AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2951662742
Éditeur : Est Ouest Internationales (01/02/2005)

Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Jerzy Ficowski étonne par l'étendue de ses connaissances et par la qualité de ses engagements. Pour la cause de la poésie tout d'abord : il est un des plus grands poètes polonais vivants, enfin universellement reconnu à quatre-vingts ans, mais aussi un traducteur inspiré de la poésie roumaine, dalmate, espagnole, russe... Et le porte-parole en Pologne de la poésie tsigane et juive. Il a découvert, traduit, défendu la poésie des Tsiganes polonais et sa porte-parole P... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Wozniaksandy
  23 septembre 2018
Jerzy Ficowski étonne par l'étendue de ses connaissances et par la qualité de ses engagements. Pour la cause de la poésie tout d'abord : il est un des plus grands poètes polonais. Sa poésie repose sur une connaissance encyclopédique du folklore polonais, mais aussi des poésies tzigane et yiddish, dont il sera le porte-parole en Pologne.
Dans Déchiffrer les cendres, Ficowski a accompli un exploit en apparence impossible - il a donné une forme artistique convaincante à quelque chose que la parole ne peut embrasser. Il a rendu aux anonymes un visage humain, une souffrance humaine individuelle, et donc il leur a rendu la dignité (...). Lire la poésie de Ficowsky c'est être comme le témoin d'une mémoire oubliée.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
WozniaksandyWozniaksandy   23 septembre 2018
Je te conterai l'histoire
Je te conterai l'histoire
avant qu'elle n'émerge nettoyée de nous
et donc de sable
plutôt bien conservée
comme le squelette d'un plésiosaure
sous le désert de Gobi

Je te la conterai encore chaude des
fours d’Auschwitz je te la conterai
encore gelée des neiges de la
Kolyma une histoire de mains sales
une histoire de mains tranchées

On ne l'a pas mise dans les manuels
pour ne pas salir
les taches blanches
de la carte du temps et des temps

je te conterai l'histoire
celle qui n'est pas écrite
qui vient rarement pour
l'exhumation des rêves j'ai pour
preuve le silence transpercé
de balles

c'est pourquoi je parle à voix basse je
conterai l'histoire

mais ne la répète pas
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
WozniaksandyWozniaksandy   23 septembre 2018
les jupes les châles
se fanaient à l'épouillage
dans le camouflage de leurs couleurs
coquelicots iris bleuets
au cas où un champ
qui n'adviendra jamais

La Gitane dans les douches de birkenau
dépouillée de ses couleurs
tient son poing serré
vêtue
de longs plis d'eau

elle cache dans sa main
un grain de vie
une semence de secours
entre la ligne de vie
et la ligne de cœur
au croisement des chemins
de la chiromancie

elle cache dans son poing
le dernier pou
un pou s'en va toujours
quand arrive la mort
la Gitane chante
aux douches de birkenau
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
WozniaksandyWozniaksandy   23 septembre 2018
Mes parties du monde
J’entends votre chant, objets étrangers,
par qui je ne me laisse pas séduire.
Comme sur la cage du canari,
je jette un châle de silence
sur l’appel des parties du monde,
sur le roucoulement des choses.

Je crains de n’être pas assez,
je crains de me perdre
fusillé par le trop d’objets,
sous la croix des quatre vents.
Laissez-moi donc dans ces parties du monde
qui sont habitées par moi.

Ici grandit l’air
que mon souffle mesure,
ici grandissent des flammes,
que je peux lire depuis l’étincelle jusqu’à la cendre,
ici grandissent mes tables
encore inachevées ;
comment les laisserais-je ?

Ici grandissent mes cimetières :
la bouilloire qui chantait,
le chandelier qui pleurait,
la brique qui se taisait,
l’homme qui était.
Les remplacerez-vous –
choses encore étrangères ?

Je vous attends
dans ces parties du monde
qui sont habitées par moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
WozniaksandyWozniaksandy   23 septembre 2018
Derrière la porte, le monde
Ils entrent, ils sortent,
le clenche s’agite,
la porte chante, le courant d’air.
Les adultes arrivent d’un monde
où la porte a une clenche d’argent
les tantes, les oncles, les grand-mères viennent,
apportant leurs odeurs,
apportant leurs voix étrangères,
chargés d’un étonnement qui n’est pas leur,
les poches pleines de curiosité.
Et puis il s’en vont
par la porte à la clenche d’argent
et on les enferme à clé.
Si on frappe à la porte,
cela veut dire que de nouveau
ils sortent de leur armoire
juste derrière la porte, là où se termine la maison,
là où les oncles et les invités
sont plantés, silencieux, à attendre
qu’on les laisse entrer,
tous là, immobiles.
Chacun sur son portemanteau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
WozniaksandyWozniaksandy   23 septembre 2018
Cette cage emprisonne
Cette cage emprisonne ce
qui l’entoure
et qui lèche sa rouille

les mailles de la nasse
sont pour que la liberté
ne fasse pas irruption à l’intérieur
pour devenir garde-chiourme

sur la page quadrillée
des vues sur le passé
je résous le problème
de l’improbabilité
des liens des grilles

un instant se glisse
à travers la cage du siècle
à travers la mienne volette une colombe
avec un fil de fer dans le bec

elle va tresser une cage
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : parolierVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
672 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre