AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2800413085
Éditeur : Université de Bruxelles (20/03/2003)

Note moyenne : 3/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Philosophie, psychologie, sciences sociales et politiques sont convoquées pour une réflexion sur l'éducation. La crise de l'Ecole, le malaise de l'Université, mais aussi le défi de l'Europe en construction, situent l'urgence d'une critique qui ne saurait être efficace qu'en se réappropriant le riche héritage de l'histoire de la pensée en la matière. Avant les sciences de l'éducation, et avant les percées réalisées par l'épistémologie génétique, la psychologie du dév... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Enroute
  19 mai 2017
Il s'agit de présenter la manière dont s'organise la démocratie postnationale autrement dit la démocratie internationale telle que nous sommes en train de le vivre au sein du projet européen.
Je ne me suis pas appesanti sur les contributions les plus philosophiques (si tant est que j'eusse été dans l'absolu capable de les comprendre), mais ai apprécié comme, il me semble, toujours, la contribution de Paul Magnette.
La démocratisation du projet européen pourrait passer pour lui par une reconnaissance du double niveau de délibérations politiques (national et européen), la création de moments de délibération communs (pour que les citoyens participent et abandonnent cette impression que tout est lent et que rien ne se décide avec lui), la reconnaissance d'une institution à même de contrôler toutes les autres (pouvoir de sanction) pour marquer que les institutions sont au service du projet politique et que leur indépendance n'est pas une liberté déresponsabilisée, restaurer le conflit politique afin de rendre possibles les innovations politiques et la participation des citoyens et épurer le clivage politique au Parlement européen sur la question de la régulation du marché (la gauche pour la régulation, la droite pour la dérégulation), attendu qu'il est impossible d'avoir une politique subtile en présence d'une centaine de partis politiques (le cas aujourd'hui au parlement européen). On aurait tort en tout les cas de reproduire le modèle pyramidal de l'Etat-nation où une institution chapeaute les autres, car ce serait choisir un modèle fédéral (s'il s'agit du parlement) ou un modèle confédéral (s'il s'agit du Conseil européen), ce qui dénature le projet qui reste une organisation politique postnationale et non supranationale. D'où la difficulté du projet qui nécessite que les citoyens se fassent à l'idée qu'ils puissent exercerune souveraineté nationale et une souveraineté internationale (européenne) sans que cela soit contradictoire ni ne menace leurs systèmes politiques.
Les autres contributions rappellent la singularité du projet européen (aucun autre projet politique n'a dépassé le stade de l'Etat-nation), la manière dont les sociologues envisagent la constitution de la moralité chez l'enfant et l'impossibilité qu'il y ait pour des sociétés qui vivent dans l'imaginaire d'une liberté et d'une égalité partagées d'évoluer autrement que vers une société cosmopolitique, ou, autrement dit, une internationalisation de la démocratie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
EnrouteEnroute   19 mai 2017
"Le modèle communautaire, dans sa forme actuelle, est probablement l'un des systèmes qui encourage le mieux le retrait civique. L'hyper-sophistication de son cadre institutionnel ; le procéduralisme de ses mécanismes de décision ; le style très technique de ses normes et le découpage alambiqué de ses compétences, contribuent à décourager le citoyen ordinaire de s'intéresser à la chose européenne. Tout y est fait, de surcroît, pour "dépolitiser" les enjeux sensibles, c'est-à-dire pour transformer en "questions techniques" ou "problèmes juridiques" les rapports de force entre groupes sociaux."

Paul Magnette
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
EnrouteEnroute   19 mai 2017
"Aujourd'hui, alors que le système institutionnel de l'Union est à peu près stabilisé, et que son existence n'est plus tellement mise en cause, elle pourrait prendre le risque de la politisation."

Paul Magnette
Commenter  J’apprécie          10
EnrouteEnroute   19 mai 2017
"La structuration de la communication médiatique doit à son tour devenir un enjeu central sur le plan politique."

Boris Lebois
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Jean-Marc Ferry (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Marc Ferry
L'Europe, quel horizon spirituel et politique ? - Les Mardis des Bernardins .Mardi des Bernardins du 17 septembre 2013 En partenariat avec l?Académie catholique de France Les religions peuvent-elles donner du sens au projet européen ? Lui donner une identité, une « âme » ? L?Europe connaît une crise politique et spirituelle profonde qui met désormais en jeu son propre destin. Les chrétiens qui ont contribué à sa construction historique, tout particulièrement au lendemain de la Seconde guerre mondiale, ne peuvent comme tels s?absenter d?une réflexion, avec d?autres, sur les causes, les enjeux et les effets du moment européen actuel. A partir de l?ouvrage publié par l?Académie catholique de France en 2013, Une crise chrétienne de l'Europe ? L?urgence européenne, et de l?ouvrage publié par Jean-Marc Ferry en 2012, l'Europe interdite, trois intervenants présenteront leurs analyses sur la situation européenne et les remèdes à lui apporter. INTERVENANTS Jean-Marc Ferry président de la Chaire de philosophie de l'Europe de l'université de Nantes. P. Philippe Capelle-Dumont président de l'Académie catholique de France, professeur à l?université de Strasbourg Jean-Dominique Durand professeur à l?université de Lyon III
+ Lire la suite
autres livres classés : politiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox