AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
La guerre des Mus tome 1 sur 3
EAN : 9782081342996
350 pages
Flammarion (28/02/2015)
3.93/5   28 notes
Résumé :
On peut être petit et avoir le coeur grand.
Dans la mystérieuse cité d'Atlantia, Hopper se retrouve plongé au milieu d'une dangereuse guerre des territoires entre chats et rats. Pour rétablir la paix, la souris devra faire preuve d'un grand courage et accepter le secret qui entoure sa naissance.
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
3,93

sur 28 notes
5
4 avis
4
8 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

Je tiens à remercier Babelio, Masse critique et Flammarion pour cette très sympathique incursion dans la littérature jeunesse.

Ne faisant pas partie du public cible, et étant en effet trop vieux pour ces « conneries », je n'en attendais pas grand-chose… et au final j'ai passé un bon moment qui m'a rappelé à la fois au bon souvenir du film d'animation "Brisby et le Secret de NIMH" (Don Bluth, 1982), du comic "Les Légendes de la garde" (David Petersen, 2006) et du jeu "Mice and Mystics" (Jerry Hawthorne, 2012).

Un orphelin adolescent, de noble ascendance et promis à un grand destin, qui va devra sauver son peuple d'un grand méchant… Ah ça, en suivant les traces du roman d'apprentissage ce cycle jeunesse suit à la lettre les codes de la Fantasy mainstream ! ^^

Nous suivons initialement la cavale des souriceaux Hopper, Pinkie et Pup qui s'enfuient d'une animalerie pour ne pas finir dans l'estomac du boa constricteur d'un petit con amateur de NAC… Ils sont rapidement séparés car confrontés aux rigueurs du monde extérieur, mais Hopper fait la rencontre de Zucker, le prince d'Atlantia, l'Empire des rats qui vit en paix avec le peuple chat dirigé par la reine Félina. On découvre ainsi en même temps que le naïf Hopper l'univers élaboré par Lisa Fiedler, avec le monde d'en-haut et le monde d'en-bas, le royaume de cocagne de l'empereur Titus, les rangers rebelles de l'intrépide Firren et le mystérieux peuple des Mus qui suit les préceptes du non moins mystérieux prophète La Rocha…

Mais il y a quelque chose de pourri au royaume des rats, puisque personne n'a jamais revu les réfugiés rongeurs partis coloniser d'autres territoires au nom de l'empereur Titus.... Autres territoires qui portent bizarrement tous le même nom : « Terrain de chasse »… Est-on dans la fantasy animalière ou dans la dystopie animalière ? Car après tout la révolution est en marche !

Heureusement qu'on est dans la littérature jeunesse et que tous les personnages sont des boules de poils, car franchement c'est assez sombre (on est entre la Shoah IRL et l'Occultation du manga dark fantasy "Berserk").

C'est édulcoré certes, mais bien ficelé car truffé de rebondissements et de twists bien maîtrisés. Ainsi les flashbacks qui servent d'introduction et de conclusion sont vraiment bien utilisés… Et pour ne rien gâcher, le livre objet est réussi avec une belle illustration de couverte, une mise ne page claire et aérée ainsi que les illustrations intérieures de Vivienne To qui apportent une véritable plus-value à l'ensemble. Bref, un chouette début pour cette trilogie intitulée "La Guerre des Mus" (même si franchement, le titre VO "Mouseheart" sonnait vachement mieux).

PS : Encore une fois, j'ai retrouvé une oeuvre SFFF contemporaine américaine complètement anti-système… Il y a vraiment un avant et un après crise des subprimes dans la culture populaire américaine. Je ne dis rien, mais je n'en pense pas moins.

Commenter  J’apprécie          320

Une véritable surprise dans le bon sens, un petit bijou sans prétention, agréable à lire et sympathique en dépit de quelques défauts qui font pourtant partis de son charme. Ce premier tome est une bonne dose d'aventures, une introduction intéressante à une nouvelle série de fantasy animalière, un genre plutôt rare dans la fiction. J'applaudis donc ce pari osé et réussi en ce qui me concerne, car je prendrais volontiers la suite.

L'intrigue est simple, elle repose sur un élu et une prophétie, il y un peu de manichéisme très vite oublié par une complexification au fil des pages. Les apparences sont parfois trompeuses et la réalité possède son lot d'angoisse et de terreur. C'est par moment cruel, on évoque des souris, des rats et des chats, donc obligatoirement la chaîne alimentaire fait son apparition. Toutefois, j'attire l'attention sur le fait que l'histoire est formidable, fluide, avec des rebondissements intéressants et un final bien pensé. C'est à moitié un happy end, et j'adore cette idée, il y a encore pas mal de questions sans réponses, mais en somme, l'intrigue est très agréable à suivre. J'ai pris plaisir à suivre les aventures de Hopper.

La grande originalité de ce roman est son choix, porté sur la fantasy animalière, d'opter pour une opposition « félins/rongeurs » bien introduite et expliquée. Les animaux sont bien présentés, le vocabulaire les concernant est employé avec justesse, il y a de très bons ingrédients comme de l'action, un brin de romance, de l'angoisse, de l'amitié... La prophétie, l'histoire de l'élu, des parents de Hopper, du pacte entre l'empereur des rats et la reine des chats, ce sont des éléments captivants qui rendent cet univers bien construit, fascinant et j'ai adoré découvrir toutes ces petites choses. L'univers de Lisa Fiedler a été pour moi un vrai régal et j'ai très envie d'en apprendre davantage sur ce monde en dessous de Brooklyn, Atlantia et la zone des rebelles de Firren.

La plume de l'auteure est simple, il y a quelques répétitions sans gravité, mais dans l'ensemble, j'ai apprécié la lecture. C'est fluide, les descriptions nous emmènent au coeur des pensées de ces petits animaux, de leur vision de notre monde. J'ai apprécié la découverte d'Atlantia et de tous ces tunnels cachés menant aux rebelles, les descriptions de la bataille finale furent prenantes. C'est une plume qui permet de s'imaginer très vite les lieux, les personnages, leurs relations, leurs émotions et les dialogues sont souvent truffés d'humour, ils font avancer le récit.

On s'attache très vite à Hopper. C'est une petite souris qui apprend à être courageuse, il ne connaissait que sa cage en animalerie et doit maintenant affronter le monde extérieur et les dangers que réserve Atlantia, ses colonies, ses secrets. Il est attachant, tout mignon, un peu naïf, grâce à lui, on peut mieux appréhender ce nouveau monde, on découvre en même temps que lui ce qui l'entoure et l'on apprécie son intelligence, sa gentillesse. Il a une soeur et un frère, peu présents dans ce tome, mais qui sont tout aussi sympathiques à rencontrer, Pinkie et Pup. Pinkie est une souris guerrière, combative et ayant parfois mauvais caractère, tandis que Pup est réservé, peureux et attentif. Nous rencontrons Firren, une rate dévouée à la cause des Mus, Zucker le prince d'Atlantia qui est très drôle et perspicace, j'ai adoré ce personnage. Son père, le rat Titus et empereur est délicat à comprendre, autant il peut se montrer soucieux et bienveillant, autant il peut devenir cruel et violent. J'ai encore du mal à le cerner entièrement et à comprendre ses motivations. Ce sont des protagonistes sympathiques, travaillés, certains évoluent, d'autres restent mystérieux, certains ont un rôle encore peu défini, cependant, j'ai adoré les découvrir et passer du temps avec eux.

En conclusion, c'est un très bon tome introductif. Il nous présente les protagonistes principaux, leurs relations, leurs histoires ; l'auteure nous place le décor, le contexte avec cette prophétie, ces souris guerrières nommées les Mus et le mystérieux La Rocha. Les événements du premier tome sont centrés sur la découverte, une quête d'identité et de vérité pour Hopper, une souris très attachante à suivre dans cette intrigue bien menée, simple et agréable grâce à une plume sympathique et laissant une grande part d'imagination. On prend plaisir à suivre cette histoire de rongeurs et de félins, dans un monde sous-terrain et dont le final laisse à présager une suite fascinante à lire. Une belle découverte en somme et une bonne idée de partir sur la fantasy animalière qui offre autant de péripéties que la fantasy en général.


Lien : http://la-citadelle-des-livr..
Commenter  J’apprécie          50

J'ai tout de suite adhéré à l'histoire : une couverture prometteuse, des illustrations magnifiques et une écriture rigolote et agréable à lire !

Hopper est une jeune souris vivant dans une animalerie en compagnie de sa soeur, Pinkie et de son frère, Pup. Les souriceaux mènent une vie paisible et tranquille jusqu'au jour où ils doivent servir de repas à un boa constrictor. Hopper décide de prendre les choses en mains et de faire évader tous ceux de son espèce, au risque de finir dans le ventre d'un abominable reptile. Seulement tout ne se passe pas comme il l'avait prévu. Il se retrouve seul sans sa famille et ses amis dans un égout malodorant. Alors quel soulagement quand il rencontre un rat du nom de Zucker qui s'annonce comme un ami, et qui va l'escorter jusque dans son monde. Et quel Monde ! Un univers où les souris règnent en maîtres et vivent tel des humains.

Zucker n'est pas qu'un simple rat mais le prince des Romanus. Il emmène Hooper voir son père, l'empereur Titus.

Chacun semble avoir une haine sans pareille pour les Müs, des souris sauvages et sans pitié. Mais elles perturbent Hooper car la ressemblance et frappante entre lui et ses guerriers : ils ont la même tache blanche autour de l'oeil, les oreilles rondes et un petit ventre rebondi. Sans conter que sa mère disparue, lui avait conseiller d'aller trouver les Müs. Qui choisir entre ceux qui l'hébergent et le nourrissent ou les souris sans pitié ?

Mais le jeune souriceau va vite se rendre compte que tout n'était qu'un tissu de mensonges, ce qui va inévitablement mener à la guerre...

Un récit haletant des rebondissements en quantité et beaucoup d'aventures ! Un livre très intéressant, j'ai adoré ! Je le conseillerai plus pour la jeunesse mais il peut convenir à tous les âges.

Commenter  J’apprécie          70

4/5 un livre jeunesse plutôt enfantin, mais un réel plaisir à découvrir !

En choisissant ce livre, je peux bien vous l'avouer, j'ai fait ce qu'on appel un total craquage « rien que pour la couverture ».

Je suis tombée littéralement sous le charme de l'illustration que je trouve absolument magnifique ! Je le voulais avant même de lire le moindre mot du résumé. (bon, je l'ai lu ensuite, hein ^^)

Et puis, l'histoire avait l'air sympa comme tout, il y avait longtemps que je n'avais pas lu (et apprécié) de roman vraiment jeunesse. (j'ajoute « vraiment » parce qu'on est effectivement un peu à la limite de la littérature enfantine, avec un style plus que correct, mais une histoire d'animaux qui parlent, vivent en autonomie, se font la guerre, il est vrai qu'on est tout de même bien plongé dans un univers plutôt enfantin.)

Le côté jeunesse ne me faisait pas peur. Quand je m'y attends, en général ça passe très bien, et il faut admettre que cette histoire est vraiment toute mignonne, adorable même !

Pourtant ça parle de guerre, il y a des pertes, tout n'est pas rose, mais je ne sais pas, c'est ce qui ressort de la fin de ma lecture, ce côté « comme c'était miiiiiiiiignon ! »

J'ai adoré les petits personnages de différentes races, chats, rats, écureuils et petites souris. Et j'ai encore plus adoré pouvoir revenir plusieurs fois en cours de lecture sur l'illustration de couverture, qui représente excessivement bien les principaux personnages. Je déplore juste que Firenn n'en fasse pas partie, j'aurais aimé qu'elle soit sur ce tableau ! :D

En plus, pendant la lecture on a le plaisir de pouvoir admirer d'autres illustrations, qui parsèment le livre, par ci par là, tout aussi réussies que la première de couverture, même si elles sont en noir et blanc.

Elles nous aident vraiment à visualiser ce qu'on lit et c'est un vrai bonheur.

Alors certes, vu que c'est du jeunesse vraiment jeunesse, le style est simple et compréhensible et je ne l'ai donc pas trouvé exceptionnellement remarquable, mais il reste recherché et soutenu. Voilà un livre que je n'aurai aucun scrupule à mettre dans les mains de mes loulous quand ils auront grandi encore un peu.

C'est vraiment une belle histoire, il n'y a pas d'élément terrifiant, rien qui puisse faire peur aux enfants, les scènes de batailles sont assez édulcorées, donc, même s'il parle de la guerre, on n'en ressort pas tout traumatisé. Et il y a vraiment beaucoup de très jolies choses à découvrir, de beaux sentiments. Hopper, la petite souris, et Zucker, le rat qui l'a pris sous son aile dans le monde d'en bas après son « évasion » de l'animalerie, sont de braves petites bêtes, très attachantes et très émouvantes, et le lien solide qui va les unir en avançant dans l'histoire nous remplit de sentiments positifs.

Sincèrement, je referme ce livre ce matin, et il m'a rendue toute contente, heureuse, de bonne humeur. C'est un petit baume sur mon coeur d'adulte de retomber en enfance le temps d'une lecture, et Lisa Fiedler est parvenue à ce résultat sans aucune difficulté. Elle m'a pris par la main en début de livre, et m'a plongée dans un monde rêvé, totalement imaginaire, hyper plaisant, dont je ne suis remontée que ce matin, après la dernière page.

Ce livre est donc résolument un succès en ce qui me concerne (en gardant en tête de le comparer avec d'autres livres de sa catégorie bien sûr). Je suis redevenue une petite fille, j'ai rêvé pendant quelques 350 pages, j'ai pris un plaisir fou à me laisser emporter, sortir de ma vie d'adulte pour accompagner ces boules de poil dans les tunnels souterrains, et ça m'a fait énormément de bien.

C'est donc un beau cadeau que vous réserve l'auteure dans ce livre, si vous aimez l'évasion et savez retrouver votre âme d'enfant.

La fin n'est pas trop frustrante, mais on sent que l'histoire est loin d'être finie, on attend donc le second opus avec impatience :D

Je vous conseille cette lecture, elle changera la façon dont vous regarderez les rongeurs en animalerie, c'est certain ! ;)

Cali


Lien : http://calidoscope.canalblog..
Commenter  J’apprécie          30

le trouvant dans les rayons "enfant", il parait difficile au début d'imaginer que ce livre pourrait être captivant pour un adulte, et pourtant! La découverte que j'ai faite en ouvrant la première page m'a tout de suite accrochée. L'histoire se situe sur un ton à la fois léger et tragique, l'écriture se veut simple mais pas maladroite du tout. le mystère avant tout nous fait avancer au fil des pages car nous découvrons les réponses à nos questions ou alors encore d'autres énigmes qui restent à élucider nous poussant vers le second tome avec avidité.

Hopper, le jeune souriceau protagoniste est absolument incroyable, son évolution entre les chapitres se fait vraiment ressentir et nous en sommes ravis - en tant que lecteur assidu. Les personnages sont attachants et gardent tous leur propre part de mystère. Zucker le jeune prince rat devient une aile protectrice pour Hopper, lui permettant de grandir à l'instar d'un père ou d'un grand frère. Leur relation est tout à fait touchante tant ils forment un duo soudé. Sa personnalité est également très intéressante et très travaillée car nous devinons dès le début le double jeu qu'il mène (que vous comprendrez en lisant). Les autres personnages tous aussi attachants sont nombreux et même Pup - qui n'a pas un grand rôle dans ce premier tome, ce qui nous laisse deviner une prise d'importance future- est au centre de l'intrigue. C'est en effet lui le conciliateur, le centre d'intérêt de Pinkie et Hopper toujours en confrontations il semble malgré eux. Pinkie de son côté est moins douce plus vive et devient elle aussi une héroïne de grande envergure (les lecteurs comprendrons). de petites souris -presque souriceaux- de magasins leur libération va les changer complètement pour devenir adultes et prendre des responsabilités.

Un autre personnage particulièrement intéressant, Firren est presque toujours présente dès qu'elle entre en scène. Cette jeune rate fait figure d'exception elle représente le courage et la force mais aussi la bonté.

La personnalité de ces rongeurs est très profonde et travaillée, complexe.

Les dessins qui accompagnent ce roman sont très jolis je tiens à le soulever et permettent parfois de visualiser encore mieux une scène.

La guerre des Mus est une bouffée d'air frais, intégrer la vision d'une souris permet au lecteur de se rendre compte de l'immensité du monde qui nous entoure et de ses petits habitants.

Je conseille à ceux qui cherchent un livre pour les vacances d'été de se plonger dans les aventures de Hopper et de passer les portes de l'entrée de la citée d'Atlantia.

Ce n'est pas seulement une histoire d'animaux, intérêts politiques et émotionnels se mêlent à un univers qui peut se révéler plus complexe qu'il n'y parait.

Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Elbakin.net
09 avril 2015
Avec une plume légère qui ne manque pas de cynisme ni d’agressivité par endroits, Lisa Fidler propose une histoire où les héros sont animaux, et particulièrement dans le monde des souris.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation

Le courage est quelque chose de compliqué, continua Firren. La plupart des gens croient qu’être courageux revient à ne jamais avoir peur. C’est faux. Le vrai courage, c’est de faire ce qu’il faut faire, même si cela vous terrifie jusqu’au plus profond de l’âme. Ne jamais éprouver de peur n’est pas du courage, c’est de la bêtise ! La vie est pleine de dangers. La plus héroïque des souris, ce n’est pas celle qui n’a pas peur, mais celle qui agit malgré sa peur !

Commenter  J’apprécie          190

- Il se pourrait, Hopper, que tu découvres qu'une longue route s'ouvre devant toi. Des décisions. Des choix. Des épreuves, d'une ampleur que tu ne peux pas même imaginer.

- Formidable, murmura Hopper. Je ne sais comment je vais les surmonter.

- Tu y arriveras, affirma Titus avec assurance.Je sais ce que cela signifie d'être face à des choix difficiles, et mêmes impossibles. (...) Crois-moi, je comprends. Nous ne savons jamais à l'avance de quoi nous serions capables si nous étions confrontés à des problèmes terribles. Et à la fin, nous risquons de perdre autant que nous gagnions. Malgré tout, nous devons faire notre devoir.

Commenter  J’apprécie          110

- Qu’est-ce que c’est ?

- Un livre sacré. Il y en a d’autres. Nous les retrouvons disséminés un peu partout. Ma conviction est qu’ils nous viennent d’une grande puissance, une source de connaissance et de sagesse infinies. Celui-ci raconte l’histoire d’une armée humaine de grands conquérants, les Rangers. D’après ce qui est imprimé ici, ce sont des héros presque invincibles à qui un certain Stanle a confié la garde d’une coupe en argent. (Allusion à l’équipe de hockey sur glace des Rangers de New York qui a remporté plusieurs fois la Stanley Cup qui récompense la meilleure équipe nord-amércaine)

Commenter  J’apprécie          90

Même à cette distance, il entendait le vacarme qui montait du cœur de la ville : c’étaient le bruit de milliers de conversations qui se déroulaient simultanément ; le bruit du commerce, de l’amitié, de la vie ; le bruit de ces milliards de petits événements quotidiens qui se succédaient dans cet endroit merveilleux. Il n’avait jamais rêvé qu’il puisse exister autant de voix, d’opinions, d’idées.

Commenter  J’apprécie          130

Disons que je me sens responsable envers toi depuis que je t'ai sauvé la vie. Et comme j'estime que tu ne durerais pas cinq minutes tout seul dans ces tunnels, je préfère demander l'autorisation de te laisser vivre ici. (Il lui donna une claque dans le dos.) Et puis j'ai toujours voulu avoir un copain.

Commenter  J’apprécie          120

autres livres classés : courageVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2762 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre