AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2221052870
Éditeur : Robert Laffont (16/02/1987)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Cet épisode nous conte l'ascension criminelle de la belle aventurière Marguerite Sadoulas, dite Marguerite de Bourgogne, devenue comtesse de Clare et l'un des principaux chefs des Habits noirs, ainsi que la lutte du jeune Roland de Clare, l'héritier légitime de la fortune et du nom de Clare, pour retrouver son héritage, convoité par les Habits noirs, et son identité. Extrait : « Messieurs, j'ai prononcé le mot. Il produit sur vous un effet médiocre, parce que vous e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Joualvert
  06 septembre 2016
Avis sur les tomes 5 à 8.
Tome 5 - ''Maman Léo''
Ce tome est une suite directe des évènements du précédent. L'une des principales victimes de L'arme invisible, une jeune femme qui n'a pas froid aux yeux, est prête à tout pour venger ses malheurs avec le sang des Habits noirs. Elle sera épaulée par Maman Léo, directrice de foire dotée d'une humeur expansive. Par ailleurs, il y a quelques remous au sein de l'organisation criminelle. Qui sera le plus malin ?
Une belle suite de scènes savoureuses qui s'enchaînent à merveille. L'écriture de P. Féval est toujours aussi amusante et parfois légèrement caustique. En plus des personnages du tome précédent, nous revoyons également quelques vieilles connaissances.
Tome 6 - ''L'avaleur de sabres''
On quitte le cadre temporel préalablement exploité : ce tome se déroule de 10 à 25 ans après les évènements les plus récents racontés jusqu'ici. Certains personnages récurrents ne sont plus dans le portrait, mais nous sommes loin de côtoyer des inconnus. C'est l'avènement de l'un d'eux, qui n'était auparavant qu'un bambin, qui fourni la matière de ce roman. Plein d'ambition et, pour notre plus grand plaisir, d'insolente prétention, il cherche à gravir l'échelle sociale par des moyens plus que douteux.
Cet épisode est très mélodramatique, quasiment du début à la fin. Il contient tous les ingrédients qui ont fait le succès des autres, incluant l'humour et les méditations de P. Féval. Or, selon mon goût personnel basé sur des critères vagues et indéfinis, il ne fait pas partie des plus lumineux.
Tome 7 - ''Les compagnons du trésor''
Retour au cadre temporel original. Des éléments d'intrigue majeurs et, il faut bien l'avouer, passionnants sont ajoutés, en rapport avec l'héritage des habits noirs convoité par plusieurs. Toutefois, dans la première partie, j'ai trouvé que certains de ces éléments apportant un jour nouveau sur des évènements connus de longue date étaient assez durs à avaler. Dans la suite par contre, l'auteur fait de réels efforts pour renforcer la continuité et la cohérence de la série en fixant la deuxième partie à la jonction auparavant nébuleuse d'épisodes précédents, en faisant de multiples références à ceux-ci et en impliquant un maximum de personnages issus des diverses aventures. Tous ces efforts sont couronnés au final par une criante incongruité par rapport aux autres tomes. Doit-on voir ici la marque de l'esprit facétieux de P. Féval ? La réponse se trouve peut-être dans le prochain et dernier tome.
En résumé, un épisode indéniablement intéressant qui, paradoxalement, rehausse et embrouille en même temps la cohésion de l'ensemble de la série.
Tome 8 - ''La bande Cadet''
Finale quelque peu crève-coeur, non parce que les évènements sont bien tristes, mais plutôt parce qu'on y retrouve les signes d'un roman bâclé. L'avoir lu isolément, il se peut que je l'eusse trouvé pas mal ; mais en regard de tout ce qui le précède, force est de constater que cet épisode fait bien pâle figure. Un thème d'intrigue redondant et faiblement apprêté, des surprises titillantes mais ultimement frustrantes parce qu'inabouties, même l'amusant babillage coutumier de Paul Féval est affadi. La continuité est si peu en phase avec les tomes précédents que ce pourrait être une épilogue alternative. Il y a néanmoins quelques innovations, comme un nouveau vilain férocement sadique.
Dommage de finir une symphonie riche en hauts faits par une telle fausse note. Mais c'est la vie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Arakasi
  11 janvier 2018
Aussi sympathique que soit le premier tome des « Habits Noirs », il lui manquait cet élément indispensable à tout roman criminel : une garce magnifique et machiavélique. Mais ne vous inquiétez pas, elle débarque dès le second tome de la série, « Coeur d'acier ». Et avec quel panache ! Il faut dire qu'elle ne manque ni de classe, ni d'esprit, cette belle Marguerite Sadoulas, dite « Marguerite de Bourgogne » pour le petit peuple. A vingt ans, elle a déjà la tête fermement vissée sur les épaules et assez d'ambition pour soulever des montagnes. Pourtant, la belle n'est pas complétement insensible et son coeur volage penche en faveur du beau Roland de Clare, héritier de la fabuleuse fortune des ducs de Clare. Or pour obtenir l'une, il faudra sacrifier l'autre. Baste ! Marguerite n'est pas à un crime près. Pour arriver à ses fins, elle n'hésitera pas à se débarrasser de son naïf amant et à s'associer à la redoutable bande des Habits Noirs qui règne en maîtresse sur la pègre parisienne.
Paul Féval avait éliminé la bande des Habits Noirs à la fin de son premier tome, mais s'est rapidement repenti de cette malheureuse initiative. Ce second tome nous ramène donc en arrière et propose une histoire se déroulant parallèlement au précédent – ce qui sera également le cas de la majorité des tomes suivants. Outre la redoutable Marguerite Sadoulas, digne pendant féminin de ce grand monsieur Lecoq (que nous aurons le plaisir de revoir brièvement), il introduit une belle brochette de seconds rôles, aussi amusants et excentriques les uns que les autres. Avec son cynisme joyeux et inimitable, Féval nous ménage de grands moments de comédie et de suspense, entrecoupés de scènes pathétiques un peu moins convaincantes. Pour l'instant, la continuité entre les deux premiers romans est fort bien gérée. Nous verrons comment l'auteur la bousillera allègrement plus tard…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
JoualvertJoualvert   13 mai 2016
Il cherchait (...) en remuant sans cesse l'arithmétique fantasque du calcul des probabilités.
Dans notre monde, il est plus de gens qu'on ne pense rompus à cette escrime de la pensée, et qui, semblant marcher au hasard, vont droit leur chemin, guidés par la résultante d'une opération algébrique en tout comparable au travail que font les marins pour relever leur route à travers les mystères de l'océan.
Le champ de la vie humaine est plus vaste que la mer et plus inconnu. La science dont je parle plie et façonne l'induction pour en former une manière de boussole propre à guider le voyageur dans les ténèbres de la vie.
Parfois, vous voyez surgir un homme, en apparence médiocre, qui pousse tout à coup comme un champignon ; soit hasard, soit industrie, ayez pour certain qu'il s'est procuré une de ces boussoles.
Vincent Carpentier était de ces natures solitaires qui raisonnent, calculent et comparent. Il avait en lui de quoi fabriquer ce compas intellectuel, mystérieux et puissant comme une sorcellerie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JoualvertJoualvert   03 avril 2016
De même que les médecins trop savants deviennent fréquemment sceptiques à l'endroit de la médecine, de même les adeptes qui sont descendus tout au fond des secrets de la jurisprudence se sentent pris souvent d'un douloureux et terrible dédain pour la justice humaine.
On dirait qu'en toutes choses la science est l'ennemie de la foi.
Commenter  J’apprécie          30
JoualvertJoualvert   22 avril 2016
Les temps du mélodrame sont passés, c'est possible, mais il y a encore chez nous des alchimistes qui savent faire de l'or très légalement avec de la douleur et de la honte.
Commenter  J’apprécie          40
JoualvertJoualvert   05 avril 2016
Comme inconvénient burlesque, irritant, désespérant, impossible, l'administration française fait l'étonnement de l'univers entier.
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Paul Féval (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Féval
Paul FÉVAL– La Mort de César
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Paul Féval me prend la tête

Ce matin je me suis levé avec un sacré mal de tête, trop de vin, la veille peut-être, ou pas assez. Je décidais d'aller consulter mon docteur, celui qui habite rue de .................?................

Babylone
Jérusalem

10 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : Paul FévalCréer un quiz sur ce livre