AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782246487012
309 pages
Éditeur : Grasset (19/01/1994)
3.54/5   24 notes
Résumé :

Les Médicis : une famille dont la gloire se confond avec celle de Florence. Une lignée de banquiers et de mécènes exceptionnels, qui ont incarné la perfection de l'esprit humain.

Et pourtant le dernier d'entre eux avec lequel s'est éteinte la race, Gian Gastone, mort en 1737, reste enveloppé de mystère. Ce fut un prince si extravagant, si scandaleux que les historiens passent son règne sous silence.

Le narrateur, ici, est ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Ys
  29 décembre 2013
Gian Gastone de Medici (1671 - 1737), dernier du nom, n'a laissé dans l'histoire traditionnelle qu'une fin de règne catastrophique et l'écho d'une débauche trop épouvantable pour qu'on en retienne les détails. Entre histoire et imagination, détails réels et interprétation personnelle, Dominique Fernandez fait de lui un portrait aussi fascinant que troublant.
Le portrait d'un adolescent solitaire, abandonné tout gamin par sa mère, négligé par son père et presque ignoré par un frère aîné trop brillant, une soeur trop dévote. Un gamin que hante la déchéance de sa famille, soumise aux puissances étrangères, réduite à mendier des titres pour se croire encore grande. Un gamin que l'art n'indiffère pas, mais qu'horripilent les grands idéaux de beauté et d'harmonie De La Renaissance, auxquels les florentins se cramponnent comme un avare ruiné à ses derniers écus. Un gamin trop lucide, d'une intelligence trop acérée, qui bascule peu à peu dans la haine, de son monde et de lui-même. Décide de déchoir pour de bon, de s'avilir jusqu'au bout, jusqu'au pire, et consacrera toute sa vie à ce grand projet.
Devenir le dernier des derniers.
Fernandez prête sa plume au médecin personnel de Gian Gastone, témoin consterné, impuissant malgré tous ses efforts, de cette formidable déchéance programmée. Il prend au passage pas mal de libertés avec l'histoire - Giuliano Dami, l'amant qui régna sur la vie et les débauches du prince, devient ici un simple petit pâtissier, hissé par lui au rang de dominant, d'outil de destruction. le médecin émaille son récit d'éléments d'analyse psychologique qui me semblent devoir bien plus à Freud qu'à l'état des sciences à la fin du règne de Louis XIV, et qui m'ont un peu gênée par le décalage avec l'époque concernée. En un sens, la matière historique est prétexte plus qu'étude à part entière - mais prétexte à une superbe histoire d'autodestruction, autour d'un personnage redoutablement attachant à défaut d'être toujours sympathique. Un personnage qui aurait pu voir figurer sur sa tombe l'épitaphe de Malcom Mac Laren : "Better a spectacular failure than a benign success".
Elle m'a particulièrement touchée et troublée, cette histoire, parce qu'elle trouve en moi des échos très précis. Serait-elle aussi attirante, aussi forte, pour qui ne connait ni ne comprend l'attrait de la chute ? Je n'en suis pas certaine. Mais derrière son personnage central, cela reste un beau roman historique sur la décadence de Florence, page d'histoire particulièrement mal connue en France que la plume de Dominique Fernandez rend, comme, toujours, passionnante. de tous les romans de lui que j'ai lus, ce n'est pas le meilleur, certainement pas celui que je recommanderais le plus facilement, hormis à quelques personnes bien choisies, mais je ne l'ai pas moins aimé que les autres.
Lien : http://ys-melmoth.livejourna..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Ckan
  10 janvier 2013
Après l'opulence, la déchéance.
Gian Gastone, fils de Cosimo III accéde au trône de « Grand Duc de Florence » vers 1730 à la défection de son frère Ferdinand II pour cause de maladie grave : Paralysée générale, soit démence totale.
Si Cosimo III au contraire de son aïeul Cosimo I est un psycho-rigide qui garde cependant son ambition florentine en poursuivant le mécénat familial, Gian Gastone, second fils de III est lui un galopin qui aime les beaux bruns de cheveux et de peau et se vautre à la fin de sa vie dans une parresse et une déliquescance presque inimaginables. Il fera le relevé de toutes les oeuvres des grands italiens de la renaissance afin non pas de les admirer mais plutôt de leur vouer une haine incommensurable, il les singera en faisant des copies non conformes avec ses comparses de beuverie.
Un seul, moins connu aura sa tolérence, Andréa del Sarto qu'a l'instar des autres il nommera désormais par son seul prénom, Andréa, comme Léonardo ou Michelangelo et Filippo.
Les différentes unions, les nombreux conflits entre provinces européennes conduiront la Toscane à tomber dans le giron de la Lorraine, le plus grand déshonneur qui soit.
Après l'honneur le déshonneur.
Mais Florence perdure avec son patrimoine, ses musées et le nom des Médicis est toujours et restera bien présent.
Sinon, je ne sais pas à quel "Haupdoktor" Dominique Fernandez fait allusion. Il me fait penser à Freud, mais Freud n'est pas encore né et il faudra attendre plus d'un siècle avant qu'il nous fasse part de sa découverte de l'inconscient. Donc là, vérité historique, je ne sais pas, mais ça n'enlève rien à la qualité de l'écriture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
henrimesquida
  24 mars 2017
Fin d'une dynastie, fin de règne, le dernier des Médicis, Gian Gastone, est un personnage décadent. Comme le Caravage, il vit son homosexualité de manière tragique cherchant plus la déchéance que le plaisir. Dans la Florence des Médicis, l'amour des garçons est presqu'aussi admis qu'aux temps des Grecs. Il plonge dans l'ivrognerie, la goinfrerie et l'abjection pour déchoir encore. Il en résulte une fin pénible et une lecture assez pénible. J'ai terminé avec peine ce livre pourtant intéressant.
Les jours brillants de la Renaissance sont terminés, l'histoire se termine au milieu du 18ème siècle .L'Italie est dominée par l'impérialisme des Habsbourg, d'où un déferlement de touristes allemands sur Florence. Les Médicis se sont alliés aux Bourbons, influences françaises donc, et toujours celle de l'Espagne .
Florence est la ville des peintres. Gian Gaston, le dernier des Médicis a une préférence pour Andrea del Sarto. Je fais donc la connaissance de ce peintre
Clin d'oeil à Stendhal : le livre se présente comme la traduction d'un manuscrit écrit par le médecin de Cosimo III et de Gian Gaston. Ce parti pris médical autorise une analyse d'un « fléau », épidémie vénérienne, qui ressemble au développement du Sida. Autre anachronisme, une « analyse viennoise » de l'homosexualité. Une description assez plaisante du tourisme : ces touristes allemands étrangement contemporains, qui auraient pu être drôles dans un contexte plus léger.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
tristantristan
  05 août 2018
Très belle reconstitution de la personnalité du dernier des Medicis que l'on pourrait qualifier de déchéance volontaire et raffinée d'un esprit supérieur.
Commenter  J’apprécie          90
Ann
  13 décembre 2010
Dominique Fernandez, spécialiste incontestable de l'Italie raconte dans ce magnifique ouvrage la fin de la plus grande famille italienne, celle des Médicis. Gian Gastone, dernier représentant de la lignée de Laurent le Magnifique mène Florence et le renom des Médicis à une médiocrité rarement connue. C'est ce que l'histoire retiendra de ce règne peu glorieux. Pourtant, à travers le carnet du médecin du dernier souverain médicéen, Dominque Fernandez nous raconte une histoire plus subtile, où se mêlent enjeux politiques, économiques et artistiques aussi bien sûr. Sans disculper Gian Gastone, il nous livre le contexte politique difficile pour une cité qui, pendant près de quatre siècles à été brillante et puissante et qui, à présent, n'est plus que l'ombre d'elle-même.
A lire absolument, pour l'histoire et pour l'écriture magnifique de Domnique Fernandez !
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
tristantristantristantristan   05 août 2018
En réalité, sous couleur de classer les tableaux et les statues, il accumule dans le secret de son coeur les raisons de haïr un patrimoine synonyme de convention et d'ennui. (...) le jeune homme tout en feignant de recenser avec le plus grand soin les témoignages du génie florentin, médite déjà par quels moyens tirer vengeance de cet énorme conglomérat d'antiquailles et de mensonges.
Commenter  J’apprécie          70
YsYs   27 décembre 2013
Toutes les villes sont mortelles, mais toutes ne savent pas, effleurées par la mort, se hâter vers leur métamorphose. Les unes survivent intactes et se figent en musées, buts des voyageurs et des curieux, Mecques des époux en voyage de noces, source d'émerveillement pour les naïfs, modèles de toute perfection pour les imbéciles. Ce sera le destin de Florence, de ses églises et de ses palais qui ne s'écrouleront jamais, soyez-en certain ! De vigilants édiles, stimulés a suon di quattrini par les agents de voyage et les compagnies de tourisme étrangères, sauront épargner à nos monuments l'humiliation et la splendeur du désastre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
YsYs   27 décembre 2013
Si l'on peut répartir les humains en deux grandes familles, selon qu'ils sont influencés par la planète Jupiter ou par la planète Saturne, les uns, Jovis Filii, joviaux bien nommés, dédiés à la gaieté, les autres à la mélancolie, l'histoire du monde aura connu peu d'aussi parfaits saturniens que le dernier grand duc. Il se reconnaissait dans ce dieu cruel qui anéantit son œuvre.
Commenter  J’apprécie          10
YsYs   25 décembre 2013
Tout homme a besoin de se heurter à des interdits, tout homme veut savoir où se tient la frontière du bien et du mal. Imagines-tu pouvoir être heureux dans un monde où il n'y aurait plus ni loi à enfreindre ni crime à commettre ?
Commenter  J’apprécie          10
YsYs   27 décembre 2013
N'y a-t-il pas des moments, dans l'histoire d'un peuple ou d'un État, où leur vitalité ne peut renaître que de l'oubli de leurs traditions ?
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Dominique Fernandez (39) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dominique Fernandez
Arthur Dreyfus Journal sexuel d'un garçon d'aujourd'hui - éditions P.O.L: où Arthur Dreyfus tente de dire de quoi et comment est composé son livre "Journal sexuel d'un garçon d'aujourd'hui" et où il est notamment question d'intensité de vie et d'écriture, de rencontres sexuelles et de leurs retranscriptions, du désir et de l'amour, de la pulsion de mort, de sexualité gay et des 2300 pages du livre, de honte et de morale, de repentir et de rédemption, d'Emmanuel Carrère et de Michel Foucault, de Guillaume Dustan et de Dominique Fernandez, de Grindr et de plans, de vérité et d'intimité, à l'occasion de la parution de "Journal sexuel d'un garçon d'aujourd'hui" aux éditions P.O.L, à Paris le 19 février 2021
"il faut en finir avec le malheur d'être gay"
"Pendant quelques années, il m'est apparu impossible d'avoir ce qu'on appelle un rapport sexuel sans l'écrire."
+ Lire la suite
autres livres classés : florenceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2370 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre