AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782211313889
784 pages
Éditeur : L'Ecole des loisirs (05/05/2021)
4.29/5   122 notes
Résumé :
Janvier 1949. Six. Elles sont six à souffler sur leurs doigts quand le brouillard s'attarde sur New York. Avant de se réchauffer dans la cuisine de l'honorable pension Giboulée, où elles partagent aussi leurs rêves fous, leurs escarpins trop pointus et quelques pancakes joufflus. Un jour, elles seront comédiennes ou danseuses, et Broadway sera à leurs pieds. En attendant, Hadley, Manhattan, Page, Chic, Etchika et Ursula courent les théâtres, les auditions, les cache... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
4,29

sur 122 notes
5
11 avis
4
8 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis

Eric76
  29 mai 2021
Un livre pétillant et flamboyant. Un livre fougueux, exubérant, délirant. Un livre qui, à l'image d'un shim sham, saute, tressaute, virevolte, tourbillonne, tournoie…
Dans ce New-York des années cinquante, six jeunes filles et un jeune homme, un « frenchie de Paree », croquent la vie à pleines dents, s'emparent des rêves les plus fous, rient à gorge déployée, aiment, tombent, se relèvent, se révoltent…
Sept âmes ardentes, enflammées ; sept âmes pétulantes, et gaies et farceuses ; sept âmes qui donnent le tournis, éblouissent comme un swing time avec Ginger Rogers et Fred Astaire.
Un livre à l'optimisme ravageur.
Six héroïnes et un héros debout, comme New-York, cité fière et arrogante ; cité de tous les fantasmes, de tous les possibles…
On se lance dans une danse effrénée et insouciante pour oublier la guerre avec son lot de morts et de souffrances…
Drôle d'Amérique, décidément, qui joue un théâtre à deux masques : liberté, liberté chérie, sauf si tu aimes le rouge ; blancs et noirs qui ne chanteront jamais la même chanson…
Burger dégoulinant de cheddar ; jeunes filles bâties comme l'Empire State building ; Miss Billie Holiday qui trône en majesté telle une divinité parmi ses adorateurs ; une Dodge Custom blue navy qui glisse sur le macadam ; New-York comme une jeune fille gaie et radieuse ; Grace Kelly qui fait de la pub ; Bud, futur Brando, qui travaille sa moue ; Paul, futur Newman, qui se contente de sa nonchalance et de ses prunelles au bleu exceptionnel ; les géants sont en train de se lever…
Que j'ai adoré ce livre, et apprécié de revoir nos héros virevoltants. Un deuxième tome de haute volée. Je l'ai trouvé encore meilleur que le premier, celui où l'on dinait avec Gary Grant.
A ne lire, bien évidemment, que si vous acceptez de faire un shim sham avec Ginger Rogers et Fred Astaire


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          765
iris29
  18 mai 2020
Grâce au confinement (et à ma copine Sophie) je me suis retrouvée avec ce deuxième tome , sans avoir lu le premier. Je dis "grâce", car je me suis bien amusée à Broadway en compagnie de Malika Ferjoukh.
En première page, un récapitulatif des faits du 1° tome et une liste des personnages, ce qui est indispensable, car ils sont nombreux...
1949 : Six jeunes filles et un jeune français habitent dans une pension de Broadway en espérant que leurs talents soient découverts dans un avenir proche... Danse, cours de comédie, musique, Malika Ferdjoukh nous ballade dans le New York du milieu du XX siècle, avec ses boites de jazz, son Actor Studio, mais aussi la course au cachet, les auditions, la galère, les noctambules, et les gens qui ont réussi, tout près, à portée de main.
A portée de rêve...
Hadley, Page, Chic, Manhattan et les autres, croiseront Fred Astaire, Lee Strasberg, Marlon Brando, Anne Brancroft, Grace Kelly, Lady Day...( pour ne citer que les plus connus ).
Mais ils croiseront aussi... : le maccarthysme , le racisme envers les juifs, envers les noirs, et les japonais . Une Amérique d'après guerre, à cheval entre le rêve et le cauchemar pour certains.
La grande force de cet auteure, c'est de dire les choses sans lourdeur, son roman est virevoltant. Entre le nombre de personnages, leurs petites histoires professionnelles et personnelles, le fait que tous ces jeunes gens soient toujours en mouvement pour gagner leurs vies, ou pour s'amuser, ce roman dénonce , mais il est joyeux.
Et si je me suis ( parfois) perdue dans tous ces noms de personnages inventés , c'est de ma faute, je n'avais qu'à lire le premier tome !
Mais je n'ai pas pu m'empêcher de penser aux adolescents, à qui ce livre est destiné et qui voit défiler toutes ces noms de célébrités, les connaissent-ils ? Et si, non, feront-ils la démarche d'aller écouter Billie ou regarder Fred danser ? Une bonne occasion de se cultiver.
Et pour les autres : une avalanche de talents , un délice à consommer sans modération (3 tomes, à ma connaissance) , car la dame écrit très bien. J'ai adoré cette escapade dans le Broadway de janvier 1949 que cette auteure maîtrise sur le bout des doigt. Un bel hommage à une ville , à une époque, et à l'Art...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          520
Lucilou
  23 mai 2021
Après "Un dîner avec Cary Grant", c'est parti pour "Un shim sham avec Fred Astaire"!
Les filles de la pension Giboulée sont en effet de retour et dans ce tome 2 de la très pétillante et addictive saga "Broadway Limited", elles sont au complet!
Manhattan a provisoirement abandonné ses claquettes, la danse et les projecteurs, tout comme Hadley qui n'a pourtant jamais pu oublier son numéro aux côtés de Fred Astaire (ce n'est pas Gene Kelly, mais c'est une légende tout de même!): la première s'est reconvertie en habilleuse pour chercher son père comme d'autres cherchent le Graal tandis que la seconde se débat avec deux jobs, le temps qui passe trop vite, l'éducation d'Ogden qu'elle voit à peine et sa mélancolie. Blonde aux yeux bleus, la mélancolie.
Page franchit les portes de l'Actor's Studio et s'y cramponne malgré les exigences démesurées de son professeur. Heureusement, elle peut compter sur l'amitié de ses camarades et celle, un peu moins innocente, d'un certain Bud qui brûle déjà les planches en Stanley Kowalski dans "Un Tramway nommé Désir". Un jour, dans pas si longtemps, Bud deviendra Marlon Brando... Restent Chic qui n'en revient pas d'être tombée amoureuse d'un technicien ténébreux qui la rejette et la fait souffrir, elle qui n'aime que les prétendants fortunés dont elle piétine à l'envie le coeur et les illusions; Ursula qui supporte de moins en moins de devoir cacher sa liaison avec Silas, mais que voulez-vous? Un noir et une blanche aux Etats-Unis n'ont pas d'avenir ensemble, pas en ce temps-là (quant à aujourd'hui, pas sûre que ce soit bien plus simple...). Reste aussi Etchika, cantonnée au rôle de figurante dans ce tome-là...
Dans le sillage de cet escadron brillant, en quête de gloire et de paillettes, d'amour aussi, Jocelyn le parisien qui n'en finit pas de découvrir l'Amérique et ses paradoxes et d'embrasser sa Dido, Artemisia dont on découvre le passé le coeur serré, Mme Merle, Easter Witty pour qui la Tequila est un divin remède et Charity qui ne se méfie pas assez.
Ce tome 2 réussit le pari de surpasser le premier! On y retrouve bien entendu les personnages là où on les a laissés, empêtrés dans des intrigues rythmées, construites de main de maître et pétillantes. Les psychologies s'affinent, se creusent et se nuancent comme si le livre, tout comme ses protagonistes gagnaient en maturité. L'ouvrage est aussi, à l'image de son grand frère, très émouvant, voire poignant. Il m'a en tout cas, beaucoup ému...Néanmoins, ce qui participe le plus à la grande réussite de "Un shim sham avec Frec Astaire", c'est la rupture de ton qui s'opère avec le premier tome. "Broadway Limited" est toujours effervescent, musical même, mais là, il va au delà. le roman d'apprentissage devient aussi le roman de l'Amérique de l'après-guerre et il en ausculte avec subtilité tous les paradoxes, toutes les injustices: racisme, antisémitisme, chasse aux sorcières, censure... Tout y passe et rien n'est tu, ce qui confère au roman de véritables moments de tension, d'oppression, de révolte qui détonnent et choquent quand ils percent sous les bulles de légèreté. L'intrigue gagne en noirceur, en gravité et en intelligence. Elle en ressort bien plus profonde, plus belle aussi.
Comme quoi roman jeunesse et grand roman ne sont pas forcement antinomiques. Mais cela restait-il encore à démontrer?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
orbe
  20 août 2019
Quel plaisir de retrouver nos héroïnes même s'il est un peu difficile de se replonger dans le fil de toutes ces histoires qui vont se croiser et parfois s'emmêler.
Mais ce qui m'a le plus touché dans ce volume, qui ne sera pas le dernier, est le portrait de l'Amérique qui se dessine.
Au rêve de Broadway qui scintille encore un peu dans le premier tome succède une menace sourde et plurielle.
La plus forte de ce tome est la chasse aux communistes qui est racontée de manière très réaliste et complète.
Le milieu artistique tremble à la moindre suspicion de sympathie rouge et les conséquences sont terribles.
Le roman montre comment il est difficile de s'opposer au mur de la peur qui s'instaure et qui broie toute velléité de contestation et de parole libre.
A cela s'ajoute le racisme, envers les noirs mais aussi les Juifs ainsi qu'un rappel de l'internement des Américains d'origine japonaise pendant la guerre.
La mauvaise couleur de peau, le mauvais patronyme, un accent, un regard... tout est susceptible d'entraîner l'exclusion.
Un roman subtil et fort à lire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Luria
  29 juin 2021
Quand j'ai vu ce tome en librairie, j'ai (mentalement) effectué un petit pas chassé. J'ai alors repris le précédent livre que j'ai relu pendant longtemps. Déjà parce que je regardais en parallèle une série qui me tournait autour depuis des mois. Mais aussi parce que, même si cette relecture fut un régal je réalisais ô combien je l'avais oublié en trois ans.
Trois ans.
Ce qu'il faut pour l'école des loisirs à sortir ses romans en poche.
Et à lire ce deuxième tome (à toute vitesse) (avidement même, musique et tempo rapide) je réalise qu'il me faudra tout recommencer dans trois ans.
Car si les feuilles défilent plus rapidement qu'un fox trot, si les événements s'assombrissent dans l'Amérique de nos personnages, si on ne s'ennuie jamais, on réalise que ce livre n'est qu'un entre deux. Un prolongement du quotidien effréné des pensionnaires de la maison Giboulées pour qui rien n'avance ni ne change vraiment. Alors rendez-vous dans trois ans dear old sports. J'ai hâte de croquer de nouveau dans vos aventures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
Eric76Eric76   24 mai 2021
- Que nous proposez-vous, " old sport" ? demanda Fergus au maître d'hôtel, avec une insouciance déconcertante pour un directeur de l'équipement de chez Hamond & Schuyler.
- Aujourd'hui, des lasagnes au manioc d'Alabama, garnies d'un émincé de filet de canard mijoté à la crème d'orange amère, au gingembre râpé de Chine, poivre des Bermudes, muscade d'Atlanta, le tout flambé à la fine Napoléon, " sir ".
Ils haussèrent un sourcil, à tenter de se figurer à quoi pouvait ressembler pareille liste une fois matérialisée dans une assiette.
- Et ? fit Chic, encourageante.
Le maître d'hôtel était un monsieur dont la raie au milieu semblait le point de départ d'une division en deux de sa physionomie. La moitié gauche de son visage vous observait d'un oeil sautillant et alerte, presque taquin. La moitié droite vous fusillait de l'autre oeil, avec une sévérité funèbre.
- Nous avons un pâté d'espadon pêché dans le golfe du Texas, dressé sur un jus de poularde, agrémenté d'un coulis de citron et de poivron rouge, au poivre vert, safran jaune, accompagné d'une purée de courge revenue dans un beurre de pastèque et lesté d'un jet de whiskey et de chartreuse suisse. Quinze ans le whiskey, en fût de séquoia.
Il reprit discrètement haleine tandis que, perplexes, les quatre haussaient un second sourcil.
- Ou bien... ? voulut savoir Fergus.
" Sir ", un sommaire poulet rôti avec des pommes de terre sautées.
- Je prends ça ! s'écria Ernie, soulagé.
- Moi aussi ! firent les autres.
L'oeil taquin frétilla, l'oeil funèbre fustigea.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Eric76Eric76   28 mai 2021
Le chauffeur jeta son mégot, écouta l'adresse qu'on lui soupirait. Par le rétroviseur, il aperçut les barres du souci et du tourment au front de son passager. Passé quelques blocs, il raconta :
- Ma fille, elle s'appelle Sookie, elle va avoir dix ans, elle m'a annoncé hier que, plus tard, comme métier, elle voulait faire docteur Schweitzer à Tombouctou. Qu'est-ce que je dois en penser, à votre avis ?
Il fut heureux de voir les barres s'effacer.
- Ma foi... Les enfants ont les idées les plus brillantes et les plus sensées, répondit le passager au bout d'un moment et avec un sourire. Je m'inscris d'ores et déjà comme volontaire dans les projets de votre petite Sookie. Porteur, infirmier ou dromadaire, au choix.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
iris29iris29   19 mai 2020
Mais comment ne pas être atterré ? Comment ce grand pays peut-il permettre que Miss Holiday et tous ceux qui sont sa beauté, sa gloire, passent par des portes de service et non par des halls de lumière ? Par des monte-charges avec les cageots à légumes au lieu des ascenseurs d'or et de cristal ? Comment cette grande démocratie trouve-t-elle naturel qu'un homme noir soit interdit de dormir au même hôtel qu'un homme blanc, de manger aux mêmes restaurants ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Eric76Eric76   23 mai 2021
- Une radio ? s'écria Dido. Je n'en ai jamais vu d'aussi petite.
- L'ère de la miniaturisation ! pérora Cosmo. Petits pois, petits cerveaux, petit écran, petits microbes. Heureusement, résistent les gros seins.
Commenter  J’apprécie          321
Eric76Eric76   18 mai 2021
La jeune fille ouvrit la porte au jeune homme. Un fantôme de brume s'invita effrontément à l'intérieur de la maison, où il s'effilocha et s'évanouit telle une promesse de sénateur ou un serment amoureux.
Commenter  J’apprécie          290

Videos de Malika Ferdjoukh (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Malika Ferdjoukh
------------------------------------------ Le podcast "Histoires de jeunesse" , saison 3, est consacré à la littérature ado avec des interviews de Christelle Dabos, Malika Ferdjoukh, Séverine Vidal, Victor Dixen et bien d'autres. Ces grandes plumes de la littérature jeunesse sont les invitées de la saison 3 d'Histoires de jeunesse, le podcast de Bayard éditions en partenariat avec le magazine Je bouquine. Écoutez en avant-première les extraits de l'interview de Christelle Dabos . La suite du podcast livrera les secrets de création de 7 auteurs qui parlent avec passion de littérature pour les ados . Abonnez-vous à notre chaîne Youtube : https://tinyurl.com/ya2scuvg
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Quatre sœurs"

Comment s'appelle l’aînée des sœurs Verdelaine ?

Geneviève
Charlie
Marie
Aude

11 questions
62 lecteurs ont répondu
Thème : Quatre Soeurs, tome 1 : Enid de Malika FerdjoukhCréer un quiz sur ce livre

.. ..