AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Antoine Ribes (Traducteur)
EAN : 9782290317426
413 pages
Éditeur : J'ai Lu (28/02/2002)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 515 notes)
Résumé :
La guerre de la faille entre les mondes de Midkemia et Kelewan est terminée. Longue vie au roi Lyam et au prince de Krondor, Arutha, seigneur de l'ouest. Le royaume se prépare à vivre une ère de paix et de prospérité. Mais très loin au nord, une sombre puissance se lève, qui rassemble en ses ténèbres elfes noirs, trolls et gobelins, annonçant l'avènement d'un nouvel âge de chaos. Une terrible prophétie doit bientôt s'accomplir... Mais il faut pour cela qu'un obstacl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
Crazynath
  08 octobre 2014
Dans Silverthorn, j'ai retrouvé avec plaisir certains personnages des deux premiers tomes des chroniques de Krondor.
Même si Pug fait quelques apparitions , c'est Arutha qui est devenu le personnage central de l'histoire ! Certains autres personnages que l'on avait côtoyé prennent aussi de l'ampleur, comme Laurie le ménestrel et le très attachant Jimmy les mains vives.
L'histoire est menée tambour battant, on ne s'ennuie pas une seconde car l'intrigue est captivante.
Raymond Feist a le chic des descriptions très imagées pour les différentes créatures qui peuplent son récit et c'est aussi cet aspect que j'ai aimé dans ces aventures .
Commenter  J’apprécie          210
basileusa
  19 décembre 2017
On est,dés le premier chapitre, tout de suite immergé dans ce troisième tome ! C'est avec un grand plaisir que l'on retrouve ,entre autres, Jimmy les mains vives et Arutha,qui sont mes personnages préférés . Arutha est la cible de tueurs acharnés et va devoir lutter contre des forces qui,clairement, le dépasse ! C'est un tome bien plus sombre que les précédents : la faille entre les deux mondes est toujours en toile de fond,ainsi que l'histoire des deux mondes et leurs légendes. Lu d'une traite encore une fois et comme je reste sur ma faim, je m'en vais tout de suite découvrir la conclusion de cette guerre de la faille.
Commenter  J’apprécie          200
meygisan
  24 novembre 2013
Je retrouve avec plaisir tous les personnages laissés dans ce second tome, et c'est une histoire sombre dans laquelle nous emporte l'auteur. Histoire qui laisse présager des évènements bien plus sombres et inquiétants encore que ne peuvent le deviner les personnages. L'histoire donc tourne autour d'un autre personnage, Arutha, mis en valeur cette fois ci, par le fait que de mystérieux assassins s'en prennent à lui et autour de Jimmy que l'on retrouve avec plaisir également. L'auteur sait préserver le suspens autour du destin d'Arutha, autant en ne nous révélant les tenants et aboutissants qu'au compte goutte, qu'en ne nous ménageant absolument quant à sa survie. En effet, plusieurs fois, Arutha doit sa vie au jeune Jimmy qui se décarcasse réellement, pour le protéger et même prévenir toutes menaces. Jusqu'au moment où l'une d'elle ne peut être éviter. Mais là l'auteur fait preuve d'une certaine ingéniosité en détournant la menace sur un autre personnage. le twist est assez réussi car si jusque là, on ne savait pas trop où il nous emmenait, désormais, la quête d'Arutha pour sauver sa belle est le point central de l'histoire et tous les personnages se mettent en mouvement pour servir cette cause. Petit bémol quant au personnage de Jimmy, qui certes reste très attachant, mais est un peu trop présent et un peu trop prompt à découvrir tout ce qui se cache dans l'ombre. C'est sans doute pour rendre d'autant plus dramatique le piège qu'il n'a pu éviter totalement. La quête d'Arutha prend tout son sens au fil du récit; loin d'une simple histoire pour trouver un remède, c'est bien son destin qui se joue, et son implication dans la sombre prophétie annoncée. Arutha devient le personnage central, incontournable de deux histoires. J'aime beaucoup l'aspect sombre, caché, inquiétant de la quête d'Arutha, et particulièrement l'épisode du lac des elfes. L'atmosphère lourde,froide, quasi mystique y est bien rendue et les affrontements avec les frères des ténèbres rendus quasiment immortels par leur maitre sont d'une rare intensité. Chaque personnage a son heure de gloire, les rebondissements sont bien réfléchis, les évènements s'enchainent sans heurts, certains personnages se dévoilent en profondeur, les histoires d'amour ne sont pas mises de côté et plutôt bien gérées même si elles restent discrètes, le récit est haletant et, je le répète, la force de ce cycle est avant tout dans ses personnages, qui sont tantôt en avant, tantôt en arrière, ce qui permet de les développer sans jamais amener la lassitude.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Bill_Veuzay
  28 août 2013
De nombreuses choses m'ont déplu dans ce troisième épisode de la guerre de la faille. [Attention, cette critique comporte des extraits ; pour ceux qui voudraient tout avoir à découvrir, passez directement au dernier paragraphe ;-) ]
Tout d'abord, la construction du récit, trop convenue, trop surfaite : on part pour une quête, on se fait attaquer, c'est sans espoir, mais on s'en sort quand même sans trop de dégâts, on repart poursuivre notre but, on se refait attaquer, on croit avoir touché le fond mais on creuse encore, etc. C'est une suite ininterrompue d'actions, les personnages et leur caractère (que je trouvais bien développés et intéressants dans l'épisode précédent) ne sont même pas effleurés.
Cet enchaînement de péripéties a entraîné une surenchère de violence que je n'ai pas aimée. Dans une histoire de guerre, me direz-vous... Mais non . Cette fois, ce sont davantage les propos qui sont violents : on tombe directement dans le gore et dans le cruel... Mais surtout le gore. Les héros combattent des ennemis qui n'ont plus rien d'humain : des morts-vivants tout d'abord, et là c'est une véritable boucherie qui nous est décrite avec force détails.
Par la suite, ça se calme un peu avec les zombies, en revanche on trouve... ça : "Un être de pure terreur, une créature issue des horreurs les plus absolues, s'abattait du haut du ciel sur l'abbaye (...). Haute de six mètres, elle semblait avoir été faite de tout ce qui pouvait inspirer le dégoût à n'importe quel être sain d'esprit. Ses ergots noirs luisaient au bout d'une parodie de serres de rapace attachées à des sortes de cuisses de chèvre. Mais au lieu de hanches, on ne trouvait que des replis de graisse, de gros anneaux gras tremblotants, qui pendouillaient au bout d'un torse vaguement humain. le corps entier suintait, ruisselant d'une substance épaisse semblable à une sorte d'humeur. Au beau milieu du torse de la chose, un visage bleu mais parfaitement humain aux yeux agrandis par l'horreur se tortillait et hurlait des insanités, comme s'il répondait aux puissants rugissements de la chose. Celle-ci possédait deux bras énormes couverts de muscles et démesurément longs comme ceux des singes. En outre, elle luisait faiblement, changeant sans cesse de couleur, passant du rouge à l'orange, puis au jaune et ainsi de suite par toutes les couleurs du spectre, pour revenir au rouge (...). le plus horrible restait encore la tête, car -suprême cruauté- celui qui avait façonné ce monstre difforme l'avait orné d'une tête de femme, assez grande pour convenir à ce corps mais parfaitement normale."
En fait, tout, dans ce livre, est décrit comme "pure terreur" et "horreur absolue" ; or pour moi, la bestiole présentée plus haut, mi-homme, mi-rapace, et aussi mi-chèvre et mi-singe (et qui clignote en plus !), tient plus du comique et du ridicule. le pire, c'est que quelques centaines de pages plus loin, l'auteur remet le couvert : "Les créatures, nues, étaient grotesques mais humanoïdes. Il s'agissait clairement de mâles, au torse puissant et à la peau bleue. Leurs épaules et les muscles de leur poitrail se tendaient au rythme du battement de leurs énormes ailes de chauve-souris. Elles avaient des têtes de singe sans poils et de longues queues préhensiles qui fouettaient l'air."
Grotesque, c'est le mot.
Troisième reproche : l'apparition d'une certaine vulgarité que je n'avais pas trouvée dans les précédents tomes. Par exemple, au sujet de la première créature décrite ci-dessus (je n'arrive même pas à me la figurer mais je m'en souviendrai toute ma vie je crois), on pourra entendre l'un des principaux protagonistes -un jeune garçon d'une quinzaine d'années- se vanter de l'avoir "farci[e] par le cul". Et ce n'est qu'un exemple parmi d'autres. J'imagine que ça se voulait comique... mais c'est juste grossier.
Quatrième regret, les dialogues, plus clichés encore que dans les deux premiers livres : "Il y a toujours de l'espoir, Arutha ConDoin."
Une bien longue critique pour un livre que je n'ai pas dévoré comme les précédents (alors qu'ils étaient tout aussi convenus), un récit poussif et qui m'a plus d'une fois fait pousser des soupirs de consternation. Pour moi, un seul constat : l'auteur a voulu en faire TROP : à trop faire dans le fantastique il tombe dans l'ubuesque, à trop vouloir faire dans le comique il tombe dans le potache à tendance grossier. C'est vraiment dommage... Espérons que le quatrième et dernier tome de la série remontera la pente !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
levri
  30 mars 2020
La guerre terminée, la paix semble régner sur Midkemia, la famille conDoin s'installe dans ses nouvelles fonctions, Lyam est sur le trône du Royaume des Îles, Martin l'Archer, son demi-frère aîné est devenu Duc de Crydee et Arutha, Prince de Krondor, Roi de l'Ouest prépare son mariage. Pendant ce temps Pug accompagné de Kugan se consacre à l'édification de son école de magie et au développement de ses connaissances et pouvoirs.
Mais c'était trop calme, elfes noirs, trolls et gobelins s'agitent dans le Nord et une menace pèse sur Arutha, des Faucons de la Nuit accompagnés de Moredhel détenteurs du pouvoir maléfique de réveiller les morts multipliants les tentatives de meurtre sur le Prince afin de permettre la réalisation d'une sombre prophétie.
Lors de la cérémonie de mariage la promise d'Arutha est blessée et empoisonnée aussi part-il en quête accompagné de Jimmy les mains vives et de Laurie le ménestrel afin d'essayer de trouver un remède qui pourrait sauver l'amour de sa vie ….

Nous retrouvons avec plaisir les personnages rencontrés antérieurement et Jimmy le petit voleur, maintenant âgé de quinze ans, dans l'obligation de quitter la Confrérie qu'il a lésée au profit du Prince est intégré à sa Cour, une occasion pour le chenapan de mettre ses capacités particulières à son service tout au long de la quête, agrémentant pour notre plaisir le récit par sa malice et son impertinence. Aidés par les moines mystiques d'une abbaye hébergeant une bibliothèque détentrice de tous les savoirs nos héros vont trouver une piste qui passera par Elvandar la forêt des Elfes et les mènera jusqu'aux territoires des maléfiques Moredhel à la recherche de Silverthorn, une plante magique capable d'éliminer le poison.
Lors de leur périple, ils auront à affronter d'immondes monstres issus de la magie noire et découvriront pourquoi on recherche la mort d'Arutha Roi de l'Ouest, qui risque d'empêcher la renaissance d'un pouvoir ancien. La menace est telle que Pug va ouvrir une faille, dont il maîtrise maintenant le fonctionnement pour retourner sur Kelewan, dont l'Empereur affaibli est menacé de guerre civile par les intrigues du Conseil, pour y trouver des pistes qui pourraient aider à vaincre l'Ennemi …

L'écriture de ce second tome est toujours aussi fluide et addictive, nous retrouvons avec plaisir les personnages auxquels nous nous étions attachés et qui continuent d'évoluer, l'importance donnée à Jimmy les mains vives, jeune voleur orphelin facétieux enrichit avec légèreté et humour le récit. L'action est à l'honneur, faites vous plaisir en dévorant "Silverthorn" …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60


critiques presse (1)
SciFiUniverse   09 septembre 2011
Avec Silverthorn, Raymond E. Feist continuer de développer le monde de Krondor avec une belle habileté. Le récit reste accessible mais gagne en richesse, notamment par son intrigue, qui est plus élaborée que celle de Magicien, et joue la carte du renouvellement en se penchant sur des personnages jusqu’alors secondaires [...]. Un roman aventureux et épique très agréable à lire.
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   12 décembre 2013
Si une femme sert dans un temple, cela fait d’elle un sainte. Si elle sert dans une hutte au fond des bois, c’est une sorcière.
Commenter  J’apprécie          120
HeleniahHeleniah   25 avril 2013
Martin ajouta : "Jimmy, tu parles des magiciens comme si tu n'en avais jamais vu.
- Mais c'est vrai. Il existe bien quelques lanceurs de sorts à Krondor, mais ils ont tendance à être douteux. A une époque, il y avait chez les Moqueurs un voleur qui s'appelait le Chat Gris, parce que personne n'était plus discret que lui. Il avait tendance à commettre des vols très audacieux et une fois, il a chipé une babiole à un magicien qui a considéré la chose avec un certain mécontentement.
- Qu'est-ce qu'il est advenu de lui ? demanda Laurie.
- Maintenant, c'est le chat gris."
Ses quatre compagnons ne dirent rien pendant un moment, puis ils comprirent subitement et Gardan, Laurie et Martin éclatèrent de rire. Même Arutha sourit de cette plaisanterie et secoua la tête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
HeleniahHeleniah   25 avril 2013
Jimmy, commençant à retrouver ses esprits, regarda autour de lui. La salle semblait comme figée sur un horrible tableau. Le père Tully se tenait à côté d'Arutha et des gardes tsuranis entouraient le roi, scrutant des yeux chaque recoin de la salle. Tous les autres convives regardaient Anita, recroquevillée dans les bras d'Arutha, à genoux sur les dalles de pierre. ses voiles et sa robe étaient étalés tout autour d'elle; on eût dit qu'elle dormait dans l'étreinte du prince. Dans la lumière du soir, elle ressemblait à une apparition toute de blanc immaculé, à l'exception de la tâche écarlate qui s'étendait rapidement dans son dos.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
selena_974selena_974   27 janvier 2011
Jimmy jeta un coup d'oeil autour d'eux. "Comment la journée peut-elle être si douce alors que nous nous précipitons dans la gueule du loup ?"
Roald répondit : "Il faut savoir une chose quand on est un combattant : si on s'apprête à aller à la mort, inutile de le faire trempé, gelé et affamé si ce n'est pas absolument nécessaire. Profite du soleil, petit. C'est un cadeau."
Commenter  J’apprécie          20
tgranductgranduc   30 octobre 2012
Le soleil disparaissait lentement derrière les pics.
Les derniers rayons de chaleur glissèrent sur le sol et il n'y eut bientôt plus que les ultimes lueurs sanglantes du jour. Des ténèbres indigo s'amassaient rapidement à l'est. Le vent soufflait sur les collines, coupant comme un rasoir, balayant le printemps naissant tel un rêve. Les glaces hivernales régnaient encore sur les terres couvertes d'ombres, crissant sous les bottes. Sortant du crépuscule, trois silhouettes apparurent dans la lumière du feu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Raymond E. Feist (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Raymond E. Feist
Session de Questions/Réponses entre Raymond E. Feist et ses fans à l'ICON 2016
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La guerre de la Faille Tome 1 R. E. Feist

Quel est le nom du monde dans lequel vivent les héros?

Krondor
Crydee
Midkemia
Kelewan

8 questions
38 lecteurs ont répondu
Thème : La Guerre de la Faille, Tome 1 : Magicien de Raymond E. FeistCréer un quiz sur ce livre