AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Luc Piningre (Traducteur)
EAN : 9782266298278
480 pages
Éditeur : Pocket (03/09/2020)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.87/5 (sur 189 notes)
Résumé :
1875 : Un chef cheyenne propose au président Grant d’échanger mille chevaux contre mille femmes blanches, afin de les marier à ses guerriers. Celles-ci, « recrutées » de force dans les pénitenciers et les asiles du pays, intègrent peu à peu le mode de vie des Indiens au moment où commencent les grands massacres des tribus.

1876 : Après la bataille de Little Big Horn, quelques survivantes décident de prendre les armes contre cette prétendue « civilisat... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (61) Voir plus Ajouter une critique
nadiouchka
  19 septembre 2019
# RENTRÉE LITTÉRAIRE 2019
Le dernier volet d'une trilogie époustouflante, celle de « Mille Femmes Blanches », avec « Les Amazones » (après « La Vengeance des Mères ») de Jim Fergus. L'auteur est né à Chicago et vit à présent dans le Colorado. Ses autres ouvrages ont tous connu un grand succès.
Au premier abord de cet ouvrage, la couverture : une magnifique photo de femme Indienne. le livre était accompagné d'un grand et beau poster ainsi qu'un joli marque-page dont l'image correspond à la couverture du livre… Ne serait-ce que la présentation de l'envoi, c'est déjà bien agréable. Quant à l'histoire, je le dis déjà, elle est passionnante. 👍
La construction du récit est particulière car elle est faite d'après « Les journaux perdus de May Dodd et de Dolly McGill édités et annotés par Molly Standing Bear. »
Il faut rappeler qu'en 1875, un chef Cheyenne avait proposé au Président Grant, l'échange de mille chevaux contre Mille Femmes Blanches pour les marier à ses guerriers (espérant ainsi favoriser l'intégration) et elles avaient été amenées par bateaux.
Elles ont connu des tribus telles que : Cheyennes – Sioux – Arapahos – Lakotas – Crows – Shoshones – Pawnees – Navajos … etc, car la liste est longue.
Elles ont, en outre, reçu des noms Indiens tels que : Molly Standing Bear (Molly Ours Debout) – Black White Woman (Femme Blanche Noire) – Little Tangle Hair (Petits Cheveux Emmêlés) – Yellow Hair Woman (Femme aux Cheveux Jaunes), mais je ne vais pas non plus tous les citer. D'ailleurs, en fin de livre, se trouve un glossaire pour les noms Indiens.
Toutes ces femmes (des ve'ho'a'e) étaient des Amazones.
Dans l'Introduction, c'est Molly Standing Bear qui parle : « Finalement, je préfère ne pas confier toute l'histoire à Jon W. Dodd. Elle m'appartient, à moi et à ma famille, au peuple Cheyenne et plus encore aux Coeurs Vaillants. » Il faut expliquer que Molly rencontre parfois le fameux Jon à qui elle raconte cette histoire de femmes blanches qui, après la bataille de Little BigHorn, avaient pris les armes contre ceux qui volaient aux Indiens, non seulement leurs terres, mais aussi leur culture et leur Histoire. On disait de ces femmes rebelles, qu'elles constituaient une tribu fantôme se battant de façon implacable et cela de génération en génération.
Molly fait partie des Konahe'hesta : les Coeurs vaillants, des guerrières qui combattent de nombreux ennemis qui ne manquent pas : « Après la défaite de Custer à la Little Bighorn, une bande s'est séparée de Little Wolf et de Dull Knife pour poursuivre son propre chemin et ses propres objectifs. Elle comptait un certain nombre de femmes blanches dont il est question dans les carnets, mais aussi des Cheyennes et des Arapahos des deux sexes. Ils ont fini par fonder une petite tribu autonome et habiter un monde à part. Jamais ils ne se sont soumis à l'État américain. » (p.21) Molly « fait la navette » entre ces deux mondes et s'il existe un acte de décès pour elle, c'est pour brouiller les pistes.
On assiste à véritable épopée – un western – on apprend les moeurs et traditions des Indiens – la place des femmes blanches ou indiennes (elle est souvent importante). Elles vont traverser des paysages grandioses : « Nous traversons une prairie vallonnée que les Indiens appellent le pays des herbes courtes, riche en herbe aux bisons. » (p.73) Ou : « Nous nous aventurons dans le nord du territoire du Wyoming, vers les contreforts des Bighorn Mountains. » (p.114)
On admire le talent de raconteur de Jim Fergus avec cette épopée romanesque qui nous offre des portraits de femmes tellement fortes qu'elles en restent inoubliables dans cette époque depuis la fin du XIXe siècle jusqu'à nos jours.
La lecture de ces « carnets » est si originale et bien faite que nous découvrons tous les faits historiques – les grands moments de désespoir mais aussi d'espoir – des moments où l'amour fait place, parfois, à l'horreur des combats.
En fin de livre, l'auteur écrit : « Je n'ai pas changé une virgule, encore moins un mot, aux récits des unes et des autres, et j'ai ordonné à nos correcteurs de ne toucher à rien. Bien sûr, c'est contraire à nos pratiques éditoriales, et nous avons eu de nombreuses discussions à ce sujet. Mais je préfère recevoir quelques lettres de puristes mécontents, plutôt que de risquer mon scalp. »
Je ne vous étonnerai pas si je vous dis que j'ai carrément « dévoré » ce livre #LesAmazones de #JimFergus, d'environ 370 pages, un livre que j'ai pu lire grâce au #PicaboRiverBookClub que je remercie infiniment, ainsi que les Éditions # ChercheMidi : une vraie réussite et un grand plaisir de lecture.
J'ajoute aussi une mention spéciale pour la couverture de ce chef-d'oeuvre qui a été faite par Rémi Pépin avec une photo de Stephen Collector.
La traduction a été effectuée par Jean-Luc Piningre.
Conclusion définitive : je me replongerai dans la relecture des deux tomes précédents bien que je m'en souvienne, mais ce sera une occasion de faire « la soudure » pour « recoller les morceaux » dans ma tête et puis, quelle formidable aventure et quel beau voyage ! 👍
⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4812
Elodieuniverse
  24 septembre 2019
1876. On reprend l'histoire où elle s'est arrêtée dans le tome 2 grâce aux journaux de Molly Mcgill et de May Dodd. Rappelons que ces femmes font partie du programme FBI de 1875. Un chef cheyenne propose au président Grant d'échanger mille chevaux contre mille femmes blanches, afin de les marier à ses guerriers. Celles-ci, « recrutées » de force dans les pénitenciers et les asiles du pays, intègrent peu à peu le mode de vie des Indiens afin de (soi disant) favoriser l'intégration et d'obtenir la paix. Seulement, c'est à ce moment que débute le massacre de ces tribus par l'armée américaine.
On retrouve Molly qui a été libérée par Phemie et Pretty Nose. Elle va commencer un voyage afin de trouver une terre moins hostile. Son seul désir: rejoindre son mari Hawk. Puis, May Dodd qui est blessée et cachée dans une grotte mais qui sera soignée par Wind. Elle aussi va entreprendre un voyage qui l'amenera à rencontrer Molly.
Voici le dernier tome de la trilogie de Jim Fergus et à chaque fois c'est un ravissement! Je ne vous en dis pas plus concernant l'histoire mais sachez qu'elles vont devoir affronter une fois encore énormément de dangers. Ces femmes prises en étau entre les Blancs et les Indiens. Jim Fergus nous brosse le portrait de femmes courageuses et vaillantes, Pretty Nose, Martha, Gertie, Phemie et bien d'autres, qui n'ont cessé de se battre pour survivre à tant d'atrocités. Dans ce monde hostile, elles sont devenues des femmes guerrières, des Amazones...
Jim Fergus nous plonge au coeur des coutumes indiennes, de leurs superstitions, de leurs croyances. Ce livre est la promesse d'un récit héroïque.(...)
Ma page Facebook Au chapitre d'Elodie
Lien : http://auchapitre.canalblog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          335
montmartin
  30 octobre 2019
« Les Amazones » sont le dernier volet de la trilogie de Jim Fergus « Mille femmes blanches » dont le point de départ est le programme confidentiel du gouvernement américain dont le but est d'envoyer des femmes blanches volontaires chez les Indiens pour épouser des Cheyennes et leur faire des enfants afin de les convaincre de déposer les armes et d'intégrer le monde soi-disant civilisé.
À travers les journaux de May Dodd et Molly McGill, Jim Fergus nous entraîne à nouveau à la suite de ce peuple indien, un peuple discret qui se confond avec la nature.
« Un nom humble et sans prétention qui sous-entend que nous faisons partie du monde animal, sans pour autant nous estimer meilleurs ni supérieurs, juste différents. »
C'est une véritable étude d'ethnologie, Jim Fergus nous plonge au coeur des tribus indiennes, leur organisation complexe, leurs rites, leurs coutumes, la chasse et le respect du gibier :
« Avant de lui planter mon couteau dans le coeur, je lui ai demandé pardon, l'ai remercié pour son sacrifice, comme le font les Cheyennes en prenant la vie d'un animal »
La vie quotidienne de la tribu, le camp que l'on monte et démonte au gré des saisons, les croyances et les superstitions, les danses avec les costumes et les peintures sur le visage, les jeux guerriers avec d'autres tribus. L'activité de voleurs de chevaux et les attaques contre l'armée américaine.
Deux thèmes principaux se dégagent de ce troisième volet, la force des femmes qui portent la survie de leur communauté et à l'opposé la lente disparition du peuple indien et de sa culture, miné par une vie facile et le refuge dans la drogue et l'alcool. Sans compter les terribles statistiques d'aujourd'hui : 10 fois plus d'Indiennes victimes d'homicides que dans la population en général, une Indienne sur trois a subi un viol ou une tentative de viol, 84 % ont souffert de violences physiques, sexuelles ou psychologiques.
Si je me suis à nouveau plongé avec plaisir dans cette aventure, Jim Fergus étant un narrateur hors pair, j'ai parfois eu l'impression que le récit tournait en rond.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
ladesiderienne
  10 mars 2020
Sur un graphique représentant l'enthousiasme ressenti lors de mes lectures, "Mille femmes blanches" a été placé tout en haut, "La Vengeance des Mères" a chuté à un niveau normal et malheureusement "Les Amazones" a à peine décollé. Voilà, c'est dit... mais le dernier opus de cette trilogie a été pour moi, le tome de trop.
Jim Fergus poursuit le récit sur la triste destinée des Indiens d'Amérique depuis 1874 jusqu'à nos jours, d'abord à travers les journaux tenus par May Dodd et Molly Mcgill à la fin du XIXième siècle, journaux qui, transmis de génération en génération, vont finir par arriver dans les mains de leurs descendants actuels.
Ce tome devait donc servir à ancrer le récit dans le présent. J'ai trouvé malheureusement que cette partie n'occupait pas assez de place dans le livre. L'intention était belle et permettait à l'auteur de nous parler de la situation des Indiens aujourd'hui et du peu de cas que leur accorde la nation américaine, mais j'aurais aimé en savoir plus sur le couple de Molly Standing Bear et de Jon Dodd. L'auteur continue sur sa précédente lancée en relatant principalement les aventures de May et Molly qui, si au début étaient passionnantes, ont fini par me lasser. Les différentes lectures ayant été très espacées, je dois avouer que ma mémoire défaillante a eu du mal à s'y retrouver au milieu de toutes ses femmes qui composaient la tribu. Même si l'auteur rend un brillant hommage à leur courage et qu'il s'attarde sur le lien profond qui unit ce peuple au monde des esprits, il n'a pas su apporter la nouveauté nécessaire pour captiver une fois de plus la passionnée de culture indienne que je suis. Cette lecture se solde par un 10/20.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Alexandra_LDVX
  24 septembre 2019
à la fin de ma lecture des "Amazones" je n'ai qu'une envie me replonger dans la trilogie "Mille Femmes" et "La vengeance des Mères" et du coup relire les "Amazones"
et encore plus après avoir rencontré l'auteur grâce à Babelio encore merci la soirée était dans un cadre super sympathique.
j'ai tout aimé dans le dernier volet plus particulièrement la façon dont jim se mettait dans la peau de chaque femme si forte et si brave.
j'ai aimé qu'on parle encore plus des croyances des indiens et de leur rite aussi.
je vous conseille la trilogie, mais aussi la fille sauvage et ca m'a donné envie de continuer à découvrir d'autres ouvrages de l'auteur notamment marie blanche ...
Commenter  J’apprécie          220


critiques presse (1)
Lexpress   27 septembre 2019
Avec Les Amazones, le romancier de l'Ouest américain Jim Fergus met fin en beauté à sa trilogie "indienne" entamée avec Mille femmes blanches.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
santorinsantorin   10 avril 2020
Nous continuons de recueillir des vagabonds plusieurs familles et quelques bandes de jeunes guerriers qui, pour la plupart, s'étaient échappées des agences afin de participer au grand rassemblement de tribus à la Little Bighorn. Après quoi, plutôt que de se transformer en loups pour les soldats bleus, de harceler leur propre peuple, ils ont décidé de profiter un peu plus longtemps de leur liberté, d'une dernière chance de chasser le bison, dont les troupeaux se réduisent à grande vitesse. Ils sont donc les bienvenus parmi nous. Il reste si peu de traces du monde qu'ils ont connu et pour lequel ils ont été préparés au cours de leur brève existence. Un monde dans lequel ont vécu cent générations avant eux. A l'approche de l'hiver, ils rejoindront les agences, où ils auront grand-peine à subsister grâce aux rations de famine que l'Etat leur fournit, amputées de la part volée par les fonctionnaires chargés de leur distribution. Voilà l'autre monde que l'homme blanc leur réserve et qu'ils doivent adopter, car ils voient bien l'ancien se refermer derrière eux. Nous-mêmes avons perdu le nôtre et il semble bien que le suivant nous échappe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
santorinsantorin   10 avril 2020
"Les Grecs de l'époque archaïque avaient entendu parler de peuples des régions des steppes au nord de la mer Noire et d'une société guerrière qui connaissait un remarquable degré d'égalité entre les sexes. Leur nom non grec s'entendant comme "amazone", il a été transformé sous la forme d'un nom d'ethnie épique, Amazones. Le qualificatif descriptif antianeirai a été ajouté pour souligner le trait distinctif le plus remarquable de ce groupe : l'égalité entre les genres. Pour souligner le statut extraordinaire des femmes dans ce peuple particulier, en comparaison avec celui qu'elles avaient dans la culture grecque, cette épithète était au féminin. A la différence des autres groupes ethniques connus des Grecs, dans lesquels les hommes occupaient le premier rang, chez les Amazones, c'étaient les femmes."

Adrienne Mayor. Ibid.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
nadiouchkanadiouchka   20 septembre 2019
🎵 ♫🎵♫🎵
Chant guerrier Pow Wow chez les Cheyennes.

Ce chant de guerre qui monte sur la ville
Comme une prière à la lune qui brille
Rappelle à ceux qui dorment derrière les grilles
Qu'on peut toujours même si c'est pas facile.

Devenir Cheyenne
Combattre quand même
Devenir Cheyenne
Regagner les plaines

Je veux te prendre au feu de mes tortures
Je veux te faire comprendre tout ce que j'endure
Je veux t'apprendre les signes, les peintures
Qui protègent mieux que toutes les armures.

Devenir Cheyenne
Combattre quand même
Devenir Cheyenne
Regagner les plaines

Tu peux aussi quand la vie te malmène
Pousser le cri et devenir Cheyenne.
Oublie les plumes, oublie les mocassins
Pas besoin de costume pour devenir indien.

Devenir Cheyenne
Combattre quand même
Devenir Cheyenne.
Regagner les plaines
Combattre quand même
Et briser ses chaînes
Devenir Cheyenne.
🎵 ♫🎵♫🎵
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ladesiderienneladesiderienne   06 mars 2020
Jadis, bien sûr, les tribus avaient toutes différents noms pour s'appeler elles-mêmes et entre elles - des noms qui ont évolué au fil du temps. Nous autres Cheyennes étions les Tsistsistas, ce qui, dans notre langue, signifie les humains, à distinguer des ours, des bisons, des oiseaux, des poisons, des chevaux, etc. Un nom humble et sans prétention qui sou-entend que nous faisons partie du monde animal, sans pour autant nous estimer meilleurs, ni supérieurs - juste différents.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
nadiouchkanadiouchka   19 septembre 2019
Les Indiens sont des gens discrets et effacés. A ce propos, je n’utiliserai pas dans ces pages le terme d’Amérindiens, relativement récent. Il nous a été attribué par des Blancs bien intentionnés, de manière à faire valoir que nous étions les premiers habitants du continent qu’ils nous ont pris. P.52
Commenter  J’apprécie          202

Videos de Jim Fergus (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jim Fergus
Jim Fergus vous présente "Mille femmes blanches. Volume 3, Les Amazones : les journaux perdus de May Dodd et de Molly McGill, édités et annotés par Molly Standing Bear" aux éditions Le Cherche Midi. Rentrée littéraire automne 2019.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2349492/jim-fergus-mille-femmes-blanches-volume-3-les-amazones-les-journaux-perdus-de-may-dodd-et-de-molly-mcgill-edites-et-annotes-par-molly-standing-bear
Notes de Musique : You Tube Audio Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : indiens d'amériqueVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2076 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..