AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Neige (166)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
petitbiscuit
02 septembre 2017
V
oilà un tout petit roman (j'ai presque envie d'écrire un conte) qui a enchanté ma journée d'hier !

Au fil des 90 pages, environ, j'ai voyagé dans le Japon du XIXème siècle et rencontré de merveilleux poètes ! Ainsi qu'une très belle histoire d'amour !

Yuko, jeune homme de 17 ans, a deux passions (les haïkus et la neige). Il veut devenir poète et a du talent. Il est têtu, affronte son père qui souhaite le voir suivre d'autres voies. Un jour, l'empereur réclame la présence de Yuko à la cour, mais avant, l'apprenti poète doit apprendre les couleurs (car ses haïkus n'en contiennent aucune). Pour cela, il part suivre l'enseignement de Soseki.

C'est vraiment un petit chef d'oeuvre. Un joli voyage qui permet d'entrevoir autrement la poésie et même l'art.

Le style de Maxence Fermine sied à cette histoire que je vous conseille de déguster avec un thé (boisson préférée des personnages)
Commenter  J’apprécie          40
anlixelle
31 août 2017
Pour Yuko, l'apprenti poète, la neige - par son âme poétique qui en fait une passerelle vers la lumière divine - lui donne un amour indéfectible pour créer ses haïkus. Il veut d'ailleurs en faire son métier, contre l'avis de sa famille.

C'est que le jeune homme, en cette fin du XIX au Nord du Japon, désire avant toute chose
apprendre à regarder passer le temps,
dire l'indicible,
voyager sans bouger,
se regarder vivre,
rendre le blanc de son hiver japonais
bref...
aimer la vie.

Avec une langue incroyablement pure et concise, M F nous dresse le doux portrait d'un artiste langagier hors pair, sachant puiser ses mots à la source de toutes les beautés.
Mais la poésie doit aller plus loin que les rimes, et pour devenir funambule du verbe, il lui faudra donc découvrir, rencontrer, partager.
C'est ce que ce très court et délicat roman résolument poétique et zen narre.

Ce genre de livre fait du bien. A découvrir parallèlement à Zen du même auteur. Ces deux ouvrages à la lecture au premier abord simple sont plus profonds qu'ils n'en ont l'air, si l'on accepte de se laisser porter par la puissance créative de leurs personnages principaux : le calligraphe et l'auteur de Haïkus.

Voici, au final, deux livres qui nous invitent à apprécier L'INSTANT PRESENT en toute humilité grâce aux pouvoirs créatifs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          257
Fauvine
30 août 2017
Ce court roman raconte l'histoire de deux hommes, d'un maître peintre et poète déjà reconnu dans tout le pays et du jeune Yuko, déjà poète émérite qui ne cherche qu'à parfaire son art auprès du premier et qui sait parler de la neige comme jamais, y lire des aspects de la vie que nul autre que lui ne sait y voir. C'est aussi le récit de l'amour que deux hommes portent à une femme et à la poésie. Et du renouveau, de la renaissance après la fin d'une époque et d'une forme de vie. Tout cela dans un langage fin, subtil, qui amène loin du monde quotidien et touche notre émotivité. Après le conte philosophique à la Voltaire, voilà le long poème (plus que roman, pour moi) philosophique à la Maxence Fermine.
Commenter  J’apprécie          50
gabb
11 août 2017
Qu'il est bon parfois de s'offrir une petite pause rafraîchissante, de s'évader pour un temps dans un monde de légèreté et de poésie !

Neige remplit cette mission à merveille, et nous transporte tout en douceur dans les montagnes japonaises immaculées du XIXème siècle, où "tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme et volupté", comme aurait dit Baudelaire.

Question poésie, le jeune Yuko dont il est ici question n'est pas en reste. Il maîtrise à la perfection l'art du haïku et nous régale avec quelques-unes de ses productions, finement ciselées, fragiles comme des flocons.
Son sujet de prédilection ? La neige, bien sûr. Partout, tout le temps. Du blanc, du pur, du beau.
Puisque l'empereur estime que l'oeuvre de Yuko n'est pas assez colorée, le jeune poète s'en va chercher conseil auprès du grand maître Soseki, peintre génial, artiste ultime, et le lecteur s'initie lui aussi à la contemplation, à la recherche perpétuelle du mot juste, à la richesse du dénuement et à la fugacité du bonheur.

Maxence Fermine signe ici un petit conte subtil et précieux, que j'ai lu presque d'une traite, en funambule.
Un seul regret : la brièveté de l'ouvrage, à peine plus long qu'un haïku, dont les pages fondent comme neige au soleil...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Caro0881
06 août 2017
Un petit conte vite lu, peut-être à relire à un autre moment car je n'ai pas été touchée comme je pensais l'être...
Commenter  J’apprécie          00
Fifrildi
01 août 2017
En triant ma bibliothèque, j'ai retrouvé ce petit livre acheté il y a 5 ans. L'avais-je lu ou pas? Je pensais que oui mais en fait non.

La poésie... un art de funambule. J'aime beaucoup ce que Maxence Fermine écrit sur la poésie.

Au début, j'ai eu un peu de mal à m'accrocher au personnage de Yuko. Peut-être parce que l'histoire ne faisait que frôler la surface... il y a la neige oui, mais que se cache-t-il en-dessous?

J'ai préféré la seconde partie et donc l'histoire de Soseki le samouraï devenu poète par amour.

Ce petit roman fait moins de 100 pages avec des chapitres de quelques lignes. Est-ce que c'est trop court? Oui et non. Plus long, cela aurait peut-être (probablement?) brisé la magie.

J'ai été voir sur Google images à quoi ressemblent ces Alpes japonaises et j'imagine Neige sur son fil suspendu...

Challenge multi-défis 2017 (49)
Commenter  J’apprécie          475
PGilly
30 juillet 2017
Un premier livre jamais égalé par l'auteur dans ses écrits suivants
Lien : http://cinemoitheque.eklablo..
Commenter  J’apprécie          00
supermonkey16
07 avril 2017
Par moment poétique et pourtant je suis irritée par la lecture de ce roman et j'en suis presque désolée. Encore une histoire avec des femmes diminuées qui entretient des clichés sexistes. le personnage de Yuko est insupportablement arrogant et a peu d'égard pour les femmes qui peuplent sa vie.
Lorsque l'histoire de Sôseki est racontée, Sôseki tombe "amoureux" de la funambule rien qu'en la regardant (Yuko tombera "amoureux" de la même manière)(tuez-moi s'il vous plaît). de plus il est dit qu'elle "ne cherchait personne" elle se "contente" du geste de Sôseki pour accepter sa demande en mariage. Bonjour l'angoisse. Les femmes ne sont pas exigeantes c'est bien connu. Si on ajoute à tout ça le fait que Yuko se contentera lui, de Neige, la fille de Sôseki et de la funambule (parce que il est amoureux lui aussi de cette funambule), ce roman empeste la niaiserie (voir la tragédie grecque pour psychanalystes).
Soit-dit en passant Neige est européenne (donc blonde, donc yeux bleus, ...oui oui on nous le dit) et bien sûr les japonais tombent comme des mouches devant sa beauté. C'est super orgueilleux et mal placé dans un livre amour sur la beauté du Japon...
Bref je n'ai pas apprécié ce livre et heureusement je n'ai perdu que 20min de mon temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
fred200175
04 avril 2017
Je lis rarement un livre d'une traite mais celui-ci est l'exception qui confirme la règle. Non pas que sa taille me l'a permis plus facilement (à vrai dire, je n'étais pas rassasié à la fermeture du livre) mais c'est surtout le récit léger et le style d'écriture sobre qui m'a de suite plongé dans l'univers de ce jeune japonais qui, malgré les nombreuses réticences de son père se plonge à corps perdu dans un métier pour le moins surprenant: poète d'haïku.

Ce n'est pas tant le choix de cette profession que celui du thème de prédilection qu'il a choisi qui rend son père perplexe, à savoir: la neige. "Ces textes manquent de couleur!" lui dit-on. Certes, mais comment ajouter de la couleur à un texte qui nous parle de la neige ? Lisez ce livre que je ne pourrais pas ne pas vous recommander et vous le saurez.

Commenter  J’apprécie          40
kathy
02 avril 2017
Ce roman de Maxence Fermine est magnifique de pureté, de beauté, de légèreté, de poésie, de grâce, de douceur, d'émotion, de rêve, de silence, d'absolu.
Il nous emporte, tel un flocon de neige, dans un ailleurs. Il nous emporte, telle une funambule, sur un fil, vers un ailleurs, vers l'amour.
Un roman apaisant, loin du bruit et du chaos.
Une écriture blanche pour un moment de lévitation dans une nuée de flocons de neige.


Commenter  J’apprécie          142


Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
565 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre