AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Emmanuel Ducoin (Collaborateur)
EAN : 9782246755814
397 pages
Éditeur : Grasset (17/06/2009)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 47 notes)
Résumé :
Vainqueur du Tour de France à deux reprises, Laurent Fignon entre, à 22 ans, dans la légende du cyclisme français. Il incarne la jeunesse, la fougue, l'impertinence, et rivalise avec des coureurs comme Bernard Hinault, à qui il rend un vibrant hommage.
Entre 1982 et 1993, Laurent Fignon connaît tout ce qu'un champion hors normes peut espérer et redouter : le dépassement de soi, la gloire, une blessure grave, le doute, la tentation du dopage et le terme d'une ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
doublepage
  24 septembre 2020
J'ai avec le cyclisme en général et le Tour de France en particulier une relation très particulière.
Un peu comme celle du vieil amant qui se sent abandonné par une maitresse qu'il a aimée passionnément.
Pour ma part, tout s'est arrêté le 23 Juillet 1989. Ces 8 secondes fatales marquent la fin d'une belle histoire.
Pour toute une génération, Laurent Fignon restera cet archange qui à la manière d'un Hugo Koblet traversa l'histoire de ce sport telle une météorite.
Aujourd'hui 10 ans après sa mort, on reparle toujours de ces 8 maudites secondes, alors que….
La vie et la carrière de Laurent Fignon sont tellement plus que ça : 2 Tours de France, des Classiques, un Tour d'Italie….
Et puis ce livre m'a fait découvrir l'homme qu'il était : un perfectionniste, un être sans concession pour les autres, mais aussi pour lui.
Au fil des pages, on partage les joies, les victoires, mais aussi les blessures qui l'ont marqué tout au long de sa vie : un Giro 1984 que les Italiens, lui ont volé, le Tour 1989 bien sûr, mais aussi son témoignage émouvants sur son ami Pascal Jules.
Il évoque également cet autre combat. Ce combat contre le Cancer qui finira par le terrasser. Les mots sont boulversants, un autre homme apparait alors.
Bien sûr, le dopage est présent dans ce livre, mais il s'agit d'un dopage d'une autre époque : celui où chacun bricolait dans son coin et où les champions restaient les champions.
Un dopage qui n'a rien à voir avec ce qu'on a connu dans les années 2000 et qui perdure encore aujourd'hui.
Alors que le Tour 2020 vient de se terminer, un Tour où des soupçons de dopage ont été relayés ici ou là, j'ai eu envie de relire ce livre, de me replonger ans ces années de jeunesse et d'insouciance
Je dois l'avouer, la magie est toujours présente, c'est la toute la force de ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
bibiouest
  02 avril 2016
J'aime les biographies, et je dois dire que Laurent FIGNON est l'un de mes sportifs favoris.
Ce livre m'a fait apprécier l'homme. Sa franchise et son honnêteté m'ont fait un bien fou. Merci M.Fignon.
Commenter  J’apprécie          190
Clair-De-Lune
  03 février 2015
Une autobiographie, ça faisait bien longtemps que je n'en avait pas lu. Il faut savoir que moi et le cyclisme, ça fait deux. Je ne connais rien de ce sport, je n'ai rien suivi et tous les événements racontés dans ce livre, je n'était pas née. C'est pour vous dire à quel point j'ai commencé cette lecture. Une des particularités que j'adore avec les livres, c'est aussi de lire des textes sur un sujet où j'y connais pas grand chose, voir rien, pour apprendre et découvrir :)

Alors si vous êtes comme moi et que vous ne savez rien, je précise que Laurent Fignon est décédé par une maladie peu après la sortie de son autobiographie. le début de la lecture sont les avants-propos de l'auteur. Il à écrit ça après avoir su sa maladie. En sachant cette triste nouvelle, c'est d'autant plus dur à lire ses écrits. Il explique clairement qu'à part cette introduction, il ne parlera pas à un seul instant de sa maladie. Que c'est volontaire car il ne veut pas qu'on pleure sur son dos.
La suite est un chapitre nous expliquant le Tour de France de 1989 où il perd avec un ridicule écart de seulement 8 secondes sur le premier, un américain, après avoir fait 3.257 kilomètres dans notre beau pays vert. Cet américain utilisait un guidon de triathlète, qui, normalement, est interdit pour cette compétition. Sans ce guidon, Laurent aurait été le grand vainqueur. La méchanceté des gens qui se foutait de lui, avait un regard noir car il avait 8 secondes de retard, c'est terrible. C'est un des événements dont il s'en souviendra toute sa vie. J'ai lu toutes ses explications durant toute ma lecture avec un grand plaisir. Il écrit très bien. J'ai débuté son histoire en ne connaissant absolument rien de cet homme qui était tant aimé et tant critiqué par les médias et les français et en avançant dans les nombreux chapitres détaillant toute sa vie, j'ai découvert un grand sportif qui ne vivait que pour le vélo qui est sa passion depuis tout jeune et pour la compétition. Il avait la rage de vaincre. Tout en gardant une humanité. Enfin, pas toujours car au bout d'un moment, pendant un long mois, il à pris la grosse tête. Il le reconnaît lui-même. C'est ça que j'ai aimé avec ses écrits. Il peut très bien faire des critiques sur certaines choses et d'autres sur lui-même. Ça arrive même souvent.
On ressent aussi à des kilomètres à la ronde l'amour qu'il avait pour ce sport. Ses nombreuses rencontres avec de grands cyclistes, lorsqu'il signe son premier contrat avec Renault, la coke, les injustices contre lui avec de la triche pour pas qu'il remporte des prix car comme il était LA star du moment, il avait bien sûr beaucoup de jaloux. Sa détermination à se dire qu'il est le plus fort, qu'il est imbattable. Qu'il peut accomplir les 12 travaux d'Hercule en étant assis sur son vélo. Ses nombreuses blessures dont une très grave qui l'empêchera de pédaler pendant presque une année entière et en reprenant le vélo c'était comme si il n'en avait jamais fait, suite à sa blessure. Ses nombreuses courses en France, en Espagne. Ses gamelles. Ses nombreuses rivalités entre cyclistes et certaines des super belles avec Bernard Hinault, autre grand cycliste. Il à eu beaucoup de coups de gueule. A plusieurs reprises lors de sa carrière, il était prêt à dire stop. Il le critique beaucoup mais il l'adorait. Il en parle quasiment tout le temps et malgré les critiques, il le porte haut à son coeur en écrivant de belles paroles sur lui. C'est pareil pour d'autres personnes comme Cyrille Guimard, le dirigeant de l'équipe. Laurent Fignon est quelqu'un très sûr de lui. En lisant son livre, on pourrait même se dire qu'il est arrogant. Mais après tout, il se sait fort et bon.
Autre point que j'ai aimé, c'est que comme sa génération est des 60-70-80, il explique plein de détails sur ces époques. de comment qu'était le milieu de ce sport dans ces années-là, que les cyclistes couraient tous pour être le vainqueur et non le gagnant (celui qui vise pour avoir le plus d'argent possible et passer sur des plateaux de télé), que le dopage existait déjà mais était différent d'aujourd'hui, que les courses était bien plus longues et plus dures et encore tant d'autres points. En revenant dans les débuts des années noires 90-2000, il démontre aussi comment le dopage se généralise sur tous les coureurs. C'est une belle lecture. J'ai aimé découvrir sa vie. Je le connaissais juste de nom. Maintenant j'en sais beaucoup plus.
Lien : http://litteratureenfolie.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Luniver
  29 juillet 2012
Laurent Fignon revient sur sa carrière dans le cyclisme : ses débuts, son entrée chez les pros en équipier d'Hinault, ses deux victoires sur le Tour de France, et sur celui qu'il a perdu pour huit malheureuses secondes.
Il dévoile les coulisses des courses cyclistes : parcours arrangé pour favoriser la victoire d'un coureur, criteriums un peu truqués pour que les favoris puissent faire le spectacle, et le dopage, vu comme « faisant partie de la course ». L'auteur insiste sur le fait qu'à l'époque, les produits dopants ne bouleversaient pas la hiérarchie, contrairement à aujourd'hui où ils peuvent transformer un coureur moyen en champion capable de battre tous les records.
On sent toute la passion qu'avait Laurent Fignon pour son sport dans ce livre plein de franchise et de caractère.
Commenter  J’apprécie          120
frgi
  09 mars 2016
Livre lu en trois jours ! Lecture à recommender à tous les amoureux de la petite reine.
Nostalgie, nostalgie .... ce livre relate une partie de l'histoire du cyclisme des années '80, époque où le cyclisme n'était pas encore devenu ce qu'il est ....
Je dois dire que j'ai toujours adoré cette époque du cyclismes . Epoque où les courses étaient moins fermées qu'actuellement. Epoque des grands baroudeurs à la Ciappucci, Fignon, et tant d'autres. De plus, j'étais "fan" de Fignon, de son franc parler, de sa manière de courir, ....
Ce livre m'a touché au plus haut point, je dois dire qu'il m'a même tiré quelques larmes ..... Nostalgie, quand tu nous tiens ...
Je m'en vais donc monter sur mon vélo et me remémorer cette grande époque ! Qui m'aime me suive ;-)
Commenter  J’apprécie          121

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
LuniverLuniver   28 juillet 2012
Le cyclisme s'est transformé en un sport de défense, oubliant sa raison d'être formelle : l'attaque. Bien sûr qu'il faut savoir défendre une position, par exemple sur un grand Tour. Mais comment faire pour gagner sinon attaquer ? C'est l'essence du cyclisme. Son esprit. Son âme. Aujourd'hui, on espère toujours gagner en faisant craquer l'autre : mentalité petit bras...
Commenter  J’apprécie          101
LuniverLuniver   28 juillet 2012
Il faut d'ailleurs comprendre qu'à mon époque, du moins dans les années quatre-vingt, certains pouvaient «tricher» sans avoir le sentiment de tricher, puisque tout le monde agissait grosso modo de la même manière, prenait les mêmes produits. Et puis, soyons définitivement conscients d'une chose. Jamais alors un produit, quel qu'il soit, n'avait transformé un bourrin en pur-sang. Jamais ! De Coppi à Hinnault, en passant par Anquetil ou Merckx, jamais la science n'avait survitaminé des sous-champions capables de rivaliser avec eux. Les êtres d'exception, comme leurs exploits extraordinaires, étaient en quelque sorte vérifiés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
doublepagedoublepage   25 septembre 2020
Il ne faut jamais confondre s'amuser et déconner.
S'amuser, c'est éviter de se prendre au sérieux.
Déconner, c'est mettre en péril ce qui est sérieux...
Commenter  J’apprécie          90
doublepagedoublepage   23 septembre 2020
Ah, mais je vous reconnais : vous êtes celui qui a perdu le Tour de 8 secondes!
- Non, monsieur, je suis celui qui en a gagné deux.
Commenter  J’apprécie          50

Video de Laurent Fignon (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurent Fignon
HOMMAGE LAURENT FIGNON
Dans la catégorie : CyclismeVoir plus
>Loisirs et arts du spectacle>Sports, jeux athlétiques extérieurs>Cyclisme (52)
autres livres classés : cyclismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1067 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre