AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Catilina38


Catilina38
  30 octobre 2019
Je trouvais jusqu'ici l'année BD un peu faiblarde après la sortie du magnifique Nympheas noirs dès janvier… puis plus grand chose de très remarquable. La fin d'année étant propice aux grosses sorties, je n'attendais pourtant pas ce joyau de western classique qui montre que les grande genres (western, SF, fantastique) accouchent souvent des plus grands albums et que la différence entre un très bon album et un grand album tient à peu de choses. Jérôme Felix est un scénariste d'expérience avec quelques vingt ans de carrière derrière lui. On sent ainsi dans la solidité d'une intrigue mince comme un western ce savoir faire dans l'agencement des cases et de la narration. Tous les grands films du genre au cinéma l'ont montré, ce sont les atmosphères, les regards, les interactions qui distinguent ces mille et unes histoires similaires de vengeances. Ses personnages sont très solides dans Jusqu'au dernier et l'on ne sait jamais si la caractérisation tient au travail graphique phénoménal de son comparse, au sien ou aux deux… le rôle du scénariste est toujours ingrat lorsque l'on a devant les yeux de telles planches qui nous incitent à oublier le travail amont pour ne voir que le jeu des acteurs.

Car Paul Gastine est un sacré bosseur. Contrairement à d'autres virtuoses du dessin il n'est pas passé par les prestigieuses écoles Emile Cohl, les Gobelins ou les Arts décoratifs. Comme Ronan Toulhoat il part d'un dessin amateur pour devenir après quelques albums l'un des tout meilleurs dessinateurs en activité dans la BD franco-belge. Il suffit de voir l'évolution de son dessin entre le premier tome de sa précédente série l'Héritage du diable et ce western pour voir le chemin parcouru. Cela fait longtemps que je n'ai vu une telle qualité technique et artistique. Pourtant l'excellent Dimitri Armand nous a comblé avec son Texas Jack l'an dernier. Mais le travail de Gastine sur les visages, les regards (le coeur des westerns), la physionomie de chaque personnage qui semble vivre à chaque déformation du visage, à chaque geste sont sidérants de justesse. [...]

Lire la suite sur le blog:
Lien : https://etagereimaginaire.wo..
Commenter  J’apprécie          10



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (1)voir plus