AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791028111151
Éditeur : Bragelonne (13/06/2018)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Garn abritait cinq grands royaumes jusqu’à ce que le roi d’Ithrace et toute sa famille soient exécutés par l’ambitieux souverain de Sandura.

Ithrace était gouverné par les légendaires Firemane à la crinière de feu, craints par les autres monarques. Désormais, il ne reste plus que quatre grands royaumes au seuil de la guerre. Mais on raconte que le fils du dernier roi d’Ithrace a survécu et qu’il est aux mains d’une société secrète nommée Quelli Nacost... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
DreamBookeuse
  31 juillet 2018
De Feist je connais surtout Les Chroniques de Krondor et Magicien avec le célèbre Pug mais aussi, Fille de l'Empire une trilogie se situant dans l'univers des chroniques de Krondor mais qu'il a co-écrite avec Janny Wurts, ma préférée d'ailleurs. Il me tardait de découvrir une nouvelle trilogie, qui n'aurait rien à voir avec Krondor dont il doit avoir, je pense, épuisé toutes les ressources. le Roi des Cendres signe un nouveau départ pour l'auteur mais je ne peux m'empêcher d'avoir un ressenti très mitigé face à ce premier tome.
Mon résumé
Après avoir massacré l'armée du Roi d'Ithrace qu'il considérait comme un frère Daylon a un goût amer dans la bouche. Entre son peuple et son ami, il a dû faire un choix : celui de la survie. Mais lorsqu'on vient lui déposer juste devant sa tente, le dernier des Fireman, Daylon prend un risque inconsidéré et le confie aux bons soins du Quelli Nacosti, une confrérie secrète, afin qu'il y soit élevé. D'un autre côté il libère Edvalt, son maître forgeron, du serment qui le retenait en lui faisant promettre de lui ramener son premier apprenti sans savoir que c'est un demi-frère bâtard qu'il rencontrera : Declan.
Presque par hasard, tous les pions qu'il a disséminés reviennent au Marquensas et, enfin, il pourra se préparer à la guerre et se venger.
Mon avis
Bien que l'on commence le récit après la bataille d'Ithrace du point de vue de Daylon, le Baron du Marquensas, on ne le retrouvera que dix-huit ans plus tard lorsque Declan débarquera à Marquanet pour y trouver une forge et que le Quelli Nacosti tiendra parole et y ramènera le jeune Fireman.
Entre temps nous pourrons apprécier le point de vue des deux jeunes hommes : Hatu et Declan.
Les personnages : le Roi des Cendres et le bâtard forgeron
Hatu a été élevé en secret au sein d'un ordre encore plus secret. de nombreux enfants présentant un talent particulier, un don, sont choisis par un Maître et transféré au sein d'une école où il y recevra une éducation sévère : arts martiaux, maîtrises des armes, histoire, espionnage, sont autant de cours qui leur sont donnés. Ils sont alors destinés à devenir des Sicari et à servir les Maîtres en espionnant, tuant ou manipulant les plus puissants de ce monde. Ils sont également un ordre de parole et c'est ce qui les protège contre les Rois et les riches. Mais Hatu n'est pas comme les autres. le seul à avoir le teint pâle et les cheveux de feu qu'il cache sous des teintures pour les rendre quelconques. Mais il est nerveux. Tous ceux qui en savent trop et qui ne réussissent pas à rentrer dans l'Ordre disparaissent. Et lui pressent bien que ce moment de bascule approche. Cette nervosité alimente une colère, sourde, flamboyante, qui gronde à l'intérieur de lui et qui explose en accès de rage. Heureusement il peut compter sur deux amis : Donte, le petit fils d'un des Maître, toujours en train de rire, et de faire des bêtises en l'entraînant avec lui, et Hava. Hava qui le distrait plus qu'elle ne devrait. Hatu est le dernier fils des Fireman, mais ce n'est qu'à la fin du récit qu'il comprendra qui il est et pourquoi il a toujours eu le droit à un traitement de faveur.
Declan, lui, est orphelin, et a été élevé par Edvalt, le maître forgeron ayant quitté le service du baron et s'étant mis à son compte sur les terres du Pacte. Des terres neutres, où aucun royaumes n'a de droit. Seulement, depuis que les cinq royaumes ne sont plus que quatre, depuis qu'un roi en a décapité un autre, les terres du Pacte sont-elles toujours ce qu'elles devraient être ? Tout juste passé maître forgeron après avoir réussi son « chef d'oeuvre », une épée-joyau dont seul son maître et quelques autres ont le secret, Declan l'apprendra à ses dépens. Alors qu'il hésitait entre partir et rester, le destin en a décidé autrement. Des marchands d'esclaves attaquent Oncon et Declan, Edvalt et Josan (l'aspirant forgeron) tuent le chef et certains des mercenaires. Des mercenaires aux couleurs du Sandura, la nation ayant attaqué Ithrace. Edvalt décide d'envoyer filles, garçons et enfants au loin et Declan est obligé de partir. Honorant la promesse d'Edvalt au Baron il se rend au Marquensas pour s'installer à Mont Beran, une ville commerciale devenue prospère et étrangement laissée sans milice par le Baron Daylon.
Moins de réflexion, plus d'action !
Les deux personnages sont très semblables et c'est de ces derniers qu'on a les points de vue majoritaires puisque s'alternent également ceux d'Hava, de certains Maîtres du Quelli Nacosti et d'une organisation secrète, semblant recherche le dernier fils des Fireman. Ils sont tous les deux intéressants, Hatu est réfléchi et colérique alors que Declan est tout aussi réfléchi mais plus posé. Les deux ont tous les deux un problème avec les filles. Et c'est aussi mon problème avec ce premier tome.
En soi le scénario n'a rien d'extraordinaire puisqu'il n'avance finalement que très peu. On part du principe que l'apprenti du maître forgeron et le fils Fireman confié au Quelli Nacosti reviendront au Marquensas, ça on le sait dès les 20 premières pages et on se retrouve dans cette situation à la fin du roman. Ça m'a donné une étrange sensation de stagnation. Alors qu'en dehors de cela il se passe tout un tas de choses très intéressantes : manipulation, trahison, des créatures étrangers et terrifiantes, des individus dont on ne sait rien… en bref beaucoup de mystères qui restent sans réponse. Un livre de fantasy comme sait si bien le faire Feist.
SAUF QUE. C'est quoi cette manie de l'introspection ? Ne vous méprenez pas, j'adore l'introspection dans les romans et on en a souvent trop peu en fantasy (puisque le destin choisit pour eux c'est tout de même beaucoup plus pratique) mais là… trop c'est trop. le pire ce fut Hatu. Bon, il est amoureux d'Hava nous on le comprend dès le départ, mais pas lui, résultat pendant des pages et des pages et des pages il ne pense qu'à elle, et toujours aux mêmes choses : souvenirs d'enfance, ses cheveux, son corps dans les bains communs, le fait qu'il perde ses combats face à elle, le fait que machin le fait que bidule. Et tout le temps. Il ne se passe pas un instant sans qu'il ne pense à elle. Ah si, quand il manque de mourir là elle lui a échappé de l'esprit. Et il n'y a pas qu'Hava qui revient tout le temps. Il y a aussi sa colère qui est un des sujets central de son introspection ou encore son incertitude quant à son avenir. En soi, les filles, sa colère, et son incertitude sont plutôt des sentiments, des pensées, tout à fait normaux, on est d'accord… sauf qu'à chaque fois cela vient gâcher tous les moments d'action qui ponctuent ce roman. Et alors que je suis d'avantage du genre à penser « moins d'action plus de réflexion » là c'est plutôt l'inverse : « moins de réflexion plus d'action ! ». Declan a un peu le même problème mais finalement son point de vue est plus ramassé que celui d'Hatu.
Un grand jeu de dupe
Malgré mon énervement constant à mesure que j'avançais dans le roman (je commençais moi aussi à comprendre cet agacement qui nourrissait la colère de Hatu), j'ai retrouvé avec plaisir les jeux de manipulation que j'avais appréciés dans Fille de l'Empire. Parce que dans ce grand jeu de dupe où Declan et Hatu sont les boucs émissaires, tout le monde manipule : de Daylon, pourtant adulé par son peuple aux Maîtres du Quelli Nacosti il n'y en a pas un pour rattraper l'autre et petit à petit la toile se referme sur le fils Fireman. Toutefois, une dernière pièce de puzzle vient se rajouter à l'ensemble : une organisation semblant utiliser une magie élémentaire et à l'époque très proche du Roi d'Ithrace… parce qu'il semble bien que Fireman ne soit pas juste un surnom donné à un Roi à la chevelure flamboyante mais peut-être quelque chose de bien plus, bien plus profonde que cela. Mais ce nouveau joueur va t'il aider notre héro, ou le manipuler à son tour pour s'en servir ? Y a t-il seulement une seule personne à qui faire confiance ?
En résumé
Le Roi des Cendres est une lecture en demie teinte. le scénario n'est pas très original, mais je me régale toujours des grandes trahisons et manipulations qui parcourent les romans de fantasy, et Feist a désormais posé toutes ses pièces. D'un autre côté j'ai été profondément agacée par la lenteur des personnages et leur tendance irritante à l'introspection perpétuelle. Et finalement, alors que l'action imprègne le roman, elle est effacée par l'intériorisation des personnages. Et je l'avoue… j'ai même sauté quelques pages… J'attends le second tome en espérant que nos deux personnages auront un peu avancé ;)
Lien : https://lesdreamdreamdunebou..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LeslivresdeRose
  27 juin 2018
Je connaissais déjà cet auteur pour avoir lu les quatre tomes de « La guerre de la faille » que j'avais beaucoup aimés. Quand j'ai vu qu'il commençait une nouvelle série dans un univers que je ne connaissais, a priori, pas encore, j'ai sauté sur l'occasion ! Je remercie d'ailleurs chaleureusement le site NetGalley et la maison d'éditions Bragelonne pour ce service presse ! Et, je vous le dis d'entrée, j'ai passé un excellent moment de lecture !
L'univers dépeint par l'auteur est très riche que ce soit au niveau des différentes puissances qui se le partagent ou au niveau des « thèmes » abordés. Une carte, placée en début d'ouvrage, permet de situer les différents lieux évoqués. C'est un petit plus que j'ai été ravie de retrouver (par contre, la lecture en numérique ne rend pas son usage très aisé).
Certains territoires du monde Garn sont dirigés par des rois. Initialement au nombre de cinq, il ne reste très vite plus que quatre royaumes ; le cinquième ayant été trahi par ses anciens alliés. D'autres territoires sont gouvernés par des barons. Ceux-ci ne sont, a priori, inféodés à aucun roi, tant qu'ils peuvent se le permettre tout au moins. Leurs terres sont parfois aussi riches et vastes que celles des royaumes. Au milieu de ces différents états, se situent les « Terres du Pacte », région libre et indépendante, soumise à la seule volonté de ses habitants. Enfin, toutes ces entités doivent composer avec la Nation Invisible, une sorte de clan composé de maîtres et d'élèves dont la plupart sont des criminels de toutes sortes : voleurs, assassins, espions,…dont l'éducation commence dès le plus jeune âge. Leur quartier général se situe à Coaltachin, dans les îles, mais leur autorité s'étend bien au-delà. D'autres peuples encore occupent ce monde... Je vous laisse le plaisir de les découvrir !
Les différents « domaines » exploités par l'auteur m'ont beaucoup plu. Parmi ceux-ci, j'en citerai deux : tout d'abord tout ce qui tourne autour de la forge, ensuite, tout ce qui a trait à la marine (avec Hatu). J'ai adoré les passages le travail des forgerons est décrit tout comme ceux où nos héros naviguent en mer (ainsi que les combats navals, la vie sur le bateau,…). J'ai également apprécié les touches de magie qui se révèlent au fur et à mesure du récit… mais je n'en dis rien de plus pour ne pas vous spoiler !
Ce premier tome est clairement un tome introductif, ce qui se ressent fort au niveau de sa construction. de nombreuses pistes sont lancées. Plusieurs histoires se croisent, des liens se tissent entre elles bien qu'il soit, à ce stade, difficile de percevoir toutes les subtilités. de nombreux protagonistes entrent en scène dont le rôle reste, pour la plupart, encore flou à la fin de ce premier opus. Toutefois des alliances commencent à se former et des complots se dessinent. L'auteur a avancé ses pions, les a placés sur son échiquier…Il peut débuter la partie. Si j'ai bien aimé tous ses mystères, toutes ses intrigues entremêlées, cela me frustre toujours un peu quand, à la fin d'un tome 1, le lecteur n'en sait pas beaucoup plus qu'au début de celui-ci. le décor est planté mais aucune de mes interrogations n'a encore reçu de réponses entières et satisfaisantes…Je suis restée sur ma faim à ce niveau et j'attends donc la suite pour me faire un avis plus global.
Un autre point qui m'a un peu dépitée au départ est lié au résumé. Celui-ci sous-entend, en effet, que nos héros principaux vont, tous deux, converger vers un point A. Cependant, il faut attendre plus de la moitié du récit pour qu'ils se mettent en route et encore davantage pour qu'ils arrivent enfin à destination. Au vu du résumé, J'attendais ce moment beaucoup plus rapidement. J'ai donc un peu rongé mon frein même si, d'un autre côté, cette attente m'a donné envie d'avancer dans l'histoire ce qui a, dans un sens, rendu ma lecture addictive!
Si les deux personnages principaux sont de sexe masculin, j'ai été heureuse de constater que la gente féminine tient une place non négligeable dans ce roman. Hatu est le fils du roi trahi. Il a réchappé au massacre qui a tué tous les siens et a été élevé au sein de la Nation Invisible. Il a toujours ressenti un décalage entre lui et ses camarades : ses cheveux d'un roux vif à eux seuls étant la preuve de sa différence et de sa non-appartenance à ce peuple. C'est un jeune homme que j'ai apprécié, qui reste droit et loyal envers ses rares amis malgré les principes qui lui ont été inculqués. Son évolution tout au long de ce premier tome m'a énormément plu.
Si ce personnage a su me toucher, je lui ai, cependant, préféré Declan, un jeune forgeron qui n'a pas froid aux yeux. S'il aspire à parcourir le vaste monde, parallèlement, il rêve de monter sa propre forge et de mener une vie calme et paisible. Toutefois, quand il le faut, il est aussi prêt à se battre et à tuer pour défendre ceux qu'il aime. Il a une forte personnalité, celle d'un meneur d'homme, et dans l'action il n'hésite pas à prendre rapidement les décisions qui s'imposent. Il est juste, franc et courageux.
Le troisième personnage dont je voulais vous parler est Hava, une jeune femme qui a suivi le même entrainement qu'Hatu. Très proche de ce dernier, elle est fougueuse, fonceuse et badass ! J'ai beaucoup apprécié ce personnage et je suis impatiente de découvrir comment elle va évoluer et quelle décision elle va prendre au vu des choix qu'elle va devoir faire !
En bref, j'ai adoré ce premier tome et j'attends avec grande impatience la suite ! Je l'ai trouvé très complexe, que ce soit au niveau de l'univers, de l'intrigue ou des personnages. C'est difficile d'aborder toutes les thématiques et tous les aspects en une seule chronique. J'ai l'impression que je pourrais encore vous en parler sur des pages et des pages ! Je n'ai fait qu'effleurer la richesse de ce roman. Et, petit plus non négligeable, l'auteur ne nous perd pas pour autant même si, selon moi, il vaut mieux en faire sa lecture principale et ne rien lire à côté…. J'ai hâte de tout comprendre enfin et de voir comment l'auteur va déplacer ses pions. Les amoureux de Fantasy et de Raymond E. Feist ne devraient pas être déçus par ce premier tome !

Lien : https://leslivresderose.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lianne
  19 juin 2018
Une début d'histoire bien épique et pleine de potentiel que j'ai pris plaisir à lire malgré quelques défauts dont le fait qu'on a un peu l'impression de n'avoir lu qu'une longue introduction une fois le livre refermé.
Quand j'ai vu qu'un nouveau livre de Raymond E. Feist allait sortir, j'étais heureuse. En effet cet auteur à bercé mon adolescence de ces récits, que j'adorais. J'avais perdu un peu contact depuis mais je me suis dit que c'était l'occasion de revenir vers lui et qui sait, me motiver à continuer son autre grosse saga ensuite.
Dés le prologue le ton est donné. Il y avait cinq royaumes, plus quelques régions indépendantes, mais tous se sont ligués contre le roi du cinquième, dont la lignée est surnommée Firemane à cause de sa chevelure flamboyante. Ils l'ont attiré dans un piège et ont réduit son royaume en cendre.
Mais un bébé à survécu, sauvé in-extremis du massacre par une servante. Il a été confié a une faction neutre, la seule finalement qui n'a pas participé à la trahison, dans laquelle il va grandir et apprendre à se défendre ...
Nous suivons donc Hatu, une jeune orphelin que l'on associe très rapidement avec notre héritier caché, ainsi que Declan, jeune forgeron (lui aussi orphelin) qui fini son apprentissage et va devoir affronter la dure vie alors que la paix se délie un peu partout et les attaques sur les villages se multiplient. Nous suivons aussi de manière plus secondaire les deux meilleurs amis d'Hatu, Donte et Hava, ainsi que de manière occasionnelle d'autres personnages importants.
Ce que j'ai bien aimé concernant ces personnages c'est que ce tome est vraiment centré sur leur évolution. Hatu est encore en plein dans sa formation au début et il n'a encore aucune idée de ce que sera sa vie. du coup il se pose plein de questions qui l'amènent à changer sa vision du monde au fur et à mesure que l'histoire avance. Pareil pour Declan qui va devoir sortir du nid ou il a grandit pour se lancer dans un monde ou il est de plus en plus difficile de survivre, surtout quand on est seul.
Ce temps de l'évolution est aussi l'occasion de bien approfondir le worldbuilding, enfin surtout concernant deux des nombreuses factions qui existent dans le monde. J'avoue que j'aurais préféré en savoir plus sur les autres royaumes aussi mais on en n'est qu'au tout début et ça sera surement fait plus tard lorsque l'occasion se présentera. Pour moi cette partie la du livre était vraiment ce qui était le mieux fait. On sentait l'histoire derrière chacun des peuples et j'avais vraiment envie d'en savoir plus sur chacun. le monde est plein de potentiel en tout cas.
Mais du coup on peut vraiment dire que ce tome est focalisé sur ces deux points, l'évolution des personnages et le monde, et c'est un peu au détriment de l'intrigue principale.
En fait quand j'ai refermé le livre j'avais l'impression de n'avoir lu que le prologue de l'histoire et qu'elle allait à peine démarrer après ce point. J'avoue que ça m'a un peu frustrée sur le coup. Mais d'un autre coté le point positif c'est que ça donne forcement envie d'en savoir plus et donc de lire la suite.
Surtout que j'ai trouvé que la grosse révélation finale est un peu tombée à plat, il nous manquait les états d'esprit du principal concerné. Mais je laisse le bénéfice du doute la dessus parce que j'imagine qu'elle a plutôt été laissée en suspend pour être exploitée dans le tome suivant, espérons-le en tout cas.
Malgré tout le rythme est pourtant pas mal élevé, il ne faut pas croire que parce qu'on n'avance pas l'intrigue principale il ne se passe rien. Ici c'est totalement l'inverse en fait, nos héros ont à peine le temps de souffler entre deux aventures et périodes difficiles.
On voit aussi que l'auteur a voulu rendre son récit plus adulte, ou plus contemporain. Mais je trouve que c'était un peu fait à l'excès ce qui m'a donné l'impression d'être surjoué.
Pour vous expliquer un peu, dans le récit les chapitres sont courts et suivent à chaque fois un personnage différent. Et en fait il n'y a pas un chapitre ou le personnage qu'on suis ne pense pas à un moment donné au sexe ou a ses désirs sexuels, sans exception (et souvent sans que ça ai le moindre rapport avec l'intrigue à se moment la). A la fin c'était limite un "running gag" pour moi, j'attendais le moment ou ça allait arriver et je me marrais.
Même si j'approuve le fait de sortir des personnages un peu naïf sur la question souvent dépeint de cette façon depuis les années 80, je n'ai malheureusement pas trouvé ça bien fait ici.
Au final ce tome est très introductif mais l'histoire a du potentiel et on sent qu'elle peut être sacrément grandiose au final. Malgré quelques défauts j'ai passé un bon moment dans cette lecture, et j'ai bien envie de lire la suite !
15/20
Lien : http://delivreenlivres.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Amnezik666
  27 juin 2018
Ne connaissant le cycle de Krondor que de réputation (et quelle réputation !) c'est d'un oeil neutre que j'aborde ce roman de Raymond E. Feist, premier tome de la trilogie consacrée à La Légende Des Firemane.
Le Roi Des Cendres remplit parfaitement son rôle de tome d'ouverture sur un nouvel univers, il pose le décor, les personnages et le(s) contexte(s). On découvre un univers complexe riche d'un fort potentiel qui ne demande qu'à déployer ses ailes pour nous embarquer encore plus loin dans l'aventure.
L'intrigue du roman se déroule suivant deux axes distincts. D'une part l'on suit Hatu (orphelin que l'on sait être le dernier né des Firemane) au fil de ses missions pour le compte de la Nation Invisible. D'autre part l'auteur nous invite à suivre les premiers pas de Declan, récemment promu maître-forgeron qui va devoir, par la force des choses, installer sa propre forge.
Deux parcours initiatiques radicalement différents qui sont forcément appelés à se télescoper à un moment ou à un autre. Dans les premiers chapitres, l'on a un peu de mal à lier le sort de ces deux personnages ; on a beau comprendre assez vite que la rencontre sera fortuite (les deux étant appelés à se rendre, tôt ou tard, au même endroit), je ne doute pas que l'auteur nous réserve quelques surprises pour la suite.
J'ai bien aimé le soin apporté aux personnages, au fil des chapitres on les voit évoluer, que ce soit individuellement ou par leurs relations avec les autres. En effet, si Hatu et Declan sont les personnages principaux, les autres ne sont pas pour autant laissés sur le bas-côté. À commencer par leur entourage immédiat, mais aussi ceux appelés à jouer un rôle (pas toujours évident à définir à ce stade de la lecture) dans le déroulé de l'intrigue.
L'intrigue se tisse autour de dimensions politiques et religieuses (voire mystiques par certains aspects), ce qui implique son lot d'alliances, de complots et de trahisons. Certains éléments stratégiques se mettent en place dès ce premier tome, mais l'on en voit d'autres se tisser dans un avenir relativement proche.
Difficile d'imaginer un univers de fantasy sans créatures surnaturelles ni magie, si ces éléments se font plutôt discrets dans ce premier opus, on devine qu'ils sont appelés à jouer un rôle grandissant par la suite (au moins pour la magie).
J'admets volontiers que ce Roi Des Cendres ne révolutionnera pas le genre, il n'en reste pas moins que j'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir le monde Garn, ses personnages et ses intrigues. Il me tarde de découvrir les prochains tomes…
Je terminerai toutefois par un petit bémol, certains éléments sont répétés, encore et encore, au fil des chapitres (par exemple la colère sourde d'Hatu ou encore le fonctionnement du Conseil de la Nation Invisible…) ; je n'irai pas jusqu'à dire que c'est pénible (à moins de souffrir d'Alzheimer chronique) mais on s'en passerait volontiers.
Lien : https://amnezik666.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LeaTouchBook
  07 août 2018
Une de mes premières lectures dans le genre de la fantasy a été celle de la Guerre de la Faille, cette saga flamboyante qui imposait déjà Raymond E. Feist comme un monument du genre. C'est ainsi que j'ai plongé avec bonheur dans cette nouvelle saga !
Raymond E. Feist est un immense écrivain, il possède une imagination incroyable ainsi qu'une plume merveilleuse. Ces univers sont toujours passionnants, approfondis, riches et d'une très grande maturité.
Ce premier tome fait office d'introduction, il est avant tout centré sur l'évolution, sur l'affirmation de la personnalité des protagonistes. Par la même, le lecteur va faire connaissance avec Declan mais aussi Hatu et ses deux amis : Hava et Donte.
Raymond E. Feist fait ici le choix d'approfondir avant tout les personnages, permettant au lecteur de s'attacher à eux. En effet, j'attends beaucoup de la suite afin d'en apprendre plus sur cet univers et sur l'histoire en elle-même.
Il est vrai que je suis exigeante car après une saga comme La Guerre de la Faille il est difficile de faire mieux mais j'ai vraiment pris beaucoup de plaisir à lire ce premier tome et j'ai hâte de lire la suite !
En définitive, un bon premier tome légèrement introductif mais qui permet de découvrir des protagonistes attachants, vivement la suite !

Lien : http://leatouchbook.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          01

critiques presse (1)
Elbakin.net   20 juin 2018
Le Roi des cendres est dépourvu de tout enjeu, du fait des choix de l’auteur, tout comme de sa plume (le style est… hum, le style n’est pas, tout bonnement, ou disons plutôt qu’à l’image du roman lui-même, il est daté) et on se demande bien qui pourrait avoir envie de lire une suite, tant le sort des personnages, tout comme de ce monde insipide, nous indiffère.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
MahaultMotsMahaultMots   08 juin 2018
Les troupes de Coaltachin incluaient des escadrilles de navires, souvent déguisés, mais prêts à repousser les rares incursions de marins qui ne comprenaient pas dans quelles eaux ils venaient d'entrer. Certaines îles, parmi les plus grosses, abritaient des garnisons avec de petites unités d'archers, de piquiers et de bretteurs. Mais la vraie milice de Coaltachin était invisible. Extrêmement réputée, elle faisait l'objet de bien des rumeurs et relevait presque du mythe tant elle s'avérait efficace.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MahaultMotsMahaultMots   08 juin 2018
Les badauds se mirent à chuchoter, car ils ne comprenaient pas très bien ce qu'on attendait d'eux. L’Église de l'Unique était devenue de plus en plus puissante au fil des cent dernières années. Elle avait réussi à supplanter les autres religions grâce à d'habiles manœuvres politiques et des alliances intelligentes, tout en soudoyant et en tyrannisant ouvertement les gens. Ses membres se montraient plus agressifs depuis trente ans, même si les manipulations au sein des plus hautes sphères politiques avaient remplacé les effusions de sang. L'Eglise prétendait que son ascension prouvait la suprématie de son dieu et de leur foi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Amnezik666Amnezik666   26 juin 2018
Je te conseille donc, Hatu, de ne jamais tomber amoureux d’une femme. Penser avec sa queue, c’est stupide, mais penser avec son cœur, c’est pire. Plus d’un homme a perdu la vie à cause de cela.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Raymond E. Feist (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Raymond E. Feist
Conférence sur la création d'un univers dans l'écriture Fantastique à l'ICON 2016
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

La guerre de la Faille Tome 1 R. E. Feist

Quel est le nom du monde dans lequel vivent les héros?

Krondor
Crydee
Midkemia
Kelewan

8 questions
31 lecteurs ont répondu
Thème : La Guerre de la Faille, Tome 1 : Magicien de Raymond E. FeistCréer un quiz sur ce livre