AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782733877463
537 pages
Éditeur : Auzou Editions (06/02/2020)
3.75/5   42 notes
Résumé :
En 2105, deux classes sociales existent : les privilégiés - qui à l'adolescence reçoivent un sérum leur permettant de vivre 400 ans - et les ordinaires. Une fois par an, un grand concours est organisé pour permettre à des ados ordinaires de recevoir le précieux sérum. Les épreuves portent sur leurs capacités cérébrales. La jeune So décide de participer, mais des événements incroyables vont lui faire comprendre qu'une bactérie révélatrice de souvenirs de 2015 est nic... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
3,75

sur 42 notes
5
4 avis
4
12 avis
3
2 avis
2
2 avis
1
0 avis

cici899
  16 juillet 2020
Comme souvent, une jolie découverte grâce à Masse critique. Merci Babelio et les éditions Auzou.
Un peut moins d'une centaine d'années séparent l'époque du récit de notre présent, pourtant tout à changé. Suite à des catastrophes climatiques, l'humanité à dû s'adapter et la société s'est petit à petit divisée en deux, comme souvent dans ce genre d'histoire.
Il y a les Vulnérables, de simples humains dont l'espérance de vie est similaire à la notre, qui vivent dans des cités et qui sont aux services des Lastings. Les membres de familles Lastings reçoivent un sérum lors de leur seize ans qui leur offre une durée de vie d'environs 400 ans. Chacun est et reste à sa place.
Pourtant une fois par an, une grande compétition, le slam, est organisée pour offrir le sérum à deux jeunes Vulnérables qui devront alors oeuvrer pour le bien de la société durant leur longue vie mais aussi couper tout les liens avec leur entourage Vulnérable.
C'est dans ce contexte que nous rencontrons notre héroïne, Sophia, une Vulnérable de 15 ans, et sa meilleure amie Lasting, Briss. Les deux jeunes filles rêvent que Sophia gagne le Slam pour ne pas être séparées.
En 2105, la maladie est quasiment inexistante, pourtant Sophia ne se sent pas très bien depuis quelques temps. Difficultés de concentration, perte de mémoire, son état général se dégrade petit à petit. L'année 2015, l'année ou son arrière arrière grand-mère fêtait ses 15 ans, devient une obsession.
L'auteur nous prend par la main et nous emmène dans son univers. Au début du roman, Sophia nous explique son environnement. Sa maman étant une chercheuse, Sophia a toujours côtoyé des Lastings et elle a grandi à leurs cotés. Nous nous retrouvons embarqués avec Sophia dans une aventure dont elle n'imaginait pas l'ampleur. Et pour compliquer la situation, elle est assaillie de flash-back de la vie de Mina, son arrière arrière grand-mère, qui lui ouvrent les yeux sur la réalité en dehors du monde doré des Lastings.
L'auteur prend le temps d'installer le décor, avec quelques longueurs, mais je n'ai pas trouvé cela très dérangeant. Je trouve par contre qu'il y a un déséquilibre de rythme avec la fin qui est un peut trop accélérée par rapport au reste du récit.
J'ai beaucoup aimé ce futur post-catastrophes naturelles avec les flash-back d'un passé qui nous est si proche. Que l'on se sente concerné ou pas par le climat, les évènements proposés dans ce roman soulèvent la réflexion.
J'ai apprécié les différents personnages. Sophia n'est pas une héroïne typique, elle réservée, pour ne pas dire effacée et elle se comporte en suiveuse durant une bonne partie de l'histoire. C'est son amie Bliss qui est bien souvent l'instigatrice des différentes étapes de leurs aventures. Les autres protagonistes sont assez bien travaillés aussi. Chacun apporte sa pierre à l'édifice comme on dit.
Un petit mot sur la couverture pour conclure cette crtique. Je la trouve très jolie, très colorée. Elle prend tout son sens une fois la lecture terminée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
DreamBookeuse
  06 avril 2020
Comme vous l'aurez compris, cette dystopie se base sur un système de classe binaire : d'un côté les Lastings, puissants, riches, aux pavillons individuels et de l'autre, les Vulnérables, menant une vie simple, entassés dans des immeubles de verre. Les uns peuvent vivre 400 ans, à priori, les autres une centaine d'années. Les uns reçoivent un sérum, systématiquement, à leur 16 ans, les autres doivent passer un concours dont seuls deux candidats par grande région du monde en sortent vainqueurs. Pourtant on est bien loin des systèmes ignobles que pouvaient décrire Suzanne Collins, Vic James, ou d'autres. Il y a eu les problèmes climatiques, il y a eu des manifestations, des morts, le combat pour l'eau, l'époque que l'on appellera « Les Grandes Eaux ». Et il y a celle d'aujourd'hui : paix, prospérité, absence de maladie. Alors le jeu n'en vaut-il pas la chandelle ?
C'est ce que j'ai aimé dans ce roman dans un premier temps. L'héroïne n'est pas une révolutionnaire. Elle s'appelle Sophia, elle a 15 ans, et tout ce qu'elle veut c'est gagner le Slamb pour pouvoir rester avec sa meilleure amie Lasting, Briss. Elle est fille d'une chercheuse, elle a toujours vécu au contact de cette classe privilégiée, elle faisait même presque partie de la famille, on l'invitait aux anniversaires, à des repas, à des balades. On lui faisait miroiter ce monde chaque jour. Un monde dont elle faisait déjà partie, d'une certaine façon. Et à 16 ans, sans le sérum, elle devrait le quitter pour toujours, accepter que Briss s'éloigne d'elle. Et ça il en est hors de question. Bref, le Slamb c'est en quelque sorte un caprice d'adolescente qui refuse de grandir en dehors de son monde, qui reste accrochée bec et ongles à sa meilleure amie. Et il faut dire que leur relation est puissante, touchante. le seul défaut de Sophia est son intérêt renouvelé pour l'année 2015, l'année où son arrière arrière grand mère, Mina, avait elle aussi 15 ans. Sans toujours comprendre cette fascination, elle l'a toujours eue ancrée en elle. Sauf que ces années là sont tabous. On en parle pas. Jamais. Et seules quelques rares personnes ont accès aux archives de ce temps lointain.
Bref, Sophia n'est pas une révolutionnaire et pendant une bonne grosse partie du roman, n'aura pas du tout l'étoffe d'une héroïne. Elle est maladroite, timide, ne comprend pas bien dans quoi on l'entraîne, rougit à la moindre remarque. Elle est bien loin d'une Katniss Everdeen qui prend la place de sa soeur dans un combat à mort. Envahie par des visions de morts, de sang, et de révolte, par la mémoire de son ancêtre, elle subira ces crises de plus en plus fortes. Sophia ne choisit rien d'ailleurs, tout lui est imposé. Elle ne choisit pas d'avoir ces visions. Ne choisit pas le syndrome de Turgot qui semble se balader dans sa tête et devrait lui enlever des morceaux de mémoire. Ne choisit pas de se rendre chez les affranchis qui seront pourtant ses seuls alliés dans la bataille. Mais elle résiste, avec toute la force de son caractère, avec la force de ses désirs et de ses envies, avec la force de son humanité et de sa franchise et ça la rend délicieusement humaine et proche de nous. On la suit non pas comme un personnage de fiction mais comme une fille qui nous ressemble beaucoup, perdue, à vouloir sortir la tête de l'eau.
« Je n'ai jamais vu de reportage sur ceux qui ont échoué si tôt dans la compétition. On dit pourtant qu'avoir été sélectionné pour le Slamb est, de toutes les façons, un avantage pour la suite. Mais qu'en est-il vraiment ? Qu'en est-il de ceux dont le rêve a duré le temps d'une comète, d'un battement d'ailes ? Comment vit-on avec ça pendant les quatre-vingt-cinq années de vie qui vous restent ? Et dans ces premiers passages, dans ces premières éliminations, dans ces espoirs entretenus et brisés d'un coup sec, je vois pour la première fois clairement toute la perversité de ce jeu, et au-delà du jeu, l'abjection de ce système social, l'injustice fondamentale de tout ce cirque malsain, condescendant et qui ne repose que sur l'idée que « ce n'est sans doute pas parfait, mais c'est le moins pire, et c'est pour le bien de l'humanité ». »
Ce qui est drôle c'est que c'est précisément à ce moment du récit, au moment de cette réplique, que j'ai enfin ouvert les yeux sur ce qui était décrit dans ce roman. Que j'ai enfin compris où l'autrice voulait en venir. Il faut comprendre qu'au contact de Sophia des oeillères sont posés. Elle qui a toujours grandi aux côtés des Lastings ne sait effectivement « rien » comme aime à le répéter Swann un des Affranchis. Elle ne voit pas vraiment au delà du système établi. Elle participe au Slamb des Etoiles pour remporter le sérum pour une raison quasi puérile. Et comme je le disais elle n'est pas une révolutionnaire. D'ailleurs les Affranchis, ceux ayant refusé de prendre le sérum ne le sont pas non plus. L'un des leur ira même jusqu'à s'insurger quand, vers la fin du roman, on commencera à parler de révolution « quoi ? renverser le gouvernement, mais vous n'y pensez pas ? ». Bref, tout ça pour dire que l'on se rend compte des choses en même temps que Sophia et que c'est rafraîchissant.
Parce que c'est un rappel. Ne nous mentons pas, si l'autrice choisit de parler des années 2000 dans un roman se situant en 2105, c'est bel et bien pour décaler notre regard, lui offrir un pas de côté afin de mieux observer notre société. Dans ces années 2000 vécues par Sophia il y a le grand rassemblement pour Charlie Hebdo, des manifestations pour le climat, et d'autres qui ne sont pas arrivées mais qui pourraient. Où ce ne seraient plus des blessés à coup de flash ball, mais des morts à coup d'armes à feu. Anouk Filippini pose un regard alarmant et alarmiste sur notre société moderne, un regard politique, écologiste et réaliste sur ce vers quoi nous allons.
Tout cela est fait avec parcimonie, de petites touches çà et là, tout comme le discours que tiendra Sophia à celui qu'elle aime sera emprunt de féminisme mais pas trop. Tout est justement dosé pour une prise de conscience progressive mais implacable. Au delà de ce discours, que je rejoins totalement par ailleurs, l'autrice évoque bien entendu la mémoire qui est le sujet central du roman. Une mémoire qui doit se transmettre, que l'on ne doit pas perdre. Une mémoire qui fait ce que nous sommes aujourd'hui et ce que nous serons demain.
Alors oui le roman est assez lent, certains lecteurs se demanderont où l'autrice les emmène, et à ceux là je ne dirais qu'une chose : faites lui confiance. Laissez-la aller au bout. C'est sûr un peu plus de 500 pages ça peut être long mais laissez-vous porter. Vous vous rendrez compte que les personnages sont attachants, parfois drôles. Que Swann a effectivement un côté bad boy et Vandal un côté surprotecteur, que Phénix est hyper intéressante et profonde, que Briss est très intelligente sous ses airs superficiels. Que l'écriture est fluide. Qu'elle peut se montrer poétique, lumineuse, et colorée. Et que les pages se tournent les unes après les autres sans même les voir défiler. Preuve en est de cette matinée assise dans le voltaire, appelée seulement par la faim qui me tiraillait le ventre (et celui de mon copain), passé 13h.
Seul bémol. Il fallait bien qu'il y en est un. Cette impression d'inachevé. A la fin du roman on reste sur notre faim. Qu'est-il arrivé à Swann ? Qu'est ce que l'événement majeur que cette mémoire interdite va provoquer, va avoir comme impact ? Comment va évoluer le personnage de So ? Que va t-il se passer pour Briss ? Alors que les trois petites lettres « FIN » appellent un one shot, des questions restent sans réponse…
En résumé
2105 Mémoire interdite est un roman éblouissant à l'intrigue originale. En se servant du genre de la dystopie pour installer son histoire et ses personnages, Anouk Filippini nous offre un regard brûlant de réalisme sur notre propre époque, faisant d'un genre devenu classique, un plaidoyer politique, écologique et humaniste pour un monde meilleur. Ecrit avec finesse et poésie, il invite à une réflexion profonde et intelligente sur notre société, tout en proposant des personnages riches et touchants.
Lien : https://lesdreamdreamdunebou..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
Aryia
  29 février 2020
Il y a quelques temps, j'ai remarqué que malgré leur diversité, chacun de mes projets de romans tourne finalement autour de la même grande thématique : la question de l'identité, entremêlée à celle de la mémoire. Et plus spécifiquement, comment la seconde façonne la première : en trafiquant la mémoire d'un individu, ne change-t-on pas finalement jusqu'à son identité la plus profonde, ou bien existe-t-il un « moi » profond qui adviendra quoi qu'il arrive ? Autant vous dire que lorsque j'ai croisé le résumé de 2105, Mémoire interdite, je n'ai pas hésité une seule micro-seconde à le demander : ce livre semblait avoir été écrit pour terminer entre mes mains. Une histoire de réminiscences sur fond de dystopie, il n'y a pas à tortiller, ce roman avait déjà pour lui absolument tous les éléments pour me plaire, et je me suis plongée dedans avec un enthousiasme rarement inégalé … La question est maintenant de savoir si mes grandes attentes ont été comblées par ma lecture !
Dans le monde de Sophia, l'humanité est divisée entre les Lastings, dont l'espérance de vie est de 400 ans grâce à un sérum injecté à l'adolescence, et les Vulnérables, qui n'ont quant à eux que 90 ans devant eux. Sophia est une jeune Vulnérable, qui a cependant grandie entourée de Lasting, sa mère étant chercheuse. Elle le sait, prochainement, sa meilleure amie Briss et elle seront séparées pour toujours … Sauf si elle participe et gagne au concours annuel permettant à deux Vulnérables de recevoir le précieux sésame vers la vie presque éternelle. C'est donc contre l'avis de sa mère que Sophia se rend aux épreuves éliminatoires, qu'elle passe haut la main malgré l'apparition d'inquiétants symptômes – inquiétants car depuis l'invention du Vaccin, les maladies n'existent plus. Sauf une. La plus terrifiante de toutes. le syndrome de Turgot, qui vole progressivement la mémoire de l'individu jusqu'à ce que celui-ci ne se souvienne plus de rien ni de personne. Sophia le sait : si par malheur elle a bien Turgot, alors elle peut dire adieu au sérum. Adieu à Briss. Mais comme un malheur n'arrive jamais seul, voilà que de mystérieuses visions l'assaillent de plus en plus régulièrement, tels des souvenirs qui ne lui appartiennent pas …
Comme c'est généralement le cas avec les récits à la première personne, j'ai eu un peu de mal à rentrer dans l'histoire, d'autant plus que l'intrigue met un peu de temps à se mettre en place. Assez rapidement, on comprend la séparation de la société en deux classes, deux castes : les privilégiés qui jouissent d'une longue espérance de vie et les autres. Et bien sûr, tout se joue à la naissance : soit tu as la chance de naitre dans une riche famille Lasting et tu recevras le sérum à tes seize ans, soit tu nais Vulnérable et le restera toute ta courte vie. Sauf si tu gagnes le Slamb de l'Etoile, concours annuel qui permet à deux Vulnérables de recevoir le sérum, mais il ne faut pas trop compter dessus. Et pourtant, notre jeune Sophia y croit. On la rencontre alors qu'elle se présente aux éliminatoires, sans avoir demandé l'autorisation à sa mère – car elle sait pertinemment bien que cette dernière ne lui accorderait pas. Sophia, c'est une jeune fille que j'ai rapidement trouvé fort sympathique, bien qu'elle n'ait clairement pas la stature d'une héroïne. Sophia, finalement, c'est une adolescente tout ce qu'il y a de plus banal, une jeune fille prête à tout pour ne pas perdre la seule amie qu'elle ait jamais eu. Une jeune fille au grand coeur qui n'était clairement pas faite et pas prête pour faire face aux épreuves qui l'attendent.
Et c'est là que le bât blesse un peu : tout ceci manque cruellement d'enjeux pendant une bonne partie du récit. Pendant presque la moitié du roman, je me suis posé la fameuse question « et alors ? ». Je ne voyais pas du tout où tout cela nous menait, et j'étais incapable de déterminer ce que Sophia fuyait ou au contraire ce qu'elle cherchait. Bref, j'étais plongée dans une sorte de flou artistique et ne comprenais pas l'intérêt de toutes ces pérégrinations. Je dois bien l'avouer, je me suis un petit peu ennuyée pendant cette première partie d'exposition qui s'éternisait : à quand le véritable élément déclencheur, celui qui lance véritablement la quête du héros, celui qui détermine les véritables enjeux du récit ? Qu'est-ce qui se cache réellement derrière les migraines et les étranges rêves de Sophia ? Car tous les habitués de dystopies s'en douteront : il y a quelque chose de plus que ce déjà si exceptionnel syndrome de Turgot – dont on découvre par ailleurs l'existence beaucoup trop tardivement dans le récit. On le sent progressivement, l'important, ce sont ces mystérieuses visions, qui semblent faire écho à la fascination de Sophia pour l'année 2015, époque dont il est strictement interdit de parler et dont les contemporains de la jeune fille ne connaissent pour ainsi dire rien.
Et quand, enfin, nos soupçons se confirment, quand enfin il apparait clairement que les visions de Sophia cachent quelque chose de crucial, et bien enfin l'intrigue devient palpitante. Course contre la montre, contre l'oubli, mais aussi quête de vérité, l'histoire s'anime enfin pour le plus grand plaisir du lecteur. Bien sûr, Sophia reste assez passive dans cette histoire, ce n'est pas une rebelle ou une révolutionnaire dans l'âme, et sa préoccupation première est finalement de rester en vie, de se sortir de ce guêpier infernal, de trouver un moyen de conserver ses souvenirs, tout ce qui fait qu'elle est elle. Il y a bien sûr, en arrière fond, une lutte contre le pouvoir en place, contre ce gouvernement qui a visiblement des choses à cacher en effaçant ainsi toute une période de l'histoire de l'humanité. Il y a également cette dénonciation de l'injustice sociale sur laquelle s'appuie ce nouvel ordre mondial. Mais tout cela, finalement, reste assez secondaire, sauf dans les tous derniers chapitres où cela prend enfin le dessus sur l'histoire personnelle de notre petite Sophia. Car cette histoire, c'est finalement la sienne, celle d'une jeune fille qui découvre qui elle est en découvrant qui était ses ancêtres, car nous sommes également le fruit de notre histoire familiale et pas uniquement de nos propres expériences. Et, sachant désormais qui elle est, Sophia sait ce qu'elle doit faire : apprendre à ses contemporains qui ils sont en leur racontant d'où ils viennent.
En bref, vous l'aurez bien compris, malgré un début en demi-teinte, j'ai tout simplement adoré ce livre. Sophia est une jeune héroïne particulièrement attachante que j'ai pris grand plaisir à suivre, car elle est d'une douceur et d'une candeur admirables, parce que quand elle aime, elle aime de tout son coeur. Une fois la première partie, un peu trop longuette à mon gout, passée, l'histoire est tout simplement captivante : on tourne chaque page avec une excitation mêlée d'appréhension, car on a à la fois terriblement envie et terriblement peur de découvrir la suite, car au fur et à mesure qu'on découvre le contenu des visions de Sophia, on se rend compte que tout ceci ne lui arrive pas par hasard et que quelqu'un, quelque part, veut s'accaparer ses connaissances, même si on ne comprends pas encore pourquoi. Après un début un peu lent, c'est donc un page-turner trépidant que nous offre l'autrice, où notre présent se mêle à un futur possible, où l'on prend conscience que le passé ne doit être oublié, car il nous a façonné, et qu'on ne serait pas qui on est sans lui. Un excellent roman, donc, que je conseille à tous les passionnés de dystopies … et de jolies histoires d'amour !
Lien : https://lesmotsetaientlivres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
HelloN
  16 janvier 2021
Un roman au thème prometteur mais qui est malheureusement inachevé. Aurait mérité une suite.
Premièrement, nous allons énumérer les points positifs de cette dystopie qui auraient pu être d'avantages approfondies selon mon point de vue. En effet, le gros point fort de ce roman est la citrique que l'autrice fais sur le 20ème siècle. Elle a voulu montrer aux lecteurs les conséquences de nos actes. Anouk Filippini nous parle donc principalement de l'écologie étant le problème majeur de notre époque. Beaucoup d'évènements font donc échos à des évènements, des problématiques actuelles. Cependant, a aucun moment ces évènements ont une réel importance dans l'histoire. Ils ne sont donc jamais approfondis. Il n'y a pas d'explications sur comment on en est arrivé à ce régime politique, pourquoi le 20ème siècle est-il tabou… Retour ligne automatique
Nous avons le même problème avec sa maladie. On sait qu'elle est rare mais on ne sait pas pourquoi elle l'a eu et en quoi cela peut être un si gros danger. L'auteure met tout sur le hasard ce qui est dommage.
Pourtant, nous des personnages attachants. J'ai beaucoup aimé Swann qui était pour moi un personnage qui amenait un vent d'air frais dans ce roman. Mais nous avons toujours le même problème, certains ne sont pas assez approfondies. Je pense notamment à Phénix, François, Vandal… La plupart sont limités à leurs rôles dans l'histoire. Même Sophia, le personnage principal , est peu intéressante de mon point de vue. Elle a été la plupart du temps assez passive, elle ne prend jamais les décisions elle-même, elle est sans cesse sauvé, aidé… C'est un personnage que j'ai eu du mal à comprendre et qui m'a, je l'avoue, un peu énervé. Par moment, je l'ai trouvé assez imprévisible et irresponsable quant à la gravité de la situation.
Enfin, nous allons parler de la fin de cette histoire. C'est ce moment qui m'as le plus frustré. Car c'est à cause de cette fin là que l'histoire n'a plus eu de sens pour moi. Elle est arrivé beaucoup trop tôt dans l'histoire. Lorsque que j'ai fini ce roman, je n'étais qu'à l'introduction de cette histoire. J'en attendais plus, j'attendais des réponses aux questions. Je n'aie eu que de la frustration en le finissant. Nous ne savons rien. C'est comme si l'auteure n'avait pas fini son livre. Alors peut être que je n'ai pas compris ce roman mais il m'a laissé perplexe.
C'est donc un livre décousus que n'ai pas sus comprendre. Ce livre avait du gros potentiel mais malheureusement je n'ai pas su trouver un fil conducteur me permettant de comprendre ce que l'auteure voulait me montrer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          23
Lunalithe
  18 septembre 2020
Un bon roman qui, je l'avoue, a réussi à me surprendre !
Je l'ai commencé sans grand enthousiasme car le titre ne m'inspirait pas franchement (malgré une couverture très réussie et très punchy). Je suis toutefois assez rapidement tombé dedans, le trouvant original et intrigant.
Si l'autrice utilise des ingrédients assez classiques (dystopie futuriste, un personnage principal qui n'est pas du côté des winners, des rebelles, un système inégalitaire, etc etc), elle parvient tout de même à y insuffler un je-ne-sais-quoi qui lui permet de sortir du lot ; quelques éléments très inattendus, un monde assez bien trouvé, une plume qui, si elle n'est pas renversante, est toutefois au dessus de ce que j'ai pu lire dernièrement. On ajoute à tout ça des réflexions sur le temps (entre autres), et quelques passages philosophiques qui donnent un peu plus de consistance au récit.
Le lien avec le présent (ou notre passé proche) est bien mené, et très intéressant.
J'approuve également que nos personnages principaux, s'ils ont pour ambition de faire tomber un système du haut de leurs 15 ans (ou à peine plus) , se comportent comme des ados, avec des réflexions d'ados, et pour le reste, ce sont tous, ou presque, des génies, et ça fait passer le fait qu'ils peuvent prétendre être des hackers de génie, etc. Bref, pour mon incrédulité parfois tenace, il y a un bon compromis !
Mes petits bémols iront sur la fin, très rapide, et... pas forcément très convaincante. le "grand complot" fait franchement "plouf", j'avoue m'être dit "Tout ça pour ça ?!". Ou alors je n'ai pas compris l'impact des révélations, jetées en quelques phrases deux pages avant la fin... Mais il faut bien avouer qu'elles ne sont justement pas du tout explicitées.
Cette fin très rapide laisse pas mal de détails sans réponses... Mais le "FIN" laisse penser qu'on a effectivement un one-shot entre les mains ! C'est dommage, car si je trouve qu'effectivement, il n'y a pas forcément besoin d'aller plus loin (les tomes 2 de batailles contre le régime en place, on a déjà vu mille fois, merci !), il manque juste quelques petites précisions, une fin un peu plus longue et mieux maitrisée, qui clôturerait réellement et plus efficacement cet ouvrage.
C'est d'autant plus dommage que d'autres parties de l'ouvrage sont très (un peu trop ?) longues, rendant cette fin rapide encore plus décevante.
Cela étant dit, je reste toutefois sur une impression dans l'ensemble très positive de ce roman !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          23

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
cici899cici899   16 juin 2020
Les dirigeants espéraient que les épidémies supprimeraient les populations les plus fragiles au profit des dominants. Mais les épidémies se sont mises à frapper aussi les enfants des privilégiés. Et les peuples opprimés ont commencé à se rebeller. Alors seulement, alors enfin, des milliards ont été investis dans la gestion des ressources et dans la recherche médicale. Une équipe pluridisciplinaire, dirigée par des médecins de plusieurs nationalités, a mis au point le Vaccin Universel. L'humanité a été sauvée. Pas sa mémoire.
- Les hommes attendent toujours les catastrophes pour agir, et se servent des catastrophes pour prendre le pouvoir et créer un nouveau monde injuste et inégalitaire, m'a dit Vandal le jour où il m'a raconté tout cela.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
addictandlove77addictandlove77   18 mars 2020
Dans sa définition première, je dirais que l'éternité, c'est le temps associé à l'infini. Mais si nous revenons à notre discutions, vous aviez précisé que l'éternité serait ce que nous pourrions accomplir pendant ce temps qui nous sera donné. La trace que nous laisserons au monde. Et donc, dans cette perspective, l'éternité, pour nous pauvres humains, ce n'est pas le temps plus l'infini, mais le temps, plus la mémoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
DreamBookeuseDreamBookeuse   06 avril 2020
Je n’ai jamais vu de reportage sur ceux qui ont échoué si tôt dans la compétition. On dit pourtant qu’avoir été sélectionné pour le Slamb est, de toutes les façons, un avantage pour la suite. Mais qu’en est-il vraiment ? Qu’en est-il de ceux dont le rêve a duré le temps d’une comète, d’un battement d’ailes ? Comment vit-on avec ça pendant les quatre-vingt-cinq années de vie qui vous restent ? Et dans ces premiers passages, dans ces premières éliminations, dans ces espoirs entretenus et brisés d’un coup sec, je vois pour la première fois clairement toute la perversité de ce jeu, et au-delà du jeu, l’abjection de ce système social, l’injustice fondamentale de tout ce cirque malsain, condescendant et qui ne repose que sur l’idée que « ce n’est sans doute pas parfait, mais c’est le moins pire, et c’est pour le bien de l’humanité ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
HelloNHelloN   16 janvier 2021
« L’eau potable est précieuse dans notre monde. Après les inondations, par une cruelle ironie, c’est ce qui a le plus manqué. Ma mère n’était pas encore née quand les hommes se sont mis à s’entretuer pour l’eau, mais elle en a gardé de drôles de manies. » Sophia

« Les hommes attendent toujours les catastrophes pour agir, et se servent des catastrophes pour prendre le pouvoir et créer un nouveau monde injuste et inégalitaire. » Vandal

« La vérité c’est que c’est tout simplement une question de pouvoir. Il faut bien que quelqu’un ait le pouvoir. Il faut que quelqu’un domine. » Briss

« Ces mosaïques nous disent quelque choses de l’époque qui a précédé les Grandes eaux. Elles disent le chaos, la souffrance, la lutte… Mais elles expriment aussi un désir de vie, une énergie qui semble perdue aujourd’hui. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AryiaAryia   29 février 2020
Je la regarde, éperdue. Elle me fait un cadeau incroyable. Une pièce du puzzle, un petit morceau de mon passé. Mais ce qu’elle m’offre ouvre un autre gouffre, plus grand encore. Car maintenant, j’ai envie d’en savoir plus. C’est le principe de la connaissance, m’a expliqué un jour ma mère. Plus tu en sais, et plus tu comprends l’étendue du mystère. C’est vertigineux.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : dystopieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Peur bleue à l'hôtel rouge" d'Anouk Filippini.

Comment s'appelle l'oncle ?

Romuald
Rogers
Rodolphe

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : L'hôtel rouge, tome 2 : Peur bleue à l'hôtel rouge de Anouk FilippiniCréer un quiz sur ce livre

.. ..