AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9791038806962
180 pages
ExAequo (02/06/2023)
4.82/5   22 notes
Résumé :
Théo a 20 ans lorsqu’il quitte son Auvergne natale et poursuit ses études de lettres à Paris. Il ignore tout de la capitale où il n’a d’attaches que sa grand-tante Ange-Lise, seule personne à l’avoir toujours compris. La bourse qui lui est allouée lui permet difficilement de vivre. Entraîné par Chris, une Américaine assez délurée, Théo s’inscrit comme « animateur » sur un site de rencontre au nom éloquent, « Rencontres au septième ciel », sans trop savoir ce que rec... >Voir plus
Que lire après Théo ou les chemins du désirVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
4,82

sur 22 notes
5
17 avis
4
1 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis
Bonjour tout le monde. Aujourd'hui je vous présente Théo, il a vingt ans et il suit des études de lettres. Pauvre Théo, vous savez ce que c'est, il vit dans une chambre mal chauffée, il ne se nourrit pas correctement et il a souvent les poches vides. Théo, en plus d'être dans la dèche, se sent un peu seul, heureusement, il a son adorable grand-tante et sa copine Chris.

C'est d'ailleurs Chris qui va l'inciter à s'inscrire comme animateur sur un site de rencontre, où Théo va se créer plusieurs profils, pour se faire plus d'argent ; il va notamment inventer « Théa », jeune trentenaire.

Pauvre Théo, tellement mal dans sa peau ; le fait de discuter avec plusieurs « clients » va lui permettre de réfléchir. Parmi les personnes qui lui envoient des messages, il n'y a pas que des « désaxés » ; il y a aussi des personnes qui ont besoin d'affection ou qui recherchent l'anonymat pour se permettre d'oser leurs fantasmes… Certains sont vraiment attachants...

Vous l'aurez deviné, Théo ne sait pas trop où il en est, et ce n'est pas sa famille qui va beaucoup l'aider, à part Ange-Lise qui le comprend et le soutient.

En plus des nombreux échanges auxquels nous assistons se mêlent les souvenirs de Théo, son adolescence, ses choix, ses parents…

Ce roman est court mais intense. Nous suivons l'évolution de Théo, concernant sa personnalité !

L'autrice Dominique FAURE a une écriture agréable, bon c'est normal, elle a un doctorat-es-lettres,
mais en plus elle nous brosse le portrait de Théo par touches et avec beaucoup de sensibilité.

Si le roman parle des difficultés estudiantines et des sites de rencontres, le principal sujet est tout de même la recherche de son identité et la découverte de ses attirances sexuelles ; le tout dans un environnement qui voudrait mettre tout le monde dans le même moule. Que signifie être différent ? Y-a-t-il vraiment une norme ? Comment un jeune peut-il se construire harmonieusement lorsqu'il n'ose pas avouer ses préférences ou qu'il se sent rejeté à cause de celles-ci ? Et puis, doit-on à tout prix choisir un camp ? Pourquoi être obligé de se définir ?

Ce roman est vraiment émouvant, Théo est attachant et mine de rien nous sommes amenés à réfléchir sur la sexualité et ça ne fait pas de mal. On referme ce livre avec le sourire mais aussi avec le sentiment qu'il y a encore beaucoup de chemin à parcourir…

Bref, un magnifique roman sur la sexualité, l'homosexualité qui permet de se poser quelques questions mais qui malgré tout, donne la pêche (je ne peux pas en dire plus, il faut le lire!)

À lire bien au chaud sous une couette, avec près de vous, un plateau avec du thé vert Earl Grey et une tonne de petits biscuits. Bonne lecture !

Mon compte Instagram : @la_cath_a_strophes

La_cath_a_strophes est également sur Facebook
Commenter  J’apprécie          312
Dominique Faure publie son quatrième roman Théo Ou les chemins du désir le 02 juin 2023 aux Éditions Ex Æquo et nous offre un récit bouleversant, délicat et original.

Il y a des romans qui vous touchent plus que d'autres. Théo en fait partie, et je vous explique pourquoi. Dominique Faure a le don de m'emporter dans son univers avec sensualité, élégance et douceur. Cette lecture atypique est authentique et sublime.

Dès les premières pages, l'auteure donne le ton avec le prologue. Théo a menti à Rodolphe. Place à la délivrance. Il prend la plume et se confesse en lui faisant part de ses doutes, de ses secrets et de ses questionnements.

Théo, vingt ans, étudiant en lettres à Paris. Il a des difficultés à joindre les deux bouts alors il va s'inscrire en qualité d'animateur sur un site de rencontre. Sur les recommandations de Chris, une récente amie américaine. Elle lui explique le fonctionnement et les objectifs. le but de sa mission est d'écrire le plus possible pour gagner de l'argent. Néanmoins, il y a une règle d'or : ne jamais les rencontrer.
Pour se divertir et gagner de l'argent, Théo va se créer plusieurs profils en inventant plusieurs vies. Théo deviendra Théa, Florian et Arthur. Trois personnalités différentes. Trois fois plus de chance de gagner de l'argent. Théa rencontre son premier client virtuellement. Rodolphe qui a une trentaine d'années, il est éditeur parisien et romantique. Au fil de leurs échanges, il découvre des personnes différentes, atypiques aux désirs et aux fantasmes inavouables. En rencontrant virtuellement ce panel de personnages, Théo va se faire prendre à son propre jeu. Il va s'interroger, se redécouvrir et va s'attacher en revanche, comment se sortir de cette spirale quand tout est basé sur du mensonge.

Ce court roman est original, doux et délicat. Un style rythmé et poétique. Les chapitres sont courts et d'une telle fluidité que j'ai lu ce livre d'une traite.
Je me suis laissée emporter par cette histoire et par ces échanges épistolaires. J'ai aimé toutes ces rencontres différentes. C'est prenant et bouleversant !
Rodolphe est un homme sensible qui m'a touchée et Anne-Lise est une personne ouverte, attentive puis attachante. Dans ce récit, l'écriture libère la parole et on ressent le bien-être que ça leur apporte. Les personnages se dévoilent avec beaucoup de douceur.
Quant aux thématiques, elles sont fortes et poignantes. L'auteure met des mots sur des maux.
À travers d'une plume magnifique, incroyablement douce et poétique, raffinée et délicate, le lecteur s'identifie et ressent une multitude d'émotions.
Entre joie, tristesse, doute, attirance, découverte et sensation, vous ne pourrez que succomber.

Ce roman est un hymne à la différence, à la tolérance contre la discrimination. Ce récit est à lire sans modération.

C'est avec un immense plaisir que je vous invite à vous procurer cette merveilleuse et sublime lecture.
Commenter  J’apprécie          110
Théo Ou les chemins du désir - éditions ExAequo, Collection Blanche

Animateur sur le site « Rencontres au septième ciel », Théo, jeune provincial monté à Paris pour étudier les lettres, s'invente plusieurs vies :

Florian, un étudiant qui pourrait être son alter-égo, Arthur homme mature et… Théa ?

Les désirs, les différences, l'identité et le genre ou son ambiguïté sont les jalons, les signaux qui révèlent, peu à peu, l'anima qu'est en train de se façonner Théo.

Théo deviendrait-il comme cet hippocampe, ce petit poisson à nageoires rayonnées qui porte en lui les oeufs dont il accouchera, en semant les germes de sa nouvelle identité ?

La durée de vie de l'hippocampe varie de 2 à 4 ans :
la mue rapide de Théo aura-t-elle le temps de s'effectuer en un laps de temps si court ?

Mais retour sur image : c'est Chris, la voisine américaine délurée qui initie le jeune Rastignac aux plaisirs interdits et l'entraîne dans le glissement progressif des désirs…

Alors Théo / Théa – déjà cette dichotomie insupportable de l'être ou du néant ?

Son parcours de vie : cette chambre de 12 mètres carrés sous les toits – une rue du Quartier Latin qui débouche sur la majestueuse Sorbonne, Carrefour d'histoire et de rêves !

Pour plus tard devenir Prof ? Rien n'est moins sûr !

Une bourse d'étudiant, des petits boulots – serveur / ouvreur – pas assez payé alors chercher autre chose de plus lucratif tout en s'amusant :

C'est là que Chris entre en scène : elle connaît déjà le site et y officie, lui en explique les rituels – faire écrire les clients le plus longtemps possible, échanges tarifés puis les laisser tomber avant que ça devienne ingérable – si c'est pas du cynisme ça y a ressemble fortement.

Mais voilà, c'est quand même beaucoup mieux payé qu'apporter des cocas ou des cafés aux clients du Boulevard Saint-Michel pour des pourboires hypothétiques !

Chris sera donc sa marraine. Puis se créer un personnage – un avatar - mais surtout, c'est la grande règle, au final on ne se rencontre pas !
Alors la pulsion jaillit, comme un cri de l'inconscient :

« Je m'appelle Théa… je vends de la lingerie – peut-on faire connaissance ? »

Heureusement, zone grise, Théo-Théa peut choisir ses correspondants, Ouf !!!

Rodolphe, éditeur parisien, sera son premier client ; il rêve d'élégance et de délicatesse : il est à la bonne adresse…

Déjà l'identité de Théo subit ses premières variations, les premiers émois, soulève le couvercle du coffre de Pandore dont s'échappent les désirs inavouables, issus du fin fond du ça, domicile ultime de nos pulsions.

Pour diversifier-élargir sa clientèle Théo-Théa se crée aussi des profils masculins : Arthur pharmacien la cinquantaine – Florian étudiant en lettres de 22 ans.

Trois profils : 3 fois plus de chance de gagner de l'argent, sa motivation initiale ; 4 heures par jour, 30 jours par mois, total = 1 200 euros, Whouah !!!

Et puis Rodolphe – Roddy pour les intimes – et Théa :
la romance démarre sur les chapeaux de roues !

Heureusement il y a un refuge (le refuge ?) c'est Ange-Lise, sa Grand-Tante institutrice à la retraite, elle vit en banlieue. Elle sait écouter, et va beaucoup mieux le comprendre que ses parents. Très vite Ange-Lise va devenir sa confidente, lui donne des conseils pour ses clients.

C'est elle qui lui fait ce joli présent : un porte-clés composé d'un anneau et de deux hippocampes, tiens le revoilà ce petit cheval aquatique ! Ange-Lise lui glisse un petit mot dont il retient le mantra :

« Il naît transparent et se colore avec la maturité » qui sonne comme une initiation pour le jeune étudiant : il en fera un programme de vie !
Ou quand Ange-Lise devient son ange gardien…

Les clients, les états d'âme, la variation des désirs, progressivement l'auteure nous emporte dans un univers dont il est bien difficile de discerner le réel du fantasmé, tant l'onirisme parvient à supplanter graduellement nos repères sensoriels habituels.

Il nous faudra changer de paradigme et accepter le mélange des genres, leur ambiguïté, leur caractère insaisissable et fusionnel. Et d'ailleurs ce Julien devenu l'un de ses clients fidèles lui parle de « féminisation » …

Cette porte d'entrée vers une autre identité est si troublante pour Théo-Théa : la franchirait-il aussi, comme Julien semble le lui suggérer… Ou bien est-ce Julien qui se rêve en Julia ?

Tant de questions qui resteront pour le moment sans réponse et acceptons de garder provisoirement le mystère, tant que vous n'aurez pris la décision de lire ce singulier opus qui changera à coup sûr votre perception de l'identité ;

Ce mélange des genres, des Yin & Yang fusionnés comme sur cette lame du Tarot initiatique de Marseille, « Le Monde ».

Revenons vers le talent de Dominique Faure :

Son art est de procéder par de subtiles variations, des glissements progressifs, comme si imperceptiblement au fil des pages l'horizon se métamorphosait en une nouvelle réalité ;

son raffinement, sa délicatesse, son esthétisme perlent à chaque seconde le récit ;

Cette histoire « Théo Ou les chemins du désir » semble sortie de l'écrin de nos rêves les plus doux-les plus fous, émanation d'un paradis intérieur où la sensibilité aurait remporté la victoire face à la force brutale ;

Comme si le féminin avait domestiqué le masculin dans une danse érotique fusionnelle, le temps suspendu, une métaphore du paradis…

Enjoy !
Lien : https://editions-exaequo.com..
Commenter  J’apprécie          40
Il est des livres que l'on dévore d'une traite tant ils nous saisissent au coeur, nous chamboulent, nous bouleversent. Une fois refermés, ils nous laissent au palais, comme un vin délicat et précieux, une longueur qui perdure et que nous savourons longtemps encore.
THÉO OU LES CHEMINS DU DÉSIR, roman de Dominique Faure (éditions Ex Aequo) est de ces ouvrages : il vous happe, vous hameçonne, vous entraîne dans la quête de son personnage central pendant quelques mois troublés par des rencontres virtuelles ou réelles, empêchées ou retardées par la pandémie qui frappe et confine la population de la planète.
Théo est un étudiant en lettres fraîchement arrivé dans la capitale pour rejoindre la Sorbonne. Dans la ville inconnue, son seul point d'attache est une douce et bienveillante grand-tante, Ange-Lise, la si bien nommée. le jeune homme va tenter d'arrondir ses fins de mois difficiles en devenant « animateur » pour un site de rencontre. Pour ce faire, il se crée plusieurs profils, masculins et féminins, propres à allécher celui ou celle en recherche de l'âme soeur. Un message échangé fait tomber un demi-euro dans son escarcelle. Une arnaque, à laquelle il adhère, mais les choses ne sont pas si simples : les personnes avec lesquelles il échange vont lui révéler des êtres aux désirs et aux différences qu'il ne soupçonnait pas.
Parce qu'il se cherche aussi, parce que lui aussi se sent différent, sans trop savoir ce qui l'attire. Il va tisser des liens, recevoir d'incroyables confidences dans ces échanges virtuels qui deviennent relations épistolaires suivies. Déboucheront-elles sur une concrétisation des désirs, des fantasmes ? Sur une vraie rencontre qui pourrait changer le cours de sa vie après que le confinement sera levé ?
Dans un style d'une extrême délicatesse et d'une précision chirurgicale dans l'analyse psychologique de ses personnages, D. Faure entraîne son lecteur dans les méandres des tourments et des émotions de ceux qui aspirent à pouvoir être vraiment eux-mêmes, à commencer par Théo.
Ancrés dans un « réalisme très contemporain des situations », (comme le dit Joël Mansa dans la préface à l'ouvrage) les personnages se débattent dans leurs difficultés à pouvoir vivre leur altérité, leurs espoirs dans ce monde si peu enclin à les accueillir. Ce que fera Théo pour Julien, si attachant, qui rêve de pouvoir un jour devenir cette autre qui sommeille en lui tout en le figeant de peur et de culpabilité :
« C'est seulement la peur, Théo, la peur et la culpabilité, ce qui nous ronge, ce qui nous coupe les ailes, ce qui nous maintient là où nous sommes. » (Page 160) Julien jettera-t-il le gant, poussé à ce déchirant renoncement à soi ?
Notre société est encore ancrée dans ses tabous, stigmatise l'autre s'il a le malheur d'être différent, de sortir du cadre d'une « normalité » hétéronormée et décrétée au nom d'une « morale », d'où qu'elle vienne.
Entre les lignes d'une palette subtile d'émotions distillées au fil du récit, l'auteur donne à réfléchir au combat à mener contre toute forme de discrimination. Les récits ciselés par Théo qui offre ainsi à Julien des bribes narratives de ce que pourrait être la transformation en Julia à laquelle il aspire sont porteurs de cette lutte à poursuivre, tout en douceur, pour un monde devenu enfin tolérant et dans lequel chaque individu pourrait être enfin libre de se vivre pleinement.
Un très beau roman dont on ne sort pas indemne et dont la force, véhiculée par l'élégance et la finesse de son écriture, est de poser des interrogations profondément humanistes qui nous concernent tous.
(Ce livre, de haute tenue littéraire, est en lice pour le Prix du Roman Gay 2023)
Julie-Anne de Sée
Commenter  J’apprécie          10
Théo, vingt ans, a quitté son Auvergne natale pour étudier à la Sorbonne. de caractère plutôt solitaire, mal à l'aise en compagnie de personnes du même âge, il vit dans une minuscule chambre de bonne, près de l'université, avec pour seules amies sa grand-tante Ange-Lise et une étudiante américaine, Chris. Pour payer le loyer et remplir son frigo, il fait des petits boulots comme serveur dans un bar ou ouvreur dans un théâtre. Un jour, Chris lui suggère d'ouvrir un ou plusieurs profil(s), en tant qu'animateur secret, sur le site Rencontres au septième ciel. Ce site préconise l'approche amoureuse par l'échange de messages, au nombre de signes limité et, bien entendu, payant. Les animateurs et animatrices sont rémunérés cinquante centime le message ; il est donc dans leur intérêt tout comme dans celui du site de relancer les « client(e)s » jusqu'à plus soif.

Après un moment d'hésitation, Théo se laisse convaincre. le matin et le soir, il devient ainsi non seulement Théa, séduisante jeune propriétaire d'une boutique de sous-vêtements féminins, mais aussi Florian, étudiant bisexuel, et Arthur, fringant pharmacien quinquagénaire. À sa grande surprise, les trois faux profils attirent presque instantanément des personnes esseulées qui cherchent là un moyen de se connecter à une âme si ce n'est soeur tout du moins pourvue d'une « oreille » attentive (je devrais plutôt dire : d'une paire d'yeux). Bien entendu, nombreuses sont les premières approches graveleuses, les messages surtout d'hommes qui ne semblent penser qu'avec leur sexe. Mais ceux-là, Théo les écarte rapidement. Il ne garde et ne relance que les personnes qui le respectent, qui l'attendrissent, avec lesquelles il a un certain feeling. Plusieurs d'entre elles, d'ailleurs, commencent vite à l'intriguer. Le•la mystérieux•se Sami, au genre indéfini et à la générosité suspecte. Julien, l'homme de la nuit qui admet des fantasmes qu'il ne s'est pas permis, jusque-là, d'admettre. Et surtout Roddy, le doux et poétique Roddy, qui s'avoue bientôt subjugué par la plume de cette Théa qui sait si bien lire, répondre, s'intéresser à autrui… Il se pourrait, comme le découvre Théo, à son corps et coeur défendants, qu'il finisse arroseur arrosé car Roddy ne le laisse pas indifférent, non plus…

Connaissant l'auteure de ce roman, j'ai débuté la lecture avec un apriori positif, et pour le dire d'emblée, j'ai été, comme Roddy, subjugué. La plume tout en douceur, en tendresse, en légèreté et profondeur (quel difficile jeu d'équilibriste que de réussir cet exploit !) m'a guidé tout au long d'une histoire touchante, captivante, bouleversante. Sous couvert d'une romance hyper-contemporaine (une partie de l'intrigue se déroule pendant le premier confinement, avec son lot d'expériences que nous avons partagées quasiment tous) et l'air de ne pas y toucher, Dominique aborde tout un tas de sujets qui méritent que l'on s'y attarde. Tout d'abord, ce roman nous parle de différence, de la difficulté de la vivre, de l'assumer, de même la revendiquer. En face d'un Théo perclus de complexes (physique androgyne, longiligne ; enfance et adolescence imprégnées de froideur et désintérêt parentaux ; première expérience amoureuse interdite, richissime, mais ô combien déstabilisante), on trouve la parfaitement décomplexée Chris, libre jusqu'au bout des ongles, chaleureuse et débordant d'énergie, ainsi qu'Ange-Lise, qui n'est qu'amour et acceptation. Ces deux-là font tout pour que Théo puisse se sentir lui-même, pour qu'il se permette d'être lui-même. Elles le font sortir de sa coquille, sa zone de confort, et lui montrent ce qui est possible. Elles lui répètent, par leurs mots et leurs gestes, qu'étant comme il est et qui il est, il est digne d'amour, si seulement il s'ouvre à ce sentiment.

Autre sujet abordé, le poids des mots. Dans notre époque hyperconnectée, nous nageons dans un océan quotidien de mots sans fond, sans profondeur, j'irais jusqu'à dire vidés de leur essence, de leur vie intrinsèque. Combien d'échanges presque frénétiques m'est-il donné de voir chaque jour, dans le métro, où les participants semblent étaler les moindres faits et gestes de leur vie en détail… Théo, dans ce monde, fait figure de véritable ovni, lui qui s'intéresse réellement à ses correspondant•e•s, se prend d'empathie, d'amitié, voire d'amour pour bon nombre d'entre eux, et ce malgré le fait que ses échanges sont, de prime abord, basés sur une supercherie on peut dire vénale. Quelle poésie, quelle inventivité, quel fond dans ses réponses ! Pas étonnant qu'il captive son public, bien plus par ses mots que par les photos truquées dont il a affublé ses profils. Il fait même office d'écrivain public, pour l'un de ses clients, afin de lui permettre de vivre, l'instant d'une lecture, les fantasmes enfouis le plus profondément en lui. Oui, avec Théo, on se rend compte que les mots peuvent encore compter, pour peu qu'on le leur permette. le poids des mots devient plus qu'un simple slogan, et de ce fait, donne espoir à tout écrivain qui, par moments, se met à en douter. Les mots, dans ce roman, prennent tant d'ampleur qu'ils réussissent même à susciter l'amour, de part et d'autre d'un écran.

Vous l'aurez compris, ceci est donc bien plus qu'une simple romance. C'est un Bildungsroman, dans le sens le plus noble du terme, un roman de formation (ou d'éducation) qui montre la belle évolution non seulement du personnage principal, qui raconte son histoire à la première personne (avec un beau truchement technique qu'il faudra découvrir par vous-mêmes), mais aussi de certain•e•s de ses correspondant•e•s. On devine, derrière Théo, l'empathie naturelle de l'auteure, sa constante curiosité bienveillante pour les personnes qui l'entourent, que ce soient des amis ou des présences furtives, chauffeurs de taxi, serveurs, etc. La belle plume de Théo est celle de Dominique, bien sûr, et ses qualités premières sont la douceur, la délicatesse, la gentillesse aussi. Tout comme Théo l'a utilisée pour capter et captiver Roddy, Dominique a réussi le même exploit avec moi. Et je recommande vivement ce petit bijou…
Lien : https://livresgay.fr/theo-pa..
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Comme en suspension à l'intérieur de l'eau, se déplaçant verticalement, en ondulant lentement sa queue avec grâce, douceur, et une allure majestueuse, il évoque la quiétude, le calme, la sérénité. Sa silhouette est pleine de charme, de fantaisie, de légèreté. Et quand ils sont deux, c'est magique. Comment mieux découvrir l'amour, la fusion, qu'avec leurs queues entremêlées ? Ils sont liés, mais libres de bouger, l'un entraînant l'autre, en douceur, sans contrainte, dans une vraie danse amoureuse, ensemble enlacés.
Commenter  J’apprécie          70
Je fais, moi aussi, partie de ceux-là, de ces chercheurs de dupes, de naïfs, pour quelques sous gagnés à chaque message sur le site. Y a-t-il des gens qui font ce travail d'"animation" à plein temps, qui passent leur temps à mentir à d'autres ? Pour certains clients, je n'ai pas de scrupules. Pour d'autres si… pour ces femmes qui me témoignent tant de confiance, qui souhaitent mieux me connaître, me rencontrer (et plus si affinités) et que je ne verrai jamais.
Commenter  J’apprécie          40

Video de Dominique Faure (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dominique Faure
Bande annonce de Frédéric : Instants de grâce
autres livres classés : non-binaireVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (31) Voir plus



Quiz Voir plus

Encore une potacherie

Scène de la vie quotidienne - Bonjour chéri, tu n'as pas oublié des passer au supermarché j'espère - désolé chérie, j'ai complétement zappé, j'ai eu une journée de M.... Mon boss a encore pété un câble... - on se passera de spaghetti dans les carbonara ! Question à 100 balles Quelle est la nationalité du monsieur de cette saynète ?

Polonais
Tchèque
Roumain
Italien

1 questions
30 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre

{* *} .._..