AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

José Féron Romano (Adaptateur)Edwige Tabuteau (Adaptateur)Yann Lovato (Illustrateur)
ISBN : 2912080444
Éditeur : Editions du Jasmin (01/03/2004)

Note moyenne : 2.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Ce livre est l’adaptation pour la jeunesse du Râmâyana, long poème épique sanskrit dont la genèse se répartit sur plusieurs siècles ; sa longévité est égale à sa popularité ; en Inde, il sert de prétexte à de multiples spectacles racontant les amours de Râma et Sîtâ.
Allié au souverain des singes et au roi des ours, Râma, aussi vertueux que courageux, part à la recherche de sa bien-aimée, enlevée par le démon Râvana. Triomphateur de son ennemi, Râma deviendra... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
tilly
  27 janvier 2011
[masse critique #11]
Perplexe. J'avais espéré recevoir le Réprouvé de Mickaël Hirsch (à propos de Céline), et j'ai reçu le Prince.
Un livre pour la jeunesse. Publié en 2002 (ou 2004, selon amazon ?) par les éditions du Jasmin.
Alors : oui, le livre est joli, bien présenté, bien illustré, classique dans sa forme.
Mais : non, je n'ai pas été emportée par cette lecture.
Je la conseillerais à une bonne lectrice de 10-12 ans (collège). A un garçon aussi bien sûr... Mais un peu plus tard !
Je me suis souvenue comme j'aimais lire les Contes et Légendes, ces volumes ivoire et or de mon enfance, et sans doute de celle de mes parents. Contes et Légendes du Moyen-Âge, d'Orient, des Dieux et des Héros, d'Egypte, et bien d'autres encore. J'avais mes préférés que je relisais souvent, ceux aussi qui me faisaient peur, ou horreur. Pourtant je ne les ai pas fait lire à mes enfants : démission de maman qui travaillait, manque d'envie et de courage pour réussir à convaincre mes jeunes que la lecture est un divertissement, un loisir, pas un effort ou un devoir. Regrets. Essayer de faire mieux avec les petits-enfants à venir !
Les correspondances entre les mythologies d'origine très différentes sont toujours étonnantes. Ici c'est au début du conte, un prince indien qui est mis à l'épreuve de l'arc impossible à bander, rappelant le retour d'Ulysse à Ithaque et sa victoire sur les Prétendants dans une épreuve semblable. le vieux roi grec vainqueur regagne l'amour de la fidèle Pénélope, le jeune prince Râma gagne celui de Sîtâ que son père avait promise au gagnant.
Le Râyamana est une oeuvre littéraire indienne portée pendant des siècles par la tradition poétique, et la transmission par les arts traditionnels : musique, chant, danse et théâtre. Les auteurs du Prince en donnent une adaptation courte, centrée sur les aventures du jeune et vertueux prince Râma forcé à l'exil par une marâtre, son amour pour la belle et vertueuse Sîtâ, et sa lutte victorieuse contre le démon Râvana.
Violence et poésie étroitement mêlées font le charme et la force de cette histoire dont les héros sont des princes et des princesses, des rois plusieurs fois centenaires, des vautours philosophes, des singes et des ours qui parlent, des démons et des monstres qui détournent les lois naturelles par la force de leurs sortilèges maléfiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
e-Miliko
  20 janvier 2011
"Le prince dont l'ombre était bleue" est une adaptation, destinée à la jeunesse, du Râmâyana, poème épique sanskrit de 24000 vers.
Il m'est difficile de juger de la qualité de l'adaptation sans avoir lu l'original, mais ce livre est une façon agréable de découvrir le récit d'une grande oeuvre de la littérature indienne, pas forcément d'accès facile par elle-même.
Les aventures de Râmâ, le prince quasi-divin, nous font rencontrer des frères loyaux, des épouses ambitieuses ou fidèles, des guerriers singes ou ours, des démons cruels, et on ne s'ennuie pas en lisant le récit des amours, des amitiés et des combats du héros. La liste des personnages en début de livre aide à se retrouver parmi les noms peu familiers pour un francophone. Certaines descriptions sont vraiment très belles, très poétiques, à l'image du titre qui invite au rêve.
Malheureusement le livre a aussi des défauts. Certains débuts de chapitre sont très abrupts, au point qu'on se demande si on a manqué quelque chose. Il est parfois difficile de savoir qui est un personnage, nommé sans explication au moment de son apparition et la liste de présentation des personnages ne recense qu'une partie des personnages secondaires. le style, parfois très beau et plein de poésie, est ailleurs assez heurté, en suite de phrases nominales. Les quelques illustrations ne convainquent pas vraiment non plus; le fait qu'elles ont sans doute été conçues en couleurs et apparaissent en noir et blanc n'y est sans doute pas étranger.
Au final, j'ai hésité à noter ce livre à 2 ou à 3. C'est 3 finalement, parce que l'impression qui domine à la fin de ma lecture est tout de même celle de la poésie et du rêve qui s'attache au noble Râmâ et à la belle Sîtâ son épouse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
liliwenn
  05 février 2011
Le Râmâyana (le parcours de Rama) est un texte mythologique très populaire en Asie et tout particulièrement en Inde. L'adaptation de José Féron Romano et Edwige Tabuteau s'attarde surtout sur l'histoire d'amour entre Râmâ et Sitâ, sur l'enlèvement de cette dernière par le démon Râvana ainsi que sur les combats qui s'ensuivent.
Je trouve toujours intéressant de découvrir une culture par le biais de sa littérature, ce conte vieux de deux milliers d'années nous renseigne sur les croyances d'un peuple, d'une religion. Vulgarisé pour être accessible à un public jeunesse, il se lit facilement et nous plonge dans un univers de démons, de dieux et de rois. Malgré tout, j'ai trouvé que les passages relatant les combats entre Râma et Râvana étaient un peu longs, j'avoue, ce n'était pas ce qui m'intéressait le plus. J'ai préféré les moments où l'on s'attarde sur les personnages et sur leurs liens, sur l'histoire d'amour entre Râmâ et Sitâ, midinette que je suis.
En bref, un roman intéressant d'un point de vue culturel mais je me demande ce que vaut cette adaptation par rapport à la version originale. Peut-être un peu trop axée sur le combat final alors que le Râmâyana d'origine évoque longuement l'enfance de notre héros me semble t-il, dommage.
Lien : http://cestdurdetreunetortue..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
gteisseire2gteisseire2   08 décembre 2010
Combat entre un prince-lion et un porc sauvage. Le fauve semble mieux armé, marche avec grâce, crinière dense, épaules larges par rapport aux reins. Mais, gare au sanglier devenu solitaire, à ses défenses, à ses piétinements, à son entêtement dernier.
Râma et Râvana se font face. Les flèches du démon sont terminées par des crocs de tigres, des becs de corbeaux, des gueules de loups. Celles de Râma ont des têtes de soleils, des forces de feu, des figures d’étoiles, des chants de planètes, la rapidité du météore et des queues de comètes.
En se croisant, les traits s’annulent. Alors, les lutteurs se saisissent de harpons et de massues, d’hameçons et de cimeterres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
e-Milikoe-Miliko   20 janvier 2011
Tant que ce roi gouvernera, les peuples vivront dix siècles et davantage, les pluies seront bienfaisantes, fleurs et fruits orneront les arbres, quelle que soit la saison, et jamais les vieillards ne pleureront un seul de leurs petits-enfants.
Commenter  J’apprécie          50
e-Milikoe-Miliko   20 janvier 2011
Dans une seule goutte d'eau se tiennent tous les secrets de l'univers. Et chaque goutte d'eau diffère des autres qui, elles aussi, recèlent tous les mystères du monde. Des milliards de gouttes forment le creux d'une lame, et des milliards et des milliards de vagues animent l'océan.
Commenter  J’apprécie          40
e-Milikoe-Miliko   20 janvier 2011
Alors, écrasée par le poids du singe, la montagne s'écroule, et l'on entend, mêlés au fracas de cette chute, le rugissement des lions broyés dans leur caverne, et le sifflement des serpents meurtris par les rochers. De la montagne pressée tel un fruit gigantesque, des torrents d'eau rougie jaillissent, et les métaux en fusion retournent à leur volcan.
Commenter  J’apprécie          20
e-Milikoe-Miliko   20 janvier 2011
Dans la balance de la raison, ne faut-il pas peser le pour et le contre, la peur et la confiance, l'inconscience et le doute?
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : ramayanaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
694 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre