AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2917144564
Éditeur : Les Nouveaux Auteurs (18/03/2010)

Note moyenne : 4.3/5 (sur 299 notes)
Résumé :
Attention ce roman n'est pas à mettre entre toutes les mains. Vous allez entrer dans la tête du tueur... et avec Will Edwards vous n'en sortirez pas indemne. On vous aura prévenu !

À quinze ans, Will a déjà conscience de sa différence. Solitaire, maltraité, il jette son dévolu sur une de ses camarades de classe. Ce qui n'aurait dû rester qu'une banale amourette devient une véritable obsession pour celui qui se révèle déjà comme un prédateur redoutabl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (86) Voir plus Ajouter une critique
cannibalector
10 novembre 2015
Claire favan nous raconte l'histoire d'un tueur en série américain. Nous assistons à sa (dé)formation, à son passage à l'acte, à son déchainement de violence, puis à sa traque par le FBI.
En apparence, tout ceci est trés banal, classique, lu et archi lu.
Oui mais non.
La première grande qualité de l'auteur est son humilité: alors que la plupart des auteurs aiment étaler leur science, elle nous cache ses connaissances en matière de psycopathie et de criminologie tout en s'appuyant sur des recherches toute récente.
Le théme central est la réification: l'être humain comme sujet ou comme objet?
L'enfance de Will se caractérise par une mère prostituée ( corps objet) et un père alcoolique et incestueux envers son fils ( will devient lui même objet). Le sujet qu'il pourrait être à l'école est aussi brisé net: comme il n'est pas trés douée, ses profs ne le considèrent pas, il est donc un simple outil de travail: comme il est chétif et malingre, il est objet de moquerie, d'insultes, et est considéré comme un punching ball
A quinze ans, une " nouvelle" ( samantha) va lui sourire et le défendre, elle le considère comme un sujet mais, lui, ne peut le comprendre: c'est déjà trop tard, elle ne sera qu'un objet, mais le seul objet positif, il va donc tout faire pour se l'approprier d'une manière exclusive par les seuls
moyens qu'il connait: manipulation et violence. Mais s'il est trop violent avec elle, il la détruira. Il va donc projeter son image sur d'autres femmes où il pourra donner libre cours à sa violence ; c'est pourquoi il ne tuera que des femmes qui lui ressemble
Samantha va suivre le processus inverse: de sujet choyé par ses parents, elle va devenir progressivement l'objet de will, même quand il sera absent. J'ai lu certaines critiques qui ne comprennent pas l'attitude de Samantha, malheureusement, celle ci s'explique par la destruction des capacités conatives(capacité de volonté et d'effot)qui est souvent la conséquence d'une domination violente (physique et mentale)
Mais ce thème sujet/ objet n'est pas lié simplement aux deux protagonistes Nous avons par exemple deux femmes plutot nymphomanes sur les bords, la première se laisse faire par les hommes en espérant que l'un d'entre eux souhaitera découvrir autre chose que son cul, l'autre est, au contraire, une prédatrice: elle choisit son objet mâle en espérant trouver chez lui autre chose que 25cm
J'ai donc trouvé l'histoire passionnante et trés intelligente. Seuls quelques petites incohérences narratives et un style parfois trop facile nous rappellent que ce livre est un premier roman et m'empêche de mettre cinq étoiles
Mais ce n(est que mon humble avis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
gruz
08 août 2013
Bienvenue dans la tête d'un homme merveilleusement bon, le coeur sur la main et au plus près de ses condisciples.
STOP ! On rembobine !
Bienvenue dans la tête d'un psychopathe sociopathe (ou vice versa), la vie de ses victimes entre ses mains et au plus près de la souffrance de ses condisciples.
Car c'est une véritable plongée dans la psyché non seulement d'un monstre, mais également de ses victimes et de ses poursuivants (avec au premier chef un profiler assez mémorable).
Le premier étonnement passé de voir une jeune auteure française se lancer dans une histoire de serial killer made in USA, on se demande très vite ce que ce regard pourra apporter de neuf à un genre rabâché.
Et bien rien et tout à la fois ! Rien dans le sens où la trame de l'histoire est classique, tout parce que Favan insuffle une fraicheur et une profondeur rare à son récit. Il faut dire qu'elle prend son temps, le long de ces 637 pages (l'équivalent de deux romans chez certains).
Bien sur, c'est violent, éprouvant, dérangeant, écoeurant parfois. Mais c'est surtout psychologiquement extrêmement fouillé, que ce soit concernant le tueur mais aussi les autres protagonistes (le récit passant régulièrement d'un personnage à l'autre).
Concernant le tueur, Favan a décidé de nous faire vivre son parcours depuis son enfance jusqu'à son présent de tortionnaire. Sans jugement approximatif, elle nous décrit l'évolution d'une monstruosité jusqu'à l'indicible.
Concernant les moyens mis en oeuvre par le FBI, l'auteure nous fait pénétrer au coeur même de l'enquête, avec un détail rarement égalé, n'hésitant pas à certaines redites pour nous faire comprendre comment les enquêteurs en arrivent à leurs conclusions.
Au delà de l'horreur, c'est clairement les aspects psychologiques et émotionnels qui impressionnent. Favan explique dans ses remerciements ne pas avoir fait d'études dans ces domaines ; le moins que l'on puisse dire c'est que ses capacités innées en la matière sont impressionnantes ! Elle va loin, très loin, tout en ne perdant jamais de vue le rythme de son intrigue.
Un rythme qui s'intensifie tout au long d'un final tonitruant et de 150 dernières pages suffocantes.
Dans le genre, un roman à classer parmi les réussites, au même titre que Les voies de l'ombre des Camut & Hug par exemple, dont il se rapproche par sa qualité de l'analyse psychologique. Impossible de ne pas se jeter sur la suite de ce roman immédiatement dès la dernière page tournée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          293
diablotin0
19 novembre 2016
J'ai été happée par ce livre qui m'a vraiment captivée. le sujet n'est pourtant pas très original, suivre un tueur en série et tenter de savoir ce qu'il pense pour le trouver n'est pas une première. Comme quoi, l'originalité n'est pas un critère indispensable pour faire apprécier un livre. Ici, l'intrigue est menée avec intelligence et on ne peut s'empêcher de lire le plus rapidement possible pour en connaître la suite. C'est un vrai page-turner.
Si le sujet n'est pas une nouveauté, le style de l'auteur, sa façon d'amener les rebondissements, les dialogues sont bien signés Claire Favan ! Bravo et merci !
Commenter  J’apprécie          330
AgatheDumaurier
31 mars 2017
Le premier roman de Claire Favan.
A la manière de Shane Stevens dans Au-delà du Mal, l'auteure entre dans la tête d'un tueur en série. Elle le prend comme son prédécesseur dans l'enfance, et nous le voyons mûrir dans sa folie. Comme le tueur de Stevens, Will, notre animal, subit de nombreux affronts de la part de ceux qui sont censés le protéger (père, mère) et apprend très vite à dissimuler ses failles béantes, à manipuler son entourage. Son entourage est essentiellement composé de la malheureuse Samantha, une charmante adolescente de quinze qui aurait mieux fait de se casser un bras le jour où, voulant être gentille, elle scella son destin de muse obsessionnelle d'un futur serial killer. Je m'explique : Sam, très jolie nouvelle dans la classe de Will, assiste lors de son premier jour au harcèlement dont ce dernier est victime. Au lieu de se taire et de laisser faire, cette pimbêche se mêle de vouloir arrêter les bourreaux ! Au secours ! elle devient la première personne à s'intéresser à Will, à le défendre ; elle devient le centre de sa vie de malade mental...Entre nous, Claire Favan n'incite pas les foules à se dresser contre les boucs émissaires...Bref, les années passent, Will apprend les codes sociaux, se dissout dans la masse, reste auprès de Samantha comme une ombre noire qui se nourrit d'elle et de son existence, sans que la proie s'en doute un instant...Et ce n'est que le début d'un long chemin de crimes et d'enquêtes...
Mon sentiment est mitigé. La structure est bonne, l'intérêt de la lectrice est capté, mais les personnages ont des défauts de fabrication. D'abord Will, le serial killer (avec l'accent, ça se passe aux States), ressemble trop à un copié-collé de wikipedia : tueur en série, symptômes et comportements. Abus sexuels dans l'enfance : oui, mère prostituée et indifférente : oui, difficultés de communication : oui, absence d'affects : oui, torture sur animaux : euh, oui, je crois qu'il tue un chien ; manipulation: oui, dissimulation : oui, mythomanie : oui etc... Samantha...Au début ça va, au fur et à mesure ça devient de moins en moins crédible...Surtout au moment où elle découvre ce qu'il a fait...Mais alors ça frôle le délire. Elle ne réagit quasiment pas. Quant à RJ, le profiler qui prend Will en chasse, bon, sans dévoiler, c'est un peu cousu de fil blanc tout ça...
Voilà, c'est toujours le même souci avec les thrillers : la crédibilité. Pour en revenir à Shane Stevens, il ne pèche jamais où pèche Claire Favan. Rien de mièvre, aucun cliché.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
artemisia2302
07 octobre 2016
Livre déniché par hasard sur Babelio et une belle découverte dans le genre Thriller.
L'auteure nous fait entrer dans la vie quotidienne et les pensées de son tueur aussi machiavélique qu'intelligent, depuis sa plus tendre enfance, puis dans sa vie d'adulte. Enfin, tendre n'est peut être pas le mot le plus approprié, Claire FAVAN met en scène un tueur de la pire espèce : complètement obsédé par une femme Samantha (la pauvre ...) et qui commet des crimes et des tortures insoutenables.
Heureusement, un profiler du FBI, RJ, entre en scène et non sans difficultés traquera ce tueur en série. Je n'en dis pas plus ....
Je dois dire qu'une fois le livre commencé, je n'ai pas réussi à le lâcher avant la fin, fin qui me donne envie de lire la suite le Tueur de l'ombre.
Commenter  J’apprécie          225
Citations & extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
CindolCindol14 août 2016
Il y a, selon moi, deux façons d'envisager la carrière de profiler. Il y a celle qui consiste à placer le tueur au cœur de l'enquête, à lui donner un surnom affectueux et à en faire une célébrité dans l'inconscience collectif. Et il y a celle qui consiste à placer les victimes au centre de tout et à considérer leur assassin comme l'individu détraqué qu'il est. Le premier profiler cherche à récupérer une partie de l'attention suscitée par ces hommes pour sa gloire personnelle, et n'a que faire des victimes. Le second n'oublie jamais leur nom et se démène dans l'ombre pour que la série s'arrête le plus vite possible. Je sais dans quel camp je me situe. Et toi, Jonas?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
eniellecrivainromanpoliciereniellecrivainromanpolicier04 janvier 2017
Elle ne souhaitait plus que mourir, et pourtant son cerveau avait parfaitement enregistré le fait que rien de ce qu'il lui avait fait subir jusqu'à présent ne pouvait la tuer. Rien. Il y avait veillé avec une attention toute particulière. Elle n'était qu'un instrument entre ses mains dont il tirait des notes de souffrance d'une pureté cristalline.
Commenter  J’apprécie          60
BlackKatBlackKat27 février 2014
C’était un cauchemar. Il se fichait de l’argent. Ce qui le rongeait c’est que lui, un des profilers les plus doués et les plus habiles de sa génération pour pénétrer dans l’esprit des dépravés, n’ait pas perçu la duplicité de sa propre femme.
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui25 avril 2015
Notre tueur est un pur sociopathe. Il n’hésite d’ailleurs pas à éliminer les gêneurs si nécessaire, comme Adam Swan ou son codétenu. Pour lui, les femmes ne servent qu’à satisfaire son fantasme. Ce qu’il aime, c’est faire souffrir, dominer et briser l’esprit de ses victimes.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui25 avril 2015
Il ne pratiquait nullement un geste d’amour mais un acte de domination pure et de possession brutale. Il prit, sans égard et sans douceur, assouvissant sa revanche envers la faute qu’il lui imputait depuis près de trois années. Il savourait le goût de ses larmes et la perception de sa souffrance. Et c’était mieux que tout ce qu’il aurait pu imaginer. Aux sensations physiques s’ajoutaient la satisfaction du devoir accompli et une dose de joie perverse à l’idée d’infliger de la douleur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Claire Favan (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claire Favan
Serre-moi fort de Claire Favan aux éditions Pocket
" Serre-moi fort. " Cela pourrait être un appel au secours désespéré. Du jeune Nick, d'abord. Marqué par la disparition inexpliquée de sa s?ur, il est contraint de vivre dans un foyer brisé par l'incertitude et l'absence. Obsédés par leur quête de vérité, ses parents sont sur les traces de l'Origamiste, un tueur en série qui sévit depuis des années en toute impunité. Du lieutenant Adam Gibson, ensuite. Chargé de diriger l'enquête sur la découverte d'un effroyable charnier dans l'Alabama, il doit rendre leur identité à chacune des femmes assassinées pour espérer remonter la piste du tueur. Mais Adam prend le risque de trop, celui qui va inverser le sens de la traque. Commence alors, entre le policier et le meurtrier, un affrontement psychologique d'une rare violence...
" Intime, violente, déroutante, l'intrigue de Claire Favan s'enroule autour du lecteur tel un serpent. " Olivier Norek, auteur de Code 93, de Territoires et de Surtensions.
http://www.lagriffenoire.com/70091-divers-polar-serre-moi-fort.html
Les Derniers Jours de Rabbit Hayes de Anna MCPartlin et Valérie le Plouhinec aux éditions Pocket
Neuf jours. C'est ce qu'il reste à vivre à Mia Hayes, surnommée affectueusement " Rabbit ". Neuf jours, après plusieurs mois de combat ? parce que Rabbit est une battante, une Irlandaise bien trempée. À son chevet, famille et proches se relaient en un joyeux ballet de souvenirs. Entre silences, gaffes et fous rires, toute la vie de Rabbit ressurgit alors : l'enfance, l'adolescence, Johnny son grand amour, et Juliet, sa fille de 12 ans ? une certaine idée du bonheur... Au fil des jours, tous s'interrogent sur leur vie et accompagnent Rabbit dans un voyage émotionnel d'une grande intensité. Quel meilleur bagage pour partir vers la lumière ?
http://www.lagriffenoire.com/69157-divers-litterature-les-derniers-jours-de-rabbit-hayes.html
Vous pouvez commander Serre-moi fort et Les Derniers Jours de Rabbit Hayes sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1071 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .