AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266218670
Éditeur : Pocket (10/01/2013)

Note moyenne : 3/5 (sur 63 notes)
Résumé :
Les femmes sont vraiment nulles. Surtout celle-ci. Pour ça, non, ce n'est pas la grâce qui l'étouffé : quand on pense au règne animal, à la splendeur de je sais pas moi... ce machin qui saute, là, avec des petites cornes qu'on dirait qu'elle a des doigts plantés dans la tête : ah ! le truc, là, qui saute dans tous les sens et qui reste en suspension exprès pour qu'on prenne la photo, alors qu'il y a des guépards partout à ses fesses... Putain, c'est quoi cette salop... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
BooksnPics
  20 juin 2013
Michel Guichard, 39 ans, originaire de Saint-Etienne, est un mordu de football. Sa vie est somme toute assez banale : il s'occupe de son chien et regarde le foot à la télé. Jusque-là rien de bien passionnant... Là où les choses se corsent c'est que son autre occupation est d'étrangler des femmes triées sur le volet. Et pour son plus grand malheur, il perd un sens (d'abord l'odorat, ensuite le goût et ainsi de suite…) après chaque meurtre commis.
Très peu de surprises dans ce récit, la quatrième de couverture nous dévoilant presque entièrement l'histoire. Pas d'énigmes, ni de mystère à résoudre non plus. L'originalité du roman que nous livre ici Caryl Férey est de savamment mêler récit noir et football. Il nous sert un récit complètement déjanté, un vrai délire sortant des sentiers battus. Utilisant un humour décalé, il est souvent à prendre au second degré.
Notre narrateur, Michel, y est décrit avec tous les pires stéréotypes du supporter de football que l'on peut imaginer. Son vocabulaire n'est pas ce que l'on pourrait appeler politiquement correct et pourrait en choquer plus d'un. Enchaînant sans cesse des allusions relatives aux matchs ainsi qu'aux joueurs, quelques connaissances en football et notamment l'histoire du club stéphanois sont peut être nécessaires afin de pleinement apprécier le texte.
Au final, une bonne petite lecture rapide et récréative pour se vider la tête après une longue journée de travail mais sans plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Luniver
  18 août 2019
L'A.S. Saint-Étienne, c'est toute la vie de Michel Guichard. Et quand je dis toute la vie, ce n'est pas juste qu'il fréquente les stades deux fois par mois (d'ailleurs, il a été interdit à vie de stade). Non, la semaine est passée à analyser le prochain match du week-end, toutes ses expressions de la vie courante sont tirées du football (« rentrer au vestiaire » = rentrer à la maison, « lui tirer un pénalty » = lui donner un coup de pied, …) et toutes les personnes qu'il croise dans la rue sont automatiquement associées à un joueur de foot en fonction du physique.
Une passion aussi envahissante n'est pas sans laisser quelques traces : aucune vie sociale, sans parler d'un travail. Michel survit donc en assassinant les petites vieilles qui ont le malheur de ressembler un peu trop à un ancien bourreau des Stéphanois, pour voler leurs économies. Mais après chaque meurtre, un des cinq sens lui est aussitôt enlevé. Jusqu'à quand pourra-t-il mener cette vie sans perdre sa passion ?
Ce petit roman m'a permis de passer agréablement le temps lors d'un trajet d'une heure. Il est très noir, avec le pire (meilleur?) anti-héros qu'il m'ait été donné de rencontrer : complètement cinglé, raciste, misogyne, meurtrier, violent avec son chien, … difficile de lui trouver la moindre qualité ! L'histoire est tout de même racontée avec beaucoup d'humour (noir aussi, forcément), et la vie quotidienne racontée avec le vocabulaire footballistique et la grande histoire de l'ASSE est assez irrésistible, si l'on est pas allergique à ce sport.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
trust_me
  29 janvier 2013
Imaginez un supporter de Saint-Etienne tueur en série qui perd un de ses cinq sens à chaque assassinat. Imaginez pour compléter le tableau que ce supporter est un vrai de vrai, du genre bedonnant, alcoolique, totalement abruti, raciste, interdit à vie de stade et se baladant continuellement en short avec des chaussures de foot aux pieds. Il a chien qu'il a appelé Janvion (nom d'un ancien défenseur des verts) et à chaque fois qu'il s'acharne sur une victime, il voit en elle un célèbre footeux ayant affronté son club chéri. Un peu cintré le monsieur, c'est le moins que l'on puisse dire.
Mieux vaut connaître le football et l'histoire de Saint-Etienne pour apprécier ce texte à sa juste valeur. Si ce n'est pas le cas, vous y trouverez néanmoins votre compte tant la pochade est énorme et tragiquement drôle. Par contre, si vous cherchez la finesse et la légèreté, vous pouvez passer votre chemin.
Un petit roman qui se lit en une heure dans lequel l'auteur s'est à l'évidence fait plaisir. D'ailleurs il ne le nie pas sur la quatrième de couverture : « Un délire qui, personnellement, m'a permis d'écrire en pleurant (de rire face à la connerie du personnage). » Pour le lecteur, un bon moment de détente, rien de plus. C'est un peu ce que je reproche à beaucoup de polars : ça se lit vite et bien mais au final il n'en reste pas grand-chose une fois la dernière page tournée (pas taper, j'ai écrit « beaucoup de polars » pas « tous les polars », je sais que certains sont inoubliables, je commence à peine à défricher le terrain).


Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Martre74
  11 décembre 2013
J'étais une fan des Verts dans les années 70/80. Je me suis bien marrée. J'ai replongé dans la furia de Geoffroy Guichard. Pourtant, le héros est un psychopathe, un lâche, une véritable larve, un raté misogyne, un gros flemmard adipeux, un imbécile, avec pour seul compagnon un misérable chien qui en prend plein la tête. Mais qui pourrait le supporter ce supporter inconditionnel de l'ASSE ? de toute façon, les héros de roman ne peuvent pas tous être Edmond Dantès.
Un petit bijou, ce petit bouquin !
Commenter  J’apprécie          71
sassenach
  13 décembre 2012
Un fan de football, et plus exactement un grand supporter des verts de Saint-Etienne, occupe ses journées et gagne un peu d'argent en attaquant et dévalisant les vieilles dames, les brutalisant et les tuant pratiquement à chaque fois. Il est toujours accompagné de son fidèle compagnon, le chien Janvion et une fois leurs méfaits accomplis, ils passent leurs soirées à regarder des matchs à la télévision. Il est hors de question de rater ne serait-ce q'une seule minute ! Un matin, le supporter fanatique s'aperçoit qu'il a perdu l'odorat mais cela ne l'inquiète pas outre mesure …
Petit polar décalé et rempli d'humour noir, j'aborde ainsi pour la première fois l'oeuvre de l'auteur normand d'origine et breton d'adoption Caryl Férey, dont j'ai quelques titres dans ma longue liste à lire. Pas d'enquête à résoudre, pas de vrai mystère mais un fil conducteur original, amusant et fantastique concernant le méchant de l'histoire (je ne veux pas en révéler plus, le livre n'est déjà pas bien épais !). L'écriture, narration du supporter pas très fûté, est fluide, facile à lire, truffée dans ce cas-là de références footballistiques et comme j'ai horreur de ce sport, je n'y connais strictement rien alors je ne peux juger de la pertinence des informations mais cela n'a aucunement gêné ma lecture. Au contraire, les problèmes qui tombent sur le dos de cet homme sont jubilatoires pour quiconque ne raffole pas de ce sport ! La fin, plutôt horrible, arrive peut-être un peu trop vite, on aimerait quelques pages de plus mais cette découverte est une réussite pour moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
HarioutzHarioutz   17 avril 2018
Oui, je crois que mon idéal de justice a sombré cette nuit de mai 1976, où mon désespoir était si seul que je n'étais même plus personne. Depuis, je me venge de l'infamie qui a frappé le monde. Le foot me rend malade mais je le regarde quand même : c'est comme les fesses des femmes, on ne peut pas s'en empêcher. Je suis en passionné. Chaque année, je me tiens au garde-à-vous des grands rendez-vous européens, avec une sourde haine contre les Ritals (l'Italien est truqueur), les Rosbifs (jeu engagé mais énervant, on sait pas pourquoi) et surtout les Chleuhs (au-delà du souvenir de la finale honteuse contre le Bayern Munich, c'est la corporation entière qui dérange).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
AndreeLaPapivoreAndreeLaPapivore   27 mars 2014
A minuit, Janvion dégringole le premier dans la cheminée. Il faut dire que je l'ai moi-même précipité. Son vieux corps a dû faire des bruits rigolos en cognant contre les parois de la conduite mais, malheureusement, je ne l'entends point.
Je m'y laisse choir à mon tour, non sans avoir vérifié avec ma lampe torche que Janvion a déguerpi des cendres froides. Doté d'un certain embonpoint, j'éprouve quelque mal à me glisser dans la cheminée, si bien que je tombe sur le derrière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PATTON49PATTON49   24 février 2013
Commenter  J’apprécie          01
Videos de Caryl Férey (53) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Caryl Férey
Habilement composées, vissées serré, les intrigues des trois romans au menu de ce Cercle polar composent aussi, au fil du texte, d'étouffantes atmosphères. Caryl Ferey réussit une sorte de tragédie shakespearienne où le destin de deux frères devient la métaphore de l'histoire sanglante de la Colombie. Liam McIlvanney, rebondissant sur un fait divers qui a marqué la ville de Glasgow à la fin des années 60, brosse le portrait d'un monde à l'agonie. Et dans un autre genre, simenonien et cotonneux, Graeme Macrae Burnet dévoile l'envers du décor d'une petite ville alsacienne repliée sur ses névroses.
"Paz" de Caryl Ferey, coll. "Série noire", éd. Gallimard. "Le Quaker" de Liam McIlvanney, traduit de l'anglais par David Fauquemberg, éd. Métailié. "L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet, traduit de l'anglais par Julie Sibony, éd. Sonatine
+ Lire la suite
autres livres classés : saint-étienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





.. ..