AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Antoine Ribes (Traducteur)
ISBN : 2290310131
Éditeur : J'ai Lu (15/03/2001)

Note moyenne : 3.99/5 (sur 771 notes)
Résumé :
Pug est un apprenti dans le château du Duc de Crydee dans le royaume de Krondor, sur Midkemia. Son maître est Kulgan le magicien de la cour. Mais si Pug est indéniablement doué pour la magie, aucune des formes que l'on donne à cet art en Krondor ne semble lui convenir. Il lui faudra changer de monde pour trouver sa voie et apprendre d'un magicien immortel que son destin est de sauver le monde d'une menace divine millénaire. De la rencontre de ces deux univers naîtra... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (80) Voir plus Ajouter une critique
fnitter
  01 mai 2015
Classique mais prenant.
Cette édition reprend le découpage original (en France, il avait été découpé en deux tomes) :
Pug l'apprenti :
Krondor. Une fantasy classique commencée en 1982, comportant plus de 20 tomes et dont le dernier est paru en 2013.
Pug l'apprenti est la première sous-partie du roman original : Magicien (je vous fait grâce des rééditions et corrections de l'auteur).
Dans un univers moyenâgeux avec humains, elfes, gobelins, nains (les habituels, avec qualités et défauts, grands beaux, petits teigneux, méchants, bêtes, gentils, mines de la moria (ah, non je confonds), dans le désordre), une originalité, l'assaillant de l'histoire sera un peuple d'un monde parallèle, issu d'une faille dimensionnelle (d'où le sous-titre de la guerre de la faille), les Tsuranis.
Pug, 13 ans, orphelin et doté de toutes les qualité du héros classique est choisi comme apprenti de Kulgan, maître magicien au service du Duc de Crydee. Avec son ami tomas, destiné à devenir soldat, ce sont eux qui découvrent la menace et accompagneront donc leurs maîtres à travers le pays pour informer le roi et lever des troupes, pour une guerre qui semble (et sera) inévitable.
On est certes loin de la fantasy en vogue aujourd'hui, hyper réaliste, noire à la GoT ou Abercrombie. C'est de la fantasy d'autrefois, tolkienne, sans sexe, bon enfant où, même lorsque les combats font rage et le sang coule à flots, c'est le sentiment d'honneur au combat et la bravoure qui ressortent et non les intestins des éventrés et odeurs d'excréments des mourants.
Cela dit, cela a été écrit en 1982 et Feist a su nous embarquer dans son histoire et son monde original. Les personnages sont un peu survolés, mais l'histoire se tient et est bien équilibrée entre une première partie sur l'apprentissage de Pug, une seconde de voyage dangereux et mouvementé et une dernière de guerre épique.
Une premier opus prenant donc, qui se lit très facilement (au point que j'ai cru au début avoir à faire à une littérature jeunesse, avant que l'histoire ne se densifie, complexifie et se politise un peu), qui nous embarque et nous tient en haleine jusqu'à la fin. Un bon moment d'Heroic Fantasy.
Suivi de Milamber le mage.
Après un premier tome ayant posé les bases de l'univers de Midkemia et abordé les principaux personnages, nous allons nous plonger dans la culture de l'empire de Kelewan (les tsuraniens) et son organisation sociale avec le destin de Pug destiné à devenir Milamber le mage, un Tout-Puissant. Puis nous retournerons sur Mikdemia, passant d'aventures maritimes en aventures politiques pour le devenir du royaume.
Plus posé que le premier opus, ce second volume nous plonge au coeur des deux sociétés ennemies. C'est certes parfois un peu caricatural, mais l'auteur nous compte une histoire dense, où tous les codes du genre sont respectés. On pourra regretter le côté deus ex machina de Macros le noir (mais c'est un code gandalfien) et j'espère retrouver des explications sur ce personnage dans des tomes ultérieurs.
Happy end, relations sentimentales naïves, mais une histoire prenante, très agréable à lire. Une fantasy certes à l'ancienne mais qui mérite sa place dans la liste des oeuvre de fantasy à lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          917
fnitter
  18 août 2014
Classique mais prenant.
Krondor. Une fantasy classique commencée en 1982, comportant plus de 20 tomes et dont le dernier est paru en 2013.
Pug l'apprenti est la première sous-partie du roman original : Magicien (je vous fait grâce des rééditions et corrections de l'auteur).
Dans un univers moyenâgeux avec humains, elfes, gobelins, nains (les habituels, avec qualités et défauts, grands beaux, petits teigneux, méchants, bêtes, gentils, mines de la moria (ah, non je confonds), dans le désordre), une originalité, l'assaillant de l'histoire sera un peuple d'un monde parallèle, issu d'une faille dimensionnelle (d'où le sous-titre de la guerre de la faille), les Tsuranis.
Pug, 13 ans, orphelin et doté de toutes les qualité du héros classique est choisi comme apprenti de Kulgan, maître magicien au service du Duc de Crydee. Avec son ami tomas, destiné à devenir soldat, ce sont eux qui découvrent la menace et accompagneront donc leurs maîtres à travers le pays pour informer le roi et lever des troupes, pour une guerre qui semble (et sera) inévitable.
On est certes loin de la fantasy en vogue aujourd'hui, hyper réaliste, noire à la GoT ou Abercrombie. C'est de la fantasy d'autrefois, tolkienne, sans sexe, bon enfant où, même lorsque les combats font rage et le sang coule à flots, c'est le sentiment d'honneur au combat et la bravoure qui ressortent et non les intestins des éventrés et odeurs d'excréments des mourants.
Cela dit, cela a été écrit en 1982 et Feist a su nous embarquer dans son histoire et son monde original. Les personnages sont un peu survolés, mais l'histoire se tient et est bien équilibrée entre une première partie sur l'apprentissage de Pug, une seconde de voyage dangereux et mouvementé et une dernière de guerre épique.
Une premier opus prenant donc, qui se lit très facilement (au point que j'ai cru au début avoir à faire à une littérature jeunesse, avant que l'histoire ne se densifie, complexifie et se politise un peu), qui nous embarque et nous tient en haleine jusqu'à la fin. Un bon moment d'Heroic Fantasy.
Deuxième partie de Magicien : Milamber le mage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7816
colimasson
  10 février 2014
En 1997, je lisais le premier volume des aventures de Harry Potter. Un peu plus de 15 ans s'écoulent et me donnent l'occasion de lire le premier volume des Chroniques de Krondor. On pourrait croire que cette progression témoigne d'une évolution dirigeant mes lectures vers plus de noblesse dans le monde belliqueux et surhumain de la fantaïsie. Il n'en est rien. Rendez-moi mon Harry Potter !

L'histoire de Pug l'apprenti ressemble à s'y méprendre à celle du petit sorcier. Comme lui, il est orphelin. On retrouve le mythe de l'enfant bâtard qui découvrira avec le temps qu'il est issu d'une lignée royale et qu'il n'a pas à rougir d'être un pauvre trublion sans grâce et sans amis. Parce qu'il ressemble à un canard boiteux, Pug regarde ses camarades avec envie : leur ressemblera-t-il un jour enfin ? se demande-t-il avec un mélange d'appréhension et d'envie. Mais oui, crétin, a-t-on envie de lui répondre –c'est le but de tout roman initiatique, et celui-ci, avec ses 2000 pages et des poussières, traîne un peu les basques pour permettre à son personnage de s'accomplir en écrasant les autres comme ceux-ci l'ont écrasé. Comme Harry Potter, Pug aime à sortir des sentiers battus et lorsqu'il se promène dans la forêt, il rencontre le garde-forestier géant et barbu qui vit dans une cabane au milieu des conifères, en compagnie d'un dragon de compagnie aussi adorable qu'un toutou. Hagrid et Norbert, sortez de ce pastiche !

Alors que J. K. Rowling conférait une âme à ses personnages en sondant leurs caractères et en exploitant toute la complexité de leurs sentiments, R. E. Feist se bat encore au seul stade de la description physique : « Les cheveux bruns, les yeux bleus, Roland était grand pour son âge », semble-t-il peiner à écrire jusqu'à ce que, le point posé en fin de phrase, on l'entende presque soupirer de soulagement. Un personnage de décrit, un ! Lorsqu'il s'agit de nous dresser le portrait de Pug, héros principal de ce roman, R. E. Feist introduit davantage de variations. « Pug rougit » -le suspens est à son comble : « Il était le plus petit des garçons de son âge au château ». Et comme il est le plus petit des garçons, forcément, il a un peu de mal avec les filles et ça lui cause bien des tourments. R. E. Feist plonge alors tête la première dans l'exploration sentimentale de sa petite créature : « Pug aperçut la princesse et sentit son coeur se serrer un peu ». Nous n'en saurons pas davantage, mais le temps nous aidera à comprendre que ce personnage connaît maintes réactions organiques étranges. Ainsi, après une vingtaines de pages de faux suspens menant à la nomination de Pug en tant qu'apprenti (c'est le titre du volume), lorsque le maître Kulgan lui demande : « Pug, orphelin du château, acceptes-tu de te mettre à son service ? », le pauvre petit fut paralysé de son corps tout entier : « Pug était tout raide ». Drôles de moeurs…

Essayons un peu de nous intéresser à l'univers de Krondor. On y trouve des forêts, des châteaux, des elfes et des bestioles, comme dans n'importe quel autre livre de fantaïsie. L'originalité de ce monde tient surtout à l'épithète qui accompagne des mots que l'on trouve dans n'importe quel autre livre. Mettez-moi de l'elfe à toutes les sauces et la plus vulgaire campagne devient une lande frissonnante de monstriaux. « Les chevaux elfiques » sont bien plus impressionnants que de simples poulains et prière de s'agenouiller devant la « reine des elfes ». de toute façon, tout ceci est beau. Si Pug le pense, c'est que c'est vrai : « Il emplit ses yeux de cette vue qui le laissait muet ». Si seulement il n'y avait que la vue qui le laissait muet ! Mais ce n'est pas le cas, et le pauvre Pug est aussi passionnant qu'un flétan.

Si ni le personnage, ni les paysages n'ont su retenir votre attention, peut-être apprécierez-vous toutefois le voyage que nous permet d'effectuer R.E. Feist vers une société franchement sexualisée, comme aucun conte pour enfants n'avait jamais osé la décrire : « Les filles s'asseyaient le long du muret qui longeait le jardin de la princesse et papotaient au sujet des dames de la cour du duc. Elles mettaient presque toujours leurs plus belles jupes ou leurs plus belles robes et leurs cheveux brillaient tant elles les avaient lavés et brossés ».[/i] Les intérêts politiques se veulent un mélange de système féodal et d'utopie sociale dont le système est aussi confus et imprécis que n'importe quel programme électoral contemporain : [i]« Il devait être alors au service du propriétaire, sans lui être lié comme l'était un serf. Les francs tenanciers étaient des hommes libres qui donnaient une partie de leurs récoltes ou de leurs troupeaux en échange de la terre qu'on leur laissait. Il devait être libre. »

Après une heure de lecture, le moral est déjà au plus bas. Une heure de lecture de plus, et la folie guette le lecteur qui pense avec envie à la pile de vaisselle sale à laver qui l'attend –tout lui semble alors plus enviable que la lecture de ces Chroniques. Mine de rien, on saute une page, puis deux… puis dix, vingt, cinquante d'un coup ! Arrivé au milieu du livre, on se rend compte que l'histoire n'a pas beaucoup évolué. Pug ressemble toujours à un Pog. Aux trois quarts du livre, on se félicite de n'avoir pas perdu son temps : « Ils s'étaient battus trois fois en six jours et maintenant les nains n'étaient plus que cinquante-deux ». Follement palpitant. le souffle épique semble tout de même prendre de l'ampleur : « Nous risquons énormément : notre famille, notre clan, notre honneur et peut-être l'empire lui-même ». Cela semble ridicule au lecteur qui risque de perdre plusieurs dizaines d'heures à lire les quelques 2000 pages des Chroniques de Krondor.

C'est à ce moment-là que se pose la question de l'utilité de certaines lectures. Question peut-être hérétique pour certains mais que je ne peux pas m'empêcher de me poser : à quoi cela sert-il de lire Pug ? L'univers n'est pas original, l'écriture est affligeante, et le tout nécessite des heures de lecture qui auraient pu être utilisées à meilleur escient. N'importe quelle vie semblera plus intéressante que celle dePug –même la vôtre.

Dans les dernières pages de ce volume, un personnage quelconque est traversé par une étincelle de génie : « Froissant le parchemin, il le jeta dans un brasero et quand il fut totalement consumé par les flammes, il oublia ses inquiétudes et retourna à sa tente ». le livre devrait subir le même sort.

Je remercie l'ami qui m'a offert ce livre pour Noël. Cela partait d'une bonne intention.
Lien : http://colimasson.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3339
domisylzen
  09 février 2018
Je n'ai pas été emballé plus que ça par les péripéties du jeune apprenti magicien, Pug. Il est vrai que je venais de terminer coup sur coup "Druide' d'Olivier Péru et "les fables de l'Humpur" de Pierre Bordage, difficile de passer après.
Pug est orphelin et vit dans un univers moyenâgeux peuplé de Gobelins, d'Elfes, de Nains, de Trolls, d'Humains bien sûr, de magiciens et pleins d'autres trucs dans le genre : en somme un univers classique de fantasy. A la décharge de Raymond E. Feist ce livre date de 1982 et à part le passage qui ressemble étrangement à la traversée des mines de la Moria, on ne peut pas en conclure qu'il se soit largement inspiré des autres. A treize ans Pug devient l'apprenti d'un magicien, Kulgan. Il gagnera ses lauriers en sauvant la princesse Carline des griffes de deux Trolls. Après leur avoir balancer des pierres à coup de fronde, il prononcera une incantation magique et les deux agresseurs mourront dans d'atroces souffrances.
J'ai trouvé un manque de vigueur évident, un manque d'action, des scènes trop longues pour retenir mon attention, une histoire qui avance lentement … trop lentement : sautez dix pages et vous ne perdez pas le fil de l'aventure. A plusieurs reprises j'ai été obligé de me reconcentrer pour revenir dans ce livre mais rien n'y a fait : la force centrifuge m'en éloignait sans cesse : ai-je fermé le gaz ? Aurai-je assez d'essence pour aller au boulot demain ? Miroir, mon beau miroir … euh mais qu'est-ce je raconte ?
Sûr je ne lirais pas les suivants !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          351
basileusa
  17 octobre 2017
Quel plaisir de retrouver l'univers de Feist ,mais cette fois de l'autre côté de la faille ! J'ai découvert ce monde avec la trilogie de l'Empire ,avec les Tsuranni et c'est fascinant de se retrouver au côté des "barbares" , dans le monde de Midkémia. On est clairement dans une époque médiévale et on retrouve des éléments communs à l'assassin royal , au trône de fer ou au seigneur des anneaux (le passage dans les mines) . Tout ce que j'adore en fait ! Pug ,apprenti magicien, se retrouve au coeur de cette guerre ,qui se déclare soudainement et semble partie pour durer . Les personnages sont attachants , évoluent sous nos yeux et se révèlent au fur et à mesure . Mention spéciale pour Tomas car je me demande bien comment il va s'en sortir .
L'aventure, la confrontation de deux peuples très différents , le suspens , tout est fait pour nous rendre accro à cet univers . le premier tome est coupé en deux parties ,je trépigne d'impatience de lire la suite :)
Commenter  J’apprécie          210
Citations et extraits (49) Voir plus Ajouter une citation
fnitterfnitter   19 août 2014
Fais bien attention à lancer les os aux chiens par-dessus ton épaule et pas au sol devant la table ducale. Et ne t'essuie pas la bouche sur ta manche, utilise la nappe, c'est pour ça qu'elle est faite.
Commenter  J’apprécie          271
CrazynathCrazynath   25 août 2014
Loin au dessus de la baie se dressait un château dont les hautes tours se découpaient nettement sur le ciel grisâtre. C'était un endroit bizarre, foisonnant d'aiguilles et de tours élancées comme une main pleine de griffes. Le château était entièrement noir, à l'exception d'une fenêtre dans une tour ou dansait une lumière bleue, comme si l'habitant y avait enfermé la foudre.
Commenter  J’apprécie          120
Aurore666Aurore666   15 novembre 2014
Le chemin tournait en suivant la courbure. Quand ils s'avancèrent dessus, ils furent accueillis par un spectacle à couper le souffle. Au beau milieu de la caverne se trouvait une gigantesque cascade qui tombait d'une formidable langue de pierre suspendue dans le vide. Elle se déversait une centaine de mètres au-dessus d'eux, allant s'écraser contre la paroi d'en face pour se faire engloutir par ses ténèbres souterraines. Elle emplissait la caverne de tels échos que l'on n'entendait même plus le bruit de l'eau en bas, à tel point que nul n'aurait pu en estimer la profondeur réelle. A travers la cascade dansaient des lumières colorées qui semblaient briller d'un feu interne. Des rouges, des ors, des verts, des bleus et des jaunes scintillaient dans la blancheur de l'écume, glissant le long du mur, lançant de brefs et intenses éclats lorsque l'eau frappait la pierre, créant une féerie de couleurs dans les ténèbres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
domisylzendomisylzen   24 janvier 2018
Pug aurait été le premier à me dire que rien ne dure éternellement, que vivre dans le passé est absurde et que cela nous vole notre avenir.
Commenter  J’apprécie          260
fnitterfnitter   19 août 2014
Un soldat doit garder la tête froide tout le temps s'il ne veut pas la perdre.
Commenter  J’apprécie          470
Videos de Raymond E. Feist (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Raymond E. Feist
Conférence sur la création d'un univers dans l'écriture Fantastique à l'ICON 2016
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La guerre de la Faille Tome 1 R. E. Feist

Quel est le nom du monde dans lequel vivent les héros?

Krondor
Crydee
Midkemia
Kelewan

8 questions
33 lecteurs ont répondu
Thème : La Guerre de la Faille, Tome 1 : Magicien de Raymond E. FeistCréer un quiz sur ce livre