AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782352043935
250 pages
Les Arènes (22/04/2015)
3.81/5   8 notes
Résumé :
La méthode des parents qui ne lisent pas les livres d'éducation
La vie de parents est une suite de choix imparfaits.
On voudrait bien que nos enfants se décollent de leurs écrans, mais on n'a pas envie qu'ils passent à côté de leur époque. On leur demande de finir leur assiette, mais on ne veut pas qu'ils deviennent obèses. On aimerait qu'ils soient autonomes, mais on a peur qu'ils fassent des bêtises...
Mais comment font les autres ?
Les... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
louneraia
  13 avril 2022
Un livre qui pose quelques unes des milliers de questions que l'on se pose quand on est confronté aux choix éducatif avec nos enfants : écran, nourriture, sommeil, scolarité...
Ce qui m'a touché dans son livre c'est qu'il soit écrit par une personne ayant vécu aux Etats-Unis et en France : j'ai retrouvé certaine spécificité de ma propre éducation ayant été élevée par une mère canadienne.
Pour ma part je vais continuer avec Winicott à essayer d'être une suffisamment bonne mère. Et comme l'a ajouté ma gamine à 4 ans elle va essayer d'être une suffisamment bonne enfant. Elle en a 10 de plus depuis un mois et pour ce que j'en vois c'est déjà suffisamment bien ;)
Commenter  J’apprécie          50
Shagyam
  16 septembre 2016
Avec un titre et une illustration aussi réac, on s'attend à lire un ouvrage expliquant aux braves mères totalement dévouées à leur progéniture comment préparer de bonnes tartes aux abricots sans mettre trop de beurre. Mais en fait, non. Ouf.
L'auteure, Guillemette Faure, est en réalité une maman moderne, qui se pose des questions modernes: Faut-il interdire les écrans ? Peut-on fermer la porte aux princesses ? Si on ne donne pas de fessée, on fait quoi ? Faut-il le forcer à aller se coucher...? Mais ce qui est surtout intéressant, c'est que ces questions sont posées sous forme de dilemmes; par exemple, à la question "faut-il l'obliger à finir son assiette?", l'auteure propose plusieurs réponses: non, parce que cela va perturber sa capacité à réguler son appétit... Mais en même temps, comment éveiller son goût...? En définitive, l'ouvrage pose de bonnes questions et fournit des pistes, tout en laissant le champs ouvert à la décision personnelle. Et ça fait du bien de lire un ouvrage qui ne soit pas injonctif, pour une fois!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Pivoine29
  01 juin 2019
Guillemette Faure est journaliste et mère d'un enfant. Elle a vécu longtemps aux Etats-Unis, où les préceptes pour élever un enfant diffèrent des nôtres. Partant du constat que la société a changé et que le poids de l'éducation à la fois pèse plus sur les épaules des parents (les fratries avant étaient plus nombreuses et tous s'occupaient des enfants) et moins : certains aspects ont été professionnalisés et externalisés, elle se plonge dans divers études, divers témoignage pour essayer de s'y repérer dans ce qu'il est bon de faire pour le bien être de l'enfant.
Un livre intéressant, didactique, bien illustré d'exemples. Rien de particulièrement nouveau. Mais de quoi déculpabiliser. Nous sommes tous dans le même bateau. Une seule idée à retenir : rien ne vaut l'attention qu'on accorde à son enfant. Ou à tout être humain, quel que soit son âge.
Commenter  J’apprécie          00
clarikaM
  11 mars 2022
Ce livre propose, classées par thématiques (toutes actuelles et assez universelles), d'excellentes réflexions sur l'éducation, abordées de façon journalistique, curieuse, non dogmatique. Une approche rare parmi les nombreux livres sur la parentalité.
Commenter  J’apprécie          00


Videos de Guillemette Faure (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guillemette Faure
William James (1842-1910) : Une vie, une œuvre (2014 / France Culture). Diffusion sur France Culture le 3 mai 2014. Par Matthieu Garrigou-Lagrange. Réalisation de Marie-Laure Ciboulet. Lecture de textes par Georges Claisse. Photographie : William James, 1880, by J. Notman, Boston (photographer). (Houghton Library at Harvard University; public domain via Wikimedia Commons). Dans ce numéro d’"Une vie, une œuvre", nous vous proposons de découvrir la pensée philosophique de William James, mais aussi ses découvertes en psychologie, lui qui était à la fois médecin, psychologue, naturaliste, chimiste, et qui s’était d’abord consacré à la peinture. Une pensée vivifiante, qui permet au passage de mieux comprendre comment on réfléchit de l’autre côté de l’Atlantique. William James (né le 11 janvier 1842 à New York, mort le 26 août 1910 à Chocorua dans le New Hampshire) est un psychologue et philosophe américain, fils d'Henry James Sr., disciple du théologien Swedenborg, filleul de Ralph Waldo Emerson, frère aîné d'Henry James, romancier célèbre, et d'Alice James. Il est l'un des fondateurs du pragmatisme. Il est parfois considéré comme une influence de la philosophie analytique, mais sa réception francophone témoigne également de son impact profond sur la philosophie continentale existentialiste et processuelle (voir notamment les travaux de Jean Wahl et, plus proche de nous, de Vinciane Despret, David Lapoujade et Isabelle Stengers, entre autres). William James est souvent présenté comme le fondateur de la psychologie en Amérique. Son premier grand livre, publié en 1890, est intitulé "The Principles of Psychology" ("Les principes de psychologie"). Ce livre présente une psychologie basée sur l'évolutionnisme et axée sur la réflexion philosophique. Un autre point important chez James est la notion de « tempérament ». Pour lui, les « tempéraments » doux vont vers l'idéalisme tandis que les « tempéraments » forts sont plus matérialistes, plus tournés vers la nouveauté et le risque. Si James reproche aux matérialistes leur manque de spiritualité et si, pour lui, un pragmatiste est plutôt doté d'un « tempérament » médian, il n'en demeure pas moins que, pour lui, la nouveauté et l'imagination sont importantes. Sa théorie de l'histoire n'est pas celle de lois éternelles de la nature mais qu'elle est faite par les hommes, et notamment par les grands hommes. De même, ce qui est important dans la liberté, pour lui, c'est la possibilité de faire du nouveau, du non nécessaire. Dans sa conception chrétienne et contingente de l'artisanat, l'homme coopère avec Dieu et ses égaux pour créer un monde en évolution permanente, progressant ainsi conjointement et par tâtonnement vers davantage de richesses et de beauté.
Avec :
Stéphane Madelrieux, maître de conférences en philosophie à l’université Lyon III Mathias Girel, maître de conférences en philosophie à l’ENS Michel Meulders, professeur émérite de neurophysiologie, ancien doyen de la Faculté de Médecine et ancien prorecteur de l’université catholique de Louvain Guillemette Faure, journaliste à "M le magazine du Monde", ancienne correspondante aux États-Unis Sylvain Bourmeau, producteur de l’émission "La suite dans les idées" sur France Culture
Sources : France Culture et Wikipédia
+ Lire la suite
autres livres classés : interculturalitéVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Et s'il faut commencer par les coups de pied au cul

Dans un film de Jim Jarmush, un tout jeune couple d'adolescents se demande : Y a-t-il encore des anarchistes à -------- à part nous ? Peu de chances. Où çà exactement ?

Paterson
Livingston
Harrison
New York

10 questions
21 lecteurs ont répondu
Thèmes : anarchie , éducation , cinéma americain , histoireCréer un quiz sur ce livre