AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749155584
Éditeur : Le Cherche midi (19/09/2019)

Note moyenne : 4.16/5 (sur 37 notes)
Résumé :
1875 : Un chef cheyenne propose au président Grant d’échanger mille chevaux contre mille femmes blanches, afin de les marier à ses guerriers. Celles-ci, « recrutées » de force dans les pénitenciers et les asiles du pays, intègrent peu à peu le mode de vie des Indiens au moment où commencent les grands massacres des tribus.

1876 : Après la bataille de Little Big Horn, quelques survivantes décident de prendre les armes contre cette prétendue « civilisat... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
nadiouchka
  19 septembre 2019
# RENTRÉE LITTÉRAIRE 2019
Le dernier volet d'une trilogie époustouflante, celle de « Mille Femmes Blanches », avec « Les Amazones » (après « La Vengeance des Mères ») de Jim Fergus. L'auteur est né à Chicago et vit à présent dans le Colorado. Ses autres ouvrages ont tous connu un grand succès.
Au premier abord de cet ouvrage, la couverture : une magnifique photo de femme Indienne. le livre était accompagné d'un grand et beau poster ainsi qu'un joli marque-page dont l'image correspond à la couverture du livre… Ne serait-ce que la présentation de l'envoi, c'est déjà bien agréable. Quant à l'histoire, je le dis déjà, elle est passionnante. 👍
La construction du récit est particulière car elle est faite d'après « Les journaux perdus de May Dodd et de Dolly McGill édités et annotés par Molly Standing Bear. »
Il faut rappeler qu'en 1875, un chef Cheyenne avait proposé au Président Grant, l'échange de mille chevaux contre Mille Femmes Blanches pour les marier à ses guerriers (espérant ainsi favoriser l'intégration) et elles avaient été amenées par bateaux.
Elles ont connu des tribus telles que : Cheyennes – Sioux – Arapahos – Lakotas – Crows – Shoshones – Pawnees – Navajos … etc, car la liste est longue.
Elles ont, en outre, reçu des noms Indiens tels que : Molly Standing Bear (Molly Ours Debout) – Black White Woman (Femme Blanche Noire) – Little Tangle Hair (Petits Cheveux Emmêlés) – Yellow Hair Woman (Femme aux Cheveux Jaunes), mais je ne vais pas non plus tous les citer. D'ailleurs, en fin de livre, se trouve un glossaire pour les noms Indiens.
Toutes ces femmes (des ve'ho'a'e) étaient des Amazones.
Dans l'Introduction, c'est Molly Standing Bear qui parle : « Finalement, je préfère ne pas confier toute l'histoire à Jon W. Dodd. Elle m'appartient, à moi et à ma famille, au peuple Cheyenne et plus encore aux Coeurs Vaillants. » Il faut expliquer que Molly rencontre parfois le fameux Jon à qui elle raconte cette histoire de femmes blanches qui, après la bataille de Little BigHorn, avaient pris les armes contre ceux qui volaient aux Indiens, non seulement leurs terres, mais aussi leur culture et leur Histoire. On disait de ces femmes rebelles, qu'elles constituaient une tribu fantôme se battant de façon implacable et cela de génération en génération.
Molly fait partie des Konahe'hesta : les Coeurs vaillants, des guerrières qui combattent de nombreux ennemis qui ne manquent pas : « Après la défaite de Custer à la Little Bighorn, une bande s'est séparée de Little Wolf et de Dull Knife pour poursuivre son propre chemin et ses propres objectifs. Elle comptait un certain nombre de femmes blanches dont il est question dans les carnets, mais aussi des Cheyennes et des Arapahos des deux sexes. Ils ont fini par fonder une petite tribu autonome et habiter un monde à part. Jamais ils ne se sont soumis à l'État américain. » (p.21) Molly « fait la navette » entre ces deux mondes et s'il existe un acte de décès pour elle, c'est pour brouiller les pistes.
On assiste à véritable épopée – un western – on apprend les moeurs et traditions des Indiens – la place des femmes blanches ou indiennes (elle est souvent importante). Elles vont traverser des paysages grandioses : « Nous traversons une prairie vallonnée que les Indiens appellent le pays des herbes courtes, riche en herbe aux bisons. » (p.73) Ou : « Nous nous aventurons dans le nord du territoire du Wyoming, vers les contreforts des Bighorn Mountains. » (p.114)
On admire le talent de raconteur de Jim Fergus avec cette épopée romanesque qui nous offre des portraits de femmes tellement fortes qu'elles en restent inoubliables dans cette époque depuis la fin du XIXe siècle jusqu'à nos jours.
La lecture de ces « carnets » est si originale et bien faite que nous découvrons tous les faits historiques – les grands moments de désespoir mais aussi d'espoir – des moments où l'amour fait place, parfois, à l'horreur des combats.
En fin de livre, l'auteur écrit : « Je n'ai pas changé une virgule, encore moins un mot, aux récits des unes et des autres, et j'ai ordonné à nos correcteurs de ne toucher à rien. Bien sûr, c'est contraire à nos pratiques éditoriales, et nous avons eu de nombreuses discussions à ce sujet. Mais je préfère recevoir quelques lettres de puristes mécontents, plutôt que de risquer mon scalp. »
Je ne vous étonnerai pas si je vous dis que j'ai carrément « dévoré » ce livre #LesAmazones de #JimFergus, d'environ 370 pages, un livre que j'ai pu lire grâce au #PicaboRiverBookClub que je remercie infiniment, ainsi que les Éditions # ChercheMidi : une vraie réussite et un grand plaisir de lecture.
J'ajoute aussi une mention spéciale pour la couverture de ce chef-d'oeuvre qui a été faite par Rémi Pépin avec une photo de Stephen Collector.
La traduction a été effectuée par Jean-Luc Piningre.
Conclusion définitive : je me replongerai dans la relecture des deux tomes précédents bien que je m'en souvienne, mais ce sera une occasion de faire « la soudure » pour « recoller les morceaux » dans ma tête et puis, quelle formidable aventure et quel beau voyage ! 👍
⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4310
Elodieuniverse
  24 septembre 2019
1876. On reprend l'histoire où elle s'est arrêtée dans le tome 2 grâce aux journaux de Molly Mcgill et de May Dodd. Rappelons que ces femmes font partie du programme FBI de 1875. Un chef cheyenne propose au président Grant d'échanger mille chevaux contre mille femmes blanches, afin de les marier à ses guerriers. Celles-ci, « recrutées » de force dans les pénitenciers et les asiles du pays, intègrent peu à peu le mode de vie des Indiens afin de (soi disant) favoriser l'intégration et d'obtenir la paix. Seulement, c'est à ce moment que débute le massacre de ces tribus par l'armée américaine.
On retrouve Molly qui a été libérée par Phemie et Pretty Nose. Elle va commencer un voyage afin de trouver une terre moins hostile. Son seul désir: rejoindre son mari Hawk. Puis, May Dodd qui est blessée et cachée dans une grotte mais qui sera soignée par Wind. Elle aussi va entreprendre un voyage qui l'amenera à rencontrer Molly.
Voici le dernier tome de la trilogie de Jim Fergus et à chaque fois c'est un ravissement! Je ne vous en dis pas plus concernant l'histoire mais sachez qu'elles vont devoir affronter une fois encore énormément de dangers. Ces femmes prises en étau entre les Blancs et les Indiens. Jim Fergus nous brosse le portrait de femmes courageuses et vaillantes, Pretty Nose, Martha, Gertie, Phemie et bien d'autres, qui n'ont cessé de se battre pour survivre à tant d'atrocités. Dans ce monde hostile, elles sont devenues des femmes guerrières, des Amazones...
Jim Fergus nous plonge au coeur des coutumes indiennes, de leurs superstitions, de leurs croyances. Ce livre est la promesse d'un récit héroïque.(...)
Ma page Facebook Au chapitre d'Elodie
Lien : http://auchapitre.canalblog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          325
Alexandra_LDVX
  24 septembre 2019
à la fin de ma lecture des "Amazones" je n'ai qu'une envie me replonger dans la trilogie "Mille Femmes" et "La vengeance des Mères" et du coup relire les "Amazones"
et encore plus après avoir rencontré l'auteur grâce à Babelio encore merci la soirée était dans un cadre super sympathique.
j'ai tout aimé dans le dernier volet plus particulièrement la façon dont jim se mettait dans la peau de chaque femme si forte et si brave.
j'ai aimé qu'on parle encore plus des croyances des indiens et de leur rite aussi.
je vous conseille la trilogie, mais aussi la fille sauvage et ca m'a donné envie de continuer à découvrir d'autres ouvrages de l'auteur notamment marie blanche ...
Commenter  J’apprécie          190
florence0805
  30 septembre 2019
C'est avec plaisir que l'on retrouve les héroïnes des deux premiers tomes de la trilogie, Mille femmes blanches et La vengeance des mères. Dans Les Amazones, nous avons le plaisir de découvrir les carnets perdus de May et de Molly, toutes deux revenues d'entre les morts.
Si dans ce volume les luttes et combats sont toujours présents, nos héroïnes connaissent une longue parenthèse dans un lieu magique, une vallée cachée, où la tribu qu'elles reconstituent peut vivre quelques temps loin des blancs, dans une nature préservée où l'on peut encore chasser le bison. Les pages décrites dans ce paradis permettent aux lecteurs de se figurer ce qu'était la vie des Indiens avant l'arrivée des Blancs (les chevaux en plus !).
Les carnets sont ponctués des rencontres entre Molly Standing Bear, détentrice des carnets, avec Jon Dodd, journaliste. Molly S.B. se réserve le droit d'annoter les carnets ; Jon a pour consigne de les publier dans sa revue, mais sans en changer une ligne !
Tous deux, descendants de May et de Molly, se sont connus dans leur adolescence et vivent aujourd'hui une histoire amoureuse épisodique. Molly Standing Bear est un personnage incroyable : c'est une femme forte, malgré les violences qu'elle a pu subir, dévouée à la cause des Coeurs Vaillants ; elle consacre sa vie à venir en aide aux femmes amérindiennes victimes de violences, de disparitions inexpliquées. Jim Fergus cite à plusieurs reprises les chiffres effroyables des meurtres et disparitions de femmes natives qui ne semblent absolument pas inquiéter les autorités. Même si plus de 140 ans ont passé entre le génocide décrit dans les journaux de May et Molly, les Natifs sont toujours malmenés par la société américaine. Mais lors de la rencontre organisée par Babelio et Le Cherche Midi, Jim Fergus a rappelé la présence de 3 femmes amérindiennes au Congrès américain depuis 2018, signe d'espoir pour lui.
Jim Fergus, en choisissant la forme des carnets et donc l'écriture à la première personne, se met parfaitement dans la peau de ses personnages. On perçoit bien tout le travail de recherche qu'il a mené pour parler des Indiens d'hier (essentiellement Cheyennes) et d'aujourd'hui. On sent toute son admiration et sa fascination pour le courage des femmes amérindiennes ; d'après ce qu'il a pu constater, de nos jours sur les réserves 98 % du travail est effectué par les femmes…
J'ai apprécié la référence, à deux reprises, à Dan O'Brien et sa Wild Idea Buffalo Company, qui élève des bisons et produit de la viande sur un mode de production raisonné et respectueux de l'animal.
Je remercie Jean-Luc Piningre pour la qualité de sa traduction, et lui suis reconnaissante d'avoir conservé les noms américains des personnages (traduits en bas de page et dans un lexique en fin de volume).
Enfin, un grand merci au #PicaboRiverBookClub et au Cherche Midi pour cette lecture en avant-première et la rencontre inoubliable avec Jim Fergus !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Zephyrine
  22 septembre 2019
C'est avec un petit pincement au coeur que je finis cette trilogie...J'avais découvert May Dodd dans le premier opus, Molly Mcgill dans le second, ce dernier volet clôture les histoires de ces deux femmes au fort caractère.
L'auteur reprend son style habituel en proposant les journaux intimes de ces deux femmes. le rythme est toujours aussi soutenu, la vie de ces femmes blanches au sein de tribus indiennes toujours aussi intéressante et bien documentée. En plus de leur force de caractère, on sent ces femmes plus libérées. le mouvement #Metoo avant l'heure, un vrai bonheur à lire. C'est fou comme cet auteur sait rédiger en adoptant un point de vue féminin.
Seul frein à ma lecture, le temps passé entre le deuxième et le troisième volet. Ma mémoire m'a fait souvent défaut et j'ai mis un peu de temps à me souvenir à ce qui était arrivé aux personnages dans les précédents opus.
Merci à Jim Fergus pour cette histoire, j'ai eu la chance de le rencontrer dans le cadre de cette sortie, aux éditions Le Cherche-midi et au PicaboRiverBookClub.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

critiques presse (1)
Lexpress   27 septembre 2019
Avec Les Amazones, le romancier de l'Ouest américain Jim Fergus met fin en beauté à sa trilogie "indienne" entamée avec Mille femmes blanches.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
nadiouchkanadiouchka   20 septembre 2019
🎵 ♫🎵♫🎵
Chant guerrier Pow Wow chez les Cheyennes.

Ce chant de guerre qui monte sur la ville
Comme une prière à la lune qui brille
Rappelle à ceux qui dorment derrière les grilles
Qu'on peut toujours même si c'est pas facile.

Devenir Cheyenne
Combattre quand même
Devenir Cheyenne
Regagner les plaines

Je veux te prendre au feu de mes tortures
Je veux te faire comprendre tout ce que j'endure
Je veux t'apprendre les signes, les peintures
Qui protègent mieux que toutes les armures.

Devenir Cheyenne
Combattre quand même
Devenir Cheyenne
Regagner les plaines

Tu peux aussi quand la vie te malmène
Pousser le cri et devenir Cheyenne.
Oublie les plumes, oublie les mocassins
Pas besoin de costume pour devenir indien.

Devenir Cheyenne
Combattre quand même
Devenir Cheyenne.
Regagner les plaines
Combattre quand même
Et briser ses chaînes
Devenir Cheyenne.
🎵 ♫🎵♫🎵
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
nadiouchkanadiouchka   19 septembre 2019
Les Indiens sont des gens discrets et effacés. A ce propos, je n’utiliserai pas dans ces pages le terme d’Amérindiens, relativement récent. Il nous a été attribué par des Blancs bien intentionnés, de manière à faire valoir que nous étions les premiers habitants du continent qu’ils nous ont pris. P.52
Commenter  J’apprécie          182
Alexandra_LDVXAlexandra_LDVX   24 septembre 2019
"Eh bien ...à la prochaine, cow-boy ! J'espère que nos routes se recroiseront à nouveau. Entre temps, prends soin de toi. Et, si jamais tu tombes sur une fille bien et que tu l'as gardes, je ne te le reprocherai pas.
Évidemment, il n'y en a pas d'autre comme moi, mais je n'ai pas besoin de te le dire , nest ce pas?
je t'embrasse, M.S.B

ps: Désolée d'avoir laissé la porte ouverte, mais il fallait bien que je sorte....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Leslie26Leslie26   19 septembre 2019
Ils volent nos terres et massacrent nos frères bisons qu'ils laissent pourrir dans les plaines. Peu nous importe que ce soient de bonnes gens ou pas. Nous ne les avons pas invités. Nous ne leur avons pas offert nos terres. Nous n'avons pas dit à leur armée d'attaquer nos villages à l'aube en hiver, de détruire nos loges et de parquer les survivants dans leurs agences, sans le droit de sortir, sans assez à manger pour nos enfants, sans gibier à chasser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
nadiouchkanadiouchka   27 septembre 2019
Comme la plupart des tribus des plaines, les Shoshones forment des bandes distinctes au cours de l’été afin de suivre séparément les troupeaux de bisons. (…) Les Shoshones, nous apprend Young Wolf, commercent également avec les tribus des plaines du Nord – Arapahos, Blackfeet, Cheyennes, (…) et descendent parfois à la rencontre de celles du Sud – Comanches, Apaches… (…)
- Mais vous ne vous faites jamais la guerre ? s’est étonnée Gertie.
- Non. Seulement des jeux de guerriers dans lesquels nous rivalisons d’adresse comme avec vous.
P.309
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Jim Fergus (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jim Fergus
Jim Fergus présente 'Les Amazones".
autres livres classés : indiensVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Nature writing

Quel philosophe est considéré comme le fondateur du Nature writing?

Ralph Waldo Emerson
Henry David Thoreau
Benjamin Franklin

10 questions
67 lecteurs ont répondu
Thèmes : nature writing , écologie , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..