AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782081395572
336 pages
Éditeur : Flammarion (08/03/2017)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Sauvagement agressé en pleine rue, un homme atterrit dans la vitrine d'un salon de coiffure. Sous la violence des coups, il perd la mémoire et la parole. Impossible de savoir qui il est, d'autant plus que personne, étrangement, n'a signalé sa disparition. Mais alors : qui voudra bien s'occuper de ce grand blessé sans mémoire et sans famille ?
C'est Harold, le propriétaire du salon de coiffure, qui finit par accepter de l'accueillir chez lui. Avec sa femme, P... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
marina53
  13 juillet 2017
Un inconnu, un cigare Cohiba Behike 56 aux lèvres, la peau hâlée et une perruque vissée sur la tête, marche tranquillement dans la rue. Alors qu'il admire ce poteau de barbier, il se fait agresser violemment par un homme qui, visiblement, en voulait à son cigare. Énervé, il lui flanque des coups de poing, l'attrape tel un mouton et l'envoie valser dans la vitrine de ce salon de coiffure. Ce dernier atterrit brutalement aux pieds de Dame Léonie. L'effroi et la peur dominent à l'intérieur, seul Harold, le patron a la présence d'appeler les pompiers. Aussitôt arrivé à l'hôpital, l'inconnu est pris en charge par plusieurs chirurgiens qui tentent de lui redonner un semblant de visage. Mais le principal souci est qu'il a complètement perdu la mémoire, jusqu'à en oublier celle qui l'a mis au monde ou encore les fonctions des choses. Étonnamment, personne ne le recherche ni vient lui rendre visite, excepté Harold qui se sent responsable de cet accident. le monde semble l'avoir oublié... Alors que le lieutenant Phorminx, en charge de l'enquête, tente d'en savoir plus sur cet homme, le coiffeur, lui, décide de l'accueillir chez lui. Une intrusion qui va à tout jamais bouleverser sa petite vie de famille...

Cet inconnu, rebaptisé Olaf par Harold, en mémoire de son aïeul, va chambouler non pas seulement la vie de ce dernier mais aussi celle du lieutenant Phorminx, parti loin de nos contrées pour tenter de démasquer son identité, celle de Daniel, chauffeur de taxi en charge d'Olaf, celle de Philomène, la femme d'Harold, et celle du terrible Porfesseur Strumstick, toujours avide de nouvelles expériences machiavéliques. Une galerie de personnages hauts en couleurs et attachants qui, au contact d'Olaf, vont se révéler. Alexandre Feraga, de sa plume jubilatoire et de son imagination débordante, nous offre un roman très actuel sur la mémoire, la consommation, la recherche d'identité, l'affirmation de soi. Il dépeint avec mordant notre société et nous entraîne dans une intrigue jouissive et originale. Un roman enlevé, impertinent et plus profond qu'il n'y paraît.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
LillyMaya
  21 juillet 2018
Surtout, surtout, ne vous fiez pas à cette couverture "plutôt" kitsh qui pourrait laisser présager d'un roman loufoque parce que ce n'est pas le cas.
Ce roman aborde plusieurs thématiques intéressantes à travers plusieurs personnages ! Chaque chapitre est consacré à l'un d'eux avec en fil rouge cet inconnu qui se trouve privé de mémoire suite à une agression violente. Ce personnage dont personne ne sait rien sera un révélateur pour plusieurs d'entre eux.
Je n'irais pas jusqu'au coup de coeur, mais j'ai vraiment passé un moment sympathique.
Commenter  J’apprécie          80
Dominique84
  27 mars 2017
C'est le troisième roman d'Alexandre Feraga après “je n'ai pas toujours été un vieux con” déjà édité par la maison Flammarion. On y avait découvert un auteur plein de fantaisie, capable de traiter de sujets graves avec dérision mais beaucoup d'humanité.
Ici, il met en scène un homme devenu amnésique après avoir frappé violemment la vitrine d'un salon de coiffure. Il ne souvient même pas qu'il a été agressé et que c'est son agresseur qui a causé cette chute fatale. Amené à l'hôpital, celui-ci se remet mais reste toujours incapable de se souvenir de son identité. le problème est que personne ne le recherche. Ce monsieur de Nulle Part qui n'a pas d'attache ni d'identité va devenir Olaf pour le propriétaire du Salon de coiffure qui va le recueillir après sa sortie de l'hôpital. Dans l'intimité de cette famille, Olaf va réapprendre à vivre parmi ses semblables car autour de lui va se nouer un réseau solidaire pour tenter sa "réinsertion". C'est ainsi qu'une enquête sera menée tambour battant par le jubilatoire inspecteur Phorminx pour découvrir sa véritable identité. Tout autour de lui vont graviter des personnages hauts en couleur comme par exemple Daniel, un chauffeur de taxi ou le fantasque professeur Strumstick.
L'auteur fait revivre sous sa plume la vie d'un quartier tout entier à travers des descriptions de personnages tous plus savoureux les uns que les autres. Il s'appuie sur une trame policière pour saisir le lecteur jusqu'à la fin de cette drôle d'aventure… que l'on déguste comme une friandise et qui nous pousse pourtant à réfléchir sur notre propre existence.
Coup de coeur !
Lien : http://dominique84.overblog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   14 juillet 2017
De toute façon, l'homme ne sait pas se servir de son cerveau. Le monde change vite, de plus en plus vite, et l'Homme continue de se comporter comme les premiers primates. Il veut maîtriser tous les éléments pour se convaincre de sa supériorité. Il continue, malgré son "évolution", de penser bifteck à la vue d'une vache ou building dès qu'il tombe sur un terrain vague. Il ne veut pas se servir de son cerveau et les sauts permanents de la technologie sont un bon alibi pour ne plus penser par lui-même. Bientôt, il lui faudra une application téléphonique pour lui dire comment lacer ses chaussures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
marina53marina53   14 juillet 2017
Knut parlait rarement en son nom. Et quand il y arrivait, quand Knut parlait aux autres, c'était pour se parler à lui-même. On ne pouvait pas lui poser de questions personnelles. Lui demander "As-tu bien dormi ?" au petit matin, c'était déjà trop. Ça l'amenait à réfléchir sur son état de fatigue et donc sur les limites de son corps. Ça l'amenait à se pencher sur ses rêves et donc sur ses névroses ou, pire, sur ses cauchemars et donc ses peurs. Pour Knut, les questions amenaient des réponses, les réponses amenaient à chercher la vérité et la vérité finissait toujours dans les larmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
marina53marina53   13 juillet 2017
Elle fit rapidement l'inventaire des tâches ménagères : repassage, aspirateur, courses et repas du soir. Toutes ces choses qui font vivre une famille, qui embellissent la maison et qui sont des travaux à part entière, sans la moindre valeur aux yeux du monde. Ces choses nommées "corvées" par ceux qui les refusent parce qu'un fer à repasser ou un balai à chiottes sont forcément des attributs féminins, au même titre que les seins ou le clitoris.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
marina53marina53   13 juillet 2017
Nous pensons connaître les gens alors que nous ne sommes même pas capables de nous pencher sur notre propre cas. C'est une entreprise qui nécessite une relecture permanente de nos contradictions et un certain courage pour les dépasser.
Commenter  J’apprécie          220
marina53marina53   16 juillet 2017
Il s'était résigné à suivre l'actualité comme les épisodes d'une série qui aurait commencé il y a plusieurs milliers d'années. Heureusement qu'il ne savait plus lire, ainsi lui étaient épargnées les atrocités quotidiennes à l'oeuvre dans nos bourgades, qui défilaient dans les bandeaux en bas de l'écran et qui servaient à alimenter la conclusion unanime des pessimistes : "Quel monde de merde !"
Commenter  J’apprécie          120

Videos de Alexandre Feraga (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Feraga
"Après la mer" - Alexandre Feraga
Devant la voiture chargée jusqu?à la gueule, Alexandre comprend qu?il part en vacances, seul avec son père. L?occasion, pense-t-il, de glaner de cet homme enfin quelque signe d?affection. le temps d?un été, Alexandre va devenir Habib, traverser la mer, découvrir l?Algérie et prouver à ses grands-parents que leur aîné n?a pas renié ses origines. Mais le but de ce voyage se révèle, au fur et à mesure, plus inquiétant. Avec la tendresse et la cruauté qu?on a pour le passé qu?on enterre, Alexandre Feraga signe le roman de la fin d?une enfance. En librairie le 9 janvier 2019 https://bit.ly/2ECqeW5
+ Lire la suite
autres livres classés : coiffureVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Seven deadly sins les personnages 1\2

Qu'elle est le personnage principal ?

Méliodas
Hawk
Isabelle
Marine
Polette
Clara
Elisabeth

10 questions
20 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre