AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de colimasson


colimasson
  10 février 2014
En 1997, je lisais le premier volume des aventures de Harry Potter. Un peu plus de 15 ans s'écoulent et me donnent l'occasion de lire le premier volume des Chroniques de Krondor. On pourrait croire que cette progression témoigne d'une évolution dirigeant mes lectures vers plus de noblesse dans le monde belliqueux et surhumain de la fantaïsie. Il n'en est rien. Rendez-moi mon Harry Potter !


L'histoire de Pug l'apprenti ressemble à s'y méprendre à celle du petit sorcier. Comme lui, il est orphelin. On retrouve le mythe de l'enfant bâtard qui découvrira avec le temps qu'il est issu d'une lignée royale et qu'il n'a pas à rougir d'être un pauvre trublion sans grâce et sans amis. Parce qu'il ressemble à un canard boiteux, Pug regarde ses camarades avec envie : leur ressemblera-t-il un jour enfin ? se demande-t-il avec un mélange d'appréhension et d'envie. Mais oui, crétin, a-t-on envie de lui répondre –c'est le but de tout roman initiatique, et celui-ci, avec ses 2000 pages et des poussières, traîne un peu les basques pour permettre à son personnage de s'accomplir en écrasant les autres comme ceux-ci l'ont écrasé. Comme Harry Potter, Pug aime à sortir des sentiers battus et lorsqu'il se promène dans la forêt, il rencontre le garde-forestier géant et barbu qui vit dans une cabane au milieu des conifères, en compagnie d'un dragon de compagnie aussi adorable qu'un toutou. Hagrid et Norbert, sortez de ce pastiche !


Alors que J. K. Rowling conférait une âme à ses personnages en sondant leurs caractères et en exploitant toute la complexité de leurs sentiments, R. E. Feist se bat encore au seul stade de la description physique : « Les cheveux bruns, les yeux bleus, Roland était grand pour son âge », semble-t-il peiner à écrire jusqu'à ce que, le point posé en fin de phrase, on l'entende presque soupirer de soulagement. Un personnage de décrit, un ! Lorsqu'il s'agit de nous dresser le portrait de Pug, héros principal de ce roman, R. E. Feist introduit davantage de variations. « Pug rougit » -le suspens est à son comble : « Il était le plus petit des garçons de son âge au château ». Et comme il est le plus petit des garçons, forcément, il a un peu de mal avec les filles et ça lui cause bien des tourments. R. E. Feist plonge alors tête la première dans l'exploration sentimentale de sa petite créature : « Pug aperçut la princesse et sentit son coeur se serrer un peu ». Nous n'en saurons pas davantage, mais le temps nous aidera à comprendre que ce personnage connaît maintes réactions organiques étranges. Ainsi, après une vingtaines de pages de faux suspens menant à la nomination de Pug en tant qu'apprenti (c'est le titre du volume), lorsque le maître Kulgan lui demande : « Pug, orphelin du château, acceptes-tu de te mettre à son service ? », le pauvre petit fut paralysé de son corps tout entier : « Pug était tout raide ». Drôles de moeurs…


Essayons un peu de nous intéresser à l'univers de Krondor. On y trouve des forêts, des châteaux, des elfes et des bestioles, comme dans n'importe quel autre livre de fantaïsie. L'originalité de ce monde tient surtout à l'épithète qui accompagne des mots que l'on trouve dans n'importe quel autre livre. Mettez-moi de l'elfe à toutes les sauces et la plus vulgaire campagne devient une lande frissonnante de monstriaux. « Les chevaux elfiques » sont bien plus impressionnants que de simples poulains et prière de s'agenouiller devant la « reine des elfes ». de toute façon, tout ceci est beau. Si Pug le pense, c'est que c'est vrai : « Il emplit ses yeux de cette vue qui le laissait muet ». Si seulement il n'y avait que la vue qui le laissait muet ! Mais ce n'est pas le cas, et le pauvre Pug est aussi passionnant qu'un flétan.


Si ni le personnage, ni les paysages n'ont su retenir votre attention, peut-être apprécierez-vous toutefois le voyage que nous permet d'effectuer R.E. Feist vers une société franchement sexualisée, comme aucun conte pour enfants n'avait jamais osé la décrire : « Les filles s'asseyaient le long du muret qui longeait le jardin de la princesse et papotaient au sujet des dames de la cour du duc. Elles mettaient presque toujours leurs plus belles jupes ou leurs plus belles robes et leurs cheveux brillaient tant elles les avaient lavés et brossés ».[/i] Les intérêts politiques se veulent un mélange de système féodal et d'utopie sociale dont le système est aussi confus et imprécis que n'importe quel programme électoral contemporain : [i]« Il devait être alors au service du propriétaire, sans lui être lié comme l'était un serf. Les francs tenanciers étaient des hommes libres qui donnaient une partie de leurs récoltes ou de leurs troupeaux en échange de la terre qu'on leur laissait. Il devait être libre. »


Après une heure de lecture, le moral est déjà au plus bas. Une heure de lecture de plus, et la folie guette le lecteur qui pense avec envie à la pile de vaisselle sale à laver qui l'attend –tout lui semble alors plus enviable que la lecture de ces Chroniques. Mine de rien, on saute une page, puis deux… puis dix, vingt, cinquante d'un coup ! Arrivé au milieu du livre, on se rend compte que l'histoire n'a pas beaucoup évolué. Pug ressemble toujours à un Pog. Aux trois quarts du livre, on se félicite de n'avoir pas perdu son temps : « Ils s'étaient battus trois fois en six jours et maintenant les nains n'étaient plus que cinquante-deux ». Follement palpitant. le souffle épique semble tout de même prendre de l'ampleur : « Nous risquons énormément : notre famille, notre clan, notre honneur et peut-être l'empire lui-même ». Cela semble ridicule au lecteur qui risque de perdre plusieurs dizaines d'heures à lire les quelques 2000 pages des Chroniques de Krondor.


C'est à ce moment-là que se pose la question de l'utilité de certaines lectures. Question peut-être hérétique pour certains mais que je ne peux pas m'empêcher de me poser : à quoi cela sert-il de lire Pug ? L'univers n'est pas original, l'écriture est affligeante, et le tout nécessite des heures de lecture qui auraient pu être utilisées à meilleur escient. N'importe quelle vie semblera plus intéressante que celle dePug –même la vôtre.


Dans les dernières pages de ce volume, un personnage quelconque est traversé par une étincelle de génie : « Froissant le parchemin, il le jeta dans un brasero et quand il fut totalement consumé par les flammes, il oublia ses inquiétudes et retourna à sa tente ». le livre devrait subir le même sort.


Je remercie l'ami qui m'a offert ce livre pour Noël. Cela partait d'une bonne intention.
Lien : http://colimasson.over-blog...
Commenter  J’apprécie          3339



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (26)voir plus