AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de belette2911


belette2911
  12 février 2020
Le western a toujours été mon dada et je suis gâtée au niveau films, séries ou bédés. Problème : comment se démarquer des autres western ?

En proposant une bédé qui en respecte les codes mais qui surfe sur du moins habituel : la fin des convoyeurs de vaches suite à l'arrivée des gares et du chemin de fer un peu partout.

La fin d'une époque. le début d'une nouvelle ère.

La première chose qui frappe, dans ce one-shot, ce sont les dessins. Ils déchirent leur race !

Les détails sont présents, affinés, bien dessinés et les couleurs sont somptueuses, mettant en valeur les paysages grandeurs natures traversés par nos cow-boys et leur troupeau.

Le Monde change et si les gens ne changent pas avec, ne s'adaptent pas, ne montent pas dans le train, ils finiront sans boulot, les poches vides. A contrario, certains se sont déjà adaptés et ils ressemblent soit à des esclaves pataugeant dans la merde et sous les ordres d'un patron infâme, soit ils font hors-la-loi.

À Sundance, soit la ville paie pour avoir le chemin de fer, soit elle le laisse passer et elle crèvera à petit feu. Il faut aussi qu'elle ait une réputation sans taches, que la ville et ses habitants soient plus pur que la Vierge Marie elle-même.

Dans ce western, le feu est mis aux poudres à la mort de Benett, le jeune gamin adopté par Russell. Crime ou accident ? L'un où l'autre, ça met Russell dans une rage folle et ses exigences sont simples : qu'on lui livre l'assassin sinon il mettra la petite ville à feu et à sang.

Le battement d'ailes de papillon qui a eu lieu lors de la mort de Benett, alors que Russell et son adjoint Kirby vidaient leur colt auprès de deux femmes, va déclencher un tsunami dont chaque vague sera plus forte que la précédente et noiera tout.

Violent, âpre, sombre. le titre n'aurait pas pu être mieux trouvé car il correspond bien à l'album.

J'ai vibré, j'ai serré les fesses, j'ai supplié le scénariste de me donner la fin que je souhaitais, la plus belle, mais il m'a répondu que nous étions dans un western sombre, pas dans un Lucky Luke et qu'il fallait payer les conséquences de ses actes, de sa folie, de son entêtement, comme on doit payer ses impôts.

Putain, la facture était salée, horrible, elle fait mal au bide car on voit tous les événements s'enchaîner comme s'ils étaient pris dans un engrenage super bien huilé. le pan de votre robe s'est pris dedans et la machine voit broie, vous et tous les autres dans votre entourage.

Un western crépusculaire, comme un glas qui sonne dans le lointain, annonçant la mort des cow-boys, la mort des convois et l'urgence d'obtenir la gare dans sa ville.

Qui ne dit mot consent… Après ça, j'étais sur les rotules. Bien plus réaliste de la nature Humaine que mon happy end désiré. Normal, personne n'est tout à fait un innocent, ou un gentil, hormis Benett.

Le Diable était même tapi dans le coin, il avait les cheveux gominés et il a poussé tout le monde sur le chemin de l'enfer à coup de petites phrases bien plus assassines que toutes les balles de colt.

Cet album était un one-shot, il fait 70 pages en grand format car il aurait été impossible de condenser tout ça dans un 48 pages habituel, malgré tout, une suite ne serait pas une mauvaise idée afin de savoir ce que va devenir Tom : un justicier ou un taiseux ?

Lien : https://thecanniballecteur.w..
Commenter  J’apprécie          210



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (21)voir plus