AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2709642972
Éditeur : J.-C. Lattès (02/09/2015)

Note moyenne : 2.6/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Paul O’Rourke est un dentiste hors-pair, un New-Yorkais qui entretient avec sa ville des rapports ambigus, un athée convaincu, un supporter désenchanté des Red Sox, et grand amateur de mokaccino. Et pourtant il est hors du monde moderne. Son métier, certes, occupe ses journées, mais ses nuits ne sont qu’une succession de regrets ; il ressasse les erreurs qu’il a commises avec Connie, son ex-petite amie (qui est également l’une de ses employées) et, tour à tour, vitu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
livrevie
  06 septembre 2015
J'ai peur des dentistes. Voilà, c'est dit. J'ai même très, très peur des dentistes. Une véritable phobie. de celles qui font que, lorsque je vais faire mon contrôle annuel dentaire, je suis obligée de rappeler à mon dentiste que j'ai très peur, et que comme j'ai peur, je pourrais devenir agressive. Refermer ma bouche brusquement sur ses doigts fait partie des réactions que j'ai du mal à contrôler. Inutile de préciser que lorsque l'incident se produit, mon dentiste perd son sourire aimable. Chaque année, je lui rappelle que j'ai été traumatisée, adolescente avec mes dents de sagesse qui sont apparues très tôt (j'ai toujours été très sage, que voulez-vous), mais j'omets de lui dire que même avant cela, j'avais déjà cette peur-panique.
Pour moi, un dentiste n'est pas humain. Derrière le sourire doux se cache autre chose. Un démon ? Une créature surnaturelle qui se nourrirait de l'émail de mes dents ? Un extraterrestre venu étudier notre ADN dentaire avant l'invasion planifiée de notre planète ? Ça ne peut être que cela. Un dentiste ne peut pas être un homme comme les autres, non, ce n'est pas possible. Un homme qui se cache derrière un masque est forcément louche. A moins que...
Paul O'Rourke n'a rien d'un vampire ou d'un démon. Il n'a pas de tentacules qui sortiraient de l'arrière de sa tête pour arracher les dents ou aspirer le sang de ses patients. Non. C'est un homme rien qu'un homme, avec sa conception de la vie et ses petites manies.
Paul est un dentiste réputé au cabinet bien rempli. Entouré d'une équipe solide, il a tout pour être heureux. Sauf que la vie de Paul est pleine de ses doutes, de ses questions, de ses regrets... et de sa solitude... Sa vie suit un fleuve en apparence tranquille, et il se laisse porter par le flot de sa monotonie. Jusqu'à ce que quelqu'un publie sa bibliographie sur le net. Et ce quelqu'un utilise la Bible pour faire sa bio. La Bible ! Alors que Paul est athée ! Et ce quelqu'un insiste en renouvelant plusieurs fois les communiqués via les nouvelles technologies. Quelqu'un a usurpé son identité ! Quelqu'un essaye de le faire passer pour ce qu'il n'est pas ! Quelqu'un essaye de le faire disparaître en réécrivant sa personnalité, son essence ! Quelqu'un lui vole sa vie tout simplement ! Commence alors un échange entre lui et son « biographe » qui l'enfonce dans un imbroglio de situations, où rencontres et complications vont jalonner ses jours.
Malgré un début un peu long à mon goût, début dans lequel les considérations et l'introspection du narrateur occupent une place considérable et pénalisent un peu le rythme du récit, j'ai pris beaucoup de plaisir à cette lecture. L'écriture est soignée, gagne en rythme au fil des pages, les personnages attachants et plein d'humour.
Lien : http://lelivrevie.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282
Josephine2
  21 août 2015
Ouf !!!! Je n'arrive pas mais pas du tout à rentrer dans cette histoire beaucoup trop prolixe à mon goût et qui ne me fais pas rire du tout, mais alors là pas du tout.
Paul O'Rourke est un insatisfait. Il n'y a que lui qui trouve grâce à ses yeux. En plus, c'est un gougat ! Il a tout pour être heureux, mais cela ne le satisfait pas. En plus, personne ne lui plaît.
Pour quelqu'un d'athée, il parle beaucoup beaucoup de Dieu.
Bref, je ne suis pas allée au bout de cette histoire, qui vous l'aurez compris, n'est pas du tout, mais pas du tout fait pour moi.
Commenter  J’apprécie          171
LunaZione
  12 octobre 2015
Je tiens tout d'abord à remercier les éditions JC Lattès pour l'envoi de ce roman. Son résumé m'avait beaucoup intriguée et, en effet, j'ai passé un très bon moment avec ce roman très surprenant.
Se lever à nouveau de bonne heure n'est pas franchement un livre comme les autres, notamment à cause de son ambiance. Ce n'est vraiment pas avec cette histoire que vous allez rêver de gentils petits bisounours ! Non, pas qu'elle fasse peur, juste que l'atmosphère est particulièrement lourde et pesante... le ton de l'histoire m'a également déstabilisée : ce livre ne respire pas la joie et l'on sent réellement toute la profondeur du désespoir de Paul.
J'ai bien aimé l'intrigue avec le pirate virtuel même si j'ai beaucoup moins accroché avec la philosophie qu'il met en avant : tout ce charabia religieux m'a assez effrayée... C'est assez sectaire en faire.
J'ai également bien aimé les histoires du bureau et notamment la relation de Paul avec Connie, les frasques de Betsy et les silences d'Abby. Cela dit, ce sont tout de même les histoires de dentistes et ces bouches dans un sale état qui m'ont le plus passionnée (je sais, je sais, je suis bizarre ! #medecinemapervertie).
Du coup, Paul n'est pas particulièrement sympathique : il faut dire qu'il n'a pas franchement fait le deuil de sa relation avec Connie et que son métier de dentiste ne le passionne pas... Bref, il déprime un peu ce qui n'aide pas forcément à se reconnaitre en lui.
Les autres personnages sont davantage sympathiques mais on les croise finalement assez peu souvent dans ce roman. Cela dit, j'ai beaucoup aimé les réflexions de Betsy qui m'ont beaucoup amusée !
L'écriture de Joshua Ferris est agréable et fluide. J'ai beaucoup apprécié la diversité des émotions qu'il m'a procuré tout au long de son histoire et ai été surprise par le côté crédible de la nouvelle "religion" qu'il nous décrit : elle est très détaillée, avec des textes à l'ambiance sacrée. Il doit y avoir un gourou qui se cache en cet auteur ! ;)
Une belle découverte, très différente et assez perturbante !
Lien : http://lunazione.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
LeaTouchBook
  03 septembre 2015
Avis de Grybouille (Chroniqueur chez Léa Touch Book) :
En construisant le bandeau de ma chronique, je recherche une photo de l'auteur et…Badaboum, Boumdaba… Vous avez vu la photo de Joshua Ferris ?
Lorsque l'on dit que « le talent n'attend pas le nombre des années.»
Bon voilà le p'tit duc déprime, le temps passe tellement vite ! Minute dépressive, un lexo, une tisane, un suppo et au lit…
Mais c'est mal me connaitre cela me fait redoubler d'efforts, alors à partir d'aujourd'hui je rajoute une analyse de la couverture des livres que je lirai. Et paf !
Pourquoi ? Mais c'est la première chose que nous voyons dans les rayons de notre librairie préférée et sur la toile idem, lorsque nous sommes en mode « recherche » à l'affut de la perle qui va donner un sens à nos lectures.
Est-ce déjà la 1ère page du roman ? Seulement la découverte ? Une habile accroche ? Presque un résumé ou simplement le coté « packaging » du « marketing » ?
J'ai la faiblesse de penser que c'est déjà la lumière qui doit éclairer les pages intérieures qui sont encore cachées à notre vue en ces premiers instants de découverte.
Après cela le p'tit duc est classé dans la famille des hallucinés… La suite vous dira pourquoi.
Donc la couverture de « Se lever à nouveau de bonne heure »,
Le sommet des buildings qui émergent d'un brouillard cotonneux, une parabole pour signifier que nous errons tous à un moment ou un autre avec plus ou moins de bonheur dans nos questionnements, à la recherche de notre « moi » avant de nous extraire de nos angoisses de citadins stressés, névrosés, pour enfin vivre pleinement cette vie qui nous est donnée, accordée ?
Un livre dans les vapeurs… de Protoxyde d'Azote !
Le titre déjà, « Se lever à nouveau de bonne heure », fermez les yeux, répétez le, écoutez le ce titre… « Se lever à nouveau de bonheur ». A y est, vous y êtes, la recherche du bonheur, de l'équilibre, du « soi », être bien pour apporter aux autres son meilleur…
Croyez-moi les écrits de ce roman m'ont emmené très loin. Certains écrivains sont vraiment là pour, tout en nous distrayant nous faire réfléchir et Joshua Ferris en fait partie.
Le livre ? Un personnage en pleine quête.
La disparition d'un père trop vite parti pendant son enfance, le rend sensible aux familles nombreuses et unies. le manque de spiritualité le place en mode recherche, doute, existe-t-il un Dieu ? Ses rencontres amoureuses, qu'il qualifie de période où il est « exclavaginé », son âme soeur va-t-il la rencontrer ? Pourquoi ne regarde-t-il jamais la 6ème manche des matchs de Baseball ? Et enfin pourquoi ses patients ne se servent-ils pas du fil dentaire ?
L'histoire de Paul O'Rourke, dentiste reconnu, un cabinet dentaire qui ne désemplit pas, notre personnage ne manque de rien « matériellement parlant », mais « Tout avoir ce n'est rien. D'accord tout avoir, c'est déjà quelque chose, mais ne sera jamais tout. »
Sa vie ? Soigner des dents / Un mokaccino / Une pizza / le Baseball / La VOD / le golf / Dieu / La Bible / Les visites dans New-York / le sexe / Les poètes / Les églises... il était revenu de TOUT…
Son équipe au travail : « C'est l'assurance de n'être jamais seul »
Abby, assistante dentaire, imperturbable derrière son masque, des yeux
Connie, secrétaire, un passage par la case relations amoureuses, de confession Juive
Betsy, hygiéniste dentaire, une foi inébranlable en Dieu « Elle vivait un ménage à trois avec le Père, le Fils et le Saint-Esprit… »
Et son « Ego-Machine », Qu'est-ce qu'une égo-machine ? Tic-Tac… Vous donnez votre langue au p'tit duc ? Non ? Tant pis, il faudra lire le livre !
Et puis un jour sur Internet, un site Web, son cabinet dentaire… Quelqu'un a créé sans son autorisation un compte. QUI ? Sur sa Bio un passage de la Bible ? Lui qui est athée… On le dépossède de sa personnalité !
Un dialogue s'installe via la toile entre Paul et celui ou celle qui a usurpé son identité…
Les rencontres vont s'enchainer, les situations vont se compliquer à loisir « … Je suis coincé là-dedans, soupirai-je en contemplant ma page Facebook. Ma vie, maintenant, elle est là… Je ne maitrise plus rien… Je suis pris en otage… Ils m'ont volé ma vie ! »
C'est un livre qui a parlé au p'tit duc, une écriture soignée, un sens de l'humour jouissif, des références solides, une volonté de tous les instants de respecter ses lecteurs, Joshua Ferris fait parti des futures grandes références dans ce type de roman. En l'achetant vous investissez…

Deux, trois « petites phrases », ou plus :
« Etre ignoré de Dieu à la toute fin, ce doit être terrifiant. Mais l'être durant sa vie… C'est çà l'enfer »
« le bouddhisme, Ils ont de bonnes réponses aux mauvaises questions »
L'avocate qui doit le défendre, en parlant du site « Il est plutôt bien fait, c'est déjà çà ! »
« Etre raide LOVE, c'est penser avoir trouvé tout ce qui manquait jusqu'ici à sa vie… c'est la fièvre… l'obsession, la folie… c'est l'appel du vagin… esclavaginé. » Paul
En parlant de ses patients : « On me réclamait des sourires… même celui bovin et cagneux de Tom Cruise… à l'autre bout de l'échelle ceux dépourvus d'assurance maladie… whisky et aspirine. »
Pour le Grybouille : « le Baseball, c'est la métamorphose miraculeuse de l'ennui en tension indescriptible »
Bon FIN, je chausse mes « jogs » et direction la route là où elle me conduira, une façon d'éliminer les vapeurs de protoxyde d'azote…
@bientôt mes soeurs et mes frères de lecture,
« N'oubliez pas de rêver, c'est la moitié de nos vies et on ne paye pas encore d'impôts dessus, profitez...»
Lien : http://leatouchbook.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DOMS
  27 août 2015
J’ai eu très envie de lire ce livre pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la littérature : le protagoniste principal est dentiste, grand supporter d’une équipe de baseball et il vit à New York (et là, ceux qui me connaissent bien comprendrons !)
A New York donc, Paul O’Rourke exerce brillamment son métier de dentiste assisté par Connie, son ex-petite amie, juive non pratiquante, par Betty, catholique convaincue et prosélyte, et par Abby, discrète et relativement efficace. Son cabinet est prospère et tout semble aller pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.
Un jour, alors que Paul est totalement réfractaire à tous médias sociaux, il découvre son propre site internet, très complet et précis, sur lequel foisonnent de bien étranges publications. Facebook, Twitter, le blog, rien ne lui sera épargné et l’usurpation d’identité est avérée. A l’heure des piratages de sites, de boites mail ou de profil Facebook, chacun se demande, tout comme Paul, comment réagir. Faut-il tout détruire et abandonner toute publication, réagir ou au contraire se taire. Les questions sont posées et l’auteur n’en donne aucune réponse, à chacun d’entre nous de s’interroger.
Joshua Ferris déroule un personnage imperturbable et sûr de lui, de ses valeurs, aux affirmations catégoriques. Son parti pris à propos de la religion, son enthousiasme à l’égard des équipes de baseball ou même ses allégations à l’égard de ses patients, parfois gentilles mais plus souvent caustiques sont autant de moments particulièrement cocasses. Ce qui est intéressant, c’est le cheminement qui va s’opérer dans les pensées de Paul. Au fil de pages, on découvre ses réactions, ses interrogations et ses questionnements sur la vie, la religion, sur son rapport aux autres, subitement bouleversés par ces écrits qui ne sont pas les siens, mais dont il aurait pu être l’auteur… ou pas.
Le style est drôle, sarcastique avec un fond comique qui vous fait exploser de rire au fil des pages, alors que la situation est loin d’être humoristique. J’ai adoré certains passages qui m’ont littéralement mis les larmes aux yeux de rire. Les situations parfois burlesques, les interrogations de Paul, sa mauvaise foi évidente par moment, son manque de remise en question puis son acceptation d’une situation qui aurait dû le révolter sont autant de questions que chacun peut se poser. C’est pour moi une belle découverte de cette rentrée littéraire. Et je vous promets qu’après avoir lu ce livre vous ne considérerez plus votre fil dentaire de la même façon !

Lien : https://domiclire.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
DOMSDOMS   15 août 2015
Notre amitié comptait donc aussi peu ? Pendant que nous parlions, moi assis sur une machine bizarre et lui couché sur le banc avec ses galettes, je réalisais que j'aurais pu être n'importe qui pour McGowan. J'étais juste une connaissance de la salle de sport et notre amitié se limitait au fait d'excercer le même métier et d'avoir un faible pour la même équipe de baseball..(.....)..Et cela m'emplissait d'une infinie tristesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
JIEMDEJIEMDE   01 janvier 2016
Chez l'athée, le plus triste ce n'est pas la perte de la foi et, par suite, des réconforts qu'elle procure - et ce n'est pas un epsilon négligeable, je vous le dis ! Non, le plus terrible, c'est la perte d'un vocabulaire essentiel à l'humanité. La grâce, la compassion, la transcendance...
Commenter  J’apprécie          82
DOMSDOMS   15 août 2015
Il fallait pourtant que je m'endorme avant maman, parce que sinon, si je restais la seule personne éveillée dans la maison c'était comme être seul au monde.Et ça il n'y avait rien de plus terrifiant, rien de plus triste.
Commenter  J’apprécie          50
celine85celine85   29 octobre 2015
Moi, je m'exclus du monde? " vous n'avez pas de site Internet. Et vous refusez de créer votre page Facebook, précisé-t-elle. Vous n'avez aucune existence en ligne. Barry Hallow dit que.. " " Et c'est pour ça que je m'exclus du monde? Parce que je n'ai pas de page Facebook?"
Commenter  J’apprécie          10
laurannslauranns   12 novembre 2015
J'aurais aimé croire en Dieu. Il y aurait eu alors dans ma vie quelque chose de plus important que le reste. En croyant en Dieu, j' aurai pu profiter de l'existence, être content de moi, avoir l'esprit tranquille. Tout serait possible! L'éternité me serait offerte!
Commenter  J’apprécie          10
Video de Joshua Ferris (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joshua Ferris
Joshua Ferris - Le pied mécanique .Joshua Ferris vous présente son ouvrage "Le pied mécanique" aux éditions Lattès.http://www.mollat.com/livres/joshua-ferris-pied-mecanique-roman-9782709635301.htmlNotes de musique : Poulenc / 18 - Deux Poemes de Louis Aragon, Fp 122 - 1. "C"
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox