AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2369811285
Éditeur : Rue de Sèvres (06/01/2016)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 95 notes)
Résumé :
Le printemps, saison du renouveau, des amours et des primeurs, éclate dans toute sa splendeur à tous les étages de la Vill’Hervé. Renouveau ? Oui. Harry et Désirée, les petits cousins, viennent passer des vacances au grand air. Charlie, à sec, s’est résignée à louer la chambre des parents. Le locataire s’appelle Tancrède, il est jeune, célibataire, drôle, fabricant d’odeurs bizarres. Et beau. Primeurs ? Trop. On retrouve des poireaux nouveaux partout, dans la soupe,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
claireo
  05 février 2019
Un troisième tome printanier. Des cousins qui arrivent, des amours compliquées... La vie n'est pas toujours simple chez les soeurs Verdelaine.
Une jolie suite.
Commenter  J’apprécie          470
Nadael
  02 février 2016
Quel bonheur de retrouver les soeurs Verdelaine sous la plume sensible tendre et drôle de Malika Ferdjoukh et les dessins en accord parfait de Cati Baur ; l'énergique et vaillante Enid, la douce et discrète Hortense, la coquette et fantasque Bettina, la sérieuse et généreuse Geneviève et Charlie le pilier de la fratrie !
Le printemps est arrivé, la Vill'Hervé est sortie de sa torpeur hivernale avec ses soucis de chaudière. Les robes se font plus courtes, le paysage prend des couleurs et le vent souffle suffisamment sur la plage pour faire voler les cerfs-volants... Mais s'il est un manque qui se fait de plus en plus sentir, c'est le manque d'argent, et ce n'est ni avec le seul salaire de Charlie ni avec le minuscule chèque de Tante Lucrèce que la fratrie va continuer à vivre ainsi. L'ainée des Verdelaine décide donc de louer la chambre parentale – que les soeurs n'ont pas touchée depuis leur disparition dans un accident de voiture deux ans plus tôt –. le locataire, un jeune homme charmant prénommé Tancrède, va faire vaciller le coeur de Charlie. Quelle sera la réaction de Basile, son amoureux ? Bettina, de son côté, ne cesse pas de penser à Merlin depuis leur rupture. Après plusieurs jours de réflexions, elle achète un billet de train pour lui rendre visite. Sera-t-il heureux de la revoir ? Hortense attend impatiemment les mails de son amie Muguette, hospitalisée. Atteinte d'une grave maladie du sang, elle doit être opérée – greffe d'une moelle osseuse. Muguette guérira-t-elle ? Quant à Geneviève et Enid, elle tentent de trouver des occupations aux petits-cousins parisiens, Harry et Désirée, des enfants turbulents et farceurs venus passer les vacances au bord de la mer. Réussiront-elles à canaliser leur vitalité ?
Entre rires et larmes, amour naissant et désillusions, petites blagues et grosse peur, averses et arc-en-ciel, petits-déjeuners dehors et grande douleur dedans... c'est la valse des sentiments chez les soeurs Verdelaine. Doucement, l'enfance s'en va... c'est la saison des métamorphoses.
Lien : https://lesmotsdelafin.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
lemillefeuilles
  09 avril 2019
C'était un véritable plaisir de retrouver les cinq soeurs après ma lecture du tome deux, Hortense (qui ne se concentrait pas tant que ça sur elle, d'ailleurs...) que j'avais moins apprécié que le premier tome, Enid.
Dans ce troisième volume, nous sommes au printemps et les cousin·e·s des soeurs Verdelaine arrivent à la Vill'Hervé pour les vacances. Harry et Désirée, qui sont plus jeunes qu'Enid, viennent de Paris pour passer du temps avec leurs cousines. Harry a emporté quelques locataires que personne ne souhaite voir... et un nouveau locataire, Tancrède, vient et va faire chavirer le coeur de Charlie, l'aînée. Bettina, quant à elle, ne pense qu'à Merlin et à le retrouver... et Hortense s'acharne à écrire à Muguette, qui ne lui répond étrangement pas.
Ce troisième tome est très bien réussi, puisque Cati Baur a réussi à retransmettre l'essentiel du roman de Malika Ferdjoukh grâce à son scénario simple mais efficace. Les lettres d'Hortense adressées à Muguette permettent d'en savoir un peu plus sur ce qui se passe même si, à mes yeux, cela "vole" un peu la vedette à Bettina, que je trouve un peu absente dans ce livre.
Comme toujours, les illustrations de Cati Baur sont très belles, et rendent la lecture très agréables. Et le travail de colorisation d'Elodie Balandras est très chouette et me fait apprécier d'autant plus l'ouvrage.
C'est une bande-dessinée très sympathique, avec son lot d'émotions, notamment vers la fin du livre. Il ne me reste plus qu'un seul ouvrage à (re)découvrir, puisque j'ai déjà lu tous les romans.
Lien : http://anais-lemillefeuilles..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
som
  10 septembre 2018
Si Bettina figure au coeur de ce 3e tome, de nombreux personnages viennent lui voler la vedette. Les deux petits cousins, archétypes des sales gosses, passent leurs vacances dans la maison familiale. Mais c'est surtout un sombre et séduisant locataire, Tancrède, qui va semer la zizanie. Valse des sentiments dans le coeur d'Enid, coeur brisé d'Hortense lors de la mort de Muguette. Rien ne sera épargné aux quatre soeurs. Même si les sujets abordés deviennent plus sombres, le ton reste enjoué et le rythme enlevé pour conjurer le mauvais sort. On reste plus que jamais attaché à ces drôles de filles.
Commenter  J’apprécie          70
Vexiana
  01 mai 2018
Un tome dans la lignée des précédents, nous sommes maintenant au printemps et les coeurs battent du côté de la Vill'Hervé.
J'ai été plus touchée par ce tome que par les précédents, il faut dire que ce tome est plus tragique...
Bref, une bonne suite aux deux tomes précédent, plus aboutie tant au niveau du rythme que de la narration.
Le dessin est égal à lui même et est assez efficace.
Je me plonge directement dans le tome Gabrielle qui clôture la série.
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
theannashawtheannashaw   12 mars 2015
Geneviève cessa de tapoter et sourit. Elle détailla en silence le visage de sa sœur aînée et se sentit emplie de tendresse et d'admiration. Elle pensa tu as lâché Basile pour un Tancrède dont tu savais que tu ne le suivrais pas. Huit jours de passion que pas de passion du tout. Un centimètre de bonheur, de délices déraisonnables qu'un hectare de quiétude et de modération. Quelle audace. Ma grande. Tout ça pour une baraque en ruines et quatre frangines qui ne valent pas un pet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
claireoclaireo   08 février 2019
Réfléchis : la maison, le Macaroni, le vaisselier, les photos... ce sont les gardiens de nos souvenirs.
Commenter  J’apprécie          160
mandrake17mandrake17   20 mai 2017
Je me rappelle le geste très précis de notre Muguette quand elle repoussait son assiette. Ou lorsque je lui donnais un vêtement qu'elle ne voulait pas mettre. Elle s'éloignait du bout du doigt en disant "Non merci". De la même manière, il me semble, elle a rejeté sa greffe. "Non merci, ça suffit comme ça". Je ne dirai pas que je m'y attendais, c'est faux, j'avais l'espoir au coeur comme tous ici. Mais Muguette était épuisée par tous ces mois d'efforts. Je l'imagine très bien, un soir, en grande réunion avec ses globules, rouges et blancs, ses plaquettes, etc, pour leur dire: "On arrête tout, hein? Qu'est-ce que vous en pensez?".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
VanessaVVanessaV   22 novembre 2016
- Quand une fille a ses règles pour la première fois, une mère est censée dire certaines choses.
- Quoi par exemple?
- Eh bien, il convient de dire : "tu es une femme, ma fille" ou "tu es grande maintenant, fais attention avec les garçons."
- Mais ce n'est pas ça que tu vas me dire?
- Ah si! Ce genre de propos peut encore avoir cours. Mais il y a ce qu'on dit plus rarement. Pour moi c'est comme porter, quatre ou cinq jours par mois, un diamant caché, même si tu es fringuée comme une voleuse de poules. C'est porter un objet précieux à l'insu de tout le monde, une plaisanterie très privée, rien qu'entre toi et toi.
- Une plaisanterie? Ah, tu trouves?
- Ce que je préférais quand j'étais encore de ce monde, c'était marcher sur la plage ces jours-là. J'avais la sensation que personne, sauf moi, ne pouvait comprendre avec une telle perfection les vagues et leur mouvement.
- Chaque mois, c'est quand même un peu casse-pieds...
- Ça dépend. Parfois tu penseras quelle idée! Quelle idiotie! Quel fardeau! Quel ennui! Et d'autres fois, tu diras quelle idée (mais sur un ton différent), quelle surprise, quelle chose étonnante! Parfois tu te sentiras délicate. ... d'autres fois incassable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mandrake17mandrake17   20 mai 2017
- Je vais écrire qu'elle peut prendre la mienne, de moelle!
- On va d'abord chercher dans sa famille. Il y a plus de chance d'y trouver un donneur compatible.
- Compatible?
- Quelqu'un dont la moelle va s'accorder avec celle de Muguette.
- Avec Muguette, on s'est engueulées souvent...
- Quel rapport?
- Incompatibilité d'humeur... espérons qu'une moelle, ça fasse moins de chichis.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Malika Ferdjoukh (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Malika Ferdjoukh
Vidéo de Malika Ferdjoukh
autres livres classés : familleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Quatre sœurs"

Comment s'appelle l’aînée des sœurs Verdelaine ?

Geneviève
Charlie
Marie
Aude

11 questions
43 lecteurs ont répondu
Thème : Quatre Soeurs, tome 1 : Enid de Malika FerdjoukhCréer un quiz sur ce livre