AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782100773282
144 pages
Éditeur : Dunod (26/09/2018)

Note moyenne : 4/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Le vin de Bordeaux sera-t-il bientôt cultivé en Angleterre? Verrons-nous des kangourous dans nos jardins ? Des oiseaux, des poissons, des arbres et même des forêts entières se déplacent. Dans notre environnement tout est mouvement, mais faut-il s'en inquiéter ?
Deux naturalistes de renom font un point sur ces bouleversements, avec ce message rassurant : faisons confiance à la nature. Graines voyageuses, retour des loups, grenouilles géantes, escargots ita... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
patricelucquiaud
  02 novembre 2019
Non ce n'est pas une lubie et encore moins une craque du Farfadet malicieux mais bel et bien le titre d'un livre des éditions DUNOD écrit par deux auteurs spécialistes de la Nature, écolos jusque dans l'énoncé rhétorique de leurs convictions profondes.
Entre interventionnisme et laisser faire se situe leurs visions du devenir de notre planète et de l'évolution naturelle des règnes vivants qui la caractérise : plantes et animaux. L'homme super prédateur et déprédateur n'est pas oublié surtout comme cause première des bouleversements climatiques qu'ont générés ses activités ravageuses et polluantes au cours des deux derniers siècles.
Si bon nombre d'entre eux, m'y incluant évidemment, sont compromis dans ces basses besognes et consommations d'énergie voraces à l'origine du réchauffement climatique observé depuis plusieurs décennies, il en est d'autres conscients des maux et catastrophes engendrés présents et à venir, qui cherchent les solutions pour freiner cette montée excessive de la température qui remodèle les terres, les rivages, métamorphose les paysages ce qui provoque des migrations importantes des zones climatiques et des espèces vivantes végétaux, bêtes, et humains se déplaçant depuis les terres devenues arides vers des régions tempérées, suffisamment irriguées et donc viables et cultivables.
C'est cette remontée vers le Nord de tous ces êtres vivants que nous expose Georges Feterman & Marc Rigaud en en faisant le constat inéluctable. Mais, plutôt que de verser dans le catastrophisme alarmant, ils nous expliquent que la Nature, même mise à mal, sait compenser et, avec le temps, soigner les plaies occasionnées par nos excès de consommations de matières nutritives et transformables complétés de nos incessants manques de soins, pratiquant en quelque sorte l'autoguérison... nous recommandant vivement de lui faire confiance...
Eh oui !... La Nature sait, mieux que nous les humains, comment s'y prendre pour survivre aux maux que nous lui infligeons et se régénérer. Il n'est qu'à observer comment elle se meut, et fait se déplacer ses occupants générateurs et activateurs de toutes formes de vies.
Quelle magistrale leçon de sciences naturelles ! La Vie se manifeste en tout premier lieu par le mouvement... gestes initiaux dans ce qui est croissance, sur place, elle érige vers le haut, gestes impérieux dans la survie, elle progresse horizontalement... qu'importe la durée... dans l'espace elle concentre le temps, dans le temps elle investi et augmente l'espace.
Mais ceci veut-il dire que : alors, basta !... poursuivons nos oeuvres destructrices en usant de toutes ses ressources qui semblent inépuisables, nous disant que Elle, Dame Nature, palliera à tous les ravages résultant de nos excès et réorganisera la Vie d'un endroit à l'autre, sans jamais se lasser ?
Non, il ne peut être question de poursuivre ces activités de maltraitance de nos sols pour en extirper le maximum de nourriture et d'énergie ; il faut nécessairement ralentir notre consommation dans tous les domaines correspondant à nos multiples besoins et donc cultiver exploiter avec discernement en employant des méthodes écologiques respectueuses des écosystèmes et de tout ce qui s'inscrit dans le Vivant.
Poursuivant leur démonstration, Georges Feterman & Marc Rigaud, nous indique que là où la Nature produit elle même des changements, des déplacements d'espèces, nous n'avons pas à intervenir sinon, nous mettant en retrait, favoriser ces mutations provenant d'une « Sagesse » qui nous dépasse, nous étonne mais doit aussi nous rassurer. J'ai fort bien apprécié leur réflexion.

Finalement il s'agit d'un côté, de respecter tout ce que la Nature met spontanément à notre disposition pour l'exploiter « honorablement » à travers une agriculture saine, biologique, raisonnée, une utilisation modérée des énergies venant du sol à progressivement compenser par des énergies dites renouvelables, et, de l'autre, laisser s'accomplir ce que la Nature met en oeuvre pour sauvegarder sa magnificence et les espèces qu'elle génère, fait évoluer et déplace au fil du temps.
Ainsi, attendons-nous un jour à accueillir des kangourous dans nos jardins, nous n'aurions alors plus qu'à nous en réjouir.
Lien : http://www.mirebalais.net/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Radwan74
  17 février 2020
Un livre qui fait en quelque sorte l'inventaire de l'état de la faune (et un peu de la flore) en France en démontrant que pour que la nature reprenne ses droits, il faut la laisser tranquille.
Tranquille évidemment en ne chassant pas les animaux qui nous dérangent et en ne détruisant pas leurs milieux naturels mais aussi, en essayant pas de l'aider ou de la contrôler.
Partant du principe que la nature est en perpétuel changement, essayer de la contrôler c'est empêcher un développement harmonieux de la faune et la flore. Les meilleurs exemples étant les espèces introduites par erreurs ou volontairement qui pour la plupart commence à s'intégrer à l'écosystème : le titre, volontairement saisissant, explique que même des kangourous (d'ailleurs plutôt des Wallabys) sont redevenus sauvages et font maintenant parti du paysage sans être une espèce invasive.
Le fond de l'ouvrage est un plaidoyer pour laisser la nature vivre et arrêter de la chasser et de la matraquer ; il faut lui octroyer de la place car son utilité est indéniable pour nous. Sans nature, plus d'humains.
Un livre très bien écrit, qui permet de découvrir la faune française, notamment celle particulière des espèces dites « invasives » ou « nuisibles » ou des espèces disparus qui reviennent peu à peu chez nous.
Quelques jolies photos illustrent les propos des auteurs en toute fin de ce petit ouvrage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Radwan74Radwan74   17 février 2020
Les personnes de plus de 50 ans s’en souviennent : lorsqu’ils étaient enfants, durant n’importe quel trajet en voiture l’été, il fallait s’arrêter régulièrement pour nettoyer le pare-brise. La cause ? Une véritable purée d’insectes écrasés. Triste spectacle mais bon signe : les insectes étaient encore fréquents, et la nature grouillante de vie. Aujourd’hui, on peut carrément laisser une fenêtre ouverte un soir d’été - même à la campagne -, et n’être pas importuné par les bestioles.
[…]
La première raison de cette hécatombe est évidemment l’usage massif des pesticides, pudiquement rebaptisés « produits phytosanitaires » par l’industrie de la chimie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Radwan74Radwan74   17 février 2020
Ces félins ont un certain nombre d’ennemis obstinés, et dans la région, où l’on chasse depuis des miradors, il est facile d’abattre un animal dans le secret des forêts. Pendant que quelques Français détruisent notre patrimoine dans l’indifférence générale, non loin de la frontière, des lynx sont relâchés dans le Palatinat allemand avec le soutien de là ministre de l’Écologie, du représentant des éleveurs d’ovins et de caprins et du représentant des chasseurs.
L’animal est le même, pas les mentalités.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Radwan74Radwan74   17 février 2020
Une telle concentration d’arbres de la même espèce est forcément une bénédiction pour les multiples parasites, insectes, bactéries ou champignons, qui se régalent de cette nourriture homogène. La réponse efficace face à une telle situation porte un nom. Elle s’appelle diversité, diversité de plantations, ou mieux : diversité surgie naturellement.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Georges Feterman (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Feterman
Arbres remarquables en forêt du Bager d'Oloron avec Georges FETERMAN et Jean Claude Dutter
autres livres classés : écologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
120 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre