AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur À son image (127)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Bookycooky
  31 août 2018
Le livre s'ouvre avec un premier chapitre sublime, où la pudeur d'un homme refuse de partager son intimité, dans un monde où pudeur et intimité ont quasiment disparu. Un début qui m'a émue, et m'a donnée plein d'espoirs pour la suite, n'étant pas un fan de Ferrari.
Antonia, jeune femme corse, est photographe. Elle n'a que trente-huit ans quand elle disparaît au détour d'un virage, suite à une nuit blanche. Une mort prématurée qui “constitue toujours, et d'autant plus qu'elle est soudaine, un scandale aux redoutables pouvoirs de séduction.”
Le temps de ses funérailles, Ferrari remonte le temps, à travers des épisodes de la vie de la jeune femme, se servant de sa relation à la photo, pour en faire une profonde méditation sur l'image.

Il part du lien intime qui unit dès l'origine la photographie à la mort......

Des actes brutalement arrachés à la sphère de l'intime pour être exposés en pleine lumière,
Où commence le viol de la sphère intime, l'indécence, l'obscénité ?
“des photos des cadavres, des porcs, des traînées de sang dans la neige.......ils aiment ça, ils adorent ça, tous, et moi aussi.”

Un témoignage nécessaire pour lutter contre « le silence et l'oubli »?....
“Il est encore là quand on vient décrocher les corps pour les entasser sur une charrette, il prend des photos qui ressemblent à des tableaux religieux, des pietà, des descentes de croix.... ”,

L'incarnation de la mort en personne, suspendant le temps,
“Sur les photographies, les vivants mêmes sont transformés en cadavres parce qu'à chaque fois que se déclenche l'obturateur, la mort est déjà passée.”,

L'occasion pour conserver les souvenirs de notre passé, en bien et en mal ,
“....curieusement, les hommes aiment à conserver le souvenir émouvant de leurs crimes, comme de leurs noces, de la naissance de leurs enfants ou de tout autre moment notable de leur vie, avec la même innocence. L'idée qu'ils portent ainsi contre eux-mêmes le plus accablant des témoignages, ne les effleure apparemment pas “,

La mesure de sa puissance bien au-delà de l'Art,
“À Corfou, à la fin du mois de décembre 1915......... il n'a pas seulement pris la photo d'un soldat famélique à l'agonie mais qu'il a capté une fois pour toutes, en une seule image saisissante, le visage du siècle.”,

Pour en arriver, “à Son image “, l'impossible représentation de l'idée de Dieu,....

La mort, la photo, la Corse, le FLNC, et la religion chrétienne sont les ingrédients de ce court roman, qui soulignent l'absurdité de la Vie. Traversant à vol d'oiseau l'histoire du XX iéme siècle, la photo, fil rouge du récit, valide « une mise en scène qui n'a rien à voir avec la réalité mais n'existe que dans l'attente de sa transformation en images. ». Elle souffre « toujours d'un excès ou d'un déficit de signification. »
Les livres de Ferrari m'attirent, par leur sujet et par leur côté qui me défie par les réflexions qu'ils suscitent. Là je suis comblée, et remercie Merik , dont le billet m'a poussée à renouer avec Ferrari, dont je n'avais pas eu l'envie de lire les deux avant-derniers livres.

“.....car Dieu a fait l'homme à Son image......les images sont une porte ouverte sur l'éternité. Mais la photographie ne dit rien de l'éternité, elle se complaît dans l'éphémère, atteste de l'irréversible et renvoie tout au néant.”
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10811
Fandol
  03 mai 2019
Original dans son approche de la littérature, captivant par son style et les idées qu'il déploie, Jérôme Ferrari a décidément une source d'inspiration très religieuse… Après le Sermon sur la chute de Rome qui lui avait valu le Prix Goncourt en 2012 puis deux autres romans que je n'ai pas lus, hélas, il nous entraîne dans une messe de funérailles peu ordinaire dans cette Corse qu'il connaît si bien et où il situait aussi le Sermon sur la chute de Rome.

À son image, comme le titre le laisse deviner, traite de la photographie, de son pouvoir et du métier de ceux qui gagnent leur vie en fixant sur pellicule, comme autrefois, ou dans une carte-mémoire aujourd'hui, des instantanés de vie ou de mort…
Antonia, héroïne du roman, a pu se consacrer à sa passion de la photographie et gagner un peu sa vie en travaillant pour un quotidien régional mais ne fait plus que des photos de mariage après une expérience traumatisante en ex-Yougoslavie.
L'auteur ne ménage aucun suspense, nous plongeant d'emblée dans le drame de la mort brutale d'Antonia, sur la route du retour chez elle : « La mort prématurée constitue toujours, et d'autant plus qu'elle est soudaine, un scandale aux redoutables pouvoirs de séduction. »
Intervient alors le personnage le plus important du roman : son parrain, un oncle du côté maternel devenu prêtre et à qui revient la redoutable charge de célébrer la messe servant de trame au récit de la vie d'Antonia.
Pas forcément en ordre chronologique, les souvenirs d'une vie brève mais intense remontent. Cela n'empêche pas les digressions, les références à des photos des guerres coloniales, le pouvoir de la presse mais c'est la Corse qui tient la vedette malgré l'épisode de la guerre civile entre Serbes et Croates.
C'est la période où les morts violentes se succèdent sur l'île de Beauté, des jeunes fauchés par un clan rival à cause de dissensions, de scissions, de différents que plus personne ne comprend. Antonia assiste à tout cela et constate comment son collègue plus expérimenté traite le crime : « Sa longue carrière dans la presse régionale lui ayant permis de développer des talents sans aucun doute innés, le journaliste cultivait désormais l'art de parler pour ne rien dire avec une virtuosité qui touchait au génie. Il combinait magistralement lieux communs, clichés, expressions toutes faites et considérations édifiantes de façon à produire sans coup férir et sur n'importe quel sujet des textes rigoureusement vides. »

Ainsi, dans À son image, Jérôme Ferrari explore tout un monde. D'abord celui de la photographie, celui des correspondants de guerre mais surtout le drame de cette jeunesse corse emportée par le mirage nationaliste. Les visages masqués, les armes en évidence mais surtout les règlements de compte sans fin, abrégeant de vies à peine entamées, d'une jeunesse brisée dans son élan ; morts voulues, programmées, alors que celle d'Antonia reste tellement injuste et révoltante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1032
palamede
  15 octobre 2018
Antonia ne croyait pas en Dieu, mais son oncle, qui lui avait offert son premier appareil photo, en célébrant la messe des morts peut pleurer et espérer qu'elle est auprès du Seigneur. A la lumière de photographies, associées à chaque moment de la liturgie de la messe de requiem pour la jeune photographe corse morte accidentellement, se dévoile « ...le lien intime unissant la photographie à la mort ». Un sujet dont Antonia est souvent le lien charnel.

En 1983, Antonia photographie les flammes qui menacent de ravager le village de ses parents et la peur des habitants. Bien avant en 1911, pour un journal Italien Gaston C. photographie à Tripoli des corps suppliciés et des pendaisons qui l'impressionnent mais lui font sentir à quel point il est vivant. A la même époque dans Les Balkans, Rista M. photographie la guerre et les supplices. Quand Antonia est devenue photographe professionnelle, en 1984, réduite à photographier des joueurs de pétanque, elle fait pour elle des photos des morts de la lutte armée des indépendantistes corses. Des jeunes gens à qui elle trouve un manque de crédibilité, bien que proches d'eux et maîtresse d'un des leurs. Et puis comme « Il est des appels auxquels on ne peut que répondre » Antonia part, contre l'avis de sa famille, photographier la guerre en Yougoslavie. Elle ne développera jamais les photos : impossibles à regarder.


Ces épisodes présentés sans chronologie, qui ont pour point commun la photographie et la mort, sont autant de prétextes pour une réflexion sur la foi, sur le nationalisme corse, sur le rôle de la photographie dans les guerres. Avec ce livre remarquable tant dans la forme que dans le fond, une manière pour Jérôme Ferrari de nous pousser à réfléchir sur l'image du réel à laquelle on s'attache, en réalité un instantané déjà dépassé au moment où il est fixé : ... « Sur les photographies, les vivants mêmes sont transformés en cadavres parce qu'à chaque fois que se déclenche l'obturateur, la mort est déjà passée. » Une image de la mort, quand il s'agit des guerres, souvent manipulée, tout aussi incapable de dire leur atroce réalité, de nous faire réfléchir pour qu'elles cessent : « la photographie ne dit rien de l'éternité, elle se complaît dans l'éphémère, atteste de l'irréversible et renvoie tout au néant. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          979
Merik
  25 août 2018
« À son image » renvoie celle d'un monde désespérément noir et plombé, porté par la beauté d'une plume majestueuse, adepte de longues phrases comme des salves de mots incessantes.
L'on y entre sur les pas d'Antonia la photographe corse qui sort d'un reportage de mariage pour n'en plus revenir, un banal et stupide accident de voiture et de falaise au bout d'une nuit blanche. C'est son oncle et parrain qui officiera la messe de son enterrement, point d'ancrage final du récit dans une narration qui semble débridée mais ne perd pas le lecteur, à base de retours en flash-back (et d'avancées en contre flash-back). Un parrain devenu prêtre sur le tard, très proche d'Antonia au cours de sa vie, qui a initié sa passion pour la photographie en lui offrant son premier appareil pour ses 14 ans. Jeune adulte elle sera photographe insatisfaite d'être cantonnée à un rôle d'observatrice du quotidien corse, amoureuse insatisfaite de voir son double dans ce nationaliste corse manquant d'envergure en dehors de leur village natal. Elle rêvera d'aller voir ailleurs, de liberté, de Yougoslavie.
Les éléments se mettent en place naturellement dans un puzzle où se mêle tout à la fois photographie de guerre et de quotidien, guerre de scission entre nationalistes corses du FLNC, mais aussi guerre en Yougoslavie, ou religion.

« À son image » semble questionner la photographie dans son rapport à la vie et à la mort : «Sur les photographies, les vivants mêmes sont transformés en cadavres parce qu'à chaque fois que se déclenche l'obturateur, la mort est déjà passée.». Les bios de deux photographes méconnus du début du siècle dernier (Gaston Chéreau et Rista Marjanovic) - « ou plutôt leur contreparties fictives », surgissent dans la narration et élargissent le propos à l'image de guerre : « Car en 1969, il ne peut plus ignorer que ce jour-là, sous la tente d'un hôpital de campagne, au bord du cimetière bleu de la Méditerranée, il n'a pas seulement pris la photo d'un soldat famélique à l'agonie (en 1915) mais qu'il a capté une fois pour toutes, en une seule image saisissante, le visage du siècle. ». Une vision générale sur le monde et ses guerres (et en filigrane l'impact de l'image de guerre), qui m'a semblé pessimiste, limite aquoiboniste. On pourrait y objecter que selon certains (dont Harrari), il y a tout de même de moins en moins de guerres dans le monde.

« Le parrain d'Antonia faisait le tour du cercueil, l'encensoir à la main, en pensant que jamais plus il ne voulait porter en terre quelqu'un qu'il avait connu enfant. S'il restait ici, il lui faudrait pourtant le faire à nouveau. Car rien ne changeait, rien ne cessait, rien ne commençait.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          836
Cancie
  28 février 2019
L'histoire se passe en Corse où l'on assiste à l'office funèbre d'Antonia. C'est son oncle et parrain, devenu prêtre, qui le célèbre. Antonia s'est tuée dans un accident de voiture, elle qui aimait avant tout la photographie.
Dans ce roman, Jérôme Ferrari nous parle de ce beau lieu qui unit Antonia avec son parrain mais il nous parle avant tout de l'usage de la photographie et de la mort. Il évoque aussi le nationalisme corse et la violence des guerres modernes.
À son image est un livre bouleversant, d'une très grande profondeur de réflexion sur la guerre. L'écriture de ce roman court et riche sur fond de sacré est belle et élégante.
Le récit s'articule autour de douze chapitres qui marquent la cérémonie religieuse. C'est le côté mystique et religieux sur lequel s'appuie tout le roman qui est, en fait, un huis-clos dans l'église corse où est célébrée cette messe des morts en l'honneur d'Antonia, que je n'ai pas vraiment apprécié.
Commenter  J’apprécie          828
LoloKiLi
  26 octobre 2018
Décidément cet auteur me fascine. Comment peut-on concevoir des phrases aussi longues et en même temps aussi précises, évocatrices et limpides ? Avec Ferrari j'ai l'impression d'avoir tout compris (Jéjé, je vous ai trouvé un slogan, c'est cadeau).

La construction de cette nouvelle oeuvre est tout aussi remarquable. Ancré sur une scène au présent – les obsèques religieuses d'Antonia, jeune photographe d'origine corse – le récit se fragmente en autant de chapitres que d'étapes liturgiques, chacune associée à une photo renvoyant elle-même à certains épisodes significatifs de l'existence d'Antonia.

Ça a l'air touffu comme ça mais chez Ferrari ça roule tout seul, et comme dans son "Sermon sur la chute de Rome", l'intrigue, prenante au demeurant, suscite également d'universelles et captivantes réflexions quant à l'ambivalente fragilité de l'Homme.

Et puis il y a la photographie et son rapport à la mort, l'engagement spirituel ou la lutte nationaliste, des thèmes en parallèle qui transcendent autant de pistes de méditation riches et pertinentes.

Je m'étais promis de faire court. Donc en résumé c'était mon deuxième Ferrari. Et certainement pas le dernier car autant l'avouer, je vous kiffe grave Jéjé.


Lien : http://minimalyks.tumblr.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7713
rabanne
  13 janvier 2019
C'est un roman exigeant, à l'image de la plume de l'auteur, exigeante. Une écriture imposante dans sa force, comme un bien nécessaire.
Déjà pour Le sermon sur la chute de Rome, j'étais sortie de ma lecture subjuguée, envahie par tant de sentiments mêlés, qu'il m'a fallu du temps pour rédiger une critique. Exactement pareil ici !

Les chapitres se déclinent autour de l'enterrement d'Antonia, une femme d'origine corse, fauchée brutalement à l'âge de 38 ans. L'on assiste à son interminable oraison funèbre, que son oncle de prêtre n'est pas prêt d'expédier facilement. Antonia est dans l'esprit de toute l'assistance, mais pas forcément dans le coeur de chacun...

Par son poids et son impact, l'image est au centre de ce récit, à travers la passion de l'héroïne pour la photographie dès son adolescence. De la photo familiale au reportage de guerre, de l'individuel au collectif, de l'esthétisme à la séduction, du trucage au détournement, c'est toute une interrogation sur notre monde qui se pose : son humanisme et sa loyauté n'ayant d'égal que sa violence et son obscénité (son "péché", dit le parrain-prêtre).
L'image, comme un reflet de soi (donc de Dieu ?), interpelle inévitablement notre Foi (ou absence de). Cette dernière est au coeur de ce roman (entre rite liturgique et citations bibliques), en passant par le doute, le sentiment d'injustice, de résignation, d'impuissance et d'impunité.
Enfin, un récit qui parle d'identité, de tradition, de combat, d'abandon, de culpabilité, de liberté et de mort.

Quel art de savoir partir d'une intrigue presque ordinaire, de la transcender ainsi, en une réflexion philosophique si intime et universelle à la fois !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6818
Eve-Yeshe
  09 décembre 2018
Le récit est présenté de manière originale : en célébrant cette messe, le parrain est dans la souffrance et ses idées partent un peu dans tous les sens, les souvenirs remontent et se mêlent au rituel.

C'est lui qui a offert l'appareil photo à Antonia car depuis l'enfance elle était fascinée par les photos de famille, la trace laissée par les anciens, ne sachant pas qu'il allait déclencher une vocation et à partir de ce jour elle ne va cesser de « mitrailler »… des scènes de crimes pour le journal qui l'emploie, des scènes de guerre ou des mariages, des familles.

Jérôme Ferrari nous raconte, certes, l'histoire d'Antonia qui grandit dans la violence de la Corse et des indépendantistes, avec des fréquentations que le parrain n'apprécie pas. Son fiancé aime la violence, notamment une scène où il tabasse un touriste devant sa femme et ses enfants, s'acharnant dur lui à coups de pieds, simplement parce que celui-ci l'a bousculé involontairement. Paradoxalement il va chercher à retrouver ce touriste le lendemain pour s'excuser.

Il nous raconte surtout la Photographie, ce qu'elle signifie : la fixation sur la pellicule d'un moment, d'un geste, de la mort. La photo témoigne que l'instant a existé, ne dit-on pas qu'on a immortalisé un évènement ou l'expression d'un visage (chacun se souvient du cliché de la jeune afghane qui a fait le tour du monde !) avec un paradoxe : saisir l'immortalité l'espace d'une seconde.



« le regard ne s'appuie sur les images que pour les traverser et saisir, au-delà d'elles, le mystère éternel et sans cesse renouvelé de la Passion. Oui, les images sont une porte ouverte sur l'éternité. Mais, la photographie ne dit rien de l'éternité, elle se complaît dans l'éphémère, atteste de l'irréversible et renvoie tout au néant. Si elle avait existé à l'époque de Jésus, le Christianisme ne se serait pas développé ou n'aurait été, au mieux, qu'une atroce religion du désespoir. » P 108



Saisir un visage pour s'en souvenir, mais aussi pour prouver qu'il a existé. Fixer une émotion, ou la mort. Antonia est fascinée par la mort, et ceci va la conduire à partir en Yougoslavie pour témoigner des atrocités commises quel que soit le camp. Mais, la mort ne se banalise pas surtout quand elle est violente et la jeune femme ne développera jamais les clichés qu'elle a pris pendant cette guerre.



"… Il se demandait ce qu'elle pouvait bien avoir vu pendant ses séjours dans l'effondrement sanglant de la Yougoslavie d'où elle n'avait finalement rapporté aucune photo, malgré le temps et l'argent investis dans ce voyage dont elle rêvait, mais elle refusait de dire quoi que ce soit…" P 107



Le parrain est un personnage très intéressant, sa tendresse contrastant avec la dureté de sa soeur. Il a du mal à gérer sa messe, assailli par ses souvenirs, sa culpabilité (c'est lui qui a offert l'appareil à Antonia) son envie d'être ailleurs pour donner libre cours à son chagrin, ses doutes… à l'exception du premier chapitre, et de ceux racontant d'autres photographes ou évènements, la messe va servir de toile de fond.

La violence est partout dans cette Corse que l'auteur nous raconte, elle est dans la rue, dans les règlements de compte, dans la famille, avec cette mère toxique, qui mène tout le monde à la baguette, programmant elle-même ce que doivent faire ou penser sa fille Antonia, mais aussi son fils, Marc-Aurèle, ou son mari : cette mère qui lui assène, lorsqu'elle veut partir en Yougoslavie, qu'elle n'a plus de fille, ou qui exige qu'elle rentre immédiatement malgré la fatigue qui sera fatale, ou qui fait pression sur propre frère pour qu'il dise la messe de funérailles…

Au passage, Jérôme Ferrari évoque des histoires de photographes qui n'ont rien à voir avec Antonia mais témoignent de leur temps, de leurs guerres. On parcourt le temps avec la Tripolitaine en 1911 avec des clichés de morts atroces, 1913 et les premières photos en couleurs, 1980 avec les arrestations en Corse, les procès…

On pourrait avoir l'impression que l'auteur nous embrouille, en cultivant ainsi le mélange des époques et des pays, sous fond de mouvements indépendantistes, or il n'en est rien, tous les sujets évoqués s'intriquent, prennent tout leur sens.

Ce roman interroge, bouscule le lecteur, ne le laisse jamais indifférent, le prend à témoin presque. J'ai retrouvé le même ressenti qu'à la lecture de « Sermon sur la chute de Rome » qui m'avait laissée un peu désemparée, me demandant si j'avais bien compris ou l'auteur voulait en venir, tout en aimant ce que je lisais.

Un auteur à part donc…
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          565
latina
  25 octobre 2019
« Il y a tant de façons de se montrer obscène »….
Et ici, Jérôme Ferrari en démonte – en démontre – deux, particulièrement : l'angélisme de la religion catholique et la photographie de guerre.

Nous voici donc directement au coeur du problème.
Antonia est une jeune photographe de presse corse, du moins elle a été photographe de presse, jusqu'à se rendre compte qu'être témoin d'atrocités et fixer celles-ci sur la pellicule est obscène.
Oui, se rendre compte qu'il y aura des lecteurs de journaux qui jetteront un regard horrifié vite détourné, vite « oublieux », sur les photos-témoins, sur les femmes éventrées, sur les enfants au ventre gonflé, sur les mourants, sur les pendus, sur les torturés aux yeux cousus, se rendre compte de cela et continuer à photographier, c'est obscène. « Ce désastre, elle ne veut pas le dupliquer ».
Or, ne rien comprendre, ne pas agir, ne pas réagir, Antonia ne peut non plus choisir cette option. « Ca aussi, c'est le péché ».
Antonia est divisée, tourmentée, tracassée par sa vocation et par les conséquences qu'elle entraine inévitablement.

Antonia a un parrain, un curé, qui essaie de parler avec elle, de la protéger en quelque sorte. Nous pénétrons dans sa conscience également, lui qui est divisé devant ce mal, devant le mal quotidien aussi. Que faire ? Comment réagir ? Trouver une réponse en parlant de Dieu ? Jésus aussi a pleuré devant sa propre mort, pourtant.
« L'insupportable angélisme : une forme particulièrement perverse d'assentiment donné à l'obscénité du monde »

Antonia est Corse. Elle assiste donc aux actions du FLNC, mouvement armé pour l'autonomie. Au départ des gamins, et puis doucement – enfin, c'est un euphémisme- qui bascule dans la violence extrême. Antonia ne peut que réagir, encore une fois, et se demander où va sombrer son île, où « on applaudit les revendications d'assassinats ». Encore une obscénité.

Ce roman fait de phrases immenses quasi sans ponctuation m'a littéralement subjuguée. Je me suis sentie portée, et presque sans m'en rendre compte, je réfléchissais.
Au monde perpétuellement en guerre, au regard satisfait des tueurs, aux pleurs des mères, aux prières… et aux témoins de tout cela, les photographes.
« Il n'y avait au fond que deux catégories de photos professionnelles, celles qui n'auraient pas dû exister, et celles qui méritaient de disparaitre, si bien que l'existence de la photographie était évidemment injustifiable. »

Photographier le monde, ou accepter ce monde, quel est le plus obscène ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5510
Patrijob
  04 octobre 2019
Une petite église de village dans le sud de la Corse.
Un prêtre, ravagé de tristesse, y célèbre une messe de funérailles, celles de sa nièce et filleule Antonia.
Parce qu'à 14 ans, elle s'était prise de passion pour les photos de famille, il lui avait offert son premier appareil.
Il ne se doutait pas qu'elle en ferait sa vocation et que, lasse des reportages sans intérêt que lui confie le journal local, elle déciderait de partir pour la Yougoslavie alors en guerre.
Elle en reviendra bouleversée, consciente de la puissance de l'image et des liens ambigus qu'elle tisse avec la réalité et la mort.
Sur fond de nationalisme corse et de lutte armée, elle prendra conscience de la difficulté de publier des photos qui indignent et qu'on voudrait oublier au plus vit, du pouvoir de la censure ou de l'auto-censure.

A travers ce récit, Jérôme Ferrari explore le domaine de la photographie de presse, consacrant notamment deux chapitres à des reporters du XXeme siècle et à leur travail sur le terrain.
Je reste une fervente admiratrice de sa très belle plume, à la fois dense et soignée.
J'aime beaucoup ses longues phrases construites avec intelligence et précision, dans lesquelles on ne s'égare jamais.
Un roman sombre, lourd de sens, sur lequel plane l'âme de la Corse et la ferveur de ses habitants mais aussi la noirceur cachée de la guerre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          505


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1897 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..