AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Albert Camus (Antécédent bibliographique)
ISBN : 2070628701
Éditeur : Gallimard (13/11/2009)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 46 notes)
Résumé :
Daru, jeune instituteur né en Algérie, vit dans son école, au coeur des hauts plateaux. Il fait la classe à des enfants arabes venus des hameaux environnants. Un jour d'hiver, le gendarme Balducci lui confie un prisonnier arabe en lui donnant l'ordre de le convoyer jusqu'à la ville voisine pour le livrer à la justice. Daru a beau refuser la mission, le gendarme s'en va et laisse là le prisonnier.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Petitebijou
  19 février 2013
Ayant très précisément en mémoire la nouvelle d'Albert Camus (présente dans « L'exil et le royaume »), l'angle de ma lecture de cette bd a été principalement la curiosité de voir comment Jacques Ferrandez avait transposé l'univers camusien en bd, et je dirai tout de suite qu'il s'agit pour moi d'une éclatante réussite, qui m'a beaucoup émue par sa fidélité à l'idée que je porte en moi de l'écrivain et de son oeuvre.
Sans doute, le choix de « L'hôte » est très judicieux. L'histoire est simple, proche de la parabole.
Trois personnages, dont un, représentant la loi, disparaît très vite, laissant place à un face à face entre un instituteur venu de métropole et un arabe accusé d'un meurtre d'honneur qui doit être livré au poste de police à 20km de là. Nous sommes sur les hauts plateaux d'une Algérie où la révolte sourd. Deux destins vont se jouer en moins de 24heures. Chaque homme est confronté à ses choix, son sens des responsabilités. Economie de mots et d'actions. Illusion de maîtriser le cours de l'histoire, y compris la sienne. le malentendu règne sur cet exil et ce royaume. L'homme n'est que peu de chose, soumis à la fatalité inexorable de tout ce qui le dépasse. La bonne volonté d'un seul ne pèse rien au regard de la folie de tous. Seule la nature dominante, sa beauté âpre et indomptée est promesse d'équilibre et de vérité.
C'est cette nature, ces hauts plateaux arides qui encerclent et dominent le bâtiment de la petite école de l'instituteur qui apprend le nom des fleuves français de métropole à ses petits élèves arabes pauvres et affamés, que l'auteur a choisie pour personnage principal de l'histoire. Ce choix me semble en totale adéquation avec la prose camusienne. Au fil des pages, au fil des planches, la montagne déborde le cadre, empiète sur les cases. Les mots, déjà rares, s'effacent. L'homme est réduit à son action, à son essence.
Au début de l'histoire, la parole enseigne, puis informe, ordonne. le problème est posé. Vient le temps de la fraternité et de l'hospitalité, de la tentative de dialogue. Les gestes essentiels prennent le relais. On se réchauffe, on mange, on dort. du français, l'instituteur passe à l'arabe, pour établir un contact avec le prisonnier. Tu as froid ? Faim ? Peur ? Tu veux du thé à la menthe ? Pour lui, le choix s'est fait très vite. Sa décision est de laisser l'autre décider. La liberté ou la prison. Une sorte de désengagement dont Camus nous dit finalement qu'il nous engage tout autant qu'une prise de position en apparence plus tranchée, et qui entraîne également de lourdes conséquences. On peut déceler dans l'attitude de l'instituteur à qui le dessinateur a donné les traits d'un Le Clézio celle que Camus a adoptée envers les événements d'Algérie, son impuissance à se faire comprendre, son choix de silence qui a ouvert la brèche à toutes les interprétations et toutes les condamnations, dont il fait encore les frais plus de cinquante ans après sa mort. Il est plus confortable d'écouter ceux qui donnent les réponses que ceux qui posent les questions. Mais on sait où se trouve le vrai courage.
J'ai été très sensible à la beauté du dessin, surtout au choix des couleurs qui rendent un magnifique hommage à la beauté de ces régions désertiques. Ocre, bleu pâle, luminosité de la roche beige et orangée contrastant avec la froideur de la neige. Beaucoup de gros plans sur les visages graves, des regards échangés, furtifs et pénétrants, les questionnements muets, l'incompréhension finale…Au fil de l'histoire, le dessin s'épure, le silence s'impose, la nature prend le pouvoir. Puis, quand le destin est en marche, en voie d'accomplissement, chacun est face à son avenir, son châtiment. le dernier dessin est violent, implacable, certains diront pessimiste. Dans le même recueil, dans une autre nouvelle, Jonas, le peintre, trace deux mots sur une de ses toiles : solitaire ou solidaire. Peut-être la plus grande dialectique camusienne.
J'ai bien peur que, lisant « L'hôte », en mots ou en bd, le « ou » ne se transforme en « et ».
Pour finir sur une note un peu plus gaie, je conseille chaleureusement la lecture de cet album. Il peut être une passerelle vers l'oeuvre de Camus, mais peu importe. Certaines oeuvres de l'auteur auraient été à mon avis plus ardues à transposer en bd sans qu'on n'y perde beaucoup en route. Ici, grâce au choix pertinent de Jacques Ferrandez, l'esprit de Camus est respecté, et même magnifié.
C'est un merveilleux hommage, solidaire mais pas solitaire. Je vais offrir cette bd à un instituteur qui m'est cher qui se fera une joie de la partager avec ses élèves. Ainsi, le fil ne sera pas rompu.
Je signale par ailleurs que l'album possède une préface écrite par Boualem Sansal, auteur du très beau « Serment des barbares ». J'ai fait le choix de la lire en postface, pour ne pas être influencée dans ma découverte de la bd. Cette préface, intitulée « L'homme de la colline » est aussi un splendide, fraternel et vibrant hommage à Camus : « Il est temps de libérer Camus de nos vieilles querelles et de l'écouter nous dire les vérités profondes du monde et de l'humanité ».
Amen.

Lien : http://parures-de-petitebijo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
beatriceferon
  15 juillet 2017
Isolé quelque part dans les montagnes d'Algérie, un instituteur français ne se contente pas d'enseigner – et quoi, d'ailleurs ? Les fleuves de la France, un pays que ses élèves ne verront sans doute jamais. Il aide les familles pauvres, c'est-à-dire toutes, autant qu'il le peut. Après une terrible période de sécheresse, la neige recouvre le paysage, empêchant les enfants de venir suivre les cours. C'est à ce moment qu'arrive un vieux gendarme à cheval. Il tient au bout d'une corde un détenu arabe. C'est l'instituteur (on se demande pourquoi) qui devra assumer la suite : conduire le captif à la prison de Tinguit.
Je discute avec une amie de cette nouvelle de Camus, parue en 1957 dans son recueil « L'Exil et le royaume ». Elle me prête alors la bande dessinée qui en est l'adaptation.
Jacques Ferrandez est en tout point fidèle à l'oeuvre de Camus, sinon que chez celui-ci, les personnages ont un nom, alors qu'ici, ils sont anonymes.
Le traitement choisi par l'auteur est remarquable. Après deux ou trois pages qui nous projettent dans l'école pendant une leçon, l'instituteur se retrouve seul face à un paysage grandiose et désolé. La suite du récit va, pour la majeure partie se dérouler dans des vignettes superposées à ce décor qui couvre la totalité des deux planches en vis-à-vis. La solitude est d'autant plus présente qu'à perte de vue, on ne distingue que le ciel et les montagnes arides. Seule trace de vie, le petit bâtiment qui abrite l'école et est aussi le logement de l'enseignant. La terre est sèche, les couleurs sont ocre et gris, surplombées par le bleu du ciel immense. Puis arrive la neige. Tout est noyé dans le blanc jusqu'à l'horizon. La solitude en est encore plus oppressante. Elle est brusquement cassée par l'arrivée du gendarme et de son prisonnier.
Si l'instituteur est accueillant et hospitalier, il n'en tient pas moins à conserver son indépendance et son libre arbitre. L'administration quelque part, loin, lui donne un ordre : il devra se faire geôlier pour une nuit, puis aller livrer l'Arabe aux forces de l'ordre. Mais il refuse. Ce n'est pas son rôle.
Le début de l'histoire nous avertissait déjà. Une camionnette vient lui apporter des sacs de blé envoyés par l'administration. Et le chauffeur s'étonne. Comment se fait-il qu'il ne reste rien ? La dernière livraison a pourtant été effectuée une semaine plus tôt seulement. « Il y avait de quoi soutenir un siège et il n'y en a déjà plus ?? » s'étrangle l'homme.
Notre instituteur objecte que distribuer chaque jour une ration à chaque écolier fait vite fondre les provisions.
« C'est réservé aux familles touchées par la sécheresse », grogne le chauffeur. « Toutes les familles sont touchées par la sécheresse... Il n'y a que des pauvres ici. Des fantômes en haillons. », réplique l'instituteur.
Son exil n'est donc pas seulement géographique, mais également dans sa conception de la justice. Des bureaucrates ont décrété une loi, mais lui, sur le terrain, la transgresse, car de quel droit décider à qui offrir la subsistance et qui on condamnera à la misère, la faim, la mort, peut-être ? Lui, cette pauvreté, il la vit au quotidien et, dans la mesure de ses moyens, il tente de la soulager.
Comment va-t-il réagir à un ordre bien plus grave ? Doit-il déférer cet homme parce qu'on le lui ordonne ?
Le prisonnier n'est pas sympathique. Ses traits sont rudes. Il a tué son cousin pour une sombre et mesquine raison. Pour autant, est-il normal de l'entraver comme un esclave après l'avoir fait marcher en sandales pendant des kilomètres dans la neige, tiré par un gardien à cheval ?
Les problèmes philosophiques abordés par Camus dans son oeuvre sont transposés de manière très habile par Jacques Ferrandez.
Face à l'assassin, l'instituteur a peur. Cela se voit. Mais il veut rendre à cet homme sa dignité humaine, quoi qu'il ait fait.
Et les choix que l'un et l'autre devront poser sont cornéliens.
Quant à la fin, elle est terrible.
J'ai vraiment apprécié cette bande dessinée d'un auteur dont j'avais beaucoup aimé d'autres albums, tels « L'outremangeur » ou « Arrière pays ».
Je la recommande donc vivement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          32
Arthore
  15 août 2019
Ferrandez est un maitre dans l'adaptation des romans de Camus. L'étranger, le premier homme, et cette fois-ci L Hôte tiré de "l'exil et le royaume", nouvelle écrite en 1957.
Nous retrouvons la précision du dessin, les couleurs toujours chaudes nous transportant en Algérie.
Les dialogues sont minimalistes et laissent la place aux images, qui tout autant que des mots, nous font partager toute une palette d'émotions : tension, respect, incompréhension, fierté, dureté.
La préface de Boualem Sansal est tout autant un hommage à Camus qu'à l'Algérie; c'est un cri sur l'importance de la responsabilité et du respect de soi.
Album à lire dans la continuité des deux précédemment cités.
Commenter  J’apprécie          70
Marti94
  20 novembre 2013
C'est le 50ème anniversaire de la mort d'Albert Camus (4 janvier 2010) alors c'est peu dire qu'il est d'actualité. C'est plutôt bien car cela permet de lire et relire des textes passionnants. L'adaptation d'une nouvelle en BD est un vrai challenge et une découverte : elle donne envie de lire les nouvelles de Camus que je ne connaissais pas.
Jacques Ferrandez a adapté « L'Hôte », nouvelle du recueil L'Exil et le Royaume paru en 1957, année où Camus a reçut le prix Nobel de littérature.
Un jeune instituteur, Français d'Algérie, partage son exil volontaire dans le Djebel entre enseignement et lecture. Un jour d'hiver, il est chargé par un gendarme de conduire un prisonnier à la prison la plus proche. le jeune enseignant s'y refuse et offre à son prisonnier le choix de rejoindre la prison ou une tribu nomade voisine.
Cette façon de croiser le destin des deux personnages dans la solitude des montagnes d'un pays colonisé est très intéressante car la fin montre bien la difficulté de la cohabitation de tous ceux qui sont nés dans le Djebel dans un contexte socio-politique violent.
Lu en février 2010
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sylvieh11
  04 septembre 2014
Une BD très épurée, aux tons pastels. Reprenant la nouvelle d'Albert Camus, l'histoire plonge le lecteur dans le contexte de l'avant guerre d'Algérie. Dans une zone ontagneuse aride, un instituteur humaniste fait le choix de refuser un ordre. La conséquence en sera inattendue.
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Marti94Marti94   17 octobre 2015
Les ordres ?...Je ne suis pas…
… enfin, ce n’est pas mon métier…

Eh, qu’est-ce que ça veut dire ? A la guerre, on fait tous les métiers !

Alors, j’attendrai la déclaration de guerre…

Bon, mais les ordres sont là, et ils te concernent aussi…
Commenter  J’apprécie          10
Marti94Marti94   17 octobre 2015
Il n’y a que des pauvres, ici…
… des fantômes en haillons…

Les moutons meurent par milliers… Et des hommes, çà et là, sans qu’on puisse toujours le savoir…
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Jacques Ferrandez (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Ferrandez
28e Festival du livre Colmar 2017 - "On lirait le sud".
Interview de Miles Hyman et Jean-Luc Fromental pour leur ?uvre commune "Le coup de Prague" et de Jacques Ferrandez pour l'adaptation en BD du roman d'Albert Camus intitulé "Le premier homme."
Cette vidéo a été réalisée par Passion Bouquins : http://www.passion-bouquins.com
autres livres classés : algérieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





.. ..