AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2213636958
Éditeur : Fayard (26/08/2009)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 19 notes)
Résumé :
Cuba, le meilleur de la boxe. Des champions méconnus, éternels amateurs enfermés dans leur île.
Je devais accompagner de jeunes espoirs français partis s’endurcir à Pinar del Río. Chaleur caraïbe, sessions d’entraînement intenses, riz-haricots noirs au menu, dortoir collectif... Le stage s’annonçait rude. Très rude. À trente ans, la fin de carrière approchait. Je le pressentais.
Claquement des gants sur les sacs, cuir contre cuir. Dans la fournaise du ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
carre
  13 juin 2012
Cuba. le narrateur du roman à la faveur d'un stage de jeunes boxeurs français venus s'aguerrir face aux meilleurs amateurs de la planète découvre un jeune cubain Yoangel. Son style, sa puissance, sa technique se révèlent hors du commun.
La grande réussite du livre de Fauquemberg c'est son style, indiscutablement. Il place le lecteur sur le ring, rarement l'intensité d'un combat, l'énergie déployée l'esquive ou la force des coups, le visage dégoulinant de sueur n'ont été aussi bien retranscrit, Yoangel lui, boxe pour l'art de ce sport. Ici on est à La Havane, bien loin des salles mythiques accueillant de légendaires boxeurs. Ici la vie est dure, le devoir patriotique et l'espoir une utopie. Les scènes du quotidien sont elles aussi parfaitement réussies et donne une force supplémentaire au récit. le narrateur comprend très vite que Yoangel ne sera jamais une star, la dictature a fait son oeuvre et enterrée les rêves. On pourra juste reprocher au roman le manque d'empathie pour les personnages Mais, après l'Australie et l'excellent "Nullarbor", Fauquemberg grand voyageur, nous emmène à Cuba, loin des photos des catalogues touristiques, pour nous montrer un peuple fier malgré la dureté de la vie. le voyage mérite le détour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
MaiaAlonso
  28 août 2012
La boxe à Cuba, double thème qui implique un style à la fois sobre et opulent d'où tout l'intérêt de ce fascinant roman .." Mal Tiempo", un titre, une ambiance. Cuba, le ring,le cagnard, la souffrance. Même si on ne connaît rien à la boxe, même si on n'aime pas, Fauquemberg nous y convertit à coups de mots hachés,de phrases déferlantes comme autant d'uppercuts. L'histoire : un boxeur en fin de carrière (le narrateur) accompagne de jeunes espoirs français pour un stage à Cuba, pays réputé pour la qualité de ses combattants qui empochent de nombreux prix. Dans les coulisses, les promoteurs achètent aux enchères les champions, une saignée pour Cuba. le lecteur est saisi, happé, malmené par l'entraînement inhumain des boxeurs. L'écriture de Fauquemberg est en parfaite adéquation avec son sujet. Son héros, Yoangel, c'est le champion par excellence « il ne combattait pas l'adversaire. Il combattait la boxe ». Il est « l'évidence, la grâce (...)Superbe et discipline en parfait équilibre. le champion ». Des descriptions sobres et percutantes pour camper des personnages dans le territoire de l'arène. Succession de portraits pittoresques qui rappellent le ton de «Nullarbor ». Les images suintent la beauté. Et ce combat final où « au lieu de glisser sous les coups, Yoangel s'offre à eux ». Un joyau qui se lit d'une traite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
petitepom
  12 novembre 2011
Je suis pas fan de boxe, alors pourquoi j'ai réservé ce livre à la biblio, sans doute qu'un bloggeur (ou bloggeuse) m'a donné envie ; qui que tu sois, je te remercie car j'ai découvert une lecture vers la quel je ne me serais pas pencher sans le web et ses tentations.
Ca parle de boxe mais pas seulement, il y a le cadre, la souffrance ; le désir d'aller au bout de soi, l'écriture et les descriptions sont agréables à lire, les combats ne sont pas rébarbatifs à lire, précis et courts, ils décrivent bien le ressenti des boxeurs.
Le seul défaut est la chronologie, on commence des chapitres ou paragraphes sans savoir ou on est, ni de qui on parle. de plus j'y connais rien en boxe.
Commenter  J’apprécie          20
Chouchane
  03 mai 2010
Sans doute faut-il aimer la boxe pour apprécier cet ouvrage qui reste descriptif. On ressent peu les émotions des protagonistes, l'auteur ne se fait pas oublier et finalement on a l'impression d'un travail de journaliste plus que d'une fiction. Dommage, l'idée était bonne.
Commenter  J’apprécie          10
LesChroniquesdEmilie
  11 mai 2013
'ai du lire ce livre dans le cadre du thème du sport pour mes cours de français de BTS. Je dois avouer que je ne voulais pas le lire car moi et le sport ça fait deux. Je l'ai lu et je l'ai trouvé très agréable à lire. Mais il reste tout de même sans plus. le résumé dit que le livre va nous faire aimer la boxe, de mon côté ça ne marche pas.
Lien : http://leschroniquesdemilie...
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
MaiaAlonsoMaiaAlonso   28 août 2012
David Fauquemberg m'a confiée

Sans avoir ou pas à cautionner la politique… quand vous êtes là-bas, vous vous apercevez qu’il y a eux et le reste du monde. Cuba c'est la pureté de la boxe. La meilleure nation au monde en boxe amateur (pas de boxe professionnelle là-bas). La classe, une gestuelle, un style, une élégance… Vous traversez les campagnes et vous êtes touchés : c'est un pays de noblesse aux traditions respectables. La boxe, c'est l'un des emblèmes du pays. Mon héros combat pour lui pas pour Cuba. Ce qui m'a intéressé dans ce pays se sont les mélanges d'influences indiennes, une vieille culture. Je voulais rendre ça : cette âme, ce maintien. Cette franchise qui impose le respect. Et la réalité politique apparaît par des scènes absurdes, pas par des discours. Quand mon héros est sur le ring, c'est la seule fois où il est le maître, il fait ce qu'il veut dans la densité du livre. Se servir de la littérature non pour raconter sa petite histoire mais pour faire entendre sa voix.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
carrecarre   04 juin 2012
Cuba est ainsi faite, señor, que voulez-vous… Isla de locos !... »
L’île des fous.
Commenter  J’apprécie          120
MaiaAlonsoMaiaAlonso   28 août 2012
Dans la boxe comme dans l'écriture, il y a 3 temps : le rythme, la distance et le cadrage. Le rythme, c’est le tempo pour éviter les coups et, pour le livre, la composition. Et puis trouver la bonne distance et pour le narrateur, rester au plus près du possible, prendre les choses de l'intérieur, pas de généralités.
Commenter  J’apprécie          20
MaiaAlonsoMaiaAlonso   28 août 2012
il dit encore
C'est là l'intérêt en littérature. Et pour le cadrage… Sur le ring on cherche à emmener son adversaire sur les cordes ; en écriture : comment emmener le lecteur là où vous voulez l’emmener ? Le choix des verbes... Le plus impressionnant c'est la façon dont le boxeur maîtrise ses émotions ; il est dans la rage absolue et pourtant une rage contenue, c'est ce qui m'a intéressé.
Commenter  J’apprécie          10
MaiaAlonsoMaiaAlonso   28 août 2012
ce n'est pas un livre sur la boxe ni un livre sur Cuba. Ce double thème m'intéresse parce qu’il correspond parfaitement à ce que je veux faire en écriture.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de David Fauquemberg (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Fauquemberg
Le choix des libraires vous invite à la rencontre de Fanny Héquet, la propriétaire de la librairie « le Détour » de Granville dans la Manche. Avec elle, partagez ses coups de c?ur et ses auteurs favoris comme Richard Adams, David Fauquemberg ou encore Michel Jullien.
autres livres classés : boxeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Coupe du monde de rugby : une bd à gagner !

Quel célèbre écrivain a écrit un livre intitulé Rugby Blues ?

Patrick Modiano
Denis Tillinac
Mathias Enard
Philippe Djian

10 questions
839 lecteurs ont répondu
Thèmes : rugby , sport , Coupe du mondeCréer un quiz sur ce livre