AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Bookycooky


Bookycooky
  31 août 2018
Le livre s'ouvre avec un premier chapitre sublime, où la pudeur d'un homme refuse de partager son intimité, dans un monde où pudeur et intimité ont quasiment disparu. Un début qui m'a émue, et m'a donnée plein d'espoirs pour la suite, n'étant pas un fan de Ferrari.
Antonia, jeune femme corse, est photographe. Elle n'a que trente-huit ans quand elle disparaît au détour d'un virage, suite à une nuit blanche. Une mort prématurée qui “constitue toujours, et d'autant plus qu'elle est soudaine, un scandale aux redoutables pouvoirs de séduction.”
Le temps de ses funérailles, Ferrari remonte le temps, à travers des épisodes de la vie de la jeune femme, se servant de sa relation à la photo, pour en faire une profonde méditation sur l'image.

Il part du lien intime qui unit dès l'origine la photographie à la mort......

Des actes brutalement arrachés à la sphère de l'intime pour être exposés en pleine lumière,
Où commence le viol de la sphère intime, l'indécence, l'obscénité ?
“des photos des cadavres, des porcs, des traînées de sang dans la neige.......ils aiment ça, ils adorent ça, tous, et moi aussi.”

Un témoignage nécessaire pour lutter contre « le silence et l'oubli »?....
“Il est encore là quand on vient décrocher les corps pour les entasser sur une charrette, il prend des photos qui ressemblent à des tableaux religieux, des pietà, des descentes de croix.... ”,

L'incarnation de la mort en personne, suspendant le temps,
“Sur les photographies, les vivants mêmes sont transformés en cadavres parce qu'à chaque fois que se déclenche l'obturateur, la mort est déjà passée.”,

L'occasion pour conserver les souvenirs de notre passé, en bien et en mal ,
“....curieusement, les hommes aiment à conserver le souvenir émouvant de leurs crimes, comme de leurs noces, de la naissance de leurs enfants ou de tout autre moment notable de leur vie, avec la même innocence. L'idée qu'ils portent ainsi contre eux-mêmes le plus accablant des témoignages, ne les effleure apparemment pas “,

La mesure de sa puissance bien au-delà de l'Art,
“À Corfou, à la fin du mois de décembre 1915......... il n'a pas seulement pris la photo d'un soldat famélique à l'agonie mais qu'il a capté une fois pour toutes, en une seule image saisissante, le visage du siècle.”,

Pour en arriver, “à Son image “, l'impossible représentation de l'idée de Dieu,....

La mort, la photo, la Corse, le FLNC, et la religion chrétienne sont les ingrédients de ce court roman, qui soulignent l'absurdité de la Vie. Traversant à vol d'oiseau l'histoire du XX iéme siècle, la photo, fil rouge du récit, valide « une mise en scène qui n'a rien à voir avec la réalité mais n'existe que dans l'attente de sa transformation en images. ». Elle souffre « toujours d'un excès ou d'un déficit de signification. »
Les livres de Ferrari m'attirent, par leur sujet et par leur côté qui me défie par les réflexions qu'ils suscitent. Là je suis comblée, et remercie Merik , dont le billet m'a poussée à renouer avec Ferrari, dont je n'avais pas eu l'envie de lire les deux avant-derniers livres.

“.....car Dieu a fait l'homme à Son image......les images sont une porte ouverte sur l'éternité. Mais la photographie ne dit rien de l'éternité, elle se complaît dans l'éphémère, atteste de l'irréversible et renvoie tout au néant.”
Commenter  J’apprécie          10811



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (100)voir plus