AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782375542859
144 pages
Slalom (06/05/2021)
4.03/5   65 notes
Résumé :
Un jeune garçon caché par sa famille en 1942, une ado confinée en 2020 : le récit poignant d'une rencontre qui défie le temps. Lorsque son père médecin l'envoie chez Arlette, une ancienne infirmière de 93 ans à l'internet vacillant, Nina est persuadée qu'elle va vivre le pire des confinements. Mais bientôt, alors qu'elle fouille dans la cave pour tromper son ennui, la jeune fille découvre dans une malle la photo jaunie d'un garçon... qu'elle a déjà croisé dans l'esc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (44) Voir plus Ajouter une critique
4,03

sur 65 notes
5
16 avis
4
20 avis
3
6 avis
2
0 avis
1
0 avis

coquinnette1974
  09 juin 2021
Je remercie les éditions Slalom pour l'envoi, via net galley, du roman jeunesse : L'étrange garçon qui vivait sous les toits de Christine Féret-Fleury, Fabien Fernandez et Charlotte Bousquet.
Lorsque son père médecin l'envoie chez Arlette, une ancienne infirmière de 93 ans à l'internet vacillant, Nina est persuadée qu'elle va vivre le pire des confinements.
Mais bientôt, alors qu'elle fouille dans la cave pour tromper son ennui, la jeune fille découvre dans une malle la photo jaunie d'un garçon... qu'elle a déjà croisé dans l'escalier.
Ce portrait replonge Arlette dans un douloureux passé, celui de la guerre, d'un amour interdit et d'une blessure jamais refermée.
Nina a-t-elle vraiment pu rencontrer Natan, cet adolescent juif qui a vécu caché dans l'immeuble pendant la Seconde Guerre mondiale ?
Sauront-ils tous les deux dénouer les fils des sombres événements qui se sont déroulés 78 ans plus tôt ?
L'étrange garçon qui vivait sous les toits est un roman écrit à trois mains mettant en scène trois narrateurs : Nina, Arlette et Natan.
Nina est une jeune fille de 15 ans qui se retrouve confinée en mars 2020 dans l'appartement d'Arlette, une vieille dame qu'elle ne connaît pas mais qui était infirmière avec le papa de la jeune fille. Elles narrent leurs aventures tour à tour et il est intéressant de voir le point de vue de chacune face à la pandémie. Il ne faut pas oublier le troisième narrateur : Natan, un jeune homme juif de 17 ans caché dans le même immeuble en 1942.
Le parallèle fait entre ce confinement de mars 2020 et le fait de devoir se cacher pour se cacher des allemands est très intéressant et judicieux. Notre président en mars 2020 a répété plusieurs fois le mot guerre, nous nous en souvenons tous. le fait de rapprocher ses deux époques m'a beaucoup plu et ça permet d'expliquer aux jeunes lecteurs comment c'était dans les années 40 : se cacher car on n'a pas la bonne religion, ne pas faire de bruit, les dénonciations... A ce sujet, là encore j'ai trouvé judicieux de faire le parallèle entre les lettres écrites dans les années 1940 pour dénoncer ses voisins juifs et celles écrites l'an dernier pour dénoncer ses voisins... du corps médical... et leur demander de quitter les lieux pour protéger les habitants d'un immeuble. Révoltant et pourtant, même si soixante ans sépare ses deux faits cela a bien existé.. comme quoi tout est un perpétuel recommencement y compris ce qui choque...
Chaque narrateur a sa propre personnalité, nous avons deux ados d'époque différente et une vieille dame. Arlette était dans l'immeuble quand Natan y habitait (ou plutôt, se cachait) avec sa soeur jumelle. Au premier abord il est facile de penser que Natan a été le grand amour d'Arlette.. mais est ce bien ça ?? Je ne vous en dirais pas plus juste qu'à aucun moment les auteurs ne vont dans la facilité et que c'est un roman très moderne.
Il aborde des thèmes forts tels que l'homosexualité, la dénonciation, le fait d'être juif et les conséquences qui en ont découlé pendant la guerre.
C'est un roman fort, touchant. J'ai aimé le fait qu'il y ai trois narrateurs car c'est bien ficelé, on sait qui nous relate son histoire et il est impossible de se perdre.
Ajouter une touche de fantastique pour permettre une rencontre qui défie le temps est une bonne idée.
Je suis vraiment ravie de ma lecture, ce n'est pas tout à fait un coup de coeur mais presque.
Ma note : quatre étoiles et demie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Eva_r
  17 août 2021
Lorsque j'ai reçu ce roman la première chose qui m'a surprise fut la taille de ce roman , celui-ci fait à peine 140 pages et j'avais peur de à peine avoir le temps de m'accrocher aux personnages avant que la fin de l'histoire arrive .
Heureusement ce n'est pas ce qui est arrivé , je me suis directement accrochée aux personnages . Nina , le personnage principale est une ado qui va se retrouver à devoir vivre avec Ariette le confinement et je me suis beaucoup retrouvée en elle car comme elle je suis étudiante et lors du confinement j'ai du essayer de continuer à suivre les cours tout en étant enfermée chez moi toute la journée j'ai aussi beaucoup aimé sa créativité et son ingéniosité . Ensuite nous avons Ariette , une femme âgée de 93 ans et tout au long de l'histoire nous allons en apprendre plus sur sa jeunesse . Et puis il y a Nathan , je ne vais pas trop en dévoiler sur lui mais c'est un garçon auquel au s'attache vite et son personage était vraiment intéressant .
le fait que ce livre est un livre chorale permet vraiment de mieux voir l'histoire , les différents points de vues des personnages et surtout cela permet aux lecteurs de connaître les émotions et ressentis des personnages .
L'histoire est bien construite , on alterne entre présent et passé . Pour le passé , on remonte à une période pas très joyeux : la 2e guerre mondiale ce livre mélange donc un monde confiné à cause d'un virus et puis d'une autre part nous avons un monde ou les gens vivent dans la peur .
C'est un très beau roman que je ne peux que vous recommender , les pages se tournent toutes seules tellement on est pris pas l'histoire et comme je l'ai dit au début le nombre de pages m'inquiétait un peu et cert l'histoire n'est pas longue mais les auteures ont vraiment réussit à en faire une histoire bouleversante .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
letilleul
  21 août 2021
Un court roman jeunesse qui saura émouvoir et sensibiliser aux drames de la seconde guerre mondiale On suit trois narrateurs : Nina, Arlette et Natan qui vont partager avec nous un passage terrible de l histoire mais aussi transmettre un très beau message d'amour.
Un récit poignant sur deux jeunes juifs, un garçon et une fille qui se cachent, des jumeaux. On ressent la frustration de l enfermement et la peur d être pris. C est l amour dramatique qui ils éprouvent pour une jeune fille - l un est unilatéral, l autre est interdit qui permet à tous de transcender l'histoire pour survivre, Puis 2020, et, à travers Nina, la chance d apporter une conclusion et celle aussi d un renouveau. Une jolie touche de surnaturel. Une volonté commune d aider Natan à trouver le repos. Des investigations difficiles en période de confinement. Des révélations douloureuses et un bonheur retrouvé. Ce court récit permet à travers le temps de s'interroger sur les fils de l'histoire et donner un sens à nos vies : court dense et émouvant ce récit est fortement à recommander.
#NetgalleyFrance #-etrangegarconquivivaitsouslestoits
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
LivresdAvril
  11 janvier 2022
"L'étrange garçon qui vivait sous les toits" est le premier roman utilisant le contexte du confinement que je lis. Très étrange de retrouver ces sensations dans un livre ! 
Passée cette jolie couverture, dommage que le résumé divulgue le mystère autour de Natan. Mais je dois admettre que j'étais curieuse de découvrir comment les auteurs de cette histoire à six mains allaient créer un parallèle entre la crise sanitaire et des juifs forcés de se cacher 80 ans plus tôt. 
Car comparer l'Occupation et le confinement était périlleux : certaines similitudes fonctionnent (l'ennui entre quatre murs, la peur que l'autre dénonce ou contamine et cet immeuble qu'Arlette n'a jamais quitté) ; mais heureusement Christine Féret-Fleury, Fabien Fernandez et Charlotte Bousquet ne tombent pas dans les raccourcis faciles et restent lucides sur les limites de la comparaison. 
"- Au moins l'enfermement a une bonne raison d'être à ton époque.
- Tu plaisantes ? Zéro ciné, concert, ou même promenade dans un parc ou shopping. La mort ! Et encore, moi ça va, mais j'ai des copines en PLS à l'idée de ne pas pouvoir faire les soldes.
Ses grands yeux me fixent. Il reste muet et pourtant je comprends exactement ce qu'il exprime.
- Désolée, je suis trop nulle de comparer l'Occupation avec ce qu'il se passe aujourd'hui." (p.81-82)
Dans l'ensemble, cette enquête sur la dénonciation de Natan et sa soeur Jacqueline est rondement menée, et les trois narrateurs sont plutôt attachants. Je regrette seulement que les auteurs n'aient pas su s'arrêter à temps pour éviter le rebondissement de trop car cela nuit à vraisemblance du roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Eowyne
  10 septembre 2021
Une couverture attractive et des auteurs que j'apprécie, me voilà partie à la découverte de ce roman chez Slalom. C'est également le premier livre qui parle du confinement que nous avons vécu même si celui-ci n'est qu'en arrière-plan. Lorsque son père médecin l'envoie chez Arlette, une ancienne infirmière de 93 ans à l'internet vacillant, Nina est persuadée qu'elle va vivre le pire des confinements. Mais bientôt, la jeune fille découvre dans une malle la photo jaunie d'un garçon… qu'elle a déjà croisé dans l'escalier. Comment est-ce possible ? Nous avons le point de vue de trois narrateurs qui nous racontent leur histoire : Nina, Arlette et Natan. J'ai apprécié le parallèle entre le confinement (l'obligation de rester chez soi) et la seconde guerre mondiale (se cacher pour ne pas se faire arrêter) sous forme de métaphore filée (les lettres de dénonciation et les lettres contre le corps médical pendant le confinement). C'est en effet, un roman riche au niveau historique avec une part de fantastique (l'apparition de Natan) et une histoire d'amour (mais est-ce vraiment celle que l'on imagine ?) avec une dose de suspens. Un roman très actuel donc à proposer aux adolescents afin de provoquer une véritable réflexion et des débats. #Létrangegarçonquivivaitsouslestoits #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
LivresdAvrilLivresdAvril   11 janvier 2022
Vitres noires, rideaux de fer, grilles baissées. Chaises empilées les unes sur les autres, serrées, agglutinées - belle métaphore de nos nouveaux interdits. Le plus étrange, c'est qu'en deux ou trois jours je m'y suis habituée : ne plus embrasser, ne plus tendre la main, ne plus chuchoter en cours à l'oreille de Cloé. Sur le trottoir, les gens s'évitent, mordant sur la chaussée pour ne pas passer trop près d'un vieux couple qui marche main dans la main. Des voisins se saluent et échangent quelques mots à une distance prudente. Comme pour nous remémorer notre insouciance passée, des affiches défilent dans les panneaux publicitaires sans spectateurs : enfant perché sur les épaules de son père, grand-mère enlaçant sa petite fille, deux femmes échangeant un baiser.
Bisous, bises et embrassades, ça ne fait que deux jours. Est-ce que ce manque de contact humain durera l'éternité ? (p.5-6)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
JangelisJangelis   02 août 2021
C’est l’un des paradoxes de la mémoire : quand on vieillit, plus on se rapproche du passé, plus on s’éloigne du présent.
Commenter  J’apprécie          30
YukoYuko   05 juillet 2021
O.K., on stoppe tout. Natan est présent, Arlette aussi. Les deux sont en piteux état et moi, je suis capable de voir les âmes en peine. Pourquoi, comment et tout le tas de questions qui va avec : je verrai ça plus tard.
Commenter  J’apprécie          10
Lucie2753Lucie2753   22 janvier 2022
On ne vit plus, on vivote. Citation qui m'a marquée,je vous la partage...
Commenter  J’apprécie          20
ReveursEtMangeursDePapierReveursEtMangeursDePapier   08 mai 2021
... monter dans un train, aller voir la mer, embrasser quelqu'un, j'ai l'impression que je ne saurai plus le faire, après - quand ce sera fini. Je resterai dans cette petite pièce, tremblant, je n'oserai pas sortir...
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Christine Féret-Fleury (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christine Féret-Fleury
La sélection Mois des fiertés : - Rouge Tagada de Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini (Les Graphiques collège) - Thèmes : homosexualité et amours adolescentes - Dès 13 ans : https://gulfstream.fr/produit/rouge-tagada/
- Barricades de Charlotte Bousquet et Jaypee (Les Graphiques lycée) - Thèmes : transgenre et harcèlement - Dès 15 ans : https://gulfstream.fr/produit/barricades/
- Les Maux bleus de Christine Féret-Fleury (Échos) - Thèmes : homosexualité, rejet familial et résilience - Dès 13 ans : https://gulfstream.fr/produit/les-maux-bleus/
Thème de l'homosexualité en filigrane : - Les Outrepasseurs de Cindy van Wilder : https://gulfstream.fr/produit/les-outrepasseurs-tome-1-les-heritiers/ - Là où tombent les anges de Charlotte Bousquet : https://gulfstream.fr/produit/la-ou-tombent-les-anges/
Pour le Mois des fiertés, Gulf stream éditeur s'engage auprès de l'association le Refuge, qui vient en aide aux jeunes LGBT+ en difficulté. Ainsi, Gulf stream éditeur reversera 1 € sur chaque titre de la sélection acheter sur son site.
+ Lire la suite
autres livres classés : confinementVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura