AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782207133958
176 pages
Éditeur : Denoël (09/03/2017)

Note moyenne : 3.02/5 (sur 155 notes)
Résumé :
Juliette prend le métro tous les jours à la même heure. La ligne 6, le métro aérien. Ce qu’elle aime par-dessus tout, c’est observer, autour d’elle, ceux qui lisent. La vieille dame, le collectionneur d’éditions rares, l’étudiante en mathématiques, la jeune fille qui pleure à la page 247. Elle les regarde avec curiosité et tendresse, comme si leurs lectures, leurs passions, la diversité de leurs existences pouvaient donner de la couleur à la sienne, si monotone, si ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (68) Voir plus Ajouter une critique
fanfanouche24
  17 avril 2017
Un einième livre... avec comme noyau central la passion des livres, de la
lecture et celle encore plus grande de "transmettre et partager" !
Une jeune femme , Juliette,dans une sorte d'existence bien rangée,bien planifiée prend le métro quotidiennement, la ligne 6, le métro aérien; elle a un plaisir "caché": celui d'observer les passagers qui lisent, d'imaginer leurs vies, et par là-même, à travers ces inconnus lecteurs, elle s'évade de la sienne... qu'elle trouve trop "plate" !
Un jour, elle change son itinéraire habituel... et son existence va être
bousculée par une rencontre insolite...Elle tombe sur une haute porte
de métal rouillé, maintenue "ouverte" par un livre qui la maintient
ouverte... En plus de cette observation, elle décrypte une plaque de métal
émaillé, qui l'intrigue, annonçant un univers prometteur et plein
de mystère , "LIVRES SANS LIMITES"
Elle se retrouvera chez Soliman, passeur de livres et poète, élevant
seul sa petite fille, Zaïde... qui va l'entraîner dans son domaine d'activité d
des "Livres-voyageurs"
Je n'en dirai pas plus long; lecture qui fait du bien, s'accorde parfaitement au temps ensoleillé du moment, et le jardin de Vendée ... où je le termine
en ce lundi de Pâques !...
Lecture faussement légère car on accompagne Juliette dans ses questionnements, coups de coeur en livres [ ce qui nous vaut des suggestions de lectures variées et sympathiques, sans oublier une proposition de bibliographie, in-fine, qui m'a
d'autant plus accrochée, que j'ai retrouvé des auteurs adorés , dans des temps lointains, comme Anna kavan, Maya Angelou, Ahmadou
Kourouma, Janet Frame, etc]
Ce roman m'a rappelé une très agréable lecture sur un autre passeur de livres, fort sympathique, celui de "La Tournée d'automne" de Jacques Poulain..., auteur canadien, dont j'affectionne l'univers et la mise en avant des livres, et de leur magie...
-" (...) Vous nous voyez comme ça, des... espèces de médecins de l'âme (...)
Comment lui dire que oui, c'était un peu ça ? Qu'elle avait fini par croire, non, par acquérir la certitude que dans l'épaisseur des livres se cachaient à la fois toutes les maladies et tous les remèdes ? Qu'on y rencontrait la trahison, la solitude, le meurtre, la folie, la rage, tout ce qui pouvait vous prendre à la gorge et gâcher votre existence, sans parler de celle des autres, et que parfois pleurer sur des pages imprimées pouvait sauver la vie de quelqu'un ? Que trouver votre âme soeur au beau milieu d'un roman africain ou d'un conte coréen vous aidait à comprendre à quel point les humains souffraient des mêmes maux, à quel point ils se ressemblaient,
et qu'il était peut-être possible de se parler- de se sourire, de se caresser, d'échanger des signaux de reconnaissance, n'importe lesquels-pour essayer de se faire un peu moins mal, au jour le jour ?" (p. 152)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          531
NathalC
  26 août 2018
Ce roman m'a été offert. Ce n'est pas souvent qu'on m'offre un livre, même si beaucoup de personnes de mon entourage savent que je lis énormément. C'est tellement personnel un livre !
Celui ci est un cadeau d'une amie très très chère à mon coeur. Alors, merci ma Diane pour ce présent.
Ce roman est une histoire de livres. Une histoire de partage, de passation de livres, de mots, qui nous parlent, au gré des rencontres, suivant les moments de notre vie.
Cependant un petit quelque chose que je ne saurai définir m'a fait passer à côté de cette histoire. Et je n'arrive pas à mettre le doigt sur ce petit quelque chose. Dommage !
Commenter  J’apprécie          310
petitsoleil
  13 janvier 2018
Un bon livre, trouvé un peu par hasard et dont je n'avais pas spécialement entendu parler.
J'ai apprécié ce livre aux apparences de feel-good, mais qui nous fait découvrir une galerie de personnages décalés, décalés et grands lecteurs, décalés et vivants ...
L'amour des livres est bien présent dans ce conte moderne, l'amour des livres mais aussi le pouvoir des mots, des livres, pour nous faire réfléchir et nous faire changer, évoluer, au-delà de nos peurs, de nos routines ... Une sorte de bibliothérapie, à laquelle Juliette croit d'abord peu, mais qui va progressivement s'imposer à elle, s'imposer dans sa vie, et changer sa vie.
J'ai bien aimé le personnage de la petite Zaïde (oui, Zaïde - il y a bien des personnages variés et un métro mais pas de Zazie, il s'agit de Zaïde). Zaïde qui vit avec son père Soliman, rêveur, poète exilé, retranché derrière ses livres. Zaïde qui rêve de voyages, lit déjà beaucoup, et met des feuilles de menthe dans un vieux "coucou" ... Un livre original et à découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
stokely
  13 août 2019
J'ai trouvé ce bouquin dans une boite à livres à proximité de mon domicile et je n'ai pas été déçu de cette petite lecture.
Nous suivons Juliette qui prend tous les jours le métro et la ligne 6, celle-ci aime lire et regarder ce que lise les autres voyageurs, imaginer leur vie etc... Elle ne connait pas les autres personnes voyageant en même temps qu'elle mais au fil du temps elles croisent sans cesse les mêmes gens dans les transports.
Le destin de Juliette va être bouleversé un jour par une porte maintenue par un livre, elle va vouloir savoir le nom de celui-ci et pourquoi celui-ci sert-il de cale porte.
Elle va faire la rencontre d'un homme et sa fille qui vive derrière cette porte, elle va découvrir l'occupation de celui-ci Soliman qui est "passeur de livres" c'est à dire qu'il doit trouver le livre correspondant à la bonne personne.
Petit à petit Juliette va s'attacher à Soliman et à sa fille Zaïde qui vont la sortir de son train train habituel.
Une lecture sous forme de conte initiatique et le plus parsemé de références littéraires, j'ai aimé également l'esprit de partage des lectures évoquées dans celui-ci qui va d'ailleurs repartir dans la boite à livres ou il a été trouvé afin de pouvoir perdurer cette échange.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
thisou08
  23 juillet 2018
Dès qu'un titre possède les mots livre, roman, lecteur ou lectrice, bibliothèque, cercle littéraire etc, je fonce dessus.
Celui-ci m'appelait.
Pour échapper au quotidien, à la routine, quoi de mieux qu'un livre. Un livre, c'est un autre univers.
Avec celui-ci, j'ai fait un voyage hors du temps et ce fut très agréable bien que trop court à mon goût.
Commenter  J’apprécie          210

Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   16 avril 2017
- (...) Vous nous voyez comme ça, des... espèces de médecins de l'âme (...)
Comment lui dire que oui, c'était un peu ça ? Qu'elle avait fini par croire, non, par acquérir la certitude que dans l'épaisseur des livres se cachaient à la fois toutes les maladies et tous les remèdes ? Qu'on y rencontrait la trahison, la solitude, le meurtre, la folie, la rage, tout ce qui pouvait vous prendre à la gorge et gâcher votre existence, sans parler de celle des autres, et que parfois pleurer sur des pages imprimées pouvait sauver la vie de quelqu'un ? Que trouver votre âme soeur au beau milieu d'un roman africain ou d'un conte coréen vous aidait à comprendre à quel point les humains souffraient des mêmes maux, à quel point ils se ressemblaient, et qu'il était peut-être possible de se parler- de se sourire, de se caresser, d'échanger des signaux de reconnaissance, n'importe lesquels- pour essayer de se faire un peu moins mal, au jour le jour ? (p. 152)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
petitsoleilpetitsoleil   13 janvier 2018
- Oh, ceux-là ! [Mon père Soliman] dit que ce sont des "coucous". C'est drôle, non ? Comme les oiseaux.
Ils ont trois ou quatre fois les mêmes pages à la suite, ils n'ont pas été bien faits, tu comprends ? On ne peut pas les lire. Enfin, pas vraiment. Fais-voir celui-là ?

L'enfant tendit le cou, ferma les yeux, renifla.
- Je l'ai essayé. L'histoire est idiote (...) et ... Je m'ennuyais tellement que j'ai mis des feuilles de menthe dedans, pour qu'au moins il sente bon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
prune42prune42   03 août 2017
Elle avait fini par croire, non, par acquérir la certitude que dans l'épaisseur des livres se cachaient à la fois toutes les maladies et tous les remèdes ? Qu'on y rencontrait la trahison, la solitude, le meurtre, la folie, la rage, tout ce qui pouvait vous prendre à la gorge et gâcher votre existence, sans parler de celle des autres, et que parfois pleurer sur des pages imprimées pouvait sauver la vie de quelqu'un ? Que trouver son âme sœur au beau milieu d'un roman africain ou d'un conte coréen vous aidait à comprendre à quel point les humains souffraient des mêmes maux, à quel point ils se ressemblaient, et qu'il était peut-être possible de se parler- de se sourire, de se caresser, d'échanger des signaux de reconnaissance, n'importe lesquels - pour essayer de se faire un peu moins mal, au jour le jour ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
NathalCNathalC   26 août 2018
C'est ainsi, je suppose, dans la plupart des couples. On se raconte l'un à l'autre avec passion, on croit tout savoir, tout comprendre, tout accepter, et puis la première fêlure arrive, le premier coup, pas forcément donné avec méchanceté, non, mais donné, et tout vole en éclats… et on se retrouve nu et seul, à côté d'un étranger lui aussi nu et seul.
Commenter  J’apprécie          240
NathalCNathalC   24 août 2018
Les hommes ne lisent pas dans leur bain. D'ailleurs, les hommes ne prennent pas de bain, ils sont toujours pressés, et le seul moyen de les faire tenir tranquilles, c'est de les poser sur un canapé devant une demi-finale de Ligue des champions.
Commenter  J’apprécie          257

Videos de Christine Féret-Fleury (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christine Féret-Fleury
La sélection Mois des fiertés : - Rouge Tagada de Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini (Les Graphiques collège) - Thèmes : homosexualité et amours adolescentes - Dès 13 ans : https://gulfstream.fr/produit/rouge-tagada/
- Barricades de Charlotte Bousquet et Jaypee (Les Graphiques lycée) - Thèmes : transgenre et harcèlement - Dès 15 ans : https://gulfstream.fr/produit/barricades/
- Les Maux bleus de Christine Féret-Fleury (Échos) - Thèmes : homosexualité, rejet familial et résilience - Dès 13 ans : https://gulfstream.fr/produit/les-maux-bleus/
Thème de l'homosexualité en filigrane : - Les Outrepasseurs de Cindy van Wilder : https://gulfstream.fr/produit/les-outrepasseurs-tome-1-les-heritiers/ - Là où tombent les anges de Charlotte Bousquet : https://gulfstream.fr/produit/la-ou-tombent-les-anges/
Pour le Mois des fiertés, Gulf stream éditeur s'engage auprès de l'association le Refuge, qui vient en aide aux jeunes LGBT+ en difficulté. Ainsi, Gulf stream éditeur reversera 1 € sur chaque titre de la sélection acheter sur son site.
+ Lire la suite
autres livres classés : métroVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






.. ..