AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782900818138
Éditeur : Philosophie Mag (25/03/2021)
3.75/5   8 notes
Résumé :
Sur les 66 romans à énigmes écrits par Agatha Christie, plus de 50 sont des crimes familiaux. Mais le meurtre est un écran de fumée ; le vrai sujet de l'oeuvre de Christie, c'est la banalité du mal au coeur de la famille. Malveillance, jalousie, humiliation, inceste... la spécificité du mal familial tient, aujourd'hui encore, à son invisibilité : ceux qui le font se cachent, l'entourage ne voit rien, la victime se tait.

La vérité est tue de peur que l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Sayuki74
  15 août 2021
15 août 2021
La vérité tue - Agatha Christie et la famille par Sonia Feertchak
Le plaisir de lire un Agatha Christie l'été. Comment s'y prend-elle la Reine du Crime pour tous nous enchanter ?
Dès le sortir de l'enfance, nous ouvrons un de ses livres et nous voilà accro pour toujours. Je me souviens que j'avais 10 ans et qu'elle a été la transition entre la Bibliothèque Verte et la Rouge et Or vers les lectures adolescentes et adultes.
Le premier de ma collection a été le crime de l'Orient Express". C'était une véritable collection, partagée avec une amie.
Et cela perdure les années passant ; nous sommes si nombreux à goûter le plaisir de relire un Agatha Christie, à trouver refuge dans l'atmosphère
hors du temps de ses romans.
" Alors dans cet espace familier entre le crime et le coupable, on se construit un univers douillet. Ces cottages anglais ont tout de l'auberge espagnole : on y apporte des rumeurs de la gare Victoria, des ennuis balnéaires à coups d'ombrelle au long de l'estrade de Brighton et jusqu'aux lugubres couloirs de David Copperfield" (Philippe Delerm "La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules" - Un roman d'Agatha Christie - 1997).
Sonia Feertchak n'a pas échappé aux sortilèges de l'auteure : "(...) j'avais neuf ans et je venais d'être ensorcelée par les romans d'Agatha Christie.
Quelques années plus tard j'ai remarqué que leur lecture m'apaisait. L'effet était si saisissant qu'en cas de mélancolie, adolescente, je me précipitais pour lire, relire "un Agatha"".
Elle nous propose ici une lecture de ses oeuvres à travers le thème de la malveillance familiale et du rapport des familles à la vérité. Elle est partie d'une anecdote rapportée par AC dans sa biographie : le jeu de la soeur aînée (glaçant).
L'étude se lit comme un roman et repose sur des références psychanalytiques et philosophiques telles que La Boétie, Hannah Arendt, Gaston Bachelard...
Elle est découpée en dix chapitres thématiques dans desquels elle décortique comment ont lieu au sein de la famille la plupart des crimes.
Les chapitres que j'ai trouvé les plus intéressants sont ceux qui traite de l'Âme des Maisons et de l'Intoxication des Mots.
Dans la maison, les pièces les plus périlleuses y sont la bibliothèque
(lieu représentant ordre social, savoir, patriarcat {à l'époque victorienne seuls les hommes y ont accès} mais aussi raison et raffinement) et la chambre à coucher qui incarne "l'intériorité sacrée". La maison, le foyer, c'est là que tout commence. Les maisons abritent la famille et les secrets du passé qu'elles font ressurgir par le phénomène de l'inquiétante étrangeté. Elles abritent le mal, sont le théâtre de passions tristes, le lieu de jeux de pouvoirs où la tyrannie peut s'exercer notamment par les mots, par l'argent, par l'amour ou le manque d'amour et où règne la loi du silence. Dans ce vase clos, le mal est chose banale.
Les mots quant à eux peuvent s'avérer être de véritables poisons. le discours à double entente et le mensonge par omission, le sens caché des mots....
Comme le note l'auteure, AC "a écrit il y a 50, 70 voire 100 ans tout ce qu'il est toujours délicat de dire encore aujourd'hui, a fortiori en famille, dans la sienne".
Les sujets abordés par AC sont toujours d'actualité à la lumière des #MeToo, des tabous qui se libèrent enfin.
Agatha Christie est célèbre dans le monde entier, sans cesse rééditée, a fait l'objet de nombreuses études, thèses universitaires, adaptations cinématographiques et télévisuelles. AC est toujours moderne et l'auteure rend hommage à la femme indépendante financièrement et aventureuse qu'elle a été en consacrant un chapitre à ses héroïnes : "Portraits de femmes libres."

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lecottageauxlivresFanny
  16 juillet 2021
Dans cet essai Sonia Feertchak dresse un constat sans appel : sur les 66 romans à énigmes écrits par la reine du crime, plus de 50 mettent en scène des meurtres familiaux. A partir de cela, elle relit Agatha Christie avec un tout autre regard. Loin de l'image un peu vieillotte et parfois même réactionnaire que certains lecteurs se font à tort des intrigues de la romancière, Sonia Feertchak met à jour toute la modernité d'Agatha Christie. le grand sujet qu'elle n'a cessé d'explorer c'est avant tout la famille et les drames qui y prennent naissance, grandissent puis la pourrissent peu à peu. Humiliation, jalousie, ressentiment, sentiments incestueux, haine larvée : le mal est partout, il est banal et se trouve surtout à l'endroit même où l'on se penserait le plus en sécurité. Les vérités familiales sont passées sous silence, tour à tour par un parent tyrannique, par pitié pour l'un de ses membres plus fragile, par honte et préjugés et mènent finalement à faire taire ceux qui veulent parler haut et fort. La famille ne veut pas les écouter et les élimine. le corps retrouvé est alors l'élément qui déclenche la catharsis : le mort est bien une preuve que le mal gangrène la famille et qu'il faut l'en faire sortir. La vérité doit être dite pour sauver ceux qui restent.
Cette relecture des oeuvres d'Agatha Christie est en tout point passionnante : j'ai adoré cet essai qui nous permet de redécouvrir ses intrigues et de percevoir sa modernité psychologique. Sonia Feertchak parsème aussi ses analyses de rappels biographiques des propres relations familiales de la romancière pour éclairer son sujet. Enfin, l'essayiste s'inquiète aussi du plaisir de lecture et, dès l'avant-propos, signale à son lecteur les chapitres qui pourraient lui révéler la clé de certaines énigmes.
La Vérité tue, Agatha Christie et la famille est un essai passionnant pour les petits et grands lecteurs de la reine du crime.
Je remercie Babelio et les éditions Philosophie magazine.
Lien : http://lecottageauxlivres.ha..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
val-m-les-livres
  28 juillet 2021
Le principal intérêt de cet essai, c'est qu'il donne une envie irrépressible de se replonger dans les romans d'Agatha Christie. Ayant lu des dizaines de ses intrigues policières quand j'étais ado, je me suis interrogée sur ce que penserait un lecteur n'ayant que peu de connaissances de son oeuvre. de mon côté, je n'ai pas été emballée par ces analyses que j'ai trouvées décousues et qui ne m'ont pas appris grand chose, sauf peut-être sur la vie personnelle d'Agatha Christie, notamment sur le jeu construit par sa soeur dans leur enfance.
Commenter  J’apprécie          10
Meresauvage
  27 juillet 2021
Dans son essai, Sonia Feertchak relit l'oeuvre de la reine du crime en prenant un nouvel angle : les violences intrafamiliales. Car si le crime est partout chez Agatha Christie, il est avant tout au sein même des foyers !
Meurtres de sang-froid, petits secrets et vengeances, l'autrice dissèque la banalité du Mal et les silences qui l'entourent.
Un livre qui peut être difficile à suivre si l'on n'a qu'une connaissance partielle de l'Oeuvre mais qui donnera assurément envie d'y replonger !
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
lecottageauxlivresFannylecottageauxlivresFanny   16 juillet 2021
Toute la puissance des romans christiens et leur indéfectible succès tiennent dans cette catharsis qui commence dès la découverte du cadavre : le corps met au jour les rapports de force cachés qui existaient au sein de la maisonnée. La vérité cesse d'être tue. Agatha Christie fait changer de camp la culpabilité.
Commenter  J’apprécie          20
Sayuki74Sayuki74   15 août 2021
Ce maître n'a pourtant que deux yeux, deux mains, un corps et rien de plus que n'a le dernier des habitants du nombre infini de nos villes. Ce qu'il a de plus que vous, ce sont les moyens que vous lui fournissez pour vous détruire.
La Boétie - Discours de la servitude volontaire. 1516.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Sonia Feertchak (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sonia Feertchak
Sonia Feertchak vous présente son ouvrage « L'encyclo des filles 2014 » aux éditions Gründ. Illustrations Catel Muller http://www.mollat.com/livres/feertcha...
autres livres classés : incesteVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1213 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre