AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782738107718
360 pages
Odile Jacob (30/11/-1)
4.21/5   36 notes
Résumé :
"Prendrez-vous du lait ou du citron dans votre thé ? - Les deux, s'il vous plaît ! - Voyons, vous voulez rire, Monsieur Feynman !" L'échange a lieu dans la plus chic des universités américaines, Princeton, lors d'une réception à l'étiquette irréprochable. À cette occasion, comme dans chacune des anecdotes que rapporte ce livre, Richard Feynman, un des plus grands physiciens du siècle et futur Prix Nobel, démontre clairement son étourderie, son originalité et son goû... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Champdefaye
  24 novembre 2022
Wikipédia dit que Richard Feynman est l'un des plus grands théoriciens spécialistes de la physique quantique de la seconde moitié du XXe siècle. Et à peu près tout le monde est d'accord là-dessus.
Et pourtant, c'est Feynman qui disait : "Si vous croyez comprendre la physique quantique, c'est que vous ne la comprenez pas. Moi-même, je n'y comprends rien. Personne d'ailleurs n'y comprend rien."
Je peux donc dire sans honte que moi non plus, à la physique quantique, je ne comprends rien.
Ne rien comprendre à un sujet n'empêche pas d'écrire des articles dessus, et c'est tant mieux. Surtout quand on s'est donné la peine d'en retenir certains trucs. En particulier ceci :
Tout est particule, enfin je crois, y compris la lumière par exemple. Les particules de lumière, — vous savez, celles qui vont très vite — ce sont des photons. Eh bien, si vous prenez un photon et que vous faites une expérience, avec son consentement bien sûr, pour voir s'il a un comportement corpusculaire, il vous dira : "Oui, j'ai un comportement corpusculaire.". Mais si avec le même photon, ou un autre — ils sont tous interchangeables — vous faites une expérience pour voir s'il a un comportement ondulatoire, il vous dira "Eh oui, j'ai un comportement ondulatoire. Marrant, non ?". Marrant, peut-être pas, mais très perturbant pour les scientifiques du début du XXe siècle. Cette dualité, qu'un esprit méchant pourrait qualifier de schizophrénie, n'est pas la caractéristique des particules la plus étonnante que la physique quantique ait permis de découvrir. Bizarre, tout ça. Albert Einstein n'y croyait pas vraiment et même Donald Trump a émis de sérieux doutes sur la validité de la théorie. Pour en avoir un bref, très bref, aperçu, vous pouvez vous reporter à la série publiée sur mon blog : "L'Univers, ses lois ses principes et autres âneries" et plus particulièrement au cinquième article intitulé "Le principe d'Heisenberg."
Vous pouvez aussi, et c'est plus court, aller consulter la note de bas de page.
Vous avez l'air de vous en foutre, là, mais vous avez tort. C'est très important, la physique quantique. Sans elle, pas de laser, pas de transistors, pas d'ordinateurs, pas de GPS, pratiquement aucun des gadgets sur lesquels vous passez le temps au lieu de lire A la recherche du temps perdu.
Bon, croyez-moi ou ne me croyez pas, la physique quantique, c'est un drôle de truc. Et son représentant le plus illustre, c'est un drôle de type, un type que l'on peut découvrir, partiellement seulement, dans ce livre "Vous voulez rire, Monsieur Feynman !"
Par de petits souvenirs plus ou moins chronologiques, on y découvre d'abord un gamin de Brooklyn, un sale gamin, malin, intelligent, curieux et jouisseur et, malgré sa timidité, sûr de la puissance de son esprit. Très occupé par les filles et par l'explication des phénomènes naturels que tout le monde prend pour acquis, il partage son temps entre la drague infructueuse et les expériences qu'il imagine et mène à bien pour vérifier ou contredire certains faits communément admis. Dans sa façon d'aborder les problèmes, de front, sans préjugé ni complexe, il m'a souvent fait penser au héros de "The Big Bang theory", Sheldon Cooper, légèrement Asperger, absolument convaincu de sa supériorité intellectuelle, mais sans vantardise aucune, presque innocent, sûrement naïf et drôle sans le savoir.
La description de Feynman menant chez lui des expériences à quatre pattes pour vérifier s'il est bien vrai que les chiens ont un odorat plus développé que celui de l'homme est un régal.
Dans ses souvenirs, Richard Feynman évoque avec beaucoup de détails plus triviaux que scientifiques son séjour à Los Alamos, quand il participait au projet Manhattan qui conduisit à la fabrication de la première bombe atomique. Il se livre aussi à une critique acerbe et intéressante des méthodes d'enseignement pratiquées à l'Université du Brésil où il a été professeur quelques temps.
On y apprend aussi la raison de son choix d'enseigner à Caltech plutôt qu'à Cornell : la proximité de Las Vegas avec ses tables de jeu et ses entraîneuses qu'il fréquente assidûment, les unes comme les autres.
Bon, d'accord, Richard Feynman est un personnage intéressant, tout ce qu'il y a de plus original, un des plus grands savants du XXe siècle, un des plus populaires, un des plus drôles à entendre pour les ignorants de la physique quantique que nous sommes. Ça n'empêche pas son bouquin de souvenirs d'être la plupart du temps sans intérêt, composé essentiellement d'anecdotes tellement plates que vous n'oseriez pas les raconter à un dîner de promo.
Allez plutôt regarder ses interviews sur YouTube, où il déploie son humour et son génie de vulgarisateur.
A mon tour de vulgariser, car voici une note de bas de page :
La physique quantique est connue pour être contre-intuitive, pour choquer le « sens commun ». Elle nécessite un formalisme mathématique extrêmement sophistiqué. Richard Feynman en est l'un des plus grands théoriciens de la seconde moitié du XXe siècle.
Parmi les phénomènes les plus troublants que la physique quantique a mis en évidence, il y a celui de la dualité des particules, c'est à dire à peu près ceci :
Toutes les particules qu'elle soit de lumière ou de matières manifestent tantôt des aspects ondulatoire et tantôt des aspects corpusculaire mais elles ne sont ni des ondes ni des corpuscules.
Leur nature, corpusculaire ou ondulatoire, dépend de l'expérience que l'on fera pour la déterminer. Autrement dit, certaines expériences leurs attribueront une nature ondulatoire tandis que d'autres leur attribueront une nature corpusculaire.
On dirait qu'elles ont les deux natures à la fois mais qu'une expérience donnée n'en peut déterminer qu'une seule.
Vous avez vraiment l'air de vous en foutre, hein ? N'empêche que ce sont ses travaux en physique quantique qui ont valu un prix Nobel de physique en 2022 à un français , Alain Aspect.
Ce dernier a déclaré : "Si vous voulez trouver du travail facilement, faites des maths !".
Mais non, mais non, il n'est pas trop tard !

Lien : https://www.leblogdescouthei..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
frandj
  27 mars 2017
Ce récit autobiographique est instructif, agréable à lire et plein d'ironie. le personnage - l'un des plus grands physiciens du XXème siècle - est tout à fait remarquable. Il s'est illustré dans la science dure et dans la (bonne) vulgarisation scientifique: il a été lauréat du prix Nobel. En même temps, il s'intéressait à beaucoup d'autres choses comme... la pratique du bongo, par exemple. Il excellait aussi dans le canular, la gaffe et la plaisanterie (éventuellement de mauvais goût).
Le récit, mené d'une manière allègre, ne s'encombre pas de considérations scientifiques difficiles, susceptibles d'effrayer le lecteur lambda. Non, on y trouve des anecdotes réjouissantes et d'intéressantes tranches de vécu, qui valent la peine d'être connues du grand public. L'un des passages les plus emblématiques concerne sa participation à l'enquête technique diligentée après l'accident de la navette spatiale "Challenger".
Un coup de chapeau à ce génie très sympathique et plein d'humour, mort en 1988, dont les derniers mots ont été « I would hate to die twice. It is so boring ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gloubik
  24 avril 2016
Pour ceux qui auraient encore un doute, commençons par une petite précision : il s'agit d'un ouvrage biographique. Plus précisément d'un livre de souvenirs. Ce ne sont pas les souvenirs de n'importe qui. Richard Feynman était quelqu'un d'extraordinaire, qui s'intéressait à tout ou presque. Physicien de haut niveau – je conseille d'ailleurs son cours de physique, très accessible – artiste peintre à ses heures, mais joueur de percussions. Il semble que, si un sujet d'étude l'intéressait, il ne pouvait faire autrement que de chercher à l'explorer autant qu'il lui était possible. Physique atomique, dessin, bongo, portugais, codex maya, etc... Mais aussi un gaffeur incorrigible. C'est d'ailleurs l'une de ces gaffes qui donne sont titre à ce volume.
Lien : http://sciences.gloubik.info..
Commenter  J’apprécie          50
neutrinou
  20 décembre 2016
"Au début de l'année où on a commencé à t'enseigner la physique, est-ce que tu n'avais pas la curiosité de voir "comment ça marchait" ? Tout comme tu aurais été intéressé de connaître les trucs utilisés par le magicien du spectacle que tu avais vu le samedi après-midi ? […]
Je connais tellement de gens qui me disent qu'ils sont allés en Birmanie, en Mongolie, en Moldo-Valaquie... Ils sont fiers - à juste titre - de leur curiosité. Ils sont fiers de ne pas avoir les deux pieds dans le même sabot. Et ils n'auraient pas la curiosité de savoir ce qu'est la table sur laquelle ils s'appuient ? Et la force qui rend si lourd leur sac à dos ? Je n'y crois pas, il y a quelque chose... […]
Oui, je sais bien, on peut vivre sans. Et très bien, même. On peut aussi vivre heureux en pensant que la terre est plate et que le soleil tourne autour. Mais est-ce que ce n'est pas - allez ! au moins un tout petit peu - mieux de savoir que de ne pas savoir ?"
Ces quelques lignes sont extraites de la rapide analyse que je fais du livre de Feynman. Si tu veux en lire un peu plus, il y a l'adresse de mon blog juste en dessous. Tu es libre…

Lien : http://www.babelio.com/livre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Villebard
  09 février 2015

Du Feynman, pur sucre.
Introduction à un physicien qui a révolutionné la physique du XX° siècle.
Et quel personnage !
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
gloubikgloubik   24 avril 2016
Je ne pense pas que je pourrais vivre sans enseigner. Pour une raison bien simple, c'est que quand je ne trouve rien, il me faut quelque chose à quoi me raccrocher; il faut que je puisse me dire: « Au moins, j'existe, je fais quelque chose, je ne suis pas inutile. » C'est purement psychologique.

J'avais pu observer, lors de mon passage à Princeton dans les années quarante, ce qu'il advenait de tous ces génies que l'on avait rassemblés au sein de l'Institute for Advanced Study. Ils avaient été choisis pour leurs capacités intellectuelles hors du commun et on leur avait offert la possibilité de vivre entre eux, confortablement installés au milieu des bois, sans aucune obligation d'enseignement, sans aucune obligation d'aucune sorte. Vraiment ce n'est pas un sort enviable : il n'y a plus alors qu'une seule chose à faire : penser et discuter; Or, les idées ne viennent pas toujours immédiatement; mais comme on est là pour avoir des idées, j'imagine que dans ce genre de situation on doit se sentir quelque peu coupable, déprimé en tout cas. On commence à douter, à s'inquiéter de ce que les idées ne viennent pas. Et puis rien ne se passe et les idées ne viennent toujours pas.

Rien ne se passe car il n'y a pas d'activité réelle, pas de situation qui vous interpelle. On est coupé de l'ensemble des physiciens dans les laboratoires; les étudiants ne sont plus là pour vous poser des questions embarrassantes. C'est le vide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Richard Phillips Feynman (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Richard Phillips Feynman
Frédéric Magniez, professeur invité sur la chaire annuelle Informatique et sciences numériques, introduit son cours de l'année 2020-2021 : Algorithmes quantiques.
Accédez à ses enseignements : https://www.college-de-france.fr/site/frederic-magniez/_course.htm
Tous les calculs informatiques sont actuellement exécutés sur des ordinateurs contraints par les lois de la physique newtonienne, dite encore physique classique. Cependant, comme l'a suggéré Richard Feynman dans les années 80, un ordinateur quantique pourrait tirer profit des phénomènes de superposition et d'intrication de la physique quantique afin d'accélérer ses calculs. Alors que des prototypes d'ordinateur quantique encore très limités voient progressivement le jour, start-up, grandes entreprises du numérique, et aussi gouvernements orientent peu à peu leur recherche, stratégie et financement afin d'être prêts à exploiter le potentiel de ce futur ordinateur.
Dans ce contexte, ce cours au Collège de France sur les Algorithmes quantiques tâche de répondre à une demande croissante d'information et de formation de nombreux publics. À l'aide d'explications claires et scientifiquement rigoureuses sur le sujet, il permet à un auditoire varié d'assimiler les notions et concepts des algorithmes quantiques fondamentaux jusqu'aux plus récents, afin de mieux en appréhender les applications et les limitations. Ce cours est accessible au plus grand nombre, tout en apportant une formation attendue dans le milieu académique. le public ciblé va des esprits curieux de saisir les possibilités et les limites du calcul quantique, aux acteurs des sciences informatiques au sens large : informaticiens, mathématiciens du numérique et physiciens des technologies quantiques, qu'ils soient étudiants, chercheurs, développeurs, entrepreneurs ou encore futurs utilisateurs des algorithmes quantiques.
En partant des premiers paradoxes quantiques, nous étudierons les fondements de la cryptographie et de la communication quantiques. Ensuite, nous introduirons les concepts du calcul quantique par le biais des circuits, qui nous permettront de présenter les principales méthodes algorithmiques quantiques : mise en évidence de propriétés algébriques permettant de déchiffrer les messages secrets, et optimisation ouvrant la voie à un vaste champ d'applications algorithmiques. Puis nous aborderons les limites du calcul quantique, qu'elles soient théoriques ou liées aux technologies actuelles. Enfin, nous terminerons en décrivant une partie de la recherche actuelle motivée par l'utilisation à court terme de prototypes d'ordinateurs quantiques limités, mais pouvant potentiellement trouver des applications concrètes, comme notamment en intelligence artificielle ou encore en usage décentralisé de type Internet.
Découvrez toutes les ressources du Collège de France : https://www.college-de-france.fr
Suivez-nous sur :
Facebook : https://www.facebook.com/College.de.F... Instagram : https://www.instagram.com/collegedefr... Twitter : https://twitter.com/cdf1530
+ Lire la suite
autres livres classés : scienceVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1393 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre