AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791026248057
235 pages
Éditeur : Auto édition (28/01/2020)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Présentation de l’auteur

Pierre Faupoint est poète et romancier. En 2017, son recueil de poèmes en prose, « Seize », rencontre un succès d’estime, Puis, son premier roman, « Je fus un mauvais homme », est unanimement plébiscité par un lectorat de plus en plus large. Aujourd’hui, avec son deuxième roman, « Les Écervelés », l’auteur vous plonge dans un futur plus proche que vous ne pouvez l’imaginer. Préparez-vous à faire des sauts dans des corps et dan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
coquinnette1974
  08 mars 2020
Je remercie chaleureusement Pierre Faupoint pour l'envoi, en service presse, de son nouveau roman : Les Écervelés.
Venez avec moi, je vous emmène en 2023 à Sainte-Clotilde, petite ville imaginaire d'une France devenue paranoïaque.
Fantin et Khris, 17 ans, les meilleurs amis du monde, s'interrogent, chacun à leur manière, sur leur devenir. La France va mal, les élections de 2022 ont marquées un tournant dans son histoire...
La rencontre des deux jeunes gens avec une certaine Mademoiselle Fournet est le point de départ, pour Fantin, d'une nouvelle existence : il se retrouvera tour à tour, réellement, physiquement, dans le corps d'un enfant néandertalien, puis dans celui d'un loup !
Augmenté, son cerveau devient, aux yeux de Genomis Incorporation, une société de biotechnologies tentaculaire, un trésor qui doit lui appartenir....
Les Écervelés est une dystopie en un tome, ce que j'apprécie car souvent ce genre se décline en série. Il y a de la science fiction, de l'anticipation, de l'histoire.. Un mélange des genres captivant et très réussi.
Nous sommes dans un futur proche qui fait froid dans le dos car, qui sait, la folie de certains scientifiques pourraient bien aboutir à un tel futur ! Et l'auteur évoque le problème de la chaleur, ce qui est malheureusement plus que plausible. Qui sait combien il fera dans quelques années si le réchauffement climatique continue...
Il y a deux parties, la première se déroulant en 2023 et la seconde en 2038. Les choses ont beaucoup évoluées, les robots ont le statut de citoyen à part entière et les humains leur servent de membre de rechange... Fou, hein ? Enfin, pas si fou que ça, tout ça et c'est bien ce qui met un peu mal à l'aise. Qui c'est où le désir de devenir immortel peut aller..
J'ai apprécié l'écriture de l'auteur, découverte avec son premier roman (Je fus un mauvais homme).
C'est très bien écrit, il y a pas mal de dialogues (notamment dans la seconde partie) mais cela ne m'a pas dérangé. Au contraire c'est tout à fait cohérent car en 2038 Fantin apprend de la bouche de ses proches ce qui est arrivé pendant les quinze derniers années. Les dialogues sont nécessaires, assez dynamiques et ça m'a plu.
J'ai eu quelques difficultés à accrocher par moment à la seconde partie car il y a des termes scientifiques et je n'y connais pas grand chose en ce qui concerne le cerveau. Je me suis un peu perdue ici et là, pourtant l'auteur fait l'effort que ce soit accessible à tous. Mais j'ai un peu moins accroché à certains passages, cela arrive :)
Par contre, chapeau à l'auteur pour son travail de recherche car ce roman est extrêmement bien documenté.
J'ai aimé l'ambiance, les personnages, le monde crée par l'auteur (à la fois proche et pourtant différent du notre).
Il y a de très bonnes choses dans ce roman, que je vous recommande sans hésitation.
Ma note : un très gros quatre étoiles :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          373
kateginger63
  14 septembre 2020
Un roman dystopique flirtant avec le conte métaphysique
*
Assurément une lecture pas banale et proposant d'autres alternatives aux classiques récits futuristes. A la lecture de la 4ème de couverture, je ne me doutais pas de la direction qu'allait prendre ce récit. Encore une fois, un auteur autoédité - venant de la plateforme dédiée Simplement Pro - m'a agréablement surpris.
Originalité et singularité donc dans ce one-shot dystopique.
*
Dans un futur très proche, le jeune étudiant Fantin erre son ennui avec son ami Khris dans une banlieue blafarde et morne. Pour leur donner un peu de peps, ils consultent une médium qui a le don de clairvoyance. Mais cet entrevue ne se passe pas comme prévu et voilà que Fantin voyage à travers le Temps. Sa conscience se retrouve dans le corps d'un jeune enfant Néandertalien. Que s'est-il passé?
*
Une aventure qui plonge dans les méandres de la technologie du transhumanisme (un terme récemment médiatisé qui promet des améliorations sur-humaines). Un univers qu'on pourrait qualifier d'idéal mais qui finalement compromet ses chances et qui dévoile toute sa monstruosité quant à l'utilisation de ces progrès.
Un monde dont les plus aisés profitent des plus défavorisés (là encore, pas de surprise).
Le récit se voile d'une ambiance mystique voire paranormale avec le thème de la neuroscience. C'est bien exploité et j'ai surtout apprécié cette seconde partie qui nous montre vraiment ce que peut faire l'Homme envers ses semblables. La fin est ouverte et laisse penser à une suite...ou pas.
*
Parfois terrifiant, voire horrifiant, une expérience qui ne laisse pas de glace.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Chroniqueuse
  09 mars 2020
Dans ce nouveau roman “Les écervelés”, Pierre Faupoint nous transporte dans un univers dystopique mystérieux et alarmant.
Un tout grand merci pour l'envoi d'un exemplaire broché au Liban et pour la confiance accordée.
Prochainement une nouvelle chronique sera disponible sur le blog conçernant un recueil de poèmes “Seize “ offert par l'auteur que je remercie de nouveau pour cette délicate attention .
La première de couverture dispose d'une image quelque peu étrange qui déchaine une réaction de négation contrairement au synopsis qui efface ce sentiment pour faire place à la lecture du manuscrit avec un intérêt certain
Il y a environ 200 000 ans, apparait l'homme de Néandertal, de caractéristiques physiques propre, et reconnu pour ses capacités intellectuelles.
Les nouvelles technologies évoluent à une vitesse grandissante, action et discussion occupent une place prépondérante dans la société actuelle, suscitent des soulèvements contradictoires pour l'usage de leurs innovations parfois inquiétantes et néfastes conçernant le futur.
Deux ères sont au coeur de ce roman qui vise une problématique en dénonçant les agissements de l'homme parfois desctructeurs.
Ce livre tend à dialoguer sur le transhumanisme et sa démarche, extrait l'intelligence supérieure de l'homme, dénonce les pratiques diaboliques des coopératives et leur soif de pouvoir …
2023-2038, deux dates à retenir, sont d'une importance primordial dans la narration de ce récit, dévoilent l'ignominie de l'être humain lors de découvertes incroyables et assez troublantes utiles pour l'avenir .
Les écervelés , un roman qui prend forme avec Fantin un personnage assez ordinaire, de nature amicale, de famille peu aisé . Une rencontre avec une jeune femme aux pouvoirs quelque peu surnaturels va révéler que ce jeune garcon possède un cerveau de constitution phénoménale, information alléchante pour une société SANS MERCI en proie de gloire…
Un paradoxe sur les émotions s'installe ce qui va beaucoup jouer sur le comportement des personnages…
Avec une plume immersive, Pierre Faupoint nous embarque dans une histoire qui s'alterne entre le passé et le présent, qui suppose l'avenir.
Un agréable moment de lecture avec ce roman bien structuré qui prévoit ce qui nous attend peut-être un jour…

Lien : http://chroniqueuse6.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
aurore34490
  12 juin 2020
2023, Fantin et Khris, deux amis de 17 ans, se posent des questions sur leur devenir. On vit alors dans une France paranoïaque, dirigée par un parti autoritaire qui fait régner la peur. Fantin et Khris rencontrent grâce à Tibo, le fils d'un savant, Mademoiselle Fournet, une voyante-hypnotiseuse. Celle-ci sent une connexion spéciale avec Fantin et commence avec lui. En l'hypnotisant, celui-ci se retrouve dans une sorte de transe, et se retrouve propulsé dans une tribu du Néandertal. Incapables de le faire revenir, ses amis l'emmènent à la clinique du père de Tibo, Luc Rigo. Il voit en Fantin le cobaye idéal pour ses recherches, le cerveau du jeune homme ayant considérablement augmenté. Un second voyage l'emmènera dans la peau d'un loup. 2038, les choses ont évolué, les robots ont le statut de citoyen à part entière...
Ce roman est un mélange de science-fiction, de dystopie, d'anticipation. L'auteur nous embarque en pleine évolution. Petit à petit, les robots prennent le pas sur les humains. Une fiction qui pourrait rejoindre la réalité non ? le roman se divise en deux parties : la première, en 2023 et la seconde en 2038. L'écriture de l'auteur est très élaborée, le langage soutenu. Dans la narration, cela ne choque pas, mais en revanche, cela est plus gênant dans les dialogues. En effet, si Khris, a un langage très fleuri, mélange de titi parisien et de parler de quartier, les autres adolescents utilisent un vocabulaire un peu trop soutenu pour des jeunes gens de leur âge. Dans la seconde partie, l'auteur utilise beaucoup de termes scientifiques qui peuvent égarer les novices. Malgré tout, le travail de recherche fait par l'auteur est sérieux tant sur le transhumanisme (un mouvement culturel et intellectuel international prônant l'usage des sciences et des techniques afin d'améliorer la condition humaine notamment par l'augmentation des capacités physiques et mentales des êtres humains), la préhistoire, la robotique, la politique...
Les personnages sont travaillés en profondeur. Fantin est un jeune garçon issu d'une famille peu aisée, mal-aimé entre une mère soumise et un père rustre. Ses transes l'emmèneront dans une tribu de Néandertal et dans le corps d'un loup. Malheureusement, autant le voyage dans la préhistoire est très détaillé et intéressant, autant celui dans le corps du loup est trop court, c'est dommage. On perd le sens de ce qu'il ressort de cette expérience. Il apprend l'amour, le monde, son cerveau en grossissant lui permet alors de mieux appréhender ce qui l'entoure. Son ami d'enfance, Khris, est un toxicomane. Il s'enfonce petit à petit dans les méandres de la drogue et vendrait père et mère pour sa dose quotidienne. Il a peu d'éducation, un langage fleuri, il existe un vrai contraste entre les deux amis. Tibo, le fils de Luc Rigo, a tout pour être heureux : de l'argent, une voiture, son indépendance. Tout, sauf l'intérêt de son père. Malgré l'amour qu'il porte à son père, on admire la force d'opposition qu'il a en lui. Luc Rigo est prêt à tout pour avancer dans ses recherches. Pour lui, rien n'est plus important que ce qu'il fait. Il en oublie les valeurs qu'on a pu lui inculquer un jour.
Le saut entre les deux périodes est assez intéressant. Même si la seconde partie est plus compliquée à comprendre parfois... On est dans une nouvelle société avec différents catégories. Une fois de plus, l'argent fait la différence dans le monde, comme quoi rien ne change vraiment. En 2038, on voit différentes strates de population. L'humain pauvre sert de "membre de rechange", cela peut paraître étrange, et pourtant...
Un roman qui plaira aux adeptes et de science-fiction, qui aiment tout ce qui concerne les biotechnologies et le devenir de notre monde. Un roman très bien écrit mais parfois ardu à comprendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Yumiko
  09 juin 2020
L'auteur nous propose un autre style et un autre univers avec ce nouveau roman. Nous voici plongés au coeur d'une dystopie, genre qui n'est pas tout à fait mon préféré à la base, mais le résumé est alléchant et donne vraiment envie d'en apprendre plus, surtout sur ce qu'il va se passer en 2038, ce qui est très intrigant et laisse présager des réflexions intéressantes sur l'évolution de notre société.
Dans la première partie, nous faisons donc connaissance avec les personnages qui vont rythmer notre lecture. Nous sommes en 2023 et la vie de Fantin va être bouleversée par une drôle de rencontre... et pas qu'un peu! Il va vivre des expériences incroyables suite à cela et cela le mettra dans une situation inextricable et bien problématique...
Cette première partie s'avère déjà très intéressante, surtout par les découvertes faites par Fantin et par ce qu'elles vont déclencher autour de lui... Nous avons envie d'en apprendre toujours plus et nous suivons avec passion ses aventures. Mais que dire du saut en 2038! Pour moi, cette seconde partie est encore plus forte car elle porte de nombreuses révélations de ce qui n'était qu'esquissé en 2023.
L'auteur nous offre une histoire originale et bien construite, de quoi réussir à nous surprendre sur l'évolution de cette société en 15 ans, tout comme sur l'évolution de nos héros. Cela fait vraiment froid dans le dos, car les idées proposées ne semblent pas si improbables que cela et c'est bien ce qui donne des frissons... J'aurais bien aimé par contre en apprendre plus sur ce qu'il s'est passé durant ces 15 années et plonger plus profondément dans cette étrange année 2038.
En bref, l'auteur nous offre une histoire originale et qui donne froid dans le dos! Alors plongez dans un futur qui pourrait devenir le nôtre un jour, allez savoir...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
pit31pit31   30 mars 2020
Là, Fantin a peur. Sa mère est pourtant comme à bout touchant avec lui, mais une peur, indomptable, l’étreint. Le petit Faki, sensible au trouble châtié de son copain, tente de le rassurer : « Di kasou ! Pou ko ! Pou ko ! Oum pou ko. » Fantin se tait. Il croit réentendre, dans la bouche de
Faki, des mots que sa mère a également utilisés plus tôt dans la matinée, mais il n’est plus très sûr de rien. Puis, un des onze hommes, sans l’ombre d’un doute, l’a choisi puisqu’il s’agenouille à un pouce de lui. De sa grosse voix, il lui dit : « Toumi. Pou ko di kasou. Sta pla. Tama pla ! » Pendant qu’il parle à Fantin, l’homme désigne le front, le coeur, puis le ventre de son corps naissant avec ses doigts huileux. Autour de lui, Fantin voit que cette scène se répète avec tous les autres enfants : un homme, à genoux, avec
les deux gros coquillages juste posés à proximité, prêt à peindre des motifs sur la peau de son jeune vis-à-vis. Fantin respire, respire, et quand sa mère, au surplus, s’accroupit dans son dos, il est submergé par un sentiment de bien-être remarquable.
« Toumi… » lui murmure-t-elle en posant un baiser tendre sur son épaule. « Toumi… di ko di kasou. Sta pla tama pla. Pla ! Pla ! » Puis elle s’empare de l’un des coquillages où une poudre rouge, fine, composée de minuscules cristaux, lui servira sûrement à pigmenter la peau du dos de Fantin. Quant à l’homme, qui, lui, s’est saisi du second gros coquillage, il y trempe ses mains qui en ressortent enduites d’un vert sombre et minéral. Aussitôt après, l’homme exécute des motifs linéaires et arrondis sur la poitrine de Fantin. Autour de son nombril, il dessine en pointillé plusieurs petits crânes humains imparfaits. Pendant qu’il tape sans ménagement sur le ventre reverdi par ses doigts, il lui explique, semble-t-il à Fantin, la signification des crânes ainsi ébauchés : « Oum sa sa ! Sa sa oum ! » Fantin n’y entend goutte mais son tatoueur a l’air si convaincant, en levant les bras vers le plafond de la grotte, qu’il le croit sur parole.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
pit31pit31   31 mars 2020
Ce même lundi matin, à quelques kilomètres de là, le logement des Chaloupe avait déjà été secoué par plusieurs réveille-matin. Deux, pour être exact. Le père de Fantin avait quitté leur maison du Clos Marguerite avant que le jour n’eût lui. Il embauchait à six heures ; Fantin et lui n’avaient échangé nul mot. Vers les dix heures, Claudie était apparue, à la va-vite, à la minute près, comme chaque jour de la semaine. À l’instar de son Minou adoré, Claudie n’avait pas encore le droit de prendre une retraite qu’elle eût pourtant déjà bien méritée. Ainsi c’est usée, les os en friche, échinée par des années d’un labeur manutentionné, qu’elle se préparait à tenir son poste de
packeur, à temps partiel, dans un entrepôt de la périphérie de Areng-sur-Fault.
Il n’aurait su dire pourquoi, mais Fantin était réveillé depuis longtemps. Sans doute qu’il avait un peu honte d’entamer une convalescence qui allait le clouer à la maison pendant plusieurs jours. Tandis que, dans son chignon, sa mère emberlificotait amertume et grande lassitude. Alors il s’extirpa de sa chaise, se plaça en travers du chemin de Claudie, et l’obligea à cesser tout mouvement une poignée de secondes. Elle maugréa : « Fantin, mon chéri ! Je n’ai pas le temps pour ces enfantillages ! » Il s’en amusa : « Je sais, maman… je sais… » Puis, poussé par un élan d’amour ô combien réjouissant, il l’enlaça de toute sa tendresse. Et quand, après avoir humidifié très légèrement son index, il redessina le pourtour de ses lèvres pour que le rouge y
coïncidât à merveille, Claudie s’en inquiéta : « Tu ne vas pas faire de bêtises, au moins ? Hein, mon chéri ? Tu me le promets ? » Souriant, évidemment souriant, Fantin la rassura et lui dit à ce soir. Enfin, elle quitta à son tour la
maison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
pit31pit31   30 mars 2020
Trente-cinq minutes plus tard, quand le crossover freina d’un coup sec devant la Clinique Astrid, Fantin n’avait toujours pas rouvert les yeux. Tibo s’était déjà extirpé de la place du conducteur tandis que Khris, d’une nonchalance inouïe, déverrouillait seulement sa portière. Trois internes,
un homme, deux femmes, vinrent immédiatement à leur rencontre avec un brancard monobloc. D’une efficacité redoutable, ils allongèrent Fantin dessus et, pendant qu’ils traversaient le hall de l’établissement, l’une des internes grimpa sur la civière à chevauchons. Elle fut ainsi plus à son
aise pour procéder aux étapes principales de son examen physique : les souffles cardio-vasculaires de Fantin étaient bons, ses intestins et ses poumons, a priori, n’en disaient pas le moindre mal. En fait, le garçon donnait l’impression d’être juste accablé de sommeil. C’était très inhabituel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
pit31pit31   29 mars 2020
Dès qu’il montra le bout de son nez dans la cuisine,
sa mère, tablier autour de la taille et hachoir à la main,
se retourna vers lui. Comme à l’accoutumée, d‘une voix
effacée – pour faire contrepoids avec la raucité de celle
de son mari – elle convia son fils à s’asseoir à la place
qui lui était réservée. La position de chacun répondait à
des impératifs absolus : en bout de table, le patriarche
profitait tout son soûl du téléviseur, juché en hauteur, dans un recoin de la pièce. La mère, à l’affût de chaque requête des hommes de sa vie, n’avait que le bras à tendre pour empoigner sa marmite basse. Et quant à Fantin, ce repas-là, comme tous les autres, n’était à ses yeux que prétexte à se nourrir. Il savait qu’il n’en ressortirait rien d’exceptionnel, ni même rien d’à peu près intéressant ; mais il avait fini par en faire son deuil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
pit31pit31   31 mars 2020
Intérieurement, Madeline se félicita que c’était dimanche soir et que les visiteurs avaient presque tous quitté la Clinique Astrid. Elle se disait aussi que, peut-être, l’addiction de Khris à l’héroïne pourrait être une alliée
de poids dans l’atteinte de leurs objectifs, à Luc et à elle. Alors, elle changea sans coup férir de braquet, c’est-à-dire qu’elle considéra Khris comme un être à part entière, avec déférence, omettant le côté répugnant de sa toxicomanie ; le jeune garçon en fut tout remué. Il avait toujours été
tellement en manque d’amour que les feulements de la Madeline, même outranciers, suffisaient à le rendre malléable comme de la pâte à modeler.
Chef d’orchestre impudique et lascif, la médecin-chef annonça du coup la couleur à Khris sans équivoque ni la moindre fausse note :
« Voyez-vous, Khris, même sans avoir utilisé de techniques invasives pour étudier le cerveau de votre meilleur ami, nous savons que celui-ci est exceptionnel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

autres livres classés : dystopieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Pierre Faupoint (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3548 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

.. ..