AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757824910
Éditeur : Points (25/08/2011)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 12 notes)
Résumé :

En 1954, l’Algérie française s’insurge et réclame son indépendance.

Très vite, éclate la guerre, sanglante. Mouloud Feraoun couche ses impressions, ses peurs, son désespoir et sa colère dans le journal qui l’accompagna du début de la guerre jusqu’à la fin de sa vie en 1962.

L’écrivain n’aura pas la joie de connaître son pays libre, il sera assassiné quatre jours avant la fin des affrontements.

Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Aaliz
  19 avril 2012
Cinquantenaire de l'indépendance de l'Algérie oblige, je me suis replongée dans cette période douloureuse de notre Histoire.
Nombre de magazines ont consacré un numéro spécial ou un hors-série à la guerre d'indépendance pour l'occasion et j'ai particulièrement apprécié la démarche du magazine L'Histoire qui a été plus loin encore en proposant de retracer toute l'histoire de l'Algérie, des Berbères à l'indépendance. Je conseille d'ailleurs vivement ce numéro.
Après m'être donc rafraîchie la mémoire grâce à ces revues, j'ai entamé la lecture d'un ouvrage très bien fait lui aussi : Histoire de la guerre d'indépendance algérienne de Sylvie Thénault. Un ouvrage fort utile car non seulement il retrace les principaux évènements mais il fait aussi le point sur la recherche et l'historiographie relatives à ce sujet épineux. En effet, à chaque fois que je lis quelque chose sur la guerre d'Algérie, je me pose sans cesse la question de savoir si c'est réellement objectif. A l'heure actuelle, on peut penser que oui mais il y a peu de temps encore, les soldats français n'avaient qu'entendu parler de la torture mais ne l'avaient jamais vue. Comprendre : la torture n'avait été qu'un fait occasionnel, un dérapage. Or, la recherche a depuis montré que la torture avait fait partie du quotidien des combattants d'Algérie.
Afin de pouvoir me faire une opinion sans avoir à subir la vision franco-française, je me suis tournée vers un algérien, un écrivain algérien de grand talent dont j'ai déjà lu un des titres (chroniqué ici), Mouloud Feraoun.
Mouloud Feraoun a écrit un journal dans lequel il relate ce qu'il voit, ce qu'il lit, ce qu'il entend pendant cette période de guerre.
Avoir le point de vue d'un témoin des évènements et voir comment il les a vécus et interprétés, voilà ce que j'attendais de ce journal.
Mouloud Feraoun était instituteur, il faisait partie de ces algériens qui ont eu la chance d'occuper un poste « à égalité » avec les colonisateurs. Dans ce journal, il raconte donc son quotidien d'enseignant dans une petite école de Kabylie puis à Alger jusqu'à son assassinat par un commando de l'OAS deux jours avant le cessez-le-feu du 18 mars 1962.
A travers son journal, on découvre un homme sans aucune haine à l'encontre des français mais comme tout algérien, il est évidemment pour l'indépendance de son pays et contre cette domination injuste qu'ont exercée les français depuis leur arrivée sur le sol algérien. Bien qu'ayant eu lui-même une position privilégiée en tant qu'instituteur, tous ses compatriotes étaient loin d'être logés à la même enseigne.
Et c'est un homme un peu tiraillé entre deux camps qui se déchirent qui se livre à nous. A travers sa plume, on assiste au quotidien des habitants de Fort-National, aux après-midis aux rues désertes, aux portes de la ville fermées, aux fouilles, aux soldats qui tirent sur ceux qui s'enfuient, aux gens qui se cachent le coeur battant derrière leurs volets clos.
Dans les petits villages de Kabylie, on craint leur arrivée. Français ou combattants du FLN, on les craint tous. Ce que les uns laissent, les autres le prennent. du côté FLN, la loyauté se paye en nourrissant et en hébergeant les partisans. Au risque de représailles. Quand la nuit tombe, on retient son souffle, on ne dort pas, on a peur d'entendre frapper à la porte. Et si on se fait attraper, on parle, on avoue tout, des actes dont on a même pas entendu parler, on avoue.
Au matin, lorsqu'on sort de chez soi, on peut tomber sur un ou plusieurs cadavres. En général, on les connaît. On se demande « à quand mon tour ? ».
Le FLN ordonne à tous ceux qui travaillent avec les français de ne plus se présenter à leur poste. Que faire ? Qui craindre le plus ? Finalement, on se range du côté des siens.
« Oui, je me battrai parce que j'ai vécu dans ce pays que je crois être le mien. »
Ce qu'on pense du FLN ?
« Tout le monde comprend que « les frères » ne sont pas infaillibles, ne sont pas courageux, ne sont pas des héros. Mais on sait aussi qu'ils sont cruels et hypocrites. Ils ne peuvent donner que la mort mais, eux, il faut tout leur donner. Ils continuent de rançonner, de réquisitionner, de détruire. Ils continuent de parler religion, d'interdire tout ce qu'ils ont pris l'habitude d'interdire et ce qu'il leur chante de nouveau d'interdire. Il faut les appeler « frères » et les vénérer comme des dieux.[…]
Il arrive parfois qu'un pauvre bougre, dont les nerfs lâchent subitement, soit atteint d'une espèce de folie lucide et se mette à parler, parler, parler. A la djema, au café, partout, il dit ce qu'il pense de ses « frères ». Et les gens le regardent effarés et apitoyés, car ils savent qu'il n'y a plus rien à faire pour qu'il se taise. Et dans un sens, ils ont plaisir à l'écouter puisque, ce qu'il dit, il le lit dans leur coeur. »

En lisant le journal de Mouloud Feraoun, c'est un témoignage plein d'humanité servi par une plume magnifique que l'on lit et grâce auquel on comprend que les algériens ne cherchaient que deux choses : avoir les mêmes droits que tout le monde et vivre en paix.
Un document et un auteur à découvrir absolument.

Lien : http://booksandfruits.over-b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
Hardiviller
  15 avril 2016
Feraoun qui se situait clairement au dessus des haines tout comme Camus avec qui il entretenait une correspondance paya de sa vie le fait de ne choisir aucun des clans opposés . Dommage qu'un tel témoin intègre et si clairvoyant n'aie pas eu le temps de connaitre la suite du drame algérien car je pense qu'il aurait continué certes à déranger mais aurait clarifié la situation .
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
HardivillerHardiviller   18 avril 2016
Je préfère mourir parmi les miens plutôt que de les regarder souffrir . Pourquoi mourir en traître puisqu'on peut mourir en victime ...du moins je ne serai pas envahi par un silence plus coupable encore .
Commenter  J’apprécie          200
HardivillerHardiviller   27 juillet 2016
Le 10 janvier 1956 : l'insoluble problème : " Le Président du Conseil français promet aux musulmans d'Algérie ce qu'ils ont toujours vainement espéré . Puis il promet aux Français d'Algérie ce qu'ils ont toujours eu et que maintenant ils craignent de perdre " .
Commenter  J’apprécie          30
Video de Mouloud Feraoun (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mouloud Feraoun
Mouloud Feraoun - Sur Albert Camus
autres livres classés : guerre d'algérieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Autour de Mouloud Feraoun

Mouloud Feraoun est né à :

Casablanca
Tizi-Ouzou
Marseille
Tunis

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Mouloud FeraounCréer un quiz sur ce livre