AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749918200
Éditeur : Michel Lafon (25/10/2012)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 115 notes)
Résumé :
Entrez au Royaume des Ombres et choisissez votre rêve...
Le jour de ses onze ans, Malo tombe dans la Seine. Aspiré dans un toboggan, quand il ouvre les yeux, il découvre un monde en noir et blanc, éclairé par une lune en diamants. Il vient de pénétrer au Royaume des Ombres, un lieu magique où les habitants sont aussi étranges que fascinants: Arthur, l arbre qui ne cesse d éternuer; Mercator, le chat si bavard vieux de 213 ans; Lili, la petite marchande de rêv... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (63) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  05 avril 2013
Bienvenue dans le Royaume des Ombres... Malo, petit garçon de huit ans, n'est pas très heureux dans la vie. Un peu solitaire, ses parents ne s'occupant pas trop de lui, il est très déçu le jour de son anniversaire lorsqu'il apprend que sa maman a organisé une petite fête avec ses amis (qu'il n'a pas vraiment) dans une auberge de la vieille ville, dite des Trois Brigands. Dans le taxi le menant vers ce lieu, il a un accident de voiture et se retrouve dans le Seine. Miraculeusement, il découvre au fond de celle-ci un hublot qui lui permet de dévaler ensuite un toboggan interminable... pour atterrir au Royaume des Ombres, pays bien étrange où la couleur n'existe pas. Il fera connaissance avec Arthur, un arbre de 213 ans qui s'enrhume, Merchator, le chat tenancier de l'auberge des Trois Brigands et surtout la jolie Lili, la petite marchande de rêves... Mais voilà que Dom Perlet, un alchimiste, lui jette un sort et Malo n'a d'autres choix que de trouver suffisamment d'argent pour pouvoir briser ce maléfice et retourner chez lui...
D'abord attirée par cette splendide couverture qui m'a littéralement subjuguée, je me suis lancée dans cette lecture même si je n'ai plus l'âge du lectorat concerné ! Et ce fut une très agréable surprise de suivre les aventures de Malo et Lili dans ce Royaume. Entre les arbres qui s'enrhument, les chats qui pêchent ou qui fument, les rêves que l'on chasse dans les cimetières et que l'on renferme dans des boîtes, un magicien au langage étrange, un clochard céleste qui prend des bains de lune...notre imagination est en ébullition.
Maxence Fermine nous livre un merveilleux conte fantastique et féérique. On est plongé dans un monde complètement décalé et onirique. Agrémenté de quelques dessins de toute beauté, ce roman pour la jeunesse ravira les adultes qui ont gardé un peu de leur âme d'enfant.
La petite marchande de rêves... Satisfait ou remboursé !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          442
missmolko1
  22 mars 2013
Maxence Fermine est un auteur que j'adore et avec ses romans je suis toujours certaine de passer un bon moment. Il utilise les mots à merveille de manière à faire voyager ses lecteurs. Avec "La petite marchande de rêves", il nous emmène dans un lieu magique et imaginaire : le royaume des ombres. Un lieu où les arbres s'enrhument en automne après avoir perdu leur feuillage, où les chats parlent, où les boussoles ont deux aiguilles (une pour indiquer le nord et l'autre pour indiquer la direction où l'on veut se rendre) et où les rêves qui rendent heureux s'achètent en boites. Je suis d'habitude peu réceptive à ce genre d'univers mais pourtant j'ai adoré pouvoir m'évader de la grisaille déprimante qui teinté le ciel de Cork hier.
Malo est un personnage qui m'a de suite fait craquer, ce petit bonhomme de onze ans, déjà très mature pour son âge (sans doute car ses parents sont peu présents et qu'il doit souvent se débrouiller seul) est vraiment attendrissant. On sent qu'il est dans un âge un peu complexe, c'est bientôt l'entrée dans l'adolescence et il est déjà très débrouillard et indépendant mais en même temps il a encore énormément besoin de la tendresse de ses parents (notamment de sa mère) qui malheureusement ne lui en donne pas suffisamment.
Les illustrations ont été réalisé par diverses personnes ayant gagnés un concours et je trouve que ça donne un certaine charme au roman. C'est original et surtout non uniforme car chacun a son propre style pour dessiner. C'est aussi intéressant de voir avec juste le texte comme les dessinateur imagine la scène.
Enfin comme tout conte il y a forcément un message à comprendre, une morale comme on appelle ça. Ici il y a plusieurs petits message glissé dans le texte qui font bien réfléchir notamment ce sans abri qui se dit plus riche que quiconque en prenant le temps d'observer les étoiles, où l'arbre qui parle et dit que les humains ne savent pas écouter. On vit dans un monde où tout le monde est stressé, pressé et en refermant ce livre on se rend compte qu'on passe à coté de beaucoup de chose.
Le bilan de ce livre est on ne peut plus positif, c'est un régal et qui à dit que c'était que pour les enfants?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Melvane
  17 février 2013
Difficile de passer à côté d'une telle couverture. Intrigante et à la fois magnifique, je n'ai pas résisté une seule seconde avant de l'emmener chez moi. C'est d'ailleurs avec hâte que j'ai ouvert le livre et que j'ai commencé à la lire ... Et figurez-vous, que j'ai eu une étrange relation avec cette histoire.
A la lecture des premières lignes, nous entrons dans un monde où un petit garçon nommé Malo est incompris par les adultes. Mais pourquoi donc passe-t-il autant de temps, la tête dans les nuages ? Il n'arrivera à rien dans la vie ce bonhomme ! * Ironie bonjour * Et Les parents, qui sont des personnes fort prises par leur travail, n'ont pas l'air de s'en soucier une seule seconde.
D'ailleurs, Malo fête ses 11 ans et sa maman décide de lui préparer une fête d'anniversaire dans une Auberge mais pas n'importe laquelle, celle des trois brigands.
La relation entre parents-enfants est dure car au moment où il doit s'y rendre, sa chère maman le met dans un taxi et lui dit : « Amuse-toi bien », le laissant en plan, face à l'inconnu qui l'attend. J'ai été ... choquée. Peut-être que je me choque pour un rien, que certains trouveraient cela normal mais d'entrée, cela m'a glacé.
Durant le trajet, Malo dans le Taxi, un événement se produit, un événement qui va changer sa vie ... le taxi va être percuter par un bus et il sera propulsé dans la Seine. Violent, faut le dire. Sortant de l'habitacle de la voiture – toujours dans l'eau- une bulle d'eau vient l'aider à respirer et l'emmène vers une trappe lumineuse et c'est là, que l'histoire de Malo au Royaume des Ombres commence. Un monde en noir et blanc recouvert de neige chaude.
Il rencontre un arbre enrhumé qui parle, un chat fumant le cigare, des enfants de son âge bloqués dans ce royaume. Il fait même la « connaissance » des trois brigands de l'auberge, deux magiciens, un clown blanc et j'en passe mais ... Il manquait ce petit quelque chose pour que l'histoire prenne réellement une allure « magique » comme je l'attendais. J'ai refermé le livre et j'étais encore plus « choquée » qu'aux premières pages. Les parents dans ce livre, sont de véritables crétins ! Voilà où en est ma conclusion, même si le petit Malo en ressort plus rêveur et plus confiant face à la vie.
Ce livre refermé, ma fille me voit songeuse et me demande « Pourquoi ? ». Je commence donc à lui expliquer l'histoire et en voyant ses yeux ronds comme des billes, prête à dévorer l'histoire que je m'apprête à lui expliquer, j'ai pris plaisir à conter cette histoire qui ne m'a fait ni chaud, ni froid. Peut-être avais-je envie de lui prouver que je n'étais pas comme ces « crétins » et j'étais contente de lui rappeler que j'étais une maman, dotée encore d'une âme d'enfant et qui par tout les moyens, essayera de la comprendre.
Donc oui, ce livre n'eut été beau qu'au moment où je l'ai raconté – avec mimes et voix de personnages – à ma fille. Et rien que pour ça, il est devenu « coup de coeur » .... Et toutes les deux avons eu notre coup de coeur pour le personnage, le Contemplatif qui nous a bien fait rire et à la fois envoûté :
_ Hé ! mes jeunes amis, pas si vite. Je suis occupé !
_ A quoi donc ? S'étonna Malo.
_ Cela ne se voit donc pas ? Je prends un bain de lune.
_ D'ordinaire, on prend un bain de soleil.
_ Peut-être, mais j'ai l'habitude de faire le contraire de ce que font les gens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
Myiuki
  19 janvier 2013
Une fois n'est pas coutume, j'ai décidé de lire ce livre uniquement pour sa couverture, magnifique, qui m'a fait craquer au premier regard. le titre y a ajouté une petite dose de magie qui a finit de me convaincre. Ce livre, je l'ai dévoré, il est court, ça aide ! Pourtant, j'en ressors comme ... déçue, il m'a manqué la petite étincelle qui m'aurait donné envie de m'y accrocher plus que ça. Peut-être suis-je trop vieille pour ce genre d'histoires ? Essayons de comprendre ce qui s'est passé ...
Tout d'abord, je dois dire que j'ai bien aimé l'univers créé par l'auteur. Notre jeune héros, Malo, se retrouve à la suite d'un accident de voiture projeté dans un autre monde, le Royaume des Ombres. Un monde en noir et blanc où seuls sont en couleur les personnes qui se nourrissent de rêves et échappent aux griffes des spectres. J'ai trouvé que l'ensemble était original avec ces arbres et ces chats qui parlent, ces magiciens et alchimistes qui entrent dans la partie et apporte une petite touche de magie à l'ensemble, ces personnages à la fois grandiloquents et attachants, vraiment, le tout est très bien rendu, on s'y croirait presque ! Malo devient une ombre, de passage, dans ce monde qu'il traverse comme un miroir de sa propre ville, Paris, presque comme s'il était dans un monde parallèle en attendant de rentrer chez lui. Seules les ombres et les spectres, qui restent bloqués au Royaume des Ombres, ont droit de cité en ces lieux. Cela pourrait limiter notre imaginaire mais en fait pas du tout. On comprend vite le parallèle entre les gens dans le coma (les ombres) et les morts (les spectres). C'est une manière attendrissante et non traumatisante d'évoquer cet état au travers des yeux d'un enfant, c'est fait tout en douceur. Et l'on visite cet univers qui n'est pas vraiment un rêve mais plus un entre-deux avec cette petite touche de joie et d'appréhension commune à toute découverte, on se laisse porter par les pas de Malo dans ce monde mystérieux et intriguant où nombre de choses vont nous surprendre, nous faire sourire, nous faire rire aussi parfois. le Royaume des Ombres malgré son nom un peu triste, un peu sombre, a beaucoup à offrir à qui sait le contempler de la bonne manière, des arbres et des chats qui parlent et deviennent philosophes, des enfants un peu particuliers, des légendes effrayantes (pas rassurants pour un sou ces trois brigands), c'est un univers qui pourrait être enchanteur si l'on ne connaissait pas le côté éphémère du passage de Malo en son sein, car, tout au long du livre il cherche un moyen de s'en échapper ... Malo a vite compris qu'il devait rentrer chez lui, c'est cette quête que nous allons suivre dans l'oeuvre.
Après quelques heures au Royaume des Ombres, Malo fait une rencontre malheureuse et se voit jeté un sort. S'il ne le lève pas, il restera prisonnier pour toujours de cet endroit. Ni une ni deux, il part donc en quête de ce qui lui permettra de rembourser sa dette et de s'évader afin de rejoindre le monde réel. Pour cela, il va devoir attraper les rêves et les cauchemars des habitants du cimetière, aidé par la petite marchande de rêves, Lily, et rencontrer de nombreux personnages afin d'achever sa mission. On va le suivre durant cette nuit d'aventures avec intérêt. Même si le tout m'a semblé très lent, très ... mou, il se passe mine de rien quelque chose en permanence. On va d'un nouveau personnage à un autre, avançant dans une direction puis dans l'autre, bref, rien n'est statique avec ce livre qui nous pousse à toujours avancer vers notre but. L'ensemble prend des allures de conte philosophique, de leçon de vie, clairement. D'ailleurs, le personnage du clochard céleste à la fin en est le parfait exemple. Et justement, d'un côté j'ai trouvé ça très bien, cette pensée philosophique amenée par le texte qui nous amène à réfléchir notamment sur le sens de l'existence, mais, j'ai eu le sentiment qu'elle dénotait avec le public visé par l'ouvrage, comme si c'était trop adulte dans les propos alors que l'histoire en elle-même est trop enfantine. Ce décalage m'a perturbée et ne m'a pas permis de réellement me plonger sans réserves dans ce joli conte. Voilà, c'est mignon, mais ça n'a rien de passionnant ou de vraiment attrayant. Enfin, de mon point de vue d'adulte, après, pour les plus jeunes, ça doit sembler magique ! Maintenant, les éléments classiques du conte sont bien là, on a les gentils, les méchants, la malédiction, le remède, les aides, les obstacles, non, vraiment, tout y est. Alors, pourquoi est-ce qu'il m'a semblé manqué quelque chose ? C'est un conte sur les rêves et la réalité, sur la vie et la mort, c'est un thème profond, qui doit amener à ressentir beaucoup de sentiments, d'émotions, ici, j'ai eu l'impression que tout était ... à plat. Je n'ai rien ressenti, j'ai parcouru ce livre rapidement sans pour autant réussir à m'y impliquer, un peu comme si, tout du long, j'avais flotté en dehors du récit sans jamais réussir à l'atteindre. C'est dommage car ce livre a du potentiel.
Cette petite histoire est jouée par des personnages qui pimentent un peu l'ensemble. Bon, pas le personnage principal, Malo, que j'ai trouvé, là encore, trop plat, trop inconsistant, même si on essaie de nous le rendre attachant avec ces déboires. Pour un protagoniste dont le rôle est le centre du récit, je l'ai perçu comme très transparent, comme si je ne pouvais m'y raccrocher, il était trop lisse, je glissai sur son absence de caractère. Je ne sais pas, j'aurais voulu qu'il soit plus intrépide, peut-être moins attentiste, allez savoir ! En tout cas, j'ai regretté de ne pas pouvoir m'y attacher. Ensuite, vient Lily, la petite marchande de rêves. On sent que ce personnage-là est plus complexe, qu'il a une véritable histoire, c'est elle qui pousse Malo à mener sa quête, qui le guide, lui révèle les secrets du Royaume des Ombres aussi quelque part. Elle m'a paru plus forte, plus courageuse que Malo. Malgré tout, elle n'est pas usité à ses pleines capacités dans le texte, ça se sent également, comme si elle était l'esquisse de quelque chose de beaucoup plus grand, de beaucoup plus fort. Les autres personnages, plus "magiques" apportent une touche complémentaire au texte, ils permettent de situer la morale de l'histoire, de la rendre un peu plus vivante par leurs réparties. J'ai beaucoup aimé le chat, Merchator, vieux matou qui tient l'auberge des Trois Brigands, Arthur, le chêne tricentenaire qui s'ennuie de sa solitude, sans parler du clochard céleste. Malgré tout, je les ai tous considéré comme leurs propres ombres. Alors oui, ils font avancer l'intrigue, ils ont un intérêt non négligeable dans le récit, oui, c'est évident, mais, ils restent trop ... en retrait. On a beau les voir intervenir partout dans le texte, on les sent pâlots. C'est ce que je retiens de cette galerie de portraits, qu'il y a un bon fond mais que la forme laisse à désirer. Par exemple, je me suis ennuyée souvent au cours des dialogues que j'ai trouvé creux la plupart du temps, je n'ai pas pris plaisir à suivre les interactions des différents personnages, il manquait une petite pointe de folie ou d'humour pour mettre du relief là-dedans, pour booster l'ensemble afin que je n'ai pas envie de le lâcher.
Et c'est sans doute ce que je reproche à ce roman, le fait qu'il soit trop enfantin à mon goût. Pourtant, j'aime les livres jeunesse, j'en lis beaucoup et je pense avoir conservé ma capacité à m'émerveiller de ces contes et de ces histoires qui nous plongent dans un imaginaire tout doux pour comprendre la dure réalité du monde qui nous entoure, vraiment. Néanmoins, ici, je suis passée à côté. Aussi, il faut dire que j'ai eu du mal avec la contradiction du style de l'auteur. C'est un texte très enfantin, simple, voire simpliste par moments, pourtant, à certains endroits du texte, on se retrouve d'un coup avec un mot ou un bout de phrase tiré du langage "adulte", trop complexe pour qu'un jeune lecteur le comprenne. J'ai trouvé ça dommage, comme si on devait grandir trop vite en lisant ce livre pour le comprendre totalement. C'est écrit sous forme d'un conte pour les plus jeunes, et de ce point de vue, rien à dire, alors pourquoi vouloir s'en servir pour en sortir une morale tournée de façon trop adulte ? Est-ce qu'un enfant serait vraiment susceptible de comprendre toute la portée sous-entendue des propos du clochard céleste notamment ? Je ne sais pas. Je me dis que si je le fais lire à ma nièce demain, elle ne va rien capter. Voilà pourquoi je m'interroge. Tenons-nous-en à une ligne de conduite, pas à plusieurs, sinon, on mélange les voix et ça n'a plus de sens. Maintenant, je me dis que ce côté enfantin imprimé au texte était sans doute voulu, peut-être une façon de mettre en avant l'innocence de l'enfant ... Oui, l'enfance est au coeur de ce texte et elle est bien représentée, se faire des amis, surmonter ensemble les épreuves difficiles que la vie nous envoie, ce livre nous parle d'espoir, d'une issue de secours, il nous parle de la vie. Donc, oui, tout cela devrait nous toucher, nous faire réfléchir ... hum, pour le côté réflexion, ok, ça a fonctionné pour moi, mais, pour l'émotion, je suis restée de marbre. Un livre comme celui-ci, je m'attendais à ce qu'il soit plus poignant, plus sensible, il m'a manqué les larmes, l'angoisse, etc., je suis restée spectatrice sans réussir à rentrer dans l'histoire et ça m'attriste parce que j'en avais vraiment envie ! Pourtant, on m'a fait l'éloge de cet auteur, de sa plume, de son style, il faudra peut-être que je réessaie avec "Neige" pour voir. En tout cas, pour l'instant, je reste sur ma faim niveau sensations.
Pour conclure, voilà un conte tout mignon pour les plus jeunes qui saura vous emporter dans un endroit pas comme les autres et vous faire croire, le temps d'une nuit, que vous êtes en dehors de la réalité. Un récit qui nous parle de la vie et de la mort avec tendresse et une pointe de magie. Même si moi je n'ai pas été convaincue à 100%, n'hésitez pas à lui donner sa chance.
Lien : http://coeurdelibraire.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
c.brijs
  01 novembre 2012
"Quelle idée de naitre un 2 novembre ! Pile le jour où on fête les disparus !" se dit Malo, le jour de ses onze ans. Et il ne croit pas si bien dire. le taxi qui l'emmène à l'auberge des Trois Brigands a un accident et tombe dans la Seine. Malo disparait... et se retrouve au Royaume des Ombres ! Lui qui était persuadé qu'un anniversaire organisé par une agence de loisirs ne laissait aucune place à la fantaisie, le voilà servi !

Voilà plus de deux jours que je planche sur ce billet, que je tourne et retourne les mots dans ma tête sans oser les mettre par écrit... Bon sang, qu'il est difficile de critiquer un auteur qu'on adore par ailleurs ! J'avais placé énormément d'espoir en ce titre et, au final, malheureusement, je suis quelque peu déçue ou, plutôt, je reste sur ma faim...
Pourtant, cela démarrait plutôt bien. Dans sa dédicace, l'auteur explique que ce titre lui a été inspiré d'un rêve relaté par sa fille. Cette démarche était à la fois originale et émouvante et j'avais hâte de retrouver la plume colorée de Maxence Fermine, celle qui m'a enchantée dans des titres comme Neige, L'Apiculteur, Opium, Noces de sel, le tombeau d'étoiles, etc.
Mais cela n'a pas été entièrement le cas. Et pour cause, l'univers dans lequel est projeté Malo est un décor de conte en noir et blanc. L'auteur ne peut donc y faire autant étalage de son génie en matière de descriptions! Heureusement, toutefois, dans ce monde de brume où se cotoient des ombres de passage et des spectres, Lili, la petite marchande de rêves, magistralement illustrée en 1ère de couverture, rompt agréablement cette monotonie de couleurs.
Côté intrigue, j'ai trouvé une certaine filiation avec Alice au Pays des Merveilles et le Petit Prince, ce qui m'a bien plu. le héros a un don rare: il est capable de rêver ! Ce qui n'est plus le cas de ses parents qui ont oublié depuis longtemps le pouvoir de l'imaginaire. Dans ce rêve fantasmagorique, Malo va de rencontre en rencontre: des arbres qui parlent, un chat fumeur, un peintre qui porte un nom prédestiné, Otto Portret, etc. de cette galerie de personnages, plus improbables les uns que les autres, j'en retiendrais trois qui m'ont davantage charmée. Il y a tout d'abord Arthur, le chêne tricentenaire, enrhumé et plein de sagesse; ensuite, il y a le magicien Septimus et son langage incompréhensible et, enfin, Barnabé, le clochard céleste qui se révèle plein de ressource ! Mais, de manière générale, ces échanges m'ont semblé trop courts et j'aurais aimé en avoir plus, histoire d'avoir l'occasion de m'attacher davantage aux personnages...

"Ce qui compte, c'est ce que tu vas y apprendre et que tu pourras utiliser plus tard dans la vraie vie."
Voilà une quête initiatique plutôt emballante me direz-vous. Et je suis bien d'accord. Pourtant, deux points me chiffonnent. Premièrement, pour sortir du Royaume des Ombres et ne pas être transformé en spectre, Malo doit récolter 12 brouzons (ou argent local). Même si cette contrainte amène le héros à se pencher sur ce qui fait la vraie richesse des êtres, cette référence constante à l'argent m'a un peu perturbée. Deuxièment, cette quête, motivée au départ par un manque affectif du héros, n'a pas totalement le dénouement escompté. Au début de l'histoire, Malo s'ennuie quelque peu dans sa vie et ses parents se préoccupent avant tout de leur personne. On aurait pu croire que cette aventure allait améliorer les choses mais ce n'est pas vraiment le cas !
Dernier point: les illustrations. Pour info, celles-ci sont issues d'un concours mis sur pied par les éditions Michel Lafon. Les illlustrateurs avaient pour tâche d'envoyer un dessin en noir et blanc en se basant uniquement sur le résumé fourni par l'éditeur. le résultat : des illustrations toutes plus belles les unes que les autres même si l'ensemble peut paraitre un peu hétéroclite et qu'une petite touche de couleur, par-ci, par-là, aurait été agréable.
En conclusion, une petite déception, certes mais qui ne m'empêchera pas de lire et relire du Maxence Fermine !
Maintenant, à vous de vous faire votre propre opinion !
Lien : http://lacoupeetleslevres.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

critiques presse (2)
HistoiresSansFin   19 février 2013
Son langage est amusant et fait de lui un être fort sympathique ! On passe un bien agréable moment avec cette galerie de personnages. Le joli conte de Maxence Fermine est attendrissant et plaira certainement à un large public.
Lire la critique sur le site : HistoiresSansFin
HistoiresSansFin   16 janvier 2013
On passe un bien agréable moment avec cette galerie de personnages. Le joli conte de Maxence Fermine est attendrissant et plaira certainement à un large public.
Lire la critique sur le site : HistoiresSansFin
Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
c.brijsc.brijs   01 novembre 2012
- Les gens ne savent pas ce que c'est le bonheur. Ils veulent un emploi, une belle voiture, une grande maison et pourtant ils ne sont pas heureux lorsqu'ils l'obtiennent. Alors que la rencontre avec un être cher, ou la naissance d'une étoile ont bien plus d'importance que tout l'argent et toute la considération que leurs sacrifices leur apporteront. Moi, je suis plus riche qu'un milliardaire. Pourtant aucune étoile ne m'appartient puisqu'elles sont à tout le monde. Aussi n'ai-je pas à les compter. J'ai juste à les contempler et à les aimer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
AmbagesAmbages   28 septembre 2015
La petite marchande le mitrailla de son regard d'or, puis lança cette formule qui résonna aux oreilles de l'enfant comme la détonation d'un canon :
- Si tu veux devenir mon ami, tu dois d'abord quitter tes habits de tristesse...
(...)
Comme Malo restait muet d'étonnement, la petite marchande reprit en désignant l'étal devant elle :
- Bon, j'ai du travail. Je ne peux pas passer mon temps à paresser et à me plaindre.
Malo recula d'un pas, prêt à partir sans en savoir davantage sur cette étrange fille, mais la curiosité fut plus forte. D'autant qu'elle était l'unique personne présente à des lieues à la ronde. Revenant vers l'étal, il demanda :
- Tu attends quelqu'un ?
- On attend toujours quelqu'un dans la vie, mais il est rare qu'il arrive en temps et en heure, répondit Lili du tac au tac.

p. 112~113
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
MelvaneMelvane   17 février 2013
- Vous êtes sûr que vous n'avez pas besoin de cet argent ?
- Non, d'ailleurs je ne savais comment m'en débarrasser. J'ai déjà tout ce qu'il me faut. Une maison, un métier, des amis. Il ne me manquait plus qu'un rêve ...
Commenter  J’apprécie          270
MelvaneMelvane   16 février 2013
- Tu sais, quand on est adulte, on ne fait pas toujours ce qu'on veut.
- Et quand on est enfant, on a jamais le choix.
Commenter  J’apprécie          466
RhiaRhia   08 janvier 2013
– C’est aujourd’hui mon anniversaire…
– Et alors ? C’est plutôt un heureux événement, non ? dit l’homme d’une voix enjouée.
– Oui, mais mes parents n’ont rien trouvé de mieux à faire que de me laisser seul et de m’envoyer je ne sais où retrouver je ne sais qui...
– Peut-être qu’ils ont trop de travail…
– Oui, sans doute, mais il s’agit de mon anniversaire.
– Tu sais, quand on est adulte, on ne fait pas toujours ce qu’on veut.
– Et quand on est enfant, on n’a jamais le choix…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Maxence Fermine (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maxence Fermine
Neige de Maxence Fermine par la compagnie ecl'adam adapté mis en scène et interprété par marie-joséphine Susini
autres livres classés : rêvesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

La petite marchande de rêves

Qui est l'acteur principal(e)

LILI
MERCATOR
MALO
ARTHUR

7 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : La petite marchande de rêves de Maxence FermineCréer un quiz sur ce livre
. .