AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782020826914
160 pages
Éditeur : Seuil (21/07/2005)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 13 notes)
Résumé :
"Mouloud Feraoun était un écrivain de grande race, un homme fier et modeste à la fois, mais quand je pense à lui, le premier mot qui me vient aux lèvres, c'est le mot : bonté... Cet honnête homme, cet homme bon, cet homme qui avait dévoué sa vie au bien public, qui était l'un des plus grands écrivains de l'Algérie, a été assassiné..."
Germaine Tillion
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
aouatef79
  04 novembre 2016
" L' Anniversaire" est un roman inachevé. Son auteur, Mouloud Feraoun, a
commencé à l' écrire à la fin de l' année 1961. Il a écrit trois à quatre chapitres.
Mais malheureusement, le 15 mars 1962, lui et cinq collègues, travaillant au
Centre social de Ben-Aknoun, sont assassinés par un commando de l' OAS .
Ce livre est, aussi, largement auto-biographique car l' auteur revient à des
détails connus par les lecteurs du Fils du Pauvre,et d' autres livres de l'auteur.
Ce qu' on lit dans ce court roman, c' est que l' auteur évoque " Un amour
impossible" entre un algérien et Claire, une Française. Il évoque sa correspon-
-dance avec Albert Camus . Il revient sur l' obtention d' une bourse et sa réussite au concours d' entrée à l' Ecole normale de Bouzaréa et nous dit
le grand bonheur qu' il a ressenti.
Il nous apprend qu' il a fait un voyage en Grèce .Nous apprenons
aussi la visite d' Emmanuel Roblès à son villa natal.Une grande amitié lie
les deux hommes.
Avec ce court roman inachevé, l' auteur a tenté de nous faire parvenir
ses souvenirs mais pas tous ses souvenirs...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
WonderBook
  25 janvier 2015
J'ai découvert cet auteur dans une librairie à Marrakech, comme à chaque déplacements, j'aime y ramener des petites trouvailles littéraires. C'était à ce moment là : le fils du pauvre : « Une enfance et une adolescence dans une famille kabyle, pendant l'entre-deux-guerres. C'est, à peine transposée, la jeunesse même de Mouloud Feraoun que nous découvrons. Ce témoignage plein de vérité et d'une émotion qui se teinte volontiers d'humour est d'un admirable conteur, qu'on a pu comparer à Jack London et à Maxime Gorki. »
On y voyait ce jeune garçon devenir un homme grâce à une bourse et a son entrée dans une école supérieure pour y devenir instituteur. Un roman autobiographique très touchant et dont on ressentait son amour pour sa Kabylie natale. Sa plume est très fine et très élégante et c'est avec plaisir que j'ai commencé ce second roman en ma possession. Les quatre premiers chapitre sont ceux d'un roman qui devait voir le jour, celui d'une histoire d'amour impossible entre un algérien et une française pendant la guerre. Une histoire que j'ai trouvé compliquée à lire, dont on a du mal à suivre le fil conducteur. On passe du pronom « on » à « je » à « il » et au final on ne sait plus trop de qui on parle. Les tournures de phrases sont également très élaborées et très recherchées. Il maîtrise la langue française à la perfection mais pour ma part, une relecture n'est vraiment pas superflue pour tout situer. Ensuite nous avons des extraits de sa correspondance avec Albert Camus dont on apprend beaucoup de chose, pour ceux qui comme moi ne sont pas très attirés par sa bibliographie. Cela m'a donné envie de lire L'étranger… Nous avons également des extraits de son journal, où il nous parle notamment d'un voyage en Grèce qui l'a beaucoup touché.
Et enfin ce que l'on attend avec impatience lorsque l'on a lu le fils du pauvre, trois chapitres inédits qui devaient constituer le second tome de son autobiographie. On retrouve dans ces trois chapitres, sa plume légère et passionée. Il est passionné par son récit qui est l'histoire de sa vie et de sa famille. Il semble ne plus se contenir autant que lors des précédents écrits ou l'écriture était tellement soutenue… On retrouve le plaisir de le lire et on ressort de ce petit roman le sourire aux lèvres malgré un début compliqué et peu prometteur
Lien : http://www.wonderbook.fr/lan..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
yaminabenlahrech
  24 janvier 2015
ouvrage d'un grand homme comme Mouloud Féraoun , où il peint avec finesse sa sagesse et ses affinités avec Albert Camus , des pensées si profondes , une histoire d'amour inachevée et aussi un ouvrage inachevé ( l'anniversaire ) interrompu par la mort , un assassinat .
Commenter  J’apprécie          170
CATHY69
  04 avril 2019
Très beau texte, dense et court. Reflexions sur la vie, la guerre, l'humanité, la Kabylie. Phylosophique.
Commenter  J’apprécie          90
Liliathakvaylith
  12 janvier 2013
juste un mot de Mouloud Ferouan un brave homme que j'admis énormément
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
aouatef79aouatef79   04 novembre 2016
Une douce chaleur envahit la douleur par le bas , la submerge, la dissout et je pense à Claire que j' ai quitté pour dix jours, peut-être quinze, peut-être vingt . Quand je pense à elle, c' est toujours comme cela que ça commence.
Presque à l' endroit même de cette douleur, plus en dedans, je ressens d' abord un bien-être tiède et fluide qui me chatouille et se répand dans mon ventre, puis je la vois devant moi souriante, résolue, impérieuse .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
aouatef79aouatef79   04 novembre 2016
Nous savons donc à quoi nous en tenir : si nous sommes absents de l' oeuvre
d' un Camus qui ne cesse de proclamer noblement la misère et la grandeur
de la condition humaine, si les Algériens de Moussy, qu' on ne peut imaginer
plus authentiques et plus plus proches de nous, nous coudoient continuelle-
-ment sans nous voir, c' est que ni Camus ni Moussy ni presque tous les
autres n' ont pu venir jusqu' à nous pour suffisamment nous connaître .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
aouatef79aouatef79   04 novembre 2016
La faim qui empêche de dormir est aussi celle qui oblige de penser.
Commenter  J’apprécie          262
aouatef79aouatef79   04 novembre 2016
Je la prends contre moi . J' y pénètre longuement et je la tiens serrée jusqu' à
ce que quelqu' un nous dérange. J' aurais voulu une fois au moins, dans cette
position, éteindre le volcan que j' ai allumé en elle .
Commenter  J’apprécie          40
aouatef79aouatef79   04 novembre 2016
Les enfants, je les ai mis au monde pour ne pas échapper à la règle .J' ai
travaillé, ils ont grandi. J' ai continué de travailler, ils vont à l' école .
Commenter  J’apprécie          40

Video de Mouloud Feraoun (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mouloud Feraoun
Mouloud Feraoun - Sur Albert Camus
autres livres classés : littérature algérienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Autour de Mouloud Feraoun

Mouloud Feraoun est né à :

Casablanca
Tizi-Ouzou
Marseille
Tunis

10 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : Mouloud FeraounCréer un quiz sur ce livre