AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de rotko


rotko
  26 novembre 2020
Le western est une source inépuisable pour la Bd, soit sous sa forme réaliste habituelle, soit sous un angle humoristique se jouant des clichés.
le scénario de Félix s'inscrit dans la ligne traditionnelle, avec cependant l'inventivité de Gastine pour les dessins et les couleurs : visages rudes et mal rasés des cow boys, douceur de l'institutrice, attitudes suffisantes des « riches du canton ». Quant aux paysages, verdoyants et paisibles, ils contrastent avec les contrées rocheuses aptes aux guet-apens, et génératrices de péripéties saisissantes.
Gastine sait rendre angoissant un passage périlleux, et dramatique, un endroit désert malmené par une rivière en crue. Obscurité et lumières, à la fin de l'album, font entrer dans une atmosphère fantastique ; C'est l'apogée d'un récit fertile en situations palpitantes.
Le scénario habituel des BD westerns s'imprègne de la tonalité mélancolique d'un monde en progressive disparition : le train sonne la fin des grandes migrations du bétail, et l'avidité financière des éleveurs - ou bandits des grands plaines, se mute en corruption municipale au service d'intérêts capitalistes.
Autant j'ai été sensible aux qualités graphiques de l'album, autant j'ai eu peu d'intérêt pour des personnages frustes, au langage grossier, aux réactions primaires, et qui s'affrontent en clans belliqueux. Brutalités constantes, excès de conduite, pas étonnant que l'enfance souffre dans ce milieu « viril » au sens le plus détestable du terme. D'autres seront plus sensibles à de trop rares épisodes de tendresse. Finalement la violence a fait son oeuvre, et même si on a droit à une relative « happy end », il faudrait être bien naïf pour croire l'avènement d'un monde pacifié
Commenter  J’apprécie          60



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (6)voir plus