AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : lulu.com (30/11/-1)

Note moyenne : 5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Le président est mort, vive le président ! Mais le remplaçant est-il celui que l'on attend ? Un extrémiste au pouvoir, c'est le meilleur moyen de voir, çà et là, des révoltes. Et dans cette guerre civile, des gens perdus, poussés là par hasard plus que par conviction, qui vont tenter de sauver leur peau et, qui sait, de ramener un semblant de démocratie...

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Ishtar
  22 décembre 2007
Rudeval est une histoire prenante, au rythme très soutenu et à la sensation de lourdeur mortelle tout le long de ses 257 pages.
A la lecture de l'épilogue, je me suis posée la question, si tu étais ce fameux Marc décrit dans cette histoire, si tu étais père de famille et si l'histoire était véridique et la tienne, tellement elle semble réelle.
Je t'imagine parfaitement lutter contre l'extrême-droite et l'instauration de la tolérance zéro ainsi que la réinstauration de la peine de mort.
En ce qui concerne l'histoire, j'ai été sidérée à la lecture de la scène de la boucherie des trois soldats ayant tenté de violer Mona... Quelle violence ! Tu appelles cela, un moment dégarement véçu en pilotage automatique. Un véritable massacre ! Et que dire de ce conflit chaotique où l'on se bat de rue en rue avec pour seul mobile le plaisir de tuer l'autre sans se soucier de savoir qui il est ou quelles sont ses motivations ou ses idéaux... C'est abominable !
Il est certain qu'il faut se garder d'un optimisme trop angélique en cas de guerre... notre civilisation est sans doute allée trop loin dans le négatif et comme tu le dis, la civilisation ça n'existe pas ! C'est une illusion ! C'est un déguisement que les hommes donnent à leur sauvagerie pour tenter de vivre ensemble.
Je réalise en lisant ton ouvrage, qu'il faut toujours un élément déclencheur pour que s'instaure la violence, la haine, la terreur. Dans ce cas, c'est l'assassinat du Président Carion et l'élection de Jean-Pierre Sergen, leader d'un parti d'extrême-droite. Peu après son élection, il instaure la nécessité de moins venir en aide aux citoyens les plus jeunes, le refus de la démocratie, l'inégalité des droits des individus en fonction de leur race et de leur nationalité... cela suffit, pour que certaines personnes prennent le maquis, osent braver et se soulever contre l'ordre établi.
Malgré le sang de la révolte, c'est l'idée des droits de l'homme qui reste le legs essentiel de cette histoire ainsi que le refus d'un régime totalitaire et le refus de la montée de l'intolérance.
Je reste d'accord avec toi Marc que la violence oppressive est barbare dans sa doctrine et sa méthode et qu'il faut absolument lutter contre cela. A la lecture de ton ouvrage, je me rends compte que vivre dans les bois, souffrir du froid, de l'isolement et de la faim incitait souvent au découragement des maquisards et cela malgré les nombreuses complicités pouvant se trouver dans la population.
L'attitude instinctive de refus de l'oppression a permis à ce qu'un climat d'insécurité s'installe peu à peu parmi les hommes de Sergen... des embuscades, des sabotages ont été réalisés, permettant à la longue de mettre la répression en échec.
J'aimerai féliciter les résistants de tous les pays connaissant un régime totalitaire et leur dire tout simplement : "Lo Amout Kih'hia"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : roman dramatiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Marc Fenek (1) Voir plus