AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2203112115
Éditeur : Casterman (22/08/2018)

Note moyenne : 4.52/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Tout prédestinait Phoolan Devi à la trajectoire flamboyante qu’elle s’est choisie.
Née en 1963 au Nord de l’Inde et issue d’une très basse caste, elle est dès l’enfance confrontée à la pauvreté, à la violence et à l’injustice. Mariée de force à 11 ans, violée et séquestrée pendant des mois avant que ses parents ne la récupèrent, elle devient la paria de son village et doit son salut à un gang de bandits. À partir de ce moment, elle n’aura de cesse de lutter ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
LucileMM
  19 décembre 2018
J'avais de la vie de Phoolan Devi une idée assez floue et presque romantique, sans doute en raison de ce surnom de "reine des brigands" et de cette aura de justicière, une "Robin des bois" indienne...
La bande-dessinée de Claire Fauvel remet les pendules à l'heure.
Le destin de cette femme -née dans une famille pauvre, de basse caste, mariée à onze ans et violée par son mari trentenaire, puis dénoncée pour un vol qu'elle n'avait pas commis et à nouveau victime de violences sexuelles, cette fois de la part de policiers corrompus-, ce destin est sans doute proche de celui de milliers de femmes à travers le monde encore aujourd'hui. Mais Phoolan Devi aura eu la force peu commune de ne jamais se taire, de toujours se relever, à chaque fois plus forte et plus révoltée...
La rencontre avec les "Dalits" (brigands) issus de la même caste qu'elle, sera l'occasion d'enfin prendre le contrôle de sa vie et semer la terreur parmi ceux qui jusque là agissaient impunément.
Le texte est efficace, le trait est à l'image de la vie de Phoolan, sombre, souvent fiévreux, parfois torturé.
Lecture difficile mais nécessaire.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
jamiK
  14 janvier 2019
Cette bande dessinée n'est pas une fiction, c'est sans doute romancé, mais malgré la violence qui y règne, je pense que certains passages sont même édulcorés. On pourrait croire que c'est une histoire d'un autre temps, mais le fait de savoir qu'elle est de la même génération que moi rend ce récit encore plus dur et douloureux. La condition féminine en Inde est effroyable, Phoolan Devi est une féministe dans une société où l'on part de très très loin. Ce récit est totalement révoltant, il m'a remué les tripes. le graphisme est assez réaliste, les couleurs de ce pays sont rendus avec justesse, c'est lumineux, chaud, intense, le trait est épais, va à l'essentiel, comme de la prise de note rapide mais précis, les formes sont cernées, le noir est très présent, les personnages bien travaillés, les caractères pas manichéens, il y a des salauds, mais certains personnages sont ambigus, la lâcheté du père soumis aux diktats sociaux et religieux, la violence de Phoolan Devi, les motivations diverses des différents groupes de bandits, la corruption... Et puis surtout, la société indienne est traitée sans complaisances. Pour avoir été en Inde hors des circuits touristiques classiques, je pense qu'on est bien plus proche de la réalité dans cette bande dessinée, et cette religion si romantique aux yeux de certains est en réalité l'exact exemple de ce qu'un certain Mr Marx appelait l'opium du peuple qui maintient les plus faibles sous l'emprise des puissants. Cette bande dessinée parle de mariages forcés, de spoliations arbitraires des rares biens des pauvres par les riches, de femmes et d'enfants violées... et cela se passe à la fin du XXe siècle. le rythme du récit est juste, l'ambiance est en même temps épique et même teintée de romanesque, ce qui rend la lecture totalement passionnante. Cette bande dessinée est un document indispensable et fort de grande classe. À lire absolument.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
tchouk-tchouk-nougat
  16 décembre 2018
Phoolan est une petite fille qui grandit dans la campagne pauvre du nord de l'Inde. Elle fait partie de la caste la plus basse, et en plus elle est une fille autrement dit rien de plus qu'une esclave. Mariée à 11 ans, elle subit les pires violences et sa seule porte de sortie sera de devenir une dacoït, une bandit.
Cette bande dessinée est la biographie d'une femme, une figure du banditisme mais aussi du féminisme de l'Inde. Une histoire vraie, magistrale et profondément triste. Nous avons là le tableau d'une Inde pauvre, injuste où la vie des femmes, surtout quand elle fait partie d'une caste misérable, ne vaut rien. La vie de Phoolan est triste, terriblement injuste, révoltante et émouvante. C'est un témoignage poignant qui ne peut que toucher le lecteur.
Phoolan se révolte contre sa condition, contre ce que les hommes lui font subir. Elle s'émancipe et pour cela devient chef d'une bande, elle veut faire régner une sorte de justice sur ses terres. Elle se montre parfois violente ou injuste elle même mais la vie cruelle qu'elle a connu l'a ainsi modelée. Elle a soif de quelque chose de meilleur pour les habitants de l'Inde et surtout pour les femmes. C'est vraiment un récit édifiant et émouvant.
Le tout est servi par un dessin au trait minimaliste qui sait faire passer les émotions, ainsi que les moments de tension, de tragédie ou parfois tout de même de douceur et d'espoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
LadyDoubleH
  16 janvier 2019
Ce roman graphique est la retranscription en bande dessinée de l'autobiographie parue chez Robert Laffont Moi, Phoolan Devi, reine des bandits. J'avais découvert l'existence de cette indienne au destin hors du commun en 1997, avec Devi, la biographie romancée qu'Irene Frain lui a consacrée.
Phoolan Devi est née en 1963 dans un petit village de l'Uttar Pradesh, au nord de l'Inde, dans une très basse caste. Mariée à onze ans à un sale type trois fois plus vieux qu'elle qui la viole, puis séquestrée, humiliée, mais toujours insoumise, sans cesse elle se rebelle contre les injustices de l'ordre établi. Lorsqu'elle est enlevée par une bande de Dacoïts, de bandits, elle va pouvoir prendre en mains son destin incroyable. Devenue la chef de sa bande, connue pour le foulard rouge noué autour de sa tête et son Mauser en bandoulière, elle va venger les crimes sexuels impunis, les abus des plus hautes castes, et redistribuer ses butins aux démunis. Puis après plus de dix ans de prison, elle sera élue au parlement indien. « le combat de Phoolan est double : il se fait à la fois contre l'ordre religieux des castes, et contre la puissance du patriarcat qui régit encore le rapport femme / homme de l'inde rurale. ».
Avant de me plonger dans ce roman graphique, je me souvenais des grandes lignes de la vie de Phoolan Devi - et en le découvrant lors d'une masse critique sur Babelio, je me suis dit youpi ! -, et pourtant ce fut comme si je découvrais son histoire pour la première fois. La réalité de la vie misérable des basses castes, la constante injustice, la terrible cruauté de ses trop nombreuses épreuves, sa vie épique, et toujours la force indomptable et sidérante de sa flamboyante personnalité. le dessin de Claire Fauvel apporte une belle mesure à tout cela, un trait délicat et vivant, des couleurs au diapason des humeurs. Un peu trop de planches sombres ont cependant parfois un peu gêné ma lecture. J'ai énormément apprécié de voir les fameuses « ravines » de cette région de l'Inde, mises ici en scène. Ce paysage ocre déchiré d'innombrables petits ravins, d'une profondeur de dix à vingt mètres chacun, sur des centaines de kilomètres, avait longuement questionné mon imagination. Claire Fauvel reste tout du long sur un juste fil narratif. En fin d'ouvrage, une bibliographie très complète ouvre le propos, c'est vraiment bien.
Quand j'avais onze ans, en France, François Mitterrand a été élu président. Je me souviens ce soir-là de mon oncle sabrant le champagne (une de mes chères grand-tantes pensait que les chars russes seraient bientôt aux portes de Paris, mais c'est un autre débat, haha). Je me souviens de l'abolition de la peine de mort, d'un grand vent plein d'espoir, qui a permis à la gamine que j'étais de se construire. Je n'ai que sept ans de moins que Phoolan Devi, mais à l'âge où moi j'ai eu mon bac, elle, la vie ne lui avait pas laissé d'autre choix pour exister, que de prendre les armes. La soumission ou le suicide, les femmes indiennes n'avaient alors pas d'autre choix. Et elle ne s'est jamais contentée de sa propre liberté, elle s'est toujours aussi battue pour les autres. Vive Phoolan Devi ! Elle et ce roman graphique, sont tous deux à découvrir.
Merci aux éditions Casterman et à Babelio pour cet envoi !

Lien : https://lettresdirlandeetdai..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Pixie-Flore
  02 décembre 2018
Phoolan Devi est une femme que j'admire beaucoup. de nombreuses personnes ont fait de sa vie un véritable enfer, mais elle s'est relevée à chaque fois et elle a rendu coup pour coup.
Son histoire a lieu entre les années 1960 et les années 1990, mais malheureusement ça n'a pas l'air d'avoir beaucoup changé. En effet, avec ce roman graphique biographique, Claire Fauvel ne retrace pas seulement une vie mais témoigne du sort global des femmes en Inde. le système des classes est inégal, brutal et totalement injuste. Mais même un homme de la plus basse caste a plus de valeur qu'une femme dans ce pays. Les viols sont quotidiens : naître femme est une condamnation.
Cette biographie est une pure merveille. Elle est dure, sordide, mais aussi porteuse d'espoir. Car en élevant sa voix, Phoolan Davy a tout de même pu se sortir de sa condition et trouver une certaine forme de liberté. Elle a également pu aider d'autres personnes à travers ses actions.
Je ne peux que vous conseiller ce roman graphique. A travers ses illustrations, Claire Fauvel remet cette femme hors du commun en lumière avec délicatesse et intelligence. En choisissant de reprendre les mots de Phoolan, elle lui permet une nouvelle fois de prendre la défense de ceux - ou plutôt de celles - qui ne peuvent pas le faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

critiques presse (5)
ActuaBD   15 octobre 2018
Passant de victime à justicière, Phoolan Devi aura connu un destin marquant dans l'Inde de ces 50 dernières années. Un album d'une grande force romanesque, évoquant en parallèle les inégalités criantes du pays.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Bedeo   01 octobre 2018
Quelque peu salissant mais vraiment intéressant, le destin de Phoolan Devi doit être raconté, quitte à montrer un versant de l’Inde, inquiétant voire dégoûtant. Ce récit est d’autant plus percutant qu’il est vrai, et la bibliographie finale est d’ailleurs là pour emmener encore plus loin.
Lire la critique sur le site : Bedeo
BDGest   18 septembre 2018
Claire Fauvel livre sa version de la vie de cette femme au destin hors norme en même temps qu'elle ajoute une perle de plus à sa bibliographie. L'autrice se montre à la hauteur de son sujet en proposant une œuvre forte au graphisme somptueux, pleine de maîtrise.
Lire la critique sur le site : BDGest
BoDoi   18 septembre 2018
L’épais volume se dévore finalement presque trop vite, et l’on aurait aimé en savoir plus sur l’engagement en politique de son héroïne, à laquelle Claire Fauvel rend en tout cas ici un hommage poignant.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDZoom   24 août 2018
Non seulement Claire Fauvel raconte à la perfection ce destin étonnant, mais elle le dessine efficacement et le colorise avec talent. Elle excelle particulièrement dans les paysages ou la vue des villages et des villes.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   16 décembre 2018
En Inde, on dit qu'une famille heureuse possède quatre garçons et une fille. Ma mère a eu quatre filles et un garçon. Moi aussi j'aurai préféré être un garçon. Ici être une femme est encore pire qu'être intouchable. Nous existons qu'à travers nos frères, pères, oncles, ou maris.
Commenter  J’apprécie          70
Pixie-FlorePixie-Flore   02 décembre 2018
Dans mon village, on dit que lorsque le démon Kans foudroie une petite fille à la naissance et la tue, alors cette petite fille monte dans les cieux pour devenir le tonnerre à son tour.
Des démons m'ont foudroyée, alors je suis devenue le tonnerre pour les autres.
Je ne me considère pas comme quelqu'un de bien, mais je ne suis pas non plus une criminelle.
Je n'ai fait que rendre aux hommes ce qu'ils m'avaient fait subir.

[p218]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Pixie-FlorePixie-Flore   02 décembre 2018
Celui qui est victime d'un pillage doit toujours savoir de qui lui vient cette punition.
Et tout le village doit l'entendre.
C'est la loi des Dacoïts.

[p103]
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Claire Fauvel (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claire Fauvel
À l'occasion du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême 2019, Claire Fauvel vous présente son ouvrage "Phoolan Devi, reine des bandits" aux éditions Casterman.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2190768/claire-fauvel-phoolan-devi-reine-des-bandits
Notes de Musique : Youtube Audio Library.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : indeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La Guerre De Catherine

Qui est responsable de la clé de l'armoire vitrée, au début de l'histoire?

Catherine
Catherinette
Rachel
Armande

8 questions
8 lecteurs ont répondu
Thème : La guerre de Catherine de Claire FauvelCréer un quiz sur ce livre