AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 250105251X
Éditeur : Marabout (22/12/2006)

Note moyenne : 4.23/5 (sur 121 notes)
Résumé :
Quentin se roule par terre dans le supermarché, Lucie pleure toutes les larmes de son corps parce que son ballon a éclaté, François se réveille toutes les nuits parce qu'un monstre le poursuit, Pierre est terrifié par les tunnels... Les parents sont souvent démunis devant les émotions de leurs enfants. Que faire devant les larmes ? Que dire face aux hurlements ? Comment réagir vis-à-vis des paniques ? Que dire aussi à Paul qui a perdu son papa ? à Mathilde, atteinte... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
domisylzen
  18 novembre 2015
Dans ce livre j'y ai trouvé une interrogation : "qu'est-ce qui est le plus précieux pour moi ? Si la réponse est : L'amour de mes enfants, alors ce livre est fait pour vous, si votre priorité est ailleurs, gardez-le dans un coin, peut-être qu'un jour !
Isabelle Filliozat nous brosse un tableau sur les attitudes que l'enfant est amené à prendre pour communiquer avec son entourage et la façon dont nous devons décrypter le message pour offrir la meilleure réponse possible pour les deux parties.
Evidemment au quotidien ce n'est jamais évident à gérer, on a beau lire des livres sur le sujet, vous connaissez le vieil adage : chassez le naturel … etcétéri etcétéra. Alors pourquoi lire ce genre de bouquin ? Parce qu'il laissera une trace, petite pour certains, plus importante pour d'autres. Et puis rien ne nous empêche, de temps en temps de s'y replonger. A lire impérativement le manifeste en annexe sur : "éduquer sans frapper".
Commenter  J’apprécie          300
dedanso
  12 mai 2017
Cet ouvrage m'a été prêté par une collègue qui a voulu m'aider à dépasser mon désarroi face aux problèmes de comportement de mon fils de cinq ans.
Elle a bien fait. Car si je n'ai pas appris beaucoup (finalement on sait souvent de quelle manière nous devrions réagir mais les émotions ayant pris le dessus, nous n'avons plus le recul nécessaire), ça m'a fait un bien fou de voir certaines choses écrites noir sur blanc.
L'essentiel (l'amour qui m'unit à mes enfants) m'est apparu à nouveau alors que les tracas quotidiens et les réactions difficiles de mon fils prenaient le dessus.
Amour, tendresse, liberté, partage, écoute et compréhension des émotions : voilà ce qu'il faut retenir. L'expression des émotions par nos enfants est parfois tellement impressionnante que nous aurions tendance à vouloir la stopper, la cacher, la refuser. Alors que finalement c'est en l'acceptant et en lui laissant libre cours (tout en la contenant par nos bras et notre écoute active) qu'elle finira par se tarir d'elle-même.
Combien de fois ne nous sommes-nous pas dit, adultes, "que ça fait du bien de pleurer !". Il en va de même pour les enfants qui, s'ils n'ont pas la possibilité d'exprimer ce qu'ils éprouvent (y compris la colère), ressentiront plus tard les effets dévastateurs de cette frustration.
Le problème c'est qu'il est parfois très difficile de comprendre ce que l'enfant exprime à travers sa colère ou sa violence. La cause principale du mal être se cache souvent sous une cause futile. Et c'est là qu'Isabelle Filliozat démontre qu'il est absolument nécessaire de communiquer avec son enfant, d'être à son écoute mais de manière active et sans aucun jugement.
Cet essai est très bien construit et compréhensible par le plus grand nombre. Isabelle Filliozat offre des réponses pratiques à certaines situations et évite l'écueil qui consiste à culpabiliser les parents, qui est une pratique trop souvent constatée.
Oui il est difficile d'être parent, oui les enfants sont parfois trop insupportables, oui il peut nous arriver d'être dépassés. Le tout est de savoir exprimer nous-mêmes ce que l'on ressent dans ces moments-là. L'enfant peut entendre et comprendre.
Un essai révélateur qui, loin de se contenter d'énoncer des théories éducatives idylliques, donne à réfléchir aux parents et fournit même de nombreux exemples pratiques. Il aura dans tous les cas le mérite de vous rappeler, si la vie vous l'avait fait oublier, ce qu'il y a de précieux dans le sourire et le bien-être de votre enfant et à quel point la petite enfance construit l'adulte en devenir.
Challenge Multi défis 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
Tatooa
  18 avril 2014
Pour comprendre les émotions de l'enfant, il faut déjà avoir compris et entendu les siennes.
Pour laisse un enfant sortir ses émotions, il faut déjà avoir eu le courage de laisser sortir les siennes.
Isabelle Filliozat donne donc de bons conseils dans ses livres, mais encore faut-il, pour pouvoir appliquer ce qu'elle dit, avoir eu le cran de faire le travail sur soi nécessaire à la compréhension, l'écoute et l'éducation sans violence de son enfant.
Sans ça, il est vain de vouloir aller au coeur des émotions de l'enfant quand on ne se connait pas soi-même. ça revient à pratiquer ce qui me fait horreur, le "fais ce que je dis, pas ce que je fais"...
On ne peut comprendre que ce que l'on a intégré (au prix d'un travail psy acharné dans mon cas, et douloureux...). Et quand on a appris à taire toutes ses émotions et sa vérité enfant, il est impossible d'arriver à entendre celles de ses propres enfants, réellement. Bien sûr il est toujours possible de s'en donner l'illusion et ainsi d'entretenir sa bonne conscience. Mais un jour ou l'autre, la vérité ressort... En bref, lire des livres, c'est bien, ne rien faire d'autre, ça ne sert à RIEN !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Adl
  02 février 2015
Les parents n'ont pas forcément le recul, la patience ou les automatismes nécessaires pour faire face à l'éventail d'émotions de leur progéniture.
Nous reproduisons les attitudes vécues en oubliant de se souvenir: "mais moi, à cet âge là, de quoi j'avais besoin?".
Plusieurs fois au cour de la lecture les larmes m'ont fait posé le livre, ma sensibilité de maman n'a pas résisté aux assauts de vérités pourtant si évidentes!
C'est mon job de maman d'aider mes enfants à vivre, décoder et se servir de leurs émotions. Leur offrir ces capacités, c'est les armer pour être heureux.
Un livre-outil à offrir, à garder à côté de soi, à conseiller et à offrir, tout aussi sûrement que les autres livres de l'auteure. A suivre....
Commenter  J’apprécie          100
amoureternel2014
  15 avril 2014
Isabelle Filliozat n'a plus besoin qu'on lui fasse de la publicité. C'est une auteur et (je suppose) psychothérapeute formidable. Je conseille ce livre à tout adulte (parent ou non) qui a envie de se refamiliarier avec l'importance des émotions, en soi, et avec les émotions et étapes de la vie par lesquels passent un enfant. A l'inverse de bon nombre d'ouvrages sur le sujet de l'éducation des enfants, elle ne donne pas tant des "méthodes" ou "techniques" mais bien plus une approche globale de l'être humain et de ce qui en fait ses particularités. A conseiller, les yeux fermés!!!!! A lire, les yeux ouverts ;-) c'est d'ailleurs un livre qui ouvre les yeux sur bon nombres de sujets et de problématiques.. et parle de l'essentiel, le coeur, tout en lui donnant une place non pas philosophique ou poétique mais bien concrète dans notre vie au quotidien. Bravo à l'auteur. Qui fait partie pour moi, des perles rares du métier.
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
TatooaTatooa   18 avril 2014
Respecter les émotions d'un enfant, c'est lui permettre de sentir qui il est, de prendre conscience de lui-même ici et maintenant. C'est le placer en position de sujet. C'est l'autoriser à se montrer différent de nous. C'est le considérer comme une personne et non comme un objet, lui donner la possibilité de répondre de sa manière très particulière à la question : qui suis-je? C'est aussi l'aider à se réaliser, lui permettre de percevoir son « aujourd'hui » en relation avec « hier » et « demain », d'être conscient de ses ressources, de ses forces comme de ses manques, de se percevoir avançant sur un chemin, son chemin.
L'enfant apprend principalement de ses parents. L'attitude éducative envers l'enfant est déterminante dans le développement de son quotient émotionnel. L'enfant se modélise sur ses parents, ...
Les messages inconscients sont tout aussi puissants sinon davantage que les actes ...
Aider nos enfants à développer leur quotient émotionnel nous contraint à développer le nôtre. Aider un enfant à grandir, c'est grandir soi-même. Nos enfants, miroirs de notre réalité intérieure, nous confrontent à nos limites et nous apprennent à aimer, ce sont d'excellents guides spirituels pour peu qu'on les écoute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
AelleAelle   05 novembre 2016
SEPT QUESTIONS A SE POSER POUR RÉPONDRE A (PRESQUE) TOUTES LES SITUATIONS
Chaque enfant est un individu unique, et nous interroge avec sa spécificité. Appliquer des réponse systématiques en fonctions de règles éducatives prédéterminées nie l’individu comme sujet.
page 34
(…)
Comment l’écouter et l’aider à dénouer ces nœuds affectifs ?
Toujours le laisser exprimer son émotion, accompagner la décharge de pleurs, de cris , de tremblements, sans tenter de le calmer. Pleurer, crier, trembler, sont des façons de dire sa souffrance, de libérer ses tensions, de se’ récupérer. Faites confiance à ses compétences. Il sait ce qui est bon pour lui. Si vous savez rester présent, écouter, accompagner les larmes après l’explosion viendra la détente, la confiance, le bien-être corporel.
page 38
(…)
« Vous être surpris et démuni devant l’intensité d’une émotion de votre enfant ? vous ne savez pas ce qui peut déclencher une telle réaction ? Vous ne savez pas comment l’aider à traverser une épreuve ? Écoutez-le, mettez-le à sa hauteur, regardez avec ses yeux, entendez avec ses oreilles, et posez vous cette question : QUEL EST SON VÉCU ?
page 40(…)
Derrière ce que les parents nomment « caprice », derrière un comportement bizarre, déplacé, excessif, ou simplement non ordinaire, cherchons l’émotion, cherchons le besoin. L’enfant dit quelque chose.
page 41
(…)
Tout comportement exagéré et surtout systématique , qu’il soit d’agressivité ou de passivité extrême, de dépendance excessive à la mère ou de jalousie abusive, d’incapacité de se concentrer ou d’opposition systématique, tout cela a une motivation. Une émotion est bloquée, un besoin est caché.
page 42
(…)
Il est vrai qu’il n’est pas toujours facile de saisir la communication d’un enfant qui n’organise pas sa pensée comme nous. Mais il me semble que nous avons tous été enfants. Avec un petit effort nous devrions réussir à nous souvenir de ce que nous ressentions et comment nous le communiquions.
page 43
(…)
Lorsqu’un comportement vous surprend, vous énerve, vous interpelle, lorsque votre fils ou votre fille manifeste une émotion qui vous semble disproportionnée, une opposition systématique, ou des symptômes variés. Avant que ces derniers ne deviennent alarmants posez-vous cette question : QUE DIT-IL ?
page 44
Pour vous guider dans vos choix de vie comme dans vos attitudes vis-à-vis de lui, posez-vous cette question : QUEL MESSAGE AI-JE ENVIE DE LUI TRANSMETTRE ?
page 50
(…)
Pourquoi ? qu’est-ce qui me pousse à dire oui ou non aux demandes de mes enfants ? qu’est-ce qui me dicte mon attitude ?
Page 52
(…)
On ne peut pas tout savoir. Mais quand nos enfants nous font des demandes, pourquoi ne pas les écouter et nous poser cette question : POURQUOI JE DIS CELA ?
page 55
(…)
Aucun livre, aucun expert ne pourra jamais donner des réponses universelles. Chaque enfant est une personne, différente de toutes les autres personnes sur terre. En outre, un enfant change. Il évolue. Il n’a pas la même taille de chaussures toute sa vie, il n’a pas les mêmes besoins. Il va aimer les poireaux à deux ans et les détester à trois… rien de solide sur quoi s’appuyer aucune stratégie systématique à appliquer, il faut s’adapter en permanence. Ce n’est pas facile quand on a oublié sa propre enfance.
pour vivre heureux ensemble, contenons les débordements de nos enfants dans les limites que nous pouvons tolérer et apprenons à supporter davantage. Rappelons-nous qu’ils sont dépendants de nous et que nous sommes les pourvoyeurs. Guérissons nos blessures anciennes pour pouvoir laisser vivre nos enfants à leur rythme. Nous y gagnerons en détente et en plaisir.
Quand nous sommes exaspérés par nos enfants, incapables de leur répondre ou tentés de les surprotéger, s’ils se montrent « trop sages » ou au contraire excessifs, posons-nous cette question : MES BESOINS SONT ILS EN COMPÉTITION AVEC CEUX DE MES ENFANTS ?
page 64
(…)
Votre enfant entend votre inconscient ! pour lui vos réactions sont plus signifiantes que vos mots. Si, exaspérée par un verre cassé ou une tâche sur sa chemise, vous l’humiliez, vous le blessez, il pense que le verre ou la chemise sont plus important que lui ! Au-delà de tous vos « je t’aime mon petit chéri », susurrés en d’autres instants, il intègre le message « je ne suis pas important pour maman », ou « je ne suis aimé que si je suis parfait, sur je ne suis pas moi-même »…
page 66
(…)
Quand nos enfants perturbent notre espace, quand nous ne savons pas comment agir, quand nous sentons que nous n’agissons pas en fonction d’eux mais de nos propres parents ou plus généralement du regard d’autrui, posons-nous la question : QU’EST-CE QUI EST LE PLUS PRÉCIEUX POUR MOI ?
page 68
(…)
il n’y a pas de réponse universelle, mais une réponse pour cet enfant-là, et ce parent-là, à cet instant-là de leur histoire commune. (…)
Tant que je suis préoccupé(e) par le jugement , d’autrui, que ce soit réel ou imaginaire, je ne peux me centrer sur les réels besoins de l’enfants considérer comme importants les besoins d’un enfant, le faire passer en premier, le respecter, ne signifient ni »lui laisser tout faire », ni « ne rien faire quand il abîme ou casse quelque chose « , c’est montrer mes émotions tout en continuant de l’aimer profondément et de le lui manifester.
page 72
un enfant qui se sent précieux se montre attentif à autrui et aux conséquences de ses actes, il agit non par peur de « mal » agir, mais avec respect pour les sentiments d’autrui et responsabilité. Alors quel est votre objectif .
QUEL EST MON OBJECTIF ?
Page 74
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
domisylzendomisylzen   16 novembre 2015
Les pleurs n'ont pas toujours pour motivation des besoins immédiats, ils peuvent être simplement l'expression de tensions accumulées, de plaintes quant au passé.
Commenter  J’apprécie          220
missindigomissindigo   19 mai 2015
Accompagner un enfant dans sa conscience de lui-même, c'est tout d'abord l'écouter vraiment, sans le juger, sans le conseiller, sans tenter de le diriger, simplement en lui permettant de mettre des mots sur ce qu'il vit, en l'aidant à identifier, à accepter et à comprendre ce qui se passe en lui.
Commenter  J’apprécie          90
AnseaAnsea   25 novembre 2016
Les parents nomment facilement "caprices" ou "comédies" ces cris qu'ils ne savent interpréter. C'est terrible pour un enfant quand il n'est pas entendu, quand ses suppliques sont réduites à ces mots dévalorisants. Il n'existe pas de caprice. Il s'agit d'un langage, il y a un message à décoder.
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Isabelle Filliozat (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isabelle Filliozat
Isabelle Filliozat présente "Il pleure, que dit-il ?" de Priscilla Dunstan dans la collection Parent +. Une méthode révolutionnaire pour enfin comprendre ce que veulent dire les bébés. Les calmer devient si facile ! En savoir plus sur l'ouvrage : http://www.editions-jclattes.fr/il-pleure-que-dit-il-9782709658485
>Psychologie différentielle et génétique>Psychologie de l'enfant>Généralités : développement sensoriel, physiologique, intellectuel (42)
autres livres classés : parentalitéVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
253 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre
. .