AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782894850664
Éditeur : MICHEL BRULE (01/12/1998)
4.17/5   3 notes
Résumé :
Avec La conférence inachevée, Jacques Ferron livre ses dernières réflexions sur la mort et la folie. Le caractère autobiographique de certains textes jette un éclairage nouveau sur la vie et l'oeuvre de cet écrivain majeur du Québec: humaniste et polémiste, Jacques Ferron n'hésite pas à puiser à même sa vie et sa pratique médicale, à se situer au centre de son oeuvre tout en demeurant d'une humilité touchante.

On redécouvre un Jacques Ferron boulever... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
GB
  10 juillet 2016
2 oeuvres qui sont parues après le décès de Ferron. La folie est un peu le thème central car il l'a côtoyée de près et s,est impliqué auprès des malades. Il critique ses confrères et surtout la façon de traiter les malades. Excellente lecture
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
gauthiermylenegauthiermylene   04 janvier 2019
Or voici: dans la salle Sainte-Hélène, geôle de la psychiatrie, qui précédait immédiatement Sainte-Agathe aux confins du pavillon Sainte-Marie, il y avait une mutique qui restait dans son cabanon. Internée toute jeune, à quinze ans, elle eut la permission de revenir à la maison et prévint que si on la retournait à Saint-Jean-de-Dieu, jamais plus elle ne parlerait. Sa mère l'y retourna: depuis vingt-huit ans, elle n'a pas dit un seul mot. En 1970, en même temps que moi, s'amènent à Longue-Pointe Philippe et Edmée Koechlin, apôtres de la douceur, ennemis de toute contrainte, champions libérateurs. Ils prennent charge de Sainte-Hélène et consacreront une année à ses dix-sept recluses, dont Céline, la mutique, qui les intéresse tout particulièrement. Ils s'insinuent auprès d'elle, tous les moyens sont bons: ils jouent au papa et à la maman psychiatres. Chaque jour Philippe s'assoit auprès d'elle, lui parlant sans la toucher, tandis qu'Edmée lui tient la main. Ces gens saugrenus, ahurissants, aux-quels Céline ne s'attendait pas, venus spécialement pour elle de France, lui expliquant qu'« ils l'aiment comme l'une de leurs filles ». Et ils l'amènent se promener en auto. Comment Céline, après sa longue ténèbre, toute éblouie par la lumière, n'aurait-elle pas parlé? Elle parla, mettant fin à son mutisme de vingt-huit ans qui faisait toute sa grandeur. Elle se rendit compte de sa perte quand ses parents impromptus, tout fiers d'eux-mêmes, rentrèrent en France pour y céllébrer leur exploit dans un livre paru chez Maspero en 1973, Corridors de sécurité. Céline dira de Philippe Koechlin qu'il « avait une maudite face de serpent » et qu'ils étaient tous deux « des voleurs d'âme ».

Ils l'étaient, en effet, puisque sous des prétextes humanitaires ils avaient abusé d'elle pour la dépouiller du prodigieux silence dans lequel, démunie de tout, dans le plus grand désarroi, elle avait investi tout son coeur, toute son âme. C'est par le silence de Céline que j'ai appris ce que Mariette avait à me dire avec ses mots hachés menus sur une plainte trachérale, qu'on lui avait arraché la voix comme une dent avec un davier sanglant. Eût-elle réappris à parler, elle se fut avilie à des futilités, devenant une petite vieille quelconque. Au travers de ses supplices, elle, acquis une irremplaçable grandeur. La voix d'égorgée restait sans remède. Mariette avait atteint une sorte d'absolu devant lequel on n'a plus rien d'autre à faire qu'à s'incliner humblement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ieo9ieo9   17 septembre 2013
Il était certainement assez jeune, mais à cette époque et même longtemps après, la soutane empêchait de telles considérations parce qu’elle intimidait, partie intégrante qui mettait ces Messieurs hors du temps. Ils restaient longtemps, très longtemps, sans âge, puis un jour ils étaient vieux et encore plus intimidants.
Commenter  J’apprécie          30
GBGB   23 juin 2016
...Cadieu apprit que la dysarthrie , un mot nouveau qui l'inquiétait, n'avait rien de sorcier et qu'il signifiait tout bonnement parler avec difficulté, les dents toutes mêlées dans la bouche. ( p.172)
Commenter  J’apprécie          10
GBGB   23 juin 2016
L'obstination est une forme de courage et aussi de fierté dont on ne devrait jamais sous-estimer les ressources, non plus que celles de la liberté. (p 86)
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jacques Ferron (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Ferron
PIÈCE D'IDENTITÉ - NATHALIE LESSARD - YouTube
autres livres classés : folieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1161 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre