AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782809703610
204 pages
Éditeur : Editions Philippe Picquier (19/08/2012)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 27 notes)
Résumé :
Le vieil homme aux dix mille dessins avait pour nom Hokusai, l'un des plus célèbres et prolifiques peintres japonais.
Au printemps de 1849, au chevet de son père mourant, Oei veille. Pour occuper cette nuit pleine d’angoisse, elle entreprend de classer ses dessins et découvre des mémoires écrits par son père, dont elle n’avait jamais soupçonné l’existence. C’est ainsi que nous cheminons aux côtés de ce peintre d’une curiosité insatiable, qui voulait tout des... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
tynn
  10 mars 2015
« Si le ciel m'avait accordé encore dix ans de vie, ou même cinq, j'aurais pu devenir un véritable peintre » (au seuil de la mort à 89 ans…)
En guise de cadeau de fin d'année, sortant de la rétrospective 2014 consacrée au peintre japonais Hokusai, une amie m'a offert ce livre, biographie romancée de l'un des artistes les plus prolifiques de son temps. Peintures, dessins et gravures ont fait la renommée incontestée d‘un travailleur acharné et passionné, le faisant passer à la postérité sous le surnom de Fou de peinture.
Aude Fieschi réinvente l'artiste et son époque, imaginant en 1849 sa fille Oei au chevet d'un vieil homme mourant, et assumant le rôle filial de classement des mémoires et des dessins de toute une vie.

L'occasion pour le lecteur de découvrir le Japon des 18e et 19e siècle, sa culture, ses habitants, ses codes de société. Tout était bon à dessiner pour Hokusai, du moindre fait-divers de ses contemporains, des tranches de vie pris sur le vif, aux paysages qui l'entourent.
C'est un roman agréable, peut-être un peu fade et léger, coincé entre le désir de coller à l'authenticité du peu d'éléments biographiques connus et la timidité de se lâcher à faire une véritable oeuvre de fiction, au souffle romanesque assumé. Quelques jolies pages entraînent le lecteur vers une compréhension artistique et un partage intime de l'inspiration du peintre mais l'ensemble est malgré tout frustrant et sans repère dans cette longue vie de création.
Aude Fieschi est une érudite en langue et littérature japonaise, elle possède donc parfaitement son sujet. Ma réserve concerne donc exclusivement la forme littéraire
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
visages
  19 avril 2018
Contrairement à beaucoup de roman sur un artiste, celui ci est totalement centré sur son cheminement artistique.Si l'on apprend les événements marquants de sa vie familiale c'est sur le simple ton de l'information,sans s'y attarder.Je pense qu'il y a deux raisons à cela: tout d'abord le peu d'élément connu sur sa vie intime,mais peut-être surtout une fidélité au peintre qui a vécu entièrement pour sa passion:le dessin.Il avait d'ailleurs imploré Dieu de le laisser vivre jusque 100 ans afin qu'il ait le temps de parfaire son art.Il est mort à 90 ans après avoir déménagé 93 fois! Malgrè la splendeur de ses créations et un travail acharné et prolifique il a toujours vécu dans le dénuement, vendant souvent ses oeuvres pour le prix"d'une paire de sandales en paille"! A.Fiesci nous offre une très belle ballade parmi les peintres japonais du 19ème, mais aussi une découverte vivante de la vie quotidienne, de la politique dont il a été victime comme ses contemporains par la censure qui limitait l'horizon créatif.
Comme le permettait la coutume à cette époque, un artiste pouvait emprunter une partie du nom de son maïtre.Ainsi d'apprentissage en apprentissage, Hokusai (l'étoile du nord) a adopté plus d'une 10ène de nom dont le dernier "Gakyô rôjin Manji" signifie "Manji le viellard fou de dessin".
Ce fou est pour moi, une belle rencontre avec un être intègre,épris de liberté, passionné ,sans concession et parfois même un peu vaniteux!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
dvan
  15 mai 2016
Veillant son père à l' agonie ,Oei, sa fille classe les affaires d'Hokusai. Elle découvre alors un parchemin où sont consignées les mémoires de son père ... C.est ainsi que nous découvrons le long cheminement de ce peintre . L'écriture d'Aude Fieschi visuelle et poétique nous plonge dans ce Japon de la fin 18ème début 19 eme siècle .Nous suivons les différentes trajectoires de ce peintre aux multiples styles, chaque période entraînant également une nouvelle identité . Il est toutefois regrettable que l'auteur n'ait pas réussi a donner plus d'épaisseur a son personnage dont elle souligne en fin de roman que peu de choses de sa vie nous sont connues....on reste un peu sur sa faim.
Commenter  J’apprécie          80
som
  16 février 2015
C'est le surnom que s'est donné le peintre japonais Hokusai. Dans ce très court ouvrage, Aude Fieschi nous livre une autobiographie romancée d'où s'échappent de temps à autre la voix et le regard émus d'Oei, une des filles du maître de l'estampe.
A l'aide d'un style dépouillé non dénué de vivacité, on chemine en compagnie d'Hokusai, de sa prime jeunesse dans l'atelier paternel de fabrication de miroirs à son apprentissage du dessin pour ensuite le suivre dans son aventure artistique aussi riche et diverse sur le fond que mouvementée, parfois violente et misérable, pour ce qui concerne la vie quotidienne.
Le grand plaisir du livre est d'assister à la création d'un style, de suivre les recherches techniques de cet infatigable artiste. Au fil des pages, on voit se déployer les estampes bien connues du Mont Fuji, on ressent la délicatesse du pinceau pour esquisser la silhouette d'une crevette ou d'un coq. Plus loin, le lecteur devient le témoin de la folle aventure que fut la publication de ses mangas.
Au-delà l'aspect biographique, on découvre la vie quotidienne du monde des artistes-artisans dans le Japon des XVIII et XIXème siècle. Un agréable voyage porté par une plume élégante qui donne envie de voir ou revoir l'oeuvre d'Hokusai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
rmer
  14 mars 2015
« le vieil homme aux dix mille dessins, le roman de Hokusai », Aude FIESCHI. Japon, 1849, Hokusai (90 ans) se meurt et sa fille (aussi peintre et parfois même a sorti des dessins sous le nom de son père) qui range la maison trouve son recueil de mémoires, ce qui permet d'explorer la vie d'Hokusai avec quelques remarques de sa fille.
Sur la forme : pas grand-chose, écriture basique, sans plus. Par contre, à la fin il a été précisé un historique de ce que l'on sait de la vie d'Hokusai, et qu'évidemment on n'a jamais retrouvé ses mémoires, mais que tout le reste se base sur du vrai. Quelques incursions et réflexions de la fille au milieu de la vie du père, c'est intéressant.
Sur le fond : Hokusai est relié à une école où ne fait que copier les oeuvres des sensei (système traditionnel d'apprentissage des écoles de dessin japonaise), sauf qu'un jour suite à une remarque, il se lève et dit que non, il veut son indépendance, il en a marre de copier exclusivement et fera comme il veut. Il est l'inventeur des Manga, est toujours dans la perfection du dessin… Mais restera toujours pauvre, devra faire attention à la censure, aura des élèves, deux femmes et des enfants (dont beaucoup vont mourir), rencontrera bon nombre d'autres artistes de son époque. Il va adopter pour rendre service un de ses petits fils qui va lui causer énormément de problème… La vie d'un homme dans un Japon ancien quoi.
CCL : écriture sans plus, mais toujours plus facile à lire qu'une simple succession de date, sur ce point c'est sans doute intéressant. Mais on n'apprend pas grand-chose non plus même si la vie japonaise de cette époque semble bien transcrite. Un peu décevant…
Mais ce n'est que mon avis…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
BookinistaBookinista   21 avril 2013
C'était un autre beau jour de fin d'automne, il y avait de cela plusieurs années déjà. Il avait plu toute la nuit et au matin la végétation, débarrassée de toute poussière, brillait de mille feux. J'étais sorti me promener pour profiter du spectacle. Les feuilles d'érables qui dans certains bosquets commençaient à rougir faisaient ressortir par contraste la beauté des feuilles encore vertes. J'aimais particulièrement ce moment, juste avant l'embrasement complet de tous les érables.

Je me dirigeai donc vers le jardin d'un petit temple qui se trouvait non loin de chez moi et dont j'aimais l'agencement savant des espèces. et là, je cherchai "mon" arbre, un érable aussi, mais différent de ceux qui composent notre paysage. Il était plus grand avec des feuilles plus larges. et à cette époque de l'année, le grand érable, en avance sur les autres arbres, était habillé de jaune, un jaune si lumineux que même par temps gris, on avait l'illusion que le soleil était tombé sur la terre et le faisait flamber. Il ne devenait pas rouge comme les autres érables du Japon, il restait d'un beau jaune qui tournait au brun juste avant de se dévêtir d'un seul coup de ses feuilles.

J'entendais alors le râteau du jardinier qui s'occupait à collecter cette abondante moisson, première récolte de l'automne. sous peu, l'arbre tendrait ses bras noirs vers le ciel, implorant sa parure blanche d'hiver. Alors, l'envie me prenait de trouver tout de suite le dessin et les couleurs qui pourraient rendre, dans toute sa beauté, cette ultime explosion lumineuse. Puis je décidai de rentrer, heureux de cette petite promenade qui, pensais-je, renouvellerait mon inspiration.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
fanfanouche24fanfanouche24   13 janvier 2014
La création est une forme de prise de position et l'artiste ne peut échapper complètement au monde qui l'entoure, à moins de vivre en ermite, ce qui n'était pas mon cas. (p.41)
Commenter  J’apprécie          140
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   08 octobre 2017
Maos Oei [...] savait à quel point il était passionné, drôle capable de porter le même intérêt à la poésie comique, à l'illustration d'un livre de cuisine où à de truculents ébats érotiques. Elle le savait amoureux fous de la vie et du genre humain. Elle connaissait aussi son immense orgueil, qui lui faisait préférer la misère aux compromissions, ses colères, lorsqu'un dessin lui résistait, et ses fous rires lorsqu'il était de bonne humeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   08 octobre 2017
Maos Oei [...] savait à quel point il était passionné, drôle capable de porter le même intérêt à la poésie comique, à l'illustration d'un livre de cuisine où à de truculents ébats érotiques. Elle le savait amoureux fous de la vie et du genre humain. Elle connaissait aussi son immense orgueil, qui lui faisait préférer la misère aux compromissions, ses colères, lorsqu'un dessin lui résistait, et ses fous rires lorsqu'il était de bonne humeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
fanfanouche24fanfanouche24   23 mai 2013
Le peintre doit-il copier toute sa vie ? N'a-t-il aucune possibilité d'évoluer et de montrer ce dont il est capable ? Eh bien moi je prétends que si les écoles sont utiles, elles ne sont pas suffisantes et qu'à un moment donné, il faut pouvoir créer son propre style, vraiment créer. (p. 50)
Commenter  J’apprécie          20

Video de Aude Fieschi (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aude Fieschi
Les samouraïs japonais | 2000 ans d’histoire | France Inter
autres livres classés : hokusaiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Prénoms de grands peintres : trouvez leurs noms ! (3)

Je suis né à Paris en 1848. Chef de file de l'Ecole de Pont-Aven, inspirateur du mouvement nabi, j'ai vécu de nombreuses années en Polynésie où je suis décédé en 1903. Je suis Paul...

Gauguin
Cézanne
Signac

12 questions
627 lecteurs ont répondu
Thèmes : peinture , peintre , art , Peintres paysagistes , Peintres français , peinture moderne , peinture espagnole , Impressionnistes , culture générale , peinture belge , peinture romantique , peinture américaineCréer un quiz sur ce livre

.. ..