AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2912080401
Éditeur : Editions du Jasmin (01/03/2004)

Note moyenne : 4.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Une stimulante réflexion sur l'écriture en trente-six chapitres et mille et une pistes, avec des écrits d'enfants, d'adolescents, d'adultes, et leurs déclencheurs inédits et ludiques.
Débloquer l'écriture en libérant l'imaginaire, telle est la tâche à laquelle l'auteur nous convie, et ce, en rendant compte de ses expériences d'ateliers d'écriture en milieu scolaire et en bibliothèques.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
TheWind
  25 mars 2018
Merci tout d'abord à Babelio et aux Editions du Jasmin pour l'envoi de cet essai.
Je ne l'ai pas encore fini mais je peux d'ores et déjà donner mon ressenti.
"Apprivoiser l'imaginaire" donne des clés pour stimuler l'imaginaire et l'écriture. Il s'adresse aux enseignants et aux animateurs d'ateliers d'écriture. On ne peut pas dire pour autant qu'il soit un livre de pédagogie tant sa présentation est elle-même très littéraire. D'ailleurs de nombreuses références aux auteurs et musiciens classiques et contemporains jalonnent chaque début de chapitre servant ainsi de fondement à chaque activité proposée.
En outre, José Féron Romano ne vient pas là nous donner des "leçons" visant à développer l'imaginaire mais il s'emploie à relater sa propre expérience en milieu scolaire et dans des bibliothèques.
Les situations proposées sont simples et très faciles à mettre en place, elles donnent lieu à un éventail ( et non pas pas un "épouvantail" ;-) d'écrits très riches. Chacun, à sa manière, peut s'y retrouver et cela quelque soit le niveau d'écriture. Chaque activité peut être adaptée selon qu'on s'adresse à des élèves d'ULIS, de CM ou de collégiens, ou même à des adultes. Ce qui est très louable également, c'est que chaque amorce ne laisse personne de côté. Que ce soit par un jeu d'étiquettes distribué, un chiffre donné ou autre, l'enfant a en sa possession une amorce qu'on pourrait considérer comme une mission, qui le distingue des autres et qui le rend d'emblée participatif.
On sent à travers ce livre combien l'auteur aime jouer avec les mots et c'est de façon très ludique qu'il transmet cet amour, presque insidieusement, aux novices de l'écriture.
Novices qui ont laissé venir à eux les mots, qui se sont aussi surpris eux-mêmes sans doute, qui se sont certainement amusés comme en témoignent les nombreux exemples d'écrits cités dans cet ouvrage.
Ce livre est vraiment surprenant par l'abondance des activités qu'il propose mais également par la richesse des écrits qu'il peut engendrer : poèmes, contes, pièces de théâtre, chansons, nouvelles, débuts de roman...
Une véritable caverne d'Ali Baba !
Un livre à découvrir, à apprivoiser, à expérimenter bien sûr !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          363
VALENTYNE
  28 mars 2018
José Féron Romano a animé des ateliers d'écriture auprès d'enfants et d'adolescents pendant des années. Il nous livre ici quelques unes de ses meilleures idées d'atelier.
J'ai commencé ce livre en me disant que cela m'aiderait à me remotiver pour écrire. Mon objectif initial ne sera pas rempli parce que le temps n'est pas élastique et qu'à tout bien réfléchir je préfère la lecture à l'écriture. Je ne suis pas du tout déçue cependant de ces chapitres avec José Feron et ses jeunes apprentis écrivains.
Voici en vrac et chronologiquement quelques unes de mes impressions :
Chapitre 1 : il faut que je relise "la peste" de Camus (ah Camus...)
D'abord il y parle de Grand, de la page blanche et d'une Amazone sur une jument alezane ....
Chapitre 2 : suivons Henri Michaux sur les chemins vicinaux.
Chapitre 4 : mélangeons les lettres pour découvrir de nouveaux mots et récoltons les anagrammes à la pelle.
Chapitre 7 : hommage à Queneau (je vous ai dit que j'aimais Queneau ?)
Chapitre 10 : de deux choses lune, l'autre c'est le soleil (je vous ai dit que j'aimais Prévert ? ) où un éditeur nous propose de poursuivre une phrase ....
classique mais efficace....
Chapitre 17 : jouons avec les chiffres des claviers téléphoniques et aux ressources d'Italo Calvino (je vous ai dit que j'aimais Italo ?)
Les chapitres se succèdent : José (je vous ai dit....?) livre la consigne ou contrainte) puis souligne le cheminement, les interrogations et les trouvailles de Damien, Mamady, Anaïs, Youssef, Charlotte ou Nathalie .....
De temps en temps une devinette est posée au lecteur , il s'agit de lire le texte créé par les enfants et de deviner la contrainte cachée. Je dois avouer que j'ai trouvé peu de contraintes : les textes produits par les enfants, seuls ou en groupe, se suffisent à eux mêmes .... La contrainte sert de "squelette" (pour reprendre les termes du chapitre 27) et chacun y met la chair qu'il souhaite.
Bon, faut que je me remette à écrire : la contrainte stimule (je vous ai dit que j'aimais l'Oulipo ?)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
moune
  10 novembre 2010
Présentation de l'éditeur:
Une stimulante réflexion sur l'écriture en trente-six chapitres et mille et une pistes, avec des écrits d'enfants, d'adolescents, d'adultes, et leurs déclencheurs inédits et ludiques.
Débloquer l'écriture en libérant l'imaginaire, telle est la tâche à laquelle l'auteur nous convie, et ce, en rendant compte de ses expériences d'ateliers d'écriture en milieu scolaire et en bibliothèques.
Lire la préface et le chapitre 1
Mon avis :
J'ai adoré parcourir cet ouvrage ! Il y règne une atmosphère sympathique, bienveillante, autant envers les mots qu'envers l'auteur de leurs jours : élèves, adultes ou aspirants écrivains !
Un grand merci aux Éditions du Jasmin pour ce nouveau partenariat.
Un titre merveilleusement bien choisi, car il s'agit véritablement d'apprivoiser l'imaginaire qui une fois libéré vous offrira plus de bonheur que vous ne pouvez l'envisager…
Pas de poncifs, pas de grandes théories pompeuses : des jeux, de mots, de lettres, finalement des jeux d'esprit ! Et j'aimerais bien savoir quel autre bonheur peut-il bien y avoir à se torturer le cerveau pour écrire, décrire et faire vivre des histoires, des personnages, si ce n'est au fond ce bonheur de jouer qui ne nous quitte jamais véritablement ?
José Féron Romano l'a parfaitement compris et l'a appliqué avec bonheur au cours de ses ateliers d'écritures, de ses rencontres avec les enfants dans leurs classes. L'appétit vient en mangeant dit le vieil adage. Savoir écrire vient en jouant avec les mots, c'est évident !
Pour avoir moi aussi eu ce bonheur de susciter chez les enfants cette envie de jouer, j'ai pu apprécier pour leur justesse et leur efficacité les règles du jeu qu'applique et décrit l'auteur dans cet ouvrage. Des « trucs » malicieux et inventifs pour amener les enfants à comprendre que l'imaginaire n'attend qu'une chose qu'ils le laissent agir en toute liberté !
Un essai que je conseille à tous les professeurs de français, instituteurs mais aussi à ceux qui peinent parfois devant leur feuille blanche à la recherche du mot juste, de l'idée juste, pour un devoir de fac, pour un rapport professionnel… Nombreux sont ceux qui ont besoin de jouer ainsi quotidiennement avec les mots. Apprivoiser l'écriture est certes utile aux scolaires… Mais c'est un exercice indispensable pour tous les esprits frappeurs de clavier ! Une gymnastique qui permet d'acquérir une aisance et une fluidité dans l'expression de ses idées.
Un grand coup de coeur !

Lien : http://culturetribu.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
TheWindTheWind   25 mars 2018
Combien y a t-il de grammes dans un kilo ? Mille, mais pas la moindre anagramme. Par contre, nous l'avons vu, un CHIEN se cache dans une NICHE, à moins qu'il n'y dorme. Et si, sans se soucier des accents, on peut écrire ETINCELLE avec les lettres de CLIENTELE, certaines anagrammes sont surprenantes quand on réalise que "l'être trouvant en lui-même la fin de ses maux" est, en quelque sorte, un infirmier puisque ce SOIGNEUR porte, et peut apporter, la GUERISON. PROST ? Il était inévitable qu'il fit du SPORT, et normal que CARNE consacrât une bonne partie de sa vie au grand ECRAN. Quant au chanteur PASCAL OBISPO, les lettres de ses prénom et nom ne sont rien moins que l'anagramme de PABLO PICASSO.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
>Littérature : généralités>Rethorique>Rhétorique : généralités (60)
autres livres classés : atelier d'écritureVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
396 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre