AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253259691
Éditeur : Le Livre de Poche (09/01/2019)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 169 notes)
Résumé :
Elles ont fait le serment de renoncer à leur condition de femme. En contrepartie, elles ont acquis les droits que la tradition réserve depuis toujours aux hommes : travailler, posséder, décider. Manushe est l’une de ces « vierges jurées » : dans le village des Balkans où elle vit, elle est respectée par toute la communauté. Mais l’arrivée d’Adrian, un être au passé énigmatique et au regard fascinant, va brutalement la rappeler à sa féminité.
Un premier roman ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (77) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  29 mars 2018
"Voici un premier roman étrange, inhabituel , mystérieux, mélancolique à la structure narrative proche du conte , un écrit que l'on pourrait qualifier de roman "d'ambiance" qui nous interpelle !
L'auteur, à l'aide d'une prose délicate , comme éthérée, conte l'histoire tragique et contrariée de Manushe et d'Adrian , leur rencontre, leurs aspirations et leurs tourments.........
Dans les BALKANS , au coeur de contrées campagnardes reculées, traditionalistes " les vierges jurées" sont des femmes qui ,socialement, deviennent des hommes : elles partagent les prérogatives masculines , fumer, boire de l'alcool, négocier les conflits familiaux , et même utiliser les fusils , à une seule condition, elles doivent rester chastes totalement ....... et renoncer à leur féminité.
Elles en font le serment , Manushe est l'une d'elles .
Un jour, un homme frappe à sa porte. Il s'appelle Adrian .
Il s'installe au village , il a renoncé à sa vie de femme .......je n'en dirai pas plus sinon à dévoiler l'intrigue .
C'est un roman très original à propos d'un sujet :ces femmes albanaises, "les vierges jurées", dont je n'avais aucune connaissance .
Il nous parle de "l'identité et du genre,"de l'acceptation et du regard sur soi, de la difficulté de s'intégrer lorsque l'on est différent , du courage certain qu'il faut avoir pour exister et acquérir la liberté de choisir sa vie !
J'ajouterai que l'auteur évoque aussi le désir, la découverte de son corps et de celui de l'autre lors de très belles pages sensuelles .
Difficile de qualifier ce livre tout à fait dépaysant , inattendu, ambigu , baignant dans un climat poétique où l'auteur hésite sans cesse entre réalité, poésie et conte ........
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          560
isabelleisapure
  27 septembre 2017
Pour avoir refusé un mariage arrangé, Manushe a dû renoncer à sa condition de femme, elle est devenue une « vierge jurée » et a pris l'engagement de vivre sans homme.
Mais, lorsqu' Adrian, personnage énigmatique, arrive au village il sème le trouble dans son coeur et réveille une sensualité qu'elle croyait enfouie.
A partir de là, une étrange relation s'installe. Ils apprennent peu à peu à se connaître. Nous les suivons dans de longues promenades sur des sentiers souvent nimbés de brume révélant peu à peu des paysages grandioses, magnifiquement décrits.
Je me suis laissée bercer d'une rive à l'autre de cette rivière, comme envoûtée par une histoire hors du temps.
J'ai tout aimé, les personnages, l'intrigue, l'écriture.
Emmanuelle Favier réussit avec délicatesse à nous parler de l'identité, du désir, de la liberté de vivre une vie de femme.
La plume précise et élégante a accru mon plaisir à découvrir ce très beau premier roman.
Commenter  J’apprécie          455
AMR
  27 octobre 2017
Merci aux 68 premières fois qui me permettent de découvrir ce superbe roman d'Emmanuelle Favier, Le Courage qu'il faut aux rivières…
Ce roman porte en filigrane les codes traditionnels encore en vigueur dans certaines régions de l'Europe balkanique, Albanie et Kosovo surtout ; ces Kanun, liés aux traditions, sont une sorte de droit coutumier pour les tribus qui remonterait au XVème siècle.
Dans les Balkans, en Albanie notamment, les vierges jurées sont des femmes qui, socialement, deviennent des hommes ; tenues en haute estime, elles ont alors accès aux prérogatives masculines comme fumer, boire de l'alcool, mener les troupeaux, utiliser les fusils et négocier les conflits familiaux. En contrepartie, elles sont soumises à l'obligation de chasteté. Quand des familles n'ont pas assez d'hommes pour s'occuper des tâches qui leur sont normalement dévolues, des femmes peuvent alors assumer des fonctions masculines.
C'est toute la construction du genre qui est ainsi questionnée par Emmanuelle Favier ; pour reprendre une citation de Tahar Ben Jelloun citée en épigraphe de la troisième partie, « être femme est une infirmité naturelle […], être homme est une illusion et une violence […], être tout simplement est un défi ».
L'auteure nous livre dans son livre trois magnifiques portraits majeurs de femmes : la vierge jurée, la fille reniée et transformée, la fille née du viol de sa mère… Ces femmes vont en croiser d'autres, plus rapidement esquissées mais tout aussi superbement évoquées : prostituées, femme en mal d'enfant, épouses et mères… les destins vont se croiser, se séparer, se retrouver.
Faces à elles, le monde des hommes est bien sombre : ivrognes et chasseurs brutaux, pères autoritaires, proxénètes sans scrupules…, société masculine fortes de traditions et d'impunités. Quelques personnages cependant forcent l'admiration et le respect : un déménageur poète, un adolescent rêveur et aventureux, un chef de village ouvert à la culpabilité…
Dans ce roman, Emmanuelle Favier jongle donc entre archaïsme et monde contemporain, baladant le lecteur dans un entre-deux à la fois très concret et très poétique. L'écriture est belle, la langue est soutenue, le vocabulaire recherché… Ceux qui, comme moi, sont sensibles à « comment c'est écrit » seront comblés.
Le noeud thématique et métaphorique des rivières m'a touchée, ces « rivières qui pour former l'étendue [continuent] de braver la roche, le gel et la sècheresse », ces rivières dont les femmes partagent le courage, rivières allégoriques de sang et de lait mêlées… J'y ai lu un rappel du mythe d'Ophélie, fantasme féminin lié à la nature, à la virginité et à sa perte, victime sacrifiée et sanctifiée, femme au statut ambigu qui ne peut pas être mère… Je ne peux pas aller trop loin dans cette analyse pour ne pas risquer de divulguer trop avant dans la trame narrative mais il y a vraiment quelque chose à creuser dans la façon originale dont Emmanuelle Favier s'approprie et reprend ce mythe littéraire, dans une notion d'universalité et d'éternité, dans une temporalité floue, à la fois proche de nous et suffisamment imprécise pour faire autorité.
Pour moi, ce roman est un coup de coeur, un de ces livres qui me font dire « merci » quand je le referme.
Merci Emmanuelle Favier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          293
kuroineko
  28 août 2019
Quel style magnifique dans ce roman! Déjà le titre et la belle couverture au lynx forment une splendide porte d'entrée. L'intérieur n'a rien à envier à l'extérieur, tant du point de vue de l'écriture que de l'histoire.
Emmanuelle Favier m'a ainsi permis de prendre connaissance de la coutume, ici en Albanie, des vierges jurées. En se refusant au mariage, ces femmes, via une cérémonie, renoncent à leur sexe et à toute union pour devenir des hommes aux yeux de la communauté. Elles peuvent ainsi disposer des prérogatives masculines au sacrifice de toute féminité. En commençant ma lecture, je me suis demandé à quel siècle se situait l'intrigue. Quelle ne fut pas ma surprise de voir apparaître au cours du récit les termes "voitures", "télévision", ... Ce système, ainsi que d'autres éléments du droit coutumier de ces villages de la montagne, me semble si archaïque qu'il m'est encore difficile de penser qu'il existe encore de ces vierges jurées de nos jours.
L'auteure emporte notre empathie avec ses personnages de Manusche et d'Adrian, aux destinées si proches et lointaines à la fois. Elle met beaucoup d'âme dans ces deux figures qui m'ont beaucoup émue.
Outre le thème de ces vierges jurées, la question de la construction de soi est au coeur du roman. Elle transcende les genres, notamment avec le cas de la jeune Dirina en proie à d'inexplicables crises d'angoisse existentielle. Cette construction passe également par le rapport à autrui qui aide souvent à se définir.
Comme je le disais plus haut, le récit déjà fort et poignant est sublimé par une écriture pleine de finesse et de poésie. Sous la plume d'Emmanuelle Favier, montagnes, lacs et autres paysages prennent vie sous mes yeux par la seule force évocatrice de ses mots. La fugace mais intense rencontre entre Adrian et le lynx est d'une beauté âpre et symbolique.
Une merveilleuse découverte donc que ce primo-roman. Je lirai avec plaisir les vers et les nouvelles de l'auteure après sa prose romanesque. En attendant de futures publications.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Bazart
  18 septembre 2017

Troisième roman lu dans le cadre des talents cultura, et accessoirement 3ème roman écrit par une femme (c'est un hasard, les masculins arrivent bientôt le courage qu'il faut aux rivières) est le premier roman d'Emmanuelle Favier, dont l'ambition et l'ampleur du projet, loin des autofictions autocentrées mérite d'être soulignée.
Emmanuelle Favier nous entraine en effet dans un village perdu en plein Balkans dans une communauté, aux traditions pour le moins archaïques.
L'héroïne principale du roman est une femme Manushe qui, pour acquérir les privilèges réservés normalement aux hommes (comme travailler ou participer aux décisions du collectif), Manushe a fait le serment de renier totalement sa condition de femme et de renier tous les oripeaux d'une féminité qu'elle possédait à la naissance.
Selon une tradition qui a réellement existé, selon des faits historiques avérés a prêté le serment des « vierges jurées ». Respectée au sein de sa petite communauté au coeur des Balkans, elle n'a pas voulu de leurs prisons et a choisi son destin…
Manushe, pour qui l'amour et le désir sont des paramètres totalement refoulés et inconnus va voir débouler dans sa vie un jeune homme mystérieux Adrian qui va lui faire remonter à la surface ses émotions enfouies.
Très beau sujet, éminemment romanesque, que ce roman qui sonde avec originalité et émotion les thèmes de la condition féminine, la recherche de sa propre liberté et de la construction identitaire dans une région du monde aux traditions ancestrales

Le style poétique de l'auteur plusieurs recueils de poèmes et trois pièces de théâtre, entre mélancolie et mystères rend honneur à cette belle histoire de reconquête et de connaissance de soi dans un univers si rustre et traditionnel et fait de ce courage qu'il faut aux rivières un vrai roman d'ambiance dans lequel on a l'impression de ressentir totalement le décor de l'intrigue.
Une jolie plume sensuelle et lyrique à qui on peut juste regretter un manque d'incarnation dans les personnages et la situations qui peuvent laisser un peu extérieur certains lecteurs.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340

critiques presse (2)
Culturebox   15 décembre 2017
Un premier roman empreint de mystère, inspiré par la coutume des "vierges jurées", ces femmes albanaises renonçant à leur féminité pour vivre comme des hommes.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LeJournaldeQuebec   30 octobre 2017
Un premier roman qu’on a à la fois été heureux et triste de lire, parce qu’aussi bien écrit soit-il, il nous confronte à une réalité qu’on aurait préféré ignorer...
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
BazartBazart   18 septembre 2017
D’une voix forte, elle profère les paroles rituelles, jure par la pierre et par la croix de rester vierge, de ne jamais contracter d’union ni fonder de famille. Elle regarde vers le bas, évitant les yeux ourlés de mauve de celui qu’elle fuit par le pouvoir des mots prononcés.
Commenter  J’apprécie          220
LaRousseBouquineLaRousseBouquine   03 septembre 2017
Le monde qu'elle avait toujours connu était transfiguré, les impressions exacerbées. Tout était plus beau ou plus laid, ce qu'elle n'avait jusqu'alors jamais remarqué s'imposait à elle, que ce soit la splendeur d'une lumière d'hiver sur le couchant des montagnes ou la désolation sordide de la plupart des maisons qui l'entouraient. Un rien l'émouvait des paysages familiers qu'elle croyait à présent découvrir : levant la tête elle constatait des ciels de peintre, qu'elle observait longtemps se défaire entre les cimes et retomber au faîte des sapins en traînes dorées ou bleues ; ou bien c'était la virtuosité d'un flocon de neige qui, tout à coup, lui livrait des finesses jusqu'alors ignorées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Annette55Annette55   29 mars 2018
" Être femme est une infirmité naturelle
Dont tout le monde s'accommode.
Être homme est une illusion et une violence
Que tout justifie et privilégie.
Être est tout simplement un défi ."
Commenter  J’apprécie          190
Mary63Mary63   02 avril 2018
Ses muscles étaient entraînés au-delà des exigences de son véritable sexe, et l'habitude de le dissimuler finit par se muer en conviction. Elle aurait presque fini par oublier qu'elle était une femme, à présent qu'on ne lui demandait plus de feindre d'être un homme. Elle n'avait jamais de difficultés à être accueillie ; sa longue physionomie brune et sa discrétion rassuraient. Les gens qu'elle rencontrait ne remplissaient pas uniquement leur devoir d'hôte, ils appréciaient sa compagnie. Elle n'avait pas eu l'occasion auparavant de mesurer l'affection qu'elle pouvait susciter, sa relation aux autres ayant été confinée dans les limites de la terreur exercée par son géniteur sur sa mère, sur ses sœurs et sur elle-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
nilebehnilebeh   20 novembre 2017
L'une [des jattes] est remplie d'une substance noire et épaisse, l'autre d'un liquide blanc et crémeux. […] Elle joint ses paumes pour mêler le sang et le lait, les applique sur son visage, couvrant ses joues, son front, son nez d'un onguent brunâtre et nauséabond. […] D’une voix forte, elle profère les paroles rituelles, jure par la pierre et par la croix de rester vierge, de ne jamais contracter d’union ni fonder de famille. Elle regarde vers le bas, évitant les yeux ourlés de mauve de celui qu’elle fuit par le pouvoir des mots prononcés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Emmanuelle Favier (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emmanuelle Favier
Emmanuelle Favier, autrice de "Virginia" (Albin Michel, août 2019), une biographie romancée de l?enfance et de l?adolescence de Virginia Woolf, évoque avec Charles Dantzig, romancier et essayiste, le destin hors-norme de cette écrivaine anglaise désormais iconique.
La Grande table Culture d?Olivia Gesbert ? émission du 10 octobre 2019 À retrouver ici : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie/saison-26-08-2019-29-06-2020
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤13Albin Michel6¤££¤6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : albanieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Emmanuelle Favier (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2142 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre
.. ..