AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9791026229407
183 pages
Librinova (11/02/2019)
4.19/5   26 notes
Résumé :
Pierre Faupoint est poète et romancier. Je fus un mauvais homme est son premier roman, thriller psychologique en partie autobiographique...

Dès le 17 mai 2021, Je fus un mauvais homme sera disponible sous format broché, dans une version légèrement augmentée (environ 25 pages de plus).

Ismaël a tout juste 18 ans lorsqu’il est condamné pour trafic de stupéfiants. À sa sortie de prison, à défaut de pouvoir se venger sur ceux qui l’ont con... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
4,19

sur 26 notes
5
14 avis
4
9 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis

coquinnette1974
  09 octobre 2019
Je remercie Pierre Faupoint pour l'envoi, en service presse, de Je fus un mauvais homme.
Ismaël a tout juste 18 ans lorsqu'il est condamné pour trafic de stupéfiants. À sa sortie de prison, à défaut de pouvoir se venger sur ceux qui l'ont condamné, il déverse sa haine sur la gent féminine.
En 2005, il commet l'irréparable et le double meurtre sanguinaire dont il est l'auteur fait la une des journaux : quelles sont les raisons qui ont poussé L'assassin poétique à recueillir une enfant ? Où se trouve la petite Lélia ?
Quelques années plus tard, il rencontre Nahima, est enfin heureux mais il tombe de haut quand celle-ci le quitte sans un mot, et donc... il reprend ses massacres…
Parviendra-t-il à échapper aux mains de la police et à garantir l'éducation de sa fille ?
Je fus un mauvais homme est un thriller psychologique extrêmement bien ficelé.
En lisant le résumé, je ne pensais pas un seul instant m'attacher au personnage d'Ismaël.
Et pourtant, j'ai au fil des pages réussi à apprécier cet homme complexe, qui va aimer sa "fille" Lélia. Il tue, il n'est pas forcément tout net dans sa tête toutefois il peut aimer, sincèrement, une enfant. Je l'ai parfois trouvé touchant cet homme sans pitié ou presque, du moins en apparence.
J'ai également beaucoup apprécié le personnage de Lélia, elle apporte une touche de fraîcheur dans ce roman assez sombre.
L'histoire est très bien conçue, l y a beaucoup de rythme et tout se tient de la première à la dernière page.
L'écriture de l'auteur fait mouche.
Je suis heureuse de la découverte et c'est avec plaisir que je mets quatre étoiles et demie à Je fus un mauvais homme, que je vous recommande chaudement si vous aimez les thrillers psychologiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
dannso
  11 mars 2021
Ismaël, héros de ce roman, est un mauvais homme. Incarcéré pour usage de drogue, il sera par la suite gouverné par la vengeance. Vengeance qui ciblera d'abord les femmes, puis qui deviendra meurtrière. Même la paternité ne le sauvera pas de son destin.
J'avoue avoir été déroutée par ce livre. D'abord la forme, un langage très soutenu, avec emplois de nombreux termes désuets que j'ai trouvée en décalage avec ce qui est raconté. Cette écriture a ralenti le rythme de ma lecture, ce qui est dommageable dans le cas d'un roman à suspense.
Sur le fond, ensuite, j'ai regretté de ne pas mieux comprendre la descente aux enfers du personnage. le livre débute avec le récit de son arrestation, il n'y a aucune indication sur qui il est, comment il a vécu jusqu'à ce moment. Il passe 85 jours en prison, et il en ressort en en voulant à la terre entière : peu d'explications sur cette évolution. de la même façon, il passe ensuite de mauvais traitements plus psychologiques que physiques envers des femmes à des crimes cruels, torturant sans état d'âme ses victimes. Là encore une évolution peu expliquée.
J'ai mieux compris la suite du roman : comment sauvé par l'amour d'un enfant et celui d'une femme, il parvient pendant quelques années à étouffer cette folie, qui malheureusement le reprendra au départ sans explication de la femme qu'il aime. J'y ai trouvé de belles pages sur la tendresse et l'amour paternel.
La fin est surprenante et est peut-être la clé des questions que je me suis posée tout au long de ma lecture:
Je remercie l'auteur pour sa confiance : une lecture qui ne m'a pas complètement convaincue mais qui ne laisse pas indifférent. Un auteur à suivre
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
CoffreNBooks
  01 octobre 2021
Suite à une collaboration parfaite avec l'auteur @pierre_faupoint_auteur ,j'ai eu la chance de découvrir son thriller psychologique : «Je fus un mauvais homme».
.
Ismaël, 18 ans, se fait incarcéré pour trafics de stupéfiants, alors qu'il jugera son implication comme minime face à ses comparses, un esprit de vengeance va naître.
Voilà comment nous est introduit le personnage principal : comme une victime d'une justice déséquilibrée.
.
À sa sortie, Ismaël rencontrera Mathilde avec qui il formera un couple disparate et hallucinogène, sous fond de drogues dures, d'alcools et de jalousie. Très vite, la séparation se fait et comme un poignard dans le dos, le goût amer de cette rupture déstructure le psychisme d'Ismaël ne voyant qu'un moyen de vengeance dans le rejet catégorique de la gent féminine.
Convaincu dans son raisonnement, on le verra se jouer de Cathy, puis de Carolyn, toutes les deux vont accroître sa méchanceté perfide qui deviendra envahissante et le plongera jusqu'à l'irrémédiable : le meurtre sanguinolent de ces dealers. Et pourtant, a contrario, l'auteur nous fait apparaître une part d'humanité d'Ismaël, quand ce dernier découvre la chétive et petite Lelia, enfant du couple qu'il a gratuitement massacré, et décide de l'élever comme son propre enfant.
Sa présence et son innocence amenuisent son besoin excessif de tuer, jusqu'à ce que Nahima entre dans le tableau et devienne la pièce maîtresse de toute cette folie destructrice.
Avec elle, il revit. Avec elle, il se permet de croire en l'amour, jusqu'à ce qu'elle le quitte relançant la traque perverse d'Ismaël, tel l'élément déclencheur de tous les massacres qui s'ensuivront.
.
Il finira par entraîner Lélia dans cette spirale infernale de la mort, ainsi elle découvrira qu'il n'est pas son vrai père mais qui plus est qu'il est un tueur en série recherché depuis plus de 13 ans.
.
À tous les fervents adorateurs de ce genre de littérature, je vous le recommande vivement.
Je l'ai couplé à la lecture du grand classique anglais «Orgueil et Préjugés» de Jane Austen, afin de pouvoir ressentir ce suspense et cette angoisse qui me manquais et j'ai été servie comme je l'aurais espéré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Chroniqueuse
  06 août 2021
Après , Les écervelés un roman dystopique intrigant , nous interrogeant sur l'avenir de l'humanité . Pierre Faupoint m'a suggéré de lire un nouveau genre littéraire avec Je fus un mauvais homme , un thriller psychologique.
Par un beau matin en 2000, le réveil d'Ismaël est glacial . Les gendarmes l'accusent de trafics de stupéfiants . A 18 ans , il se retrouve derrière les barreaux .
Quelques mois plus tard , Ismaël sort de prison avec une perte de son identité . Addict à l'absinthe , l'opium et aux filles , il estime que sa condamnation est illégitime par rapport aux autres dealers .
A Paris , Ismaël se trouve un piteux domicile , un travail décent , et décide de traquer les femmes .Dans son esprit , un terrible plan de vengeance se trame envers la gent féminine . Ismaël est un homme déjanté , le traumatisme causé par sa détention a conduit à une haine inexpliquable . Ces réflexions alternent entre raison et folie .
Il rencontre Mathilde , une junkie. Une relation amoureuse débute entre eux qui contredira ses objectifs un certain temps . Hallucinogènes , drogue et alcool seront leur principale occupation pendant les interminables soirées festives entre amis. Nous accompagnons un couple aux habitudes délirantes. Des conflits composés de jalousie et de trahison aboutiront à la séparation.
En conséquence, les terribles pensées d'Ismaël refont surface. Cathy et Carolyn seront les victimes de son déséquilibre . Un couple de dealers seront les cibles de son ignominie . Il y a du sang partout, pas de culpabilité ni de regret. Les descriptions détaillées faites par l'auteur me rappellent des films d'horreur dans lesquels les scènes des crimes sont terrifiantes .
L'apparition d'une adorable petite fille éveillera un sentiment de paternité, un sentiment de protection. Ismaël emmène Lélia et sa chienne à Gaillon. Une tendre relation s'établit entre eux partagés de complicité . Lélia grandit au côté d'un père aimant . Sa présence sommeille les démons ancrés en lui.
Une nouvelle rencontre au nom de Nahima aurait pu lui faire oublier son aversion envers les femmes s'il n'y avait pas eu une violente rupture… le cycle infernal recommence d'une manière encore plus violente . Les assassinats se perpétuent laissant les policiers , les enquêteurs découvrirent des cadavres dépecés . Les témoignages , les indices légers seront tout de même une aide pour découvrir le coupable. Un auteur qui signe ces crimes par des poèmes , des alexandrins . Ce n'est pas singulier .
Je fus un mauvais homme se déploie à nous retranscrire la noirceur de l'âme de l'homme dans une atmosphère sombre et macabre. Ismaël deviendra un tueur en série sans repentance . Des femmes , mais aussi des hommes seront victimes de son imagination démoniaque. Ismaël est un meurtrier en cavale qui entraîne sa fille , témoin de ses actes morbides . A cet instant , devenu incontrôlable en la présence de Lélia , leur relation devient ambigui , poussant à l'extrême des aveux douloureux concernant le passé.
Pierre Faupoint nous offre un roman à suspense haletant qui débute en 2000 et se termine en 1999. Dans ce livre , le niveau de peur et d'angoisses augmentent au fur et à mesure . Mes interrogations sur le personnage restent en suspens un bon moment . Il est détestable sous tout rapport , ambivalent comme dissocié ou possédé , il tue froidement , il y a anguille sous roche quelque part .
L'auteur nous tient en haleine jusqu'au terme d'une fin surprenante grâce à une plume fluide .
Un bon Thriller psychologique à lire si vous êtes un fervent lecteur de ce genre de lecture .

Lien : http://chroniqueuse6.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Yumiko
  28 octobre 2019
Autant dire que l'auteur sait nous appâter avec son résumé très attirant et alléchant. Moi qui adore les personnages torturés et aux pulsions dévastatrices, je ne pouvais qu'être impatiente de rencontrer Ismaël et de le suivre dans son quotidien semé d'embûches et de sombres secrets. Ayant un passif lourd et sombre, il se construit à travers la violence et la haine, jusqu'au soir où il commettra l'acte qui va transformer sa vie à jamais...
Après un double meurtre sanglant, voilà qu'il décide sur un coup de tête de prendre sous son aile une petite fille. Aussi incroyable que cela puisse paraître, Ismaël va alors prendre le rôle de père pour cette petite et décidera qu'il fera tout pour elle et pour qu'elle ait une belle vie. Entre lourds secrets et découverte d'une vie à laquelle il ne s'attendait pas, nous allons suivre son quotidien aux côtés de Lélia. Entre bonheur et désillusion, son âme tourmentée réussira-t-elle, enfin, à trouver le repos et le bonheur?
J'ai adoré le personnage d'Ismaël malgré son caractère particulier et ses pulsions parfois troublantes. Il est un personnage qui essaie comme il peut d'avancer sur son chemin de vie et de ne pas sombrer, mais cela s'avère compliqué car il est atteint au plus profond de sa chair. L'auteur réussit à le rendre sympathique et proche de nous malgré les horreurs dont il peut faire preuve. J'ai beaucoup aimé la façon dont il développe sa personnalité, même si j'aurais aimé plonger encore plus dans ses pensées pour suivre davantage ses analyses et son ressenti.
La relation qu'il a avec Lélia m'a beaucoup touchée, même si cette dernière m'a un peu déroutée par ses réactions à certains moments. Elle est surprenante sur bien des aspects cette jeune fille. C'est un duo attachant et détonant qui nous est offert et nous éprouvons une réelle sympathie pour eux, ainsi qu'une inquiétude non feinte face à ce qu'ils vivent, surtout que la plume de l'auteur nous plonge totalement dans leur quotidien.
Si je dois soulever un petit bémol, je n'ai pas vraiment compris l'utilité de l'épilogue. Alors oui c'est une excellente idée qu'a eue l'auteur de nous proposer un tel retournement, mais je dois dire que je suis un peu restée coite devant ce final qui est totalement imprévisible et presque dommage vu le fil rouge très intéressant qui nous était proposé. J'aurais préféré qu'il s'arrête simplement à la fin du dernier chapitre qui aurait clôt, du moins à mon goût, parfaitement bien son histoire. Toutefois, cette remarque reste totalement subjective et d'autres trouveront probablement que cela était une belle conclusion.
En bref, j'ai passé un excellent moment aux cotés d'Ismaël, un personnage hors du commun et à la vie tumultueuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
chevalierortega33chevalierortega33   20 juin 2020
« Il y avait autant d'objets crasseux dans cette pièce que dans le vestibule.
En avançant encore, des remugles d'urine, qui s'exhalaient de la banquette, heurtèrent mon odorat. Je marquai un temps d'arrêt mais Franck sembla si saoul qu'il n'entendait rien. Je n'étais pourtant qu'à un mètre de lui. Je m'emparai d'abord de la lampe à souder et, malgré le feulement dans l'air, la forme humaine ne réagit toujours pas. Puis, je me saisis des cisailles crocodiles pour chauffer l'intérieur des lames bordées de pointes. La flamme souleva quelque boucan mais l'homme ne se réveilla pas davantage. Mais, au moment même où je me penchai au-dessus de lui il rouvrit les yeux, comme mû par un vain sursaut de vie. Alors je refermai d'un bruit sec les deux lames acérées sur sa verge flasque ! Sous le coup de la douleur, Franck hurla à s'en décrocher la mâchoire. Et aussitôt son cerveau se déconnecta, ses yeux roulèrent sur eux-mêmes et sa tête se plia sur le côté. Il perdit connaissance pendant que du sang, par flots ininterrompus, s'enfuyait de ses parties génitales. Pour accentuer l'hémorragie artérielle, je tirai de toutes mes forces sur les cisailles crocodiles et son sexe, déjà mort, fut projeté contre la télévision éteinte. Un ultime cri, sans âme, sans espoir, sortit de sa pouacre bouche et, en moins de cinq minutes, la vélocité de mes gestes, ajoutée à la débilité de sa santé physique, lui furent fatales.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
KazcookKazcook   09 juillet 2020
Puis, j'ouvris la porte. Un air glacial pénétra en même temps que la vieille femme. « Entrez ! » l'invitai-je pour abréger cette attente. Sa silhouette s'étira dans le grincement béât de la porte déployée. Quand elle me remarqua derrière elle, il était bien trop tard. Je l'empoignai par le cou pour la faire basculer sur moi et plongeai le couteau dans son cœur. L'épaisse lame lui ôta la vie en un éclair. La pauvre femme s'affala comme un bibelot poussiéreux près du corps supplicié d'Olivier. Plus aucun souffle n'émanait de sa bouche édentée. Seule une larme avait pris forme sur l'une de ses joues fripées. Soquettes l'aspira, d'un rapide coup de langue.
Mais, pour ma part, j'étais déjà dans l'après-carnage. Je savais devoir penser à notre fuite. Vite. Très vite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
chevalierortega33chevalierortega33   20 juin 2020
Dès que j'eus fermé la porte à clé, je me métamorphosai. Mes mouvements étaient mécaniques, mes sensations et mon âme en surchauffe.
Alors je passai ma combinaison en polypropylène. Lorsque je protégeai mon visage du masque en élastomère, des picotements de plaisir envahirent la peau de mes joues. Après que j'eus enfilé mes gants anti-coupures, quelques-uns de mes organes semblèrent exploser au fond de moi. Je ressentis la force harmonieuse de ce cataclysme avec la dimension d'un ouragan. Enfin, avant de rejoindre mon hôte dans la pièce au piano à queue, je retirai une poire d'étouffement de mon havresac...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Lilou08Lilou08   25 avril 2020
85 jours. Je resterais reclus 85 jours comme un chien. Alors que certains de mes collègues, bien plus concernés que moi par le trafic de stupéfiants, bénéficièrent de leur levée d’écrous les uns après les autres, le juge d’instruction souhaitait me tenir sous sa coupe. Il mit en exergue, pour me maintenir aussi longtemps captif, que je connivais aux actes suspects d’une famille connue de la région. Mais je n’étais qu’un jeune adulte, paumé, qui appréciait la compagnie des filles, et celles, de temps à autres, de l’absinthe et de l’opium.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Lilou08Lilou08   26 avril 2020
Derrière le comptoir de la cuisine, je n’en menais pas large. Je voyais bien que Leila avait du mal à me croire sur parole. Grâce à la relation surnaturelle qu’elles avaient toujours entretenue entre elles, Leila et Soquettes étaient comme deux sœurs jumelles. Et je n’aurais pas été surpris que la seconde eût dévoilé à la première la vérité sur notre voyage en voiture ! J’en étais là de mes pensées quand je m’aperçus que le journal télévisé de 19 heures accaparait toute l’attention de Leila.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

autres livres classés : thriller psychologiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Pierre Faupoint (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2415 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre