AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2203088281
Éditeur : Casterman (31/08/2016)

Note moyenne : 4.15/5 (sur 30 notes)
Résumé :
Le portrait d'un conteur mondialement connu.
Dans les contes, quand un paysan trouve une pièce d'or, il change sa vie avec ! Imaginez un peu ce que serait ton aventure à toi ! Ton conte, ta belle histoire : Tu pourrais être si grand ! Eventyr ! Enventyr !
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Under_the_Moon
  11 août 2017
Andersen, tout le monde connaît ou croit connaître. Au moins grâce aux adaptations de Disney de la petite sirène et La reine des neiges.
Cette bande dessinée nous propose de découvrir l'homme étrange, à la fois heureux et malheureux qui se cache derrière ces contes beaux et tristes à la fois. Ce contraste est aussi bien révélé dans la narration que dans l'alternance de couleurs - couleurs froides du Nord et des tourments alternent avec des jaunes et orangés du Andersen passionné et enthousiaste.
Les ombres d'un conteur, ce sous titre est finalement bien choisit car il fait autant écho à la vie d'Andersen qu'aux traits à l'encre et à l'aquarelle assez vaporeux des planches.
Chaque chapitre est présenté sous forme de conte - grâce au titre , notamment - et font écho aux créations de papier qu'Andersen créait.
C'est donc visuellement un très belle ouvrage, et intellectuellement intéressant pour découvrir Andersen, ou redécouvrir un des écrivains qui a bercé l'imaginaire de notre enfance - car oui, je fais partie de ceux qui ont grandi avec Perrault, Grimm, Andersen, la Comtesse de Ségur, etc.
Ce que je trouve dommage, c'est que les pages documentaires en fin d'ouvrage se contentent d'expliciter ce qu'on avait déjà compris dans la bande dessinée. Et l'auteur n'a pas réellement explicité les inspirations de contes folkloriques et traditions orales qui ont inspiré l'écrivain danois. Mais ce dernier bémol peur vite s'oublier, car il est difficile de tout mettre dans un nombre de planches limité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
afleurdemots
  02 octobre 2016
Gravé dans l'imaginaire collectif, le nom d'Andersen est associé à de nombreux contes de fées qui bercèrent notre enfance.et celle de plusieurs générations. le vilain petit canard, le soldat de plomb, la petite fille aux allumettes, la reine des neiges, la petite sirène, … derrière toutes ces histoires passées à la postérité du patrimoine littéraire, se cache en réalité un artiste complet, à la fois chanteur, danseur, poète, romancier et novelliste.
C'est à la rencontre de cet auteur d'origine danoise que nous convie Nathalie Ferlut à travers un album mâtiné de poésie qui retrace le fil d'une existence peuplée de voyages, de rencontres, mais aussi de blessures et de désillusions. Nous dévoilant les parts d'ombres et de lumière d'un artiste à la personnalité atypique et fantasque, elle nous livre à travers ce portrait les clés de compréhension de l'oeuvre de ce merveilleux conteur d'histoires.
De la misère des campagnes danoises à la bourgeoisie de Copenhague, le destin exceptionnel d'Andersen est digne de ceux des personnages nés sous sa plume. Parti de rien, il réussit à force de volonté et de travail à s'élever dans la société danoise de l'époque et à s'imposer par son talent.
Porté par ses rêves de succès, son opiniâtreté et une persévérance à toute épreuve, le jeune « poète en bourgeon » parvient à s'attirer la sympathie de personnages influents, parmi lesquels Jonas Collin, conseiller d'Etat. Ce dernier, estimant que l'instruction de l'adolescent laisse à désirer, s'assure alors de parfaire l'éducation de son protégé en lui obtenant une bourse d'études et une place à l'école. Mais là-bas, l'imagination fertile de ce fils de cordonnier se heurte très vite à ce milieu bourgeois et guindé. L'ambiance studieuse et l'esprit rigide font du lieu un environnement hostile à l'épanouissement du jeune homme, étouffant les aspirations artistiques et la fantaisie de cet élève médiocre.
Sa quête de reconnaissance le conduit plus tard à voyager à travers l'Europe où il multipliera les rencontres les plus prestigieuses (Dickens, Balzac…). Si de nombreux individus ne feront que traverser son existence, une rencontre bouleversera néanmoins sa vie : celle d'Edvard Collin, le fils de son protecteur. Ami de toute une vie et frère de coeur, il entretiendra jusqu'à sa mort avec ce dernier une relation ambiguë et tumultueuse. A la fois son premier lecteur, son correcteur et son avocat, Collin devient bientôt l'objet d'un amour platonique et non réciproque pour le poète. Leurs querelles récurrentes ainsi que la mise en parallèle des destins des deux hommes offre par ailleurs un contraste révélateur de la fracture entre élan artistique et milieu conservateur dans la société de l'époque.
Entre moments heureux et abysses de solitude, Nathalie Ferlut retrace le destin de cet idéaliste à l'acharnement peu commun, déterminé à forcer le destin pour devenir célèbre. Loin de se contenter d'un simple récit factuel, l'illustratrice sonde les tréfonds de l'âme de son sujet, explore ses failles et ses zones d'ombre afin de nous livrer une étude de caractère complète, à la fois maîtrisée et magistralement menée.
Derrière ce personnage fantasque et excentrique se dessine progressivement le portrait en creux d'un éternel enfant, sorte de Peter Pan, qui semble éprouver les plus vives difficultés à s'adapter au monde réel et à trouver sa place dans une société où il refuse de grandir. Susceptible, capricieux, égocentrique, peureux, maladroit… le parcours de vie d'Andersen fait apparaître un individu tour à tour attachant et insupportable, amoureux de la vie et en soif de reconnaissance qui garda toute sa vie son âme d'enfant.
Véritable invitation aussi bien dans l'imaginaire que dans la vie d'Andersen, l'album de Nathalie Ferlut est également une vraie prouesse artistique. Afin de retracer la vie du célèbre conteur, l'ouvrage épouse en effet la mise en forme d'un recueil de contes et convoque les personnages nés sous la plume d'Andersen. Grâce à un procédé ingénieux, la dessinatrice propose en effet aux lecteurs une mise en abyme sensible et poétique de l'oeuvre d'Andersen, s'appuyant pour sa narration sur les personnages emblématiques des contes de l'auteur. En filigrane des évènements, le lecteur voit ainsi se succéder plusieurs de ses protagonistes les plus célèbres, parmi lesquels le petit soldat de plomb, la bergère et le ramoneur ou encore la petite poucette. Leur apparition ne se cantonne pas au simple rôle de caméo. Outre le rôle actif qu'ils occupent dans la narration, ils incarnent surtout la petite conscience d'Andersen, témoins de ses dilemmes intérieurs et des doutes qui le rongent. Une construction habile qui permet à la dessinatrice d'appuyer son propos et d'étayer sa démonstration. Car au-delà du simple effet de style, ce procédé astucieux montre surtout de quelle façon ce grand conteur d'histoires puisa son inspiration à même sa vie ; ses histoires et ses personnages se nourrissant autant de son imaginaire que de son vécu. de fait, ses récits se révèlent être autant l'expression de son imagination que celle de ses peurs les plus intimes et les plus profondes. Pour Andersen, l'écriture est une entreprise aussi vitale que cathartique ; le moyen d'exorciser les fantômes qui le hantent et d'apprivoiser ses démons en couchant sur le papier les personnages qui peuplent son imaginaire.
Le dessin vaporeux et le trait mouvant de Nathalie Ferlut combinés à des teintes chatoyantes s'allient à merveille pour créer une atmosphère onirique et envoûtante à souhait, où se confondent en permanence réalité et imaginaire. Son trait dynamique et expressif restitue avec brio l'esprit bouillonnant et torturé de son sujet, donnant au récit une impression de mouvement permanent. Tantôt relâché ou précis, figuratif ou abstrait, Nathalie Ferlut nuance son style au gré des évènements évoqués, éveillant avec justesse un florilège d'émotions chez le lecteur.
Avec Les ombres d'Andersen, Nathalie Ferlut revisite la vie du conteur par le biais de ses créations et de ses personnages, signant une oeuvre singulière, créative et envoûtante. Destiné avant tout aux grands enfants, ce biopic graphique trouve le juste équilibre entre narration et émotions, aboutissant à un portrait délicat et tout en finesse d'un homme-enfant au destin exceptionnel. Nul doute qu'une fois cet album refermé, les contes d'Andersen résonneront avec une acuité nouvelle aux oreilles du lecteur…
Lien : https://lectriceafleurdemots..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
MllePeregrine
  21 avril 2017
Excellente BD retraçant la vie de Hans Christian Andersen. de sa naissance à sa mort, la BD, très complète, dépeint très bien les difficultés rencontrées par ce génie de la littérature à s'intégrer totalement dans la société. Exigeant en amitié et éternel célibataire, Andersen était névrosé, craintif, et psychologiquement fragile.
Son personnage est présent en filigrane dans chacun de ses contes et de ses romans (moins connus). Comprendre Andersen, c'est lire différemment ses oeuvres!
Les dessins de l'ouvrage de Nathalie Ferlut, réalisés par elle-même mais aussi par Thierry Leprévost sont beaux et assez poétiques.
Un très bel ouvrage, très riche.
Commenter  J’apprécie          130
yannquignon
  02 novembre 2017
Poucette, le vilain petit canard, La petite sirène, La petite fille aux allumettes... D'Hans Christian Andersen, on retient surtout ses contes. Mais que sait-on vraiment de l'homme, de l'écrivain ? Sous-titrée "les ombres d'un conteur", cette bande dessinée, narrée par le Petit soldat de plomb, s'intéresse aux affres de la vie de ce danois du XIXe siècle. Et des ombres sur sa vie, il y en eut plusieurs, à commencer par son oeuvre littéraire elle-même : il fut à la fois romancier, poète, dramaturge mais on ne retint de lui que ses contes qui lui amenèrent la célébrité. Ces mêmes contes qui recèlent en chacun d'eux des éléments de sa vie d'homme : attiré par les garçons, il refoula toute sa vie sa sexualité en voyageant à travers l'Europe et le Mahgreb. Resté enfant (dans sa tête) très longtemps, Andersen se réfugia toute sa vie dans l'écriture et l'imagination, vivant presque en marge de la bonne société danoise. Tour de force narratif donc pour cet album, mais également intensité graphique. Nathalie Ferlut qui nous avait déjà offert le magnifique "Eve sur la balançoire" s'est irrémédiablement plongée dans l'univers d'Andersen. Ces cases regorgent de détails, de personnages issus des contes, de papiers découpés qu'affectionnait tant Andersen. Chaque page est un cadeau pour les yeux, chaque case un tableau miniature que l'on pourrait passer des heures à contempler. Tantôt réaliste, tantôt onirique, cette bande dessinée écrite sous la forme d'un conte rend hommage à l'un des plus grands écrivains du XIXe siècle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
moutoncurieux
  15 mars 2018
Tout comme les contes de l'auteur dont il est question, la lecture de cet ouvrage est un enchantement. Dès la couverture, les volutes de couleur et l'air bonhomme du personnage vous emportent dans un univers doux, protecteur et magique.
Nathalie Ferlut a choisi de nous faire le récit imagé, imaginaire, fantasmé de la vie de Christian Andersen : de son enfance Danoise pauvre mais chaleureuse jusqu'à l'aube de sa longue vie, au cours de laquelle il rencontrera tant de personnages sans jamais trouver auprès d'eux ce qu'il cherche tant. Tout au long de ce récit, l'écrivain fantasque est accompagné d'une petite fée et du fameux soldat de plomb. Comme lui, c'est un solitaire qui voyage énormément. La chance, le hasard et une incroyable persévérance vont lui permettre de parvenir à son rêve : Ecrire. Même si sa vie est remplie d'amis et d'amour, on perçoit la solitude d'Andersen. Homosexuel à un siècle encore intolérant ; il se cherche et se fuit craignant de sombrer dans la folie.
Le ton reste léger et optimiste, avec notamment de somptueux passage sur les fêtes de Noël, rendues féeriques par l'imagination, l'amour et la maitrise de l'art des papiers découpés d'Andersen. Les remarques espiègles des animaux et des objets qui peuplent le quotidien d'Hans et guident son existence augmentent cette impression de douce insouciance. Toutefois on sent peser une mélancolie qui perdure jusqu'à la fin de l'ouvrage. le poète reste au milieu de la foule, seul avec ses fantaisies.
Le format de l'album donne toute sa dimension onirique au récit. En effet, ce sont les graphismes qui m'avaient frappée en premier dans cette Bande dessinée. A simplement feuilleter les pages, on a envie de se plonger dans cette ambiance foisonnante et éclectique. Nathalie Ferlut fait référence aux influences nordiques de nombreux contes d'Andersen, à travers de multiples illustrations aux motifs scandinaves. le trait et la palette de couleur varient suivant la gravité de l'épisode raconté : un flou léger et pastel pour les scènes au jardin ou sur le lac auprès de son grand amour inavoué, ou bien des lignes pleines d'arabesques et des couleurs chaudes pour les tourments et peurs existentielles.
Cette Bande dessinée permet de découvrir l'existence méconnue de cet écrivain dont tout le monde connait les contes. Ce récit prenant nous invite à les relire pour y chercher l'homme qui se cache derrière ses personnages.
Lien : http://www.mouton-curieux.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (6)
BoDoi   29 septembre 2016
Les grands thèmes qui ont marqué son existence se retrouvent abordés avec un tel recul que l’on referme cet album en ayant le sentiment d’avoir fait une magnifique rencontre.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Telerama   16 septembre 2016
A l'évidence, l'intention n'est pas de coller au personnage, d'en reconstituer une copie certifiée conforme, mais d'en saisir l'essence et d'en souligner les mystères.
Lire la critique sur le site : Telerama
BDGest   12 septembre 2016
Une belle lecture qui plonge le lecteur dans l’univers de cet auteur à la vie finalement mal connue mais que l’on peut deviner à travers ses écrits.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   06 septembre 2016
Un très bel album servi par un graphisme absolument somptueux et vibrant d'une vie incroyable. Je vous recommande très sérieusement cette lecture qui devrait vous marquer, indéniablement !
Lire la critique sur le site : Sceneario
ActuaBD   06 septembre 2016
Andersen, les ombres d’un conteur, est un album emprunt de sensibilité et de poésie, qui nous permet de voir sous un jour nouveau cet artiste à la fois étrange et attachant.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BDGest   02 septembre 2016
Une belle lecture qui plonge le lecteur dans l’univers de cet auteur à la vie finalement mal connue mais que l’on peut deviner à travers ses écrits.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Under_the_MoonUnder_the_Moon   09 août 2017
Ecrire comme on tombe amoureux de quelqu'un qui vous attendait depuis toujours et que vous ne pourrez qu'aimer jusqu'à votre dernier souffle!
Commenter  J’apprécie          101
Under_the_MoonUnder_the_Moon   10 août 2017
J'ai vécu en enfant toute ma vie! Qu'ai-je besoin de changer, de chercher les choses que je ne veux pas connaître ?
Je ne veux pas savoir, je veux croire, moi ! Rêver... Rester un enfant, ça ne dois pas être si difficile, hein ?
Commenter  J’apprécie          30
Under_the_MoonUnder_the_Moon   10 août 2017
Et le temps se remit à passer avec indifférence. Car c'est bien là ce qu'il sait faire de mieux !
Commenter  J’apprécie          50
autres livres classés : conteursVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
770 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre