AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : SIE56052_437
Éditeur : (30/11/-1)
4.83/5   6 notes
Résumé :
Broché
Editeur : Ldp; Édition : LE LIVRE DE POCHE (1964)
Langue : Français

• Une somme essentielle sur l'Histoire de l'art.
• Un immense classique disponible pour la première fois en un volume.
Vaste fresque qui va de la préhistoire au début du XXe siècle, cette célèbre Histoire de l'Art n'avait jamais été publiée à ce jour en un seul volume. Issu des cours à l'Université populaire qu'Élie Faure donnait à Paris, ce projet, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
jullius
  15 juin 2020
Après avoir lu Gombrich, Arasse et Panofsky, je n'aurais jamais imaginé pouvoir lire mieux. Et pourtant... Bien sûr il est difficile de dire que Faure est meilleur que ces trois immenses historiens, mais non seulement il n'a rien a leur envier sur le fond (même si cette histoire générale, comme le veut l'exercice doit faire des résumés) mais quel style : c'est a proprement parlé de la grande littérature.
Commenter  J’apprécie          40
Palindrome1881
  19 mars 2021
Élie Faure nous offre un savoir encyclopédique inclassable, sur l'histoire de l'Art. Son académisme est complété par une narration parfois épique, parfois lyrique, ce qui en fait un livre original et passionnant. Il nous transmet son amour des arts, nous souhaiterions ne jamais arriver à la fin du 5eme tome.
Élie Faure raconte avec verve plus de 2000 ans d'histoire, c'est titanesque. Un livre vital pour les amoureux des Arts et de la Culture.
Gombrich est venu le compléter mais ne l'a pas égalé.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
mylenamylena   26 août 2021
Nous avons vécu deux ou trois siècles avec le sentiment que la Renaissance italienne retrouva, pour notre consolation, la voie perdue de l’art antique, et qu’il n’y avait avant elle et hors d’elle que barbarie et confusion. Quand notre besoin de les aimer nous a fait regarder passionnément l’œuvre laissée par les artistes qui précédèrent, aux derniers temps du moyen âge, l’essor italien, nous avons méconnu et calomnié l’Italie. Nous lui avons reproché l’action qu’elle exerça sur les peuples occidentaux, nous avons refusé de voir que les peuples occidentaux, après l’épuisement momentané de leurs ressources spirituelles, devaient subir la loi commune et demander à des éléments plus neufs de féconder leur esprit. Nous sommes ainsi faits qu’il nous est très difficile de nous placer hors de l’histoire pour la considérer de loin et que nous attribuons trop volontiers une valeur définitive aux sentiments que nos désirs actuels nous dictent. Ce besoin d’absolu qui est notre souffrance et notre force et notre gloire, nous refusons de l’accorder aux hommes qui prirent, pour l’assouvir, un autre chemin que nous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mylenamylena   26 août 2021
L’art, qui exprime la vie, est mystérieux comme elle. Il échappe, comme elle, à toute formule. Mais le besoin de le définir nous poursuit, parce qu’il se mêle à toutes les heures de notre existence habituelle pour en magnifier les aspects par ses formes les plus élevées ou les déshonorer par ses formes les plus déchues. Quelle que soit notre répugnance à faire l’effort d’écouter et de regarder, il nous est impossible de ne pas en-tendre et de ne pas voir, il nous est impossible de renoncer tout à fait à nous faire une opinion quelconque sur le monde des apparences dont l’art a précisément la mission de nous révéler le sens. Les historiens, les moralistes, les biologistes, les métaphysiciens, tous ceux qui demandent à la vie le secret de ses origines et de ses fins sont conduits tôt ou tard à rechercher pour-quoi nous nous retrouvons dans les oeuvres qui la manifestent. Mais ils nous obligent tous à rétrécir notre vision, quand nous entrons dans l’immensité mouvante du poème que l’homme chante, oublie, recommence à chanter et à oublier depuis qu’il est homme, à la mesure des cadres trop étroits de la biologie, de la métaphysique, de la morale, de l’histoire. Or, le sentiment de la beauté est solidaire de toutes ces choses à la fois, et sans doute aussi il les domine et les entraîne vers l’unité possible et désirée de toute notre action humaine, qu’il est seul à réaliser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
mylenamylena   11 avril 2015
Nous ne savons réellement que ce que nous avons appris par nous-mêmes, et la découverte personnelle est notre unique source d'enthousiasme.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Élie Faure (1) Voir plusAjouter une vidéo

Suzanne Flon lit Elie FAURE
Suzanne FLON lit une page de Elie Faure.
autres livres classés : architectureVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Lieux de naissance

Jean-Jacques Rousseau est né à ....

Paris
Bayonne (Pyrénées-Atlantiques)
Genève (Suisse)
Marseille (Bouches-du-Rhône)

12 questions
45 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre