine
Arsène
Gertrude

16 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : La Clé des Champs de Audrey FaulotCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..