AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290014028
Éditeur : J'ai Lu (08/05/2009)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 68 notes)
Résumé :
La cour des dames - 2

Les fils de France
1533 : François Ier règne sur une France déchirée. Le roi et ses trois fils sont les instruments de l'ambition de deux femmes d'exception : Anne de Pisseleu, confidente de la sœur du roi, et Diane de Poitiers, soutenue par le puissant comte de Montmorency, intime du futur Henri II.

Alliances, trahisons, passions, Anne et Diane ne négligeront rien pour accroître leur influence sur les sphè... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Souri7
  24 septembre 2016
Après la mort de Louise de Savoie, François Ier est seul au pouvoir… enfin seul, si on veut (. Il dirige le pays avec sa maîtresse, Anne de Pisseleu qui a pris en grippe Diane de Poitiers, maîtresse d'Henri (futur roi).
Dans ce second opus, nous suivons les tragédies qui sillonnent la vie de François Ier avec, la mort de chacun de ses enfants (le Dauphin, la fille et son troisième fils), ce qui conduit, Henri (son second fils) à devenir le prétendant à la couronne malgré les suspicions d'empoisonnement qui ont cours sur la mort des deux frères. Nous suivons également le jeu des alliances à travers mariages arrangés, annulation, accords, pactes qui permettent à François Ier d'asseoir son pouvoir.

Un roman historique passionnant et plus fidèle au contexte historique que le premier puisque les aventures des deux Cosay sont quasi inexistantes et servent essentiellement à créer les transitions entre les événements. le combat de dames que se livrent les deux maîtresses est un régal à lire : l'une jeune et belle, maîtresse du roi de France … et l'autre, « vieille » maîtresse du futur roi.
Seul bémol, dans ce second opus, l'on nous présente Catherine de Medicis (femme d'Henri) que succintement et sous l'image de simple poulinière à enfanter des princes… surtout lorsque l'on sait qu'elle va jouer un grand rôle dans la suite des événements. Espérons que ce personnage sera plus développé dans le tome 3.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LaMoun
  09 avril 2016
C'est une période de l'histoire que je ne connaissais pas, Franck Ferrand a réussi à me captiver. C'est plus un cours d'histoire romancé qu'un roman historique . Un excellent moment de lecture très enrichissant. Il est aussi intéressant à lire qu'à écouter à la radio !
Commenter  J’apprécie          70
Moulinaie
  28 avril 2017
Second tome de la saga, on y retrouve la plupart des personnages déjà évoqués dans le tome un.
La guerre de pouvoir est remarquablement décrite entre les factions qui soutiennent l'un ou l'autre des fils de François premier. L'auteur nous montre à quel point la position des puissants est inconfortable : chaque place doit être défendue jour après jour. Il montre aussi la fragilité de leur statut et comment chacun pouvait tout perdre en une seule journée.
Trahisons, amours factices, complots, mensonges et meurtres, rien n'est trop cruel pour satisfaire une ambition.
Si le premier volume vous a plu, il ne faut pas hésiter. Celui-ci couvre la vie de François 1er du décès de sa mère, Louise de Savoie, à son propre décès.
Commenter  J’apprécie          30
BVIALLET
  25 avril 2012
La seconde partie du règne de François Ier va s'avérer aussi troublée que la première. La rivalité et les conflits avec l'empereur Charles Quint ne font que croître et embellir même si les alliances commencent à fluctuer (Princes allemands, Grand Turc). A la cour, deux femmes à la tête de deux clans ennemis, sont entrées dans une compétition sans merci pour la suprématie. D'un côté, Anne de Pisseleu, la jeune maîtresse du vieux roi et de l'autre Diane de Poitiers, la vieille gouvernante et future maîtresse d'Henri, le cadet des trois fils de François Ier. Avec la mort étrange de ses deux frères (sans doute empoisonnés), il se retrouve dauphin alors qu'il n'est que le cadet. le roi le marie avec Catherine de Médicis, laide nièce d'un pape défunt, qui a bien de la peine à enfanter... Toute la fin du règne sera d'ailleurs marquée par de tristes perspectives pour la suite de l'histoire...
Ce deuxième tome de « La cour des dames » est parfaitement dans la lignée du précédent, encore plus chronique historique fidèle à la vérité des faits que roman historique comme on l'entend en général. Simon et Gautier, les deux écuyers déjà présents dans « La régente noire » apparaissent de ci de là, à titre de témoins, mais sans réelle importance pour le déroulement de l'intrigue. Ferrand cite toujours ses sources en annexe et signale ses (minimes) entorses. Il se veut dans la lignée des célèbres « Rois maudits » de Maurice Druon et multiplie allusions et clins d'oeil. Il est exact en effet que les deux sagas se répondent. Après la malédiction des Valois côté hommes, voici leur décadence orchestrée par les femmes. le livre est aussi passionnant pour sa description de cette période De La Renaissance à la fois raffinée (arts, lettres, architecture) mais aussi violente et cruelle. On assiste à l'écartèlement d'un « traitre » innocent avec un grand luxe de détails ou au fameux « Coup de Jarnac » tout en croisant des personnages comme Clément Marot, Jean Goujon, Jacques Cartier et autres Ambroise Paré.
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lecteur_75015
  10 décembre 2017
Après un premier tome centré sur la figure de Louise de Savoie, en voici un second centré sur les trois fils de François I, Diane de Poitiers et Anne de Pisseleu. Tome moins politique que le précédent, j'ai trouvé. Certains personnages sont très effacés comme la reine . D'autres prêtent en importance au fil du récit comme l'empereur, la reine de Navarre où Catherine de Médicis. Meme si les enjeux de la Réforme sont présentés, ils ne sont pas particulièrement creusés : j'aurai mis par exemple souhaité un débat entre le roi et sa soeur. le futur Henri II gagne en importance et en profondeur au fil du récit. Jusqu'à la mort de François I, la favorite n'est pas présentée sous un jour favorable : on aurait tendance à prendre le parti de Diane de Poitiers. Heureusement, le récit nous réserve une (bonne) surprise !
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
meknes56meknes56   14 août 2019
J'en suis bien aise, déclara le pontife, sans renoncer à vérifier leurs dires par une inspection des draps. C’était donc la nuit des amours !
Le pape ne croyait pas si bien dire. Car en cette nuit du 28 au 29 octobre, c’est Marseille tout entière qui s’était offerte à Vénus. Un climat de gauloiserie, pour ne pas dire de franche débauche, avait d’abord tiré le festin vers la bacchanale. Il se disait qu’au milieu de la fête, une jeune courtisane, dansant nue, avait eu l’idée de se tremper le bout des seins dans les coupes des convives, et de le donner à lécher à qui voulait... Son exemple avait fait des émules jusque chez les demoiselles de qualité, rendant fous les seigneurs échauffés ; et l’on avait vu, dès lors, les jeunesses grisées de la Cour de France et de la suite florentine – pour ne rien dire de la délégation pontificale – se livrer à l’orgie la plus débridée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
meknes56meknes56   14 août 2019
Enfin, il y eut la nuit de noces.
Ou comment exiger que deux adolescents, sur commande, consomment sous surveillance une union décidée pour eux... La petite épouse, conduite à sa chambre par la reine en personne, fut d’abord préparée par ses dames, déshabillée, ointe et parfumée, revêtue d’une chemise de sublimes dentelles, couchée, bordée comme une enfant. On fit ensuite entrer les dignitaires, puis le jeune mari lui-même, déjà en chemise. Le prince se glissa dans le lit très riche, couvert de brocards d’or, aux côtés de sa petite femme et, sachant ce que l’on attendait de lui, l’embrassa gentiment sur la bouche. Les deux jeunes gens rougirent, de gêne plus que de plaisir, et dans l’attente qu’on voulût bien fermer les rideaux du lit, s’échangèrent de chastes caresses sur les joues et les mains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
sld09sld09   24 septembre 2017
Les canons du château d'If ayant donné le signal, le grondement formidable de trois cents bouches à feu, alignées aux remparts, fit trembler les galères pontificales. Pavoisées de violet, de pourpre et d'or – ce qui tranchait sur le ciel flavescent du matin – elles réduisirent peu à peu la cadence , une armada de bateaux de pêche approchait pour les conduire à bon port.La duchesse Catherine ouvrit tout grand ses yeux et ses oreilles. Juchées sur le pont supérieur du vaisseau amiral, elle ne savait où donner de la tête et se faisait nommer par le du d'Albany, les premiers monuments émergeant des volutes blanches.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   04 décembre 2014
Le monogramme du roi et de la favorite allait être foulé aux pieds par le peuple.
Ainsi s’acheva, dans le tumulte et la haine, la première manifestation publique du règne d’Henri II. L’apothéose avait tourné à la débâcle. Et dans la litière argentée qui, tous rideaux fermés, l’emportait au petit trot, la sénéchale en fuite ruminait de sombres pensées sur le plus sombre des augures.
Le Ciel avait fait son choix.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   04 décembre 2014
Dans la belle tente agitée comme un navire dans la tempête, le peuple ivre de colère renversa les buffets, puisa dans les vivres à pleines mains, s’empara des plats, des bassins, des aiguières... On pilla. L’on détruisit.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Franck Ferrand (170) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Franck Ferrand
Le 7.04.19, Franck Ferrand évoquait Chaval dans une émission consacrée à Sempé, dans "Vivement Dimanch"e (France 2).
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1722 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..